Huit nouvelles formes de protestation pacifique

Huit manière de protester de manière pacifiques… C’est toujours intéressant de connaître ces méthodes, cela peut donner des idées, mais deux ont pourtant été totalement oubliées, deux très importantes, et je vous les délivrerai en fin d’article, histoire que vous puissiez prendre connaissance des 8 premières.

Balade à vélo, castagnettes, foulard islamique, jogging, chansons ou éclats de rire… A l’heure d’Internet, tous les moyens sont bons pour exprimer son mécontentement et dénoncer avec créativité – et surtout sans violence. Petit tour d’horizon.
Une militante Femen lors d'une manifestation contre le viol à Paris, le 15 octobre 2012 - Joseph Paris/CC Une militante Femen lors d’une manifestation contre le viol à Paris, le 15 octobre 2012 – Joseph Paris/CC

Des Saoudiennes qui se rebellent au volant contre la loi qui leur interdit de conduire aux rires des Portugais perturbant les déclarations d’un ministre, en passant par ces hommes invités à se voiler par solidarité avec les femmes qui vivent sous l’oppression et ces poitrines dénudées pour dénoncer le machisme, l’homophobie ou la misogynie des autorités religieuses, ce ne sont pas les exemples qui manquent.

Bien que très différentes, toutes ces actions ont le coup d’éclat comme dénominateur commun et trouvent sur Internet, en particulier sur les réseaux sociaux, leur meilleur porte-voix.

Seins nus contre le machisme et l’homophobie

Les manifestations de soutien aux membres du groupe Pussy Riot, condamnées à deux années de prison pour « vandalisme motivé par la haine religieuse » ont fait connaître les Femen dans le monde entier. Né en 2008, ce groupe de féministes ukrainiennes a pour caractéristique de manifester la poitrine nue, peinturlurée de phrases chocs dénonçant le machisme, l’homophobie, la prostitution et la misogynie. Elles se sont invitées à une rencontre entre Poutine et Merkel, dans le bureau de vote de Berlusconi lors des dernières élections en Italie et à l’Euro 2012 de football. Dernièrement, ces « sextrémistes » se sont mobilisées pour dénoncer le sort de la Tunisienne Amina Tyler qui, après avoir publié sur Facebook une photo d’elle les seins nus, a reçu des menaces d’islamistes radicaux et s’est fait enlever par sa famille [avant de se faire arrêter par la police le 19 mai].

 

Courir 1 800 heures pour l’enseignement public

Pendant deux mois et demi, des étudiants chiliens, accompagnés certains des membres de leur famille, ont couru sans interruption autour du palais de la Moneda, le siège de la présidence, pour défendre l’enseignement public.

De mai à juillet 2011, ce sont ainsi 4 000 coureurs qui se sont relayés afin de courir 1 800 heures, en écho symbolique au 1,8 milliard que coûtait à l’Etat le financement de la scolarité des 300 000 élèves les plus vulnérables du Chili. Le ministre de l’Education Harald Beyer a été destitué le 18 avril 2013 pour manquement au principe d’honnêteté, ce que dénonçaient les étudiants depuis deux ans.

Rire et chanter pour ne pas désespérer

« Parmi les façons possibles d’interrompre une séance, celle-ci est du meilleur goût possible. » C’est tout ce qu’est parvenu à dire le président portugais Pedro Passos Coelho lorsqu’une trentaine de citoyens membres du mouvement Que se lixe a troika (« Que la troïka aille se faire voir ») ont interrompu l’un de ses discours devant le Parlement, mais pas n’importe comment : en chantant Grándola Vila Morena, la composition de José Afonso qui servit de détonateur à la « révolution des œillets » (le 25 avril 1974) qui devait mettre fin à plus d’un demi-siècle de dictature et qui reste dans le pays un hymne à la liberté et à la démocratie. Ce mouvement qui, au bout d’à peine six mois d’activité, a réussi en mars 2013 à faire descendre dans la rue un million de Portugais est coutumier des interventions décalées : à la mi-mai, c’est à coup d’éclats de rire que des militants ont interrompu Vítor Gaspar, le ministre de l’Economie, alors qu’il s’exprimait en public.

