Etre propriétaire serait mauvais pour l’emploi

Mais regardez-moi cette bande de pourris avec leur étude bidon!!! La propriété est synonyme de chômage pour eux, et donc, un monde fait de locataires serait bon pour l’économie. Vous voyez venir le truc? Une poignée de financiers propriétaires du maximum d’habitations possibles, et le reste dépendant et payant un loyer chaque mois. D’ailleurs, cela rendrait même logique les interdictions de constructions non fixes comme des yourtes, vous ne pensez pas? Tout se recoupe dirait-on… Mais bien sur, peut-être me trompe-je…

Le marché de l'immobilier crée des externalités, potentiellement négatives.

La France, pays de chômeurs propriétaires ? Le paradoxe n’est qu’apparent, semble indiquer une étude du Peterson Institute (Massachussetts, Etats-Unis), qui montre qu’un fort taux de propriété dans un Etat donné est « précurseur d’une forte hausse éventuelle du taux de chômage dans cet Etat ». Et dans des proportions plutôt inquiétantes : selon l’étude, « un doublement du taux de propriété est suivi, sur le long terme, d’une hausse du chômage de plus du double ». De quoi donner des sueurs froides aux politiques qui ont largement soutenu l’accès à la propriété – dans les années 2000 en France et aux Etats-Unis, notamment.

A l’appui de leur démonstration, les auteurs de l’étude, David G. Blanchflower (Université de Dartmouth, Etats-Unis) et Andrew J. Oswald (Université de Warwick, Royaume-Uni) ont mis en évidence une hausse de 6,3 % du chômage dans les cinq Etats (Alabama, Géorgie, Mississippi, Caroline du Sud et Virginie occidentale) qui ont vu leur taux de propriété le plus augmenter entre 1950 et 2010.

Cela ne veut pas dire que le taux de chômage est plus fort parmi les propriétaires immobiliers, nuancent-ils, mais qu’il existe une corrélation entre atonie du marché du travail et fort taux de propriété.

Les explications avancées à ce phénomène sont encore balbutiantes et restent à vérifier, mais la plus évidente serait que l’accès à la propriété tend à diminuer la mobilité des salariés et à leur imposer de longs et coûteux temps de transport s’ils doivent travailler loin de leur domicile. L’attachement à une maison, à un quartier peut constituer un frein à la carrière d’une personne en lui faisant manquer des opportunités.

Source: Le Monde

20 commentaires

  • walter kurtz walter kurtz

    « Une poignée de financiers propriétaires du maximum d’habitations possibles, et le reste dépendant et payant un loyer chaque mois. » c’est déjà le cas , même les terres les plus fertiles .

    • rouletabille rouletabille

      propriétaires de la terre ils nous obligent à payer un loyer.

    • rouletabille rouletabille

      propriétaires des semences ils nous obligent à payer la fécondité.

      • walter kurtz walter kurtz

        Si on te donne pas le droit , prends le gauche . Il y a une manière de vivre , mais la quelle s’ajuste le mieux pour nous même ? Est-ce mon but dans la vie de croire tout ce que l’oligarchie d’état veux que je fasse ?
        Si j’arrête d’être impressionné émotionnellement , pourrais-je passer la page et vivre ?
        Vivre le moment , vivre ici et maintenant , laissant les peurs que je croyais miennes de côté pour aller de l’avant et non pas fuir. Accepter les contraintes et c’est revenir dans un passé truqué , et un futur créée de toute pièce par l’oligarchie , pour ses propres intérêts .Et l’un d’eux , c’est que nous ayons tous peur.
        -bref-

    • supermouton supermouton

      En fait, leur vrai problème est qu’n propriétaire n’a plus besoin de pédaler comme un taré pour rembourser son servage. Ca change sacrément le besoin en cash, et donc en servilité vis a vis des seigneurs du new(middle)age. Le crédit n’est simplement que la forme moderne de l’esclavage durable, remplaçant légalement la précédente version tombée en disgrâce pour le plus grand malheur de ces (très) chers parasites/rentiers.

  • rouletabille rouletabille

    ÊTRE propriétaire de ce qui n’appartient à personne ,nous sommes tous sans etre.

  • benicourt

    Je crois que la réalité est plus simple: quand on est propriétaire, on est beaucoup moins mobile. Et moins on est mobile, moins on a de chance de retrouver un emploi…
    PS: ça y est, j’ai un petit mouton noir chez moi, et il semble enragé comme pas deux.

  • HS:

    Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a déclaré vendredi que les Etats-Unis pensaient détenir une « preuve solide » de l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien.

    Au cours d’un dialogue avec des internautes organisé par Google, la télévision NBC et le département d’Etat, M. Kerry a dénoncé les « choix terribles qu’a fait le régime (du président syrien Bachar al-)Assad par sa volonté de tuer entre 70.000 et 100.000 personnes de son propre peuple, d’avoir recours à des gaz pour lesquels nous pensons avoir la preuve solide de leur utilisation ».
    Auteur AFP directmatin

  • nootrope12

    Mouai, si on regarde la carte de l’Europe des propriétaires et le taux de chômage la corrélation n’est pas flagrante, on peut même dire « ça dépend » :
    http://www.immobilier-finance-gestion.com/article-proportion-de-menages-proprietaires-de-leur-logement-en-europe-64554522.html
    http://eurasianfinance.com/wp-content/uploads/2012/03/Chomage-zone-euro.jpg
    On peut faire pareil avec les départements en France, toujours « ça dépend » :
    http://www.actualitix.com/wp-content/uploads/2012/06/taux-de-proprietaire-immobilier.png
    http://www.actualitix.com/wp-content/uploads/2012/06/taux-de-chomage-departement.png
    A moins qu’on se base sur la baisse du nombre de pirates…

  • Filux

    L’avenir appartient à celui dont les locataires se lèvent tôt !

