Séisme près des côtes nord-est du Japon

© epa.

Un séisme de magnitude 6,1 a eu lieu samedi à proximité des côtes nord-est du Japon, a annoncé l’institut de géophysique américain (USGS), mais aucune alerte au tsunami n’a été déclenchée et aucun dégât annoncé.

Le tremblement de terre a eu lieu à 14H48 (05H48 GMT), à 50 km au large de la ville de Namie, située dans la région dévastée par le tsunami du 11 mars 2011 et proche de la centrale nucléaire accidentée Fukushima Daiichi, a expliqué l’USGS.

La profondeur a été estimée par l’institut à 41,5 km sous l’océan Pacifique. L’agence de météorologie japonaise n’a déclenché aucune alerte ou mise en garde contre un éventuel tsunami. La compagnie gestionnaire de Fukushima Daiichi, Tokyo Electric Power (Tepco), a indiqué qu’aucune anormalité n’avait été constatée sur le site de la centrale nucléaire après la secousse.

Des responsables des préfectures de Fukushima et Miyagi, les plus proches de l’épicentre, n’ont reçu dans l’immédiat aucune information faisant état de dommage ou de victime.

Cette région avait été dévastée le 11 mars 2011 par un séisme de magnitude 9 au large des côtes nord-est de la grande île japonaise de Honshu qui avait provoqué un tsunami géant, faisant près de 19.000 morts et entraînant l’accident nucléaire de Fukushima.

Le Japon vit actuellement une période de forte activité sismique, selon des experts nippons. Situé à la jonction de quatre plaques tectoniques, il enregistre chaque année 20% des séismes les plus puissants recensés sur la planète. Aucune région du territoire japonais n’est épargnée.

Source: 7sur7.be

5 commentaires

  • Eagleeyes Eagleeyes

    La région de Fukushima est régulièrement le théâtre de secousses, la majorité d’entre-elles se passe au large et se situe plus ou moins à une trentaine de kilomètres de profondeur. Quant à ceux sur les terres, c’est approximativement à une dizaine de kilomètres de profondeur.

    Cette faible profondeur augmente potentiellement les risques d’évènements majeurs, sachant que plus d’une faille sillonnent le sous-sol nippon, dont une en particulier, donne des sueurs froides aux spécialistes, à chaque gros séisme, celle découverte récemment sous le Mont Fuji. Une secousse un brin trop puissante, et cela risque de partir en couille pour du bon.

  • Lionel

    Faut-il rappeler également que la piscine de combustibles « usagés » ( il y en a presque autant de neuf… ) du réacteur 4 de Fukushima est perchée en équilibre très instable à une trentaine de mètres en l’air et que n’importe quelle secousse ajoutée aux précédentes peut la faire effondrer.
    Personne à ce jour n’est en mesure de prédire ce qui arriverait avec des conséquences probables pour l’ensemble de l’hémisphère Nord…
    D’autres agences donnent ce séisme à 30 km, ce qui est nettement plus grave !