Le flamenco contre la finance

Des médecins, des infirmiers et du personnel hospitalier, le plus souvent à Madrid, ont organisé plusieurs flash mobs pour dénoncer la privatisation de leur secteur, les répercussions des coupes budgétaires et les licenciements d’intérimaires. Professeurs, parents et élèves en ont fait autant pour protester contre les compressions dans l’éducation – certains professeurs d’université sont allés jusqu’à emmener leur classe dans la rue. Des groupes de yayoflautas (comme se font appeler les plus âgés du mouvement des indignés [littéralement « papys à chien », jeu de mots entre yayo, « papy », et perroflauta, « punk à chien »]), ont occupé des autobus pour dénoncer la hausse des tarifs dans les transports. D’autres mouvements tels que les Sévillans de Flo6x8 s’introduisent dans des succursales bancaires en jouant des castagnettes et se lancent dans des diatribes contre la finance. Leur morceau terminé, ils repartent comme ils sont venus.

Montrer du doigt les coupables

L’escrache est une forme de protestation née en Argentine et au Chili et qui, ces derniers mois, fait une entrée remarquée dans l’actualité politico-médiatique dans le cadre des mobilisations des victimes de crédits hypothécaires. L’objectif ? Dénoncer publiquement la personnalité politique jugée responsable.

Le pied sur le champignon pour les droits des femmes

La Saoudienne Manal Al-Sharif, 34 ans, est à l’origine d’une mobilisation contre l’interdiction de conduire faite aux femmes dans son pays : le même jour et à la même heure, des Saoudiennes devaient prendre place au volant de leur voiture. Elles ont été des dizaines à manifester ainsi et à se filmer, publiant ensuite leurs vidéos sur les réseaux sociaux. Selon Amnesty International, certaines ont été arrêtées et forcées de signer un document par lequel elles s’engageaient à ne pas récidiver ; l’une d’elles a même été jugée et condamnée à 10 coups de fouet. En Arabie Saoudite, les femmes n’ont pas le droit de voyager, de travailler contre rémunération, de suivre des études supérieures ni de se marier sans l’autorisation de leur tuteur.

Des hommes qui ne se voilent pas la face

La blogueuse égyptienne Aliaa Magda Elmadhy, connue pour les photos dénudées qu’elle a publiées pour dénoncer la répression sexuelle des femmes dans son pays, a lancé en novembre 2012 une campagne invitant les hommes à porter le hidjab, le foulard islamique : il s’agit pour eux de manifester leur solidarité avec les « femmes vivant sous l’oppression ». Sa page a été supprimée peu de temps après la publication des images.

protestation.jpg

La « vélorution » en marche

Défendre le vélo comme moyen de transport alternatif et faire la démonstration de ses vertus contre la pollution atmosphérique et acoustique que cause la circulation motorisée : telle est la mission des cyclistes urbains qui, régulièrement, sortent pédaler tous ensemble dans les rues des grandes villes. Ces manifestations sur deux roues sont apparues à San Francisco en 1992 sous le nom de Critical Mass [« masse critique » ; vélorution en France] et ont depuis conquis 350 métropoles dans le monde. A Madrid, ville plus hostile à la petite reine que bien d’autres grandes agglomérations espagnoles et européennes, les participants à la Bici Crítica se réunissent le dernier jeudi de chaque mois pour sillonner ensemble, à bicyclette, le centre de la capitale.

Source+nombreuses vidéos: Courrier international

Deux méthodes importantes ont pourtant été oubliées, et pas des moindres… La première étant de faire le « pied de grue » devant un établissement pour protester, une technique utilisée par Bruno Boulefkhad depuis maintenant 377 jours devant la banque   »   de 7H45 à 18H15 non-stop! La seconde, et peut-être la plus importante à mes yeux, la diffusion de graines d’amarantes à travers le pays puisque cela permet de combattre activement tout en faisant du militantisme « discret », avec cette méthode, cela m’étonnerai que l’on soit un jour confronté à un CRS ou des policiers soit dit en passant…

14 commentaires

  • Jissaoui

    Les deux dernières valent plus que les autres réunient!