  • Fenrir

    Donc devenons propriétaire d’un ch’ti bout de terrain pour le cultiver et élever quelques poules, lapins et plus si possible ; devenons notre patron ou participons à une scop et faisons crever leur système.
    CQFD !
    Merci aux auteurs de cette étude à la solde du libéralisme anglo-saxon.

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Evidemment que l’on doit tous devenir des locataires :
    Les supers banksters possèdent déjà plus d’un 1/3 de l’immobilier mondial, et ils veulent le reste.

    Lorsqu’ils auront tout Braqué, vous ne serez plus que des locataires rendus mobiles à souhait, et qui travailleront où on leur demandera d’aller partout dans le monde; …toujours là où vous serez payés le moins cher évidemment, …comme de gentils petits esclaves.

    Demander à Jaques Attali, si cela n’est pas là son rêve profond, ou en tout cas l’image qu’il se fait du futur Nouvel Ordre Mondial !

  • article 35

    La musique adoucie les mœurs : allons y donc .
    https://www.youtube.com/watch?v=QRhg-Ioik8c
    Ils ne sont qu’une poignée les corbeaux qui volent sur nos plaines. Nous pouvons leur arracher les plumes quand nous le souhaitons , mais pour cela il faut…..le vouloir.

  • Maverick Maverick

    J’ai adoré le dernier paragraphe : La propriété réduit la mobilité professionnelle, augmente le temps de transport et fait manquer des opportunités professionnelles …
    En gros, on devrait organiser toute notre vie autour du travail, quoi …
    1 ) On fait comment quand les deux conjoints travaillent ?
    2 ) C’est tellement évident que les loyers baissent quand on se rapproche du lieu de travail …

    Et puis tout le monde sait que la crise des subprimes a été causée par l’accession à la propriété par des gens qui n’en avaient pas les moyens, pas par les banquiers véreux qui leur ont proposé des prêts « NINJA » (No INcome, Job, Assets : Ni revenus, ni travail, ni patrimoine). Salauds de pauvres.
    Et puis c’est vrai que ça sera tellement mieux de vivre dans une MacMaison …

  • Lola

    je pense que vous ne vous trompez pas : peut-être sera-t-il bientôt interdit, tout d’abord d’être propriétaire de plus que de son logement, puis peut-être même du logement occupé. « Tout se recoupe » Et comment donc, que tout se recoupe devant nos yeux qui restent incrédules » !!! Tout fonctionne comme si « ils » voulaient pomper le maximum de fric le plus vite possible (avant de disparaître dans leurs villes souterraines ?) car « ils » savent qu’il ne leur reste pas beaucoup de temps pour le faire… Le chaos crée en surface n’a plus aucune importance à leurs yeux : il doit bien y avoir une raison…

    • article 35

      Désolé LOLA mais le fric ne les intéresse pas au sommet de la pyramide . La chute du système économique n’est qu’un générateur de stress et d’émotions lourdes , comme les guerres et les catastrophes dites naturelles . Le véritable combat n’est pas d’ordre matériel au sens où nous l’entendons. Pensez  » énergie psychique ».

  • jefaispeuralafoule

    Je pense qu’il faut être fin dans le raisonnement. L’accès à la propriété pose d’autres soucis économiques qui ne sont pas directs, mais qui ne sont pas totalement négligeables non plus.

    Il faut voir cet accès comme une sorte d’épargne à très long terme. En effet, le crédit impose donc de payer à une banque des remboursements, le tout avec intérêts. Cet argent supplémentaire sur la somme initiale revient donc de fait à la banque… mais qui ne retournera pas dans la mécanique économique (ce qu’on n’a plus on ne le dépense pas).

    Dans ces conditions, bien des foyers endettés par le crédit immobilier ne dépensent donc pas dans l’économie « autre »… cela pourrait avoir un impact, mais quelque peu négligeable, puisque le loyer en lui-même est déjà une charge en soi, mais une charge potentiellement plus faible.

    Par contre, raisonnons aussi de manière différente entre nous et les USA. Les Américains n’hésitent pas autant que nous à déménager pour le travail, voire même à abandonner des quartiers entiers quand la crise se fait sentir. Nous sommes bien plus attachés à nos régions qu’ils le sont, et c’est un facteur à ne pas négliger concernant la mobilité. Toutefois, ça ne justifie en rien de dire « moins mobile, donc plus de chômage ».

    Dernier point intéressant: si l’on fait ses calculs, vu le marché immobilier récent, il se révèle, à court/moyen terme, limite plus intéressant de louer que d’acheter, étant donné le coût exorbitant à l’achat. Ceci dit, je trouve cette idée affolante, car à très long terme, ce calcul est faussé au titre qu’une fois le bien totalement acquis, les frais de « loyer » (location vs crédit) disparaissent… ce qui change totalement la donne.