  • azteck

    Pour les graines d’amarante,ça relève un peu du phantasme,
    encore faut-il se procurer des graines de la souche résistante;la mutation peu se reproduire sur l’amarante ou toute autre adventice,mais pour ça il faut beaucoup de champs ogm pour que les conditions soit réunie.
    Ca défoule,mais est-ce éfficace?

    • oui ! ça remonte à quelques années 5 au + c’était au Kansas … même avec les tracteurs ils n’arrivaient pas à enlever les racines … c’est aussi grand qu’un maïs mature … ils en ont perdus des centaines de milliers d’hectares … au même moment la news des fermiers Indiens portés au suicide par le coton Monsanto (qui n’avait pas poussé … ou désastreuse rentabilité) arrivait aussi … 25 000/35 000 fermiers ruinés poussés au suicide.

    • Ikyro

      Je vais faire mon chieur mais…

      C’est les agriculteurs qui vont aimer… comme ceux qui ont un champs avoisinant et qui travail avec des semences classique…
      C’est grave ce genre de truc, c’est pas comme s’ils baignaient dans le flouze et qu’ils faisaient ça purement par cupidité. De plus, faut être sur que le champs est bien ogm et pas emmerder un type qui marne déjà assez, donc pas simplement sur ouïes dires. Sans parler que pour la supprimer, c’est pas parce que le paysan va se remettre à cultiver des semences traditionnelles que l’amarante va partir d’elle même. C’est franchement le genre de connerie que seuls les ados pré-pubères ou boutonneux font.

      Si on a plus rien à manger, nous ou le bétail, faudra pas s’étonner voir les aliments venir de l’autre coté de l’atlantique. Grâce à ce genre de pratique, les politicards pourront dire que c’est à titre exceptionnel… comme pour la vignette automobile. Les américains se feront un plaisir de nous filer uniquement des ogm, comme pour les pays africains. Rien d’autre que de l’ogm, et à quel prix ?

      Sinon il y a les faucheurs volontaires. Travail plus fastidieux et plus risqué judiciairement, mais beaucoup moins pour le pécore d’à coté qui lui cultive ‘normalement’…

      • Gwendoline

        L’amarante, la plante sacrée des Aztèques : utile dans les cas de famines. Ses propriétés et quelques recettes :

        Qualités nutritionnelles

        L’amarante est constituée de 59% d’amidon d’une bonne digestibilité et facilement assimilable. 18% sont constitués de protéines d’une grande valeur nutritive avec une valeur biologique de 75 (par comparaison : le lait 72, le maïs 44.) La proportion de graisse de l’amarante se situe à 9% et comprend pour l’essentiel des acides gras en majorité sous formes d’acides linoléiques et linoléniques.

        L’amarante est riche en acide aminés essentiels et surtout en lysine. Elle en contient beaucoup plus que les céréales et quasiment autant que la quinoa. C’est pourquoi, elle est recommandée en association avec d’autres céréales (avoine, épeautre) pour les sportifs et les végétariens. De nombreux minéraux et oligo-éléments sont présents. Par sa richesse en fer et en magnésium, l’amarante dépasse de loin toutes les autres espèces de céréales.

        Tableau comparatif des valeurs nutritionnelles

        L’amarante est naturellement sans gluten. Elle présente de meilleures propriétés nutritionnelles que les principales autres céréales (maïs, blé, riz, avoine) de part sa richesse en fer, en protéines, magnésium et calcium.

        Utilisation

        De nombreuses utilisations sont disponibles pour retrouver le goût « noisette » de l’amarante et sa texture craquante. En effet, elle s’utilise aussi bien sucrée que salée, au petit déjeuner, en entrée, en plat principale et même en dessert.
        ● En graines germées : une fois bien rincées et trempées dans l’eau pendant au moins 12 heures, la germination dure environ 3 à 5 jours. Les graines deviennent dans les premiers jours d’une couleur rose-rouge. A l’issue de la germination, la teneur en substances vitales, déjà très importante, ne sera que multipliée.
        ● En garniture : les graines d’amarante une fois bien rincées sous l’eau courante, doivent être ensuite cuites dans au moins trois fois leur volume pendant 45 minutes couvercle fermé. Une fois cuites, elles s’accompagnent de légumes, de gratins et de sauces.
        ● A la poêle (méthode pop-corn) : comme pour le sésame grillé, on place les graines d’amarante dans une poêle sans y ajouter de matière grasse. On recouvre avec le couvercle et on met en chauffe. Les graines commencent à sauter et sont prêtes à servir après quelques secondes.
        ● En préparations : simplement en les ajoutant dans les desserts ou dans des pains.

        Le saviez-vous ?

        – les feuilles d’amarante se cuisinent comme des épinards.
        – les astronautes sont des consommateurs d’amarante
        – 1 kg d’amarante contient autant d’albumine que 22 oeufs
        – l’amarante avec sa haute teneur en fer et en zinc constitue une base idéale pendant la grossesse
        – la farine d’amarante est toujours complète, car la graine forme un tout très lié
        – la différence entre l’amarante et le quinoa, est que la première appartient à la famille des amarantacées et le quinoa à celle du riz.
        – dans la symbolique, « le blé des Incas » ou amarante représentait l’immortalité. De nos jours, dans le langage des fleurs, elle traduit la fidélité et l’amour durable.

        ——————————————————————————–
        http://www.biolineaires.com/articles/focus-produits/627-l_amarante-:-la-graine-miraculeuse-des-incas.html

  • juseppe

    les femens agressent les gens, violent la loi, n’ont pas été condamnées en France pour ca et sont payées pour le faire…il y’a tellement a dénoncer a leur sujet, ce pseudo mouvement va pour moi à l’encontre de la pensé véhiculé par ce blog, qu’elles aillent au quatar ou en arabie saoudite revendiquer ce qu’elles ont a revendiquer et elle commenceront a avoir une légitimité :-).

    http://french.ruvr.ru/2013_04_24/Agression-par-les-FEMEN-de-Mgr-Leonard/

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-mere-du-nourrisson-agresse-par-les-FEMEN-porte-plainte-15098.html

    http://www.dailymotion.com/video/xtos6s_inna-shevchenko-tronconnant-une-croix-a-kiev_news#.UaXITEA9Iqg

    pour le pacifisme on repassera hein …

  • :D ben !?? faut en trouver d’autres !!? … toujours pacifique … je trouve les femen’s un peu énervées !!

  • orion

    neuvième forme de protestation:

    grève de la consommation sur des produits issus des multinationales qui s’engraissent sur notre dos!

    ne consommer que le strict nécessaire au moins pendant une
    semaine ,le pouvoir qu’il nous reste c’est de consommer ou pas

  • Yanne Hamar

    Un pouvoir énorme puisque personne ne peut l’empêcher.

  • Fenrir

    Nous n’avons que deux moyens d’actions : Le pognon et la communication.
    Je m’explique : que faîtes vous du peu d’argent qu’il vous reste à dépenser ?
    Vous pouvez : changer de banque (abandonner le CA, le CL, la BNP, la SG, … pour vous orienter vers les la NEF, la Banque coopérative, au pire des mutualistes, etc,…
    Quitter EDF(Erdf) pour un fournisseur sans nucléaire (si, si, cela existe, cherchez un peu…), acheter local auprès de producteurs naturels, voire bio, etc… Rendez vos cartes bancaires, réduisez votre consommation pour moins impacter notre pauvre planéte qui n’en peut, bref, devenir des consom-acteurs !
    Et communiquer en passant le message, en expliquant, en argumentant, sur le fait que ce système est mort, mais qu’il ne doit pas pour autant nous entrainer dans sa chute.
    Quel avenir désirons-nous pour nos enfants et petits enfants ?