Somalie: la piraterie saborde (un peu) l’économie mondiale

Tellement facile de s’attaquer aux somaliens qui coûtent tant à l’économie des gros requins!!! Le petit aperçu de l’article vous montrera ce qui se dit officiellement, la suite reviendra sur certaines vérités qui sont oubliées pour des raisons pratiques…

Copyright Reuters

Copyright Reuters
La piraterie somalienne aurait provoqué quelque 18 milliards de dollars de pertes au commerce mondial en 2012, selon les données de la Banque mondiale.
Sur le même sujet
18 milliards de dollars, c’est ce que coûterait chaque année la piraterie somalienne à l’économie mondiale, à en croire une étude de la Banque mondiale. Ces quelque 13,8 milliards d’euros feraient preque oublier les 53 millions de dollars (environ 40,6 millions d’euros) que représentent les rançons payées tous les ans depuis 2005, d’après les estimations de l’institution.

La piraterie coûterait à la Somalie 6 millions de dollars par an. Mais elle nuirait également aux activités économiques des pays voisins. « Les pays d’Afrique de l’Est voient diminuer fortement depuis 2006 les arrivées de touristes et le rendement de l’industrie de la pêche. Depuis l’essor de la piraterie, le chiffre d’affaires du secteur très porteur du tourisme progresse 25 % moins vite en Afrique de l’Est que dans les autres pays de l’Afrique sub-saharienne. De même, les exportations de produits de la pêche des pays affectés par la piraterie ont diminué de 23,8% depuis 2006 par rapport à d’autres régions, en partie du fait de chutes de la production », précise le document.

Article complet sur La tribune

Je ne peux pourtant pas m’empêcher de dépoussiérer cet article d’avril 2011 qui nous explique que les pirates ne sont pas forcément les méchants qu’on voudrait bien nous faire croire…

C’est juste un constat, pas une larme n’est versée pour les somaliens dont finalement tout le monde se fout. Les « pirates » condamnés par la communauté internationale ne sont en fait que de simples pécheurs luttant pour survivre face aux autres pays venant faire de la pèche illégale dans leurs eaux, un fait qui n’est pas trop médiatisé, mais ce n’est pas le seul problème malheureusement… Le Japon est confronté à la pire crise nucléaire que l’humanité ait jamais connue, mais il faut le rappeler, cela fait maintenant 18 ans que ce même pays utilise la Somalie comme « poubelle » pour ses déchets nucléaire, tout comme les autres. La Somalie est une poubelle, les pécheurs somaliens veulent protéger leurs eaux, ce sont devenus aux yeux du monde de méchants pirates contre lesquels il faut lutter, bref, encore une belle manip…

Moins souvent évoquées par la presse des pays du Nord que les mésaventures des otages, les conditions de vie des « pirates » somaliens et de leurs concitoyens rèvèlent qu’ils sont avant tout des pêcheurs en lutte contre le pillage occidental de la pêche et la décharge de déchets toxiques. Dans cet article retenu par le Projet Censuré 2010, la réalité des conséquences du chaos politique persistant en Somalie n’apparaît pas seulement sous l’aspect de la piraterie : en effet même l’ONU y fait depuis longtemps preuve de négligence quant aux traités en vigueur sur les déchets toxiques.

La communauté internationale a condamné avec force les pirates-pêcheurs somaliens et leur a déclaré la guerre, tout en dissimulant derrière un voile de discrétion les opérations des flottes qui se consacrent à la pêche illégale non déclarée et non réglementée.

Ces flottes en provenance du monde entier pratiquent la pêche furtive et déchargent des déchets toxiques dans les eaux somaliennes depuis la chute du gouvernement de ce pays, il y a dix-huit ans.
Lorsque le gouvernement somalien s’effondra, en 1991, les intérêts étrangers saisirent l’occasion pour entreprendre le pillage des richesses alimentaires marines de la nation et faire de ses eaux échappant à toute surveillance la décharge des déchets nucléaires et toxiques.Selon le Groupe de travail en haute mer (HSTF, sigle en anglais), en 2005, plus de huit cent bateaux de pêche [IUU] opéraient dans les eaux somaliennes, tirant profit de l’incapacité dans laquelle se trouvait le pays de surveiller ses eaux et ses zones de pêche. Les bateaux IUU puisent chaque année dans les eaux somaliennes des fruits de mer et des poissons pour une valeur globale de 450 millions de dollars : ils privent ainsi la population somalienne, l’une des plus pauvres du monde, d’une source inestimable de protéines et ruinent les pêcheurs, privés de leur gagne-pain.
Dès le début des années 90, on enregistrait des réclamations concernant le largage de déchets toxiques et la pêche illégale, mais il a fallu que le tsunami dévaste le pays, en 2004, pour qu’apparaissent les pièces à conviction [1]. Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a signalé que le tsunami a poussé des conteneurs oxydés, pleins de déchets toxiques, jusqu’aux terres du Puntland, dans le nord de la Somalie.

Nick Nuttall, porte-parole du PNUE, a déclaré à la chaîne arabe Al Jazeera que lorsque les conteneurs furent éventrés par la force des vagues, on a pu découvrir que des inconnus se livraient à une « activité terrifiante » depuis plus de dix ans. « La Somalie sert de décharge pour les substances dangereuses depuis le début des années 90 et cela s’est prolongé pendant toute la durée de la guerre civile », ajoute-t-il. « Les déchets sont de natures diverses : on y trouve des résidus radioactifs d’uranium, pour l’essentiel, mais aussi du plomb, des métaux lourds comme le cadmium et le mercure, ainsi que des déchets industriels, hospitaliers et chimiques : de tout ! »

Nuttall précise que depuis que les conteneurs ont échoué sur des plages, des centaines d’habitants de la côte sont tombés malades, souffrant d’hémorragies abdominales et buccales et d’infections de la peau, entre autres maladies. « Ce qu’il y a de plus alarmant, ce sont les déchets nucléaires.
Les résidus radioactifs d’uranium menacent les Somaliens de mort et détruisent totalement l’océan », précise-t-il.

Ahmedou Ould-Abdallah, envoyé de l’ONU pour la Somalie, assure que dans les faits, le pétrole a contribué à la guerre civile qui dure depuis dix-huit ans dans ce pays, car pour décharger leurs déchets, les compagnies paient les ministres du gouvernement et / ou les leaders des milices. « Il n’y a pas de contrôle gouvernemental… et peu de gens respectueux de l’éthique… ils payent des gens haut placés, mais c’est à cause de la fragilité du « gouvernement fédéral transitoire », sans compter que quelques-unes des corporations ne consultent même pas les autorités : elles déchargent leurs déchets et s’en vont. »

En 1992, les pays membres de l’Union européenne et 168 autres nations ont signé la Convention de Bâle, sur le contrôle des mouvements transfrontaliers des déchets dangereux et leur stockage. L’accord interdit le commerce de résidus entre les pays signataires de même qu’aux pays qui n’ont pas signé le document, à moins d’un accord bilatéral négocié. Il interdit de même l’envoi de résidus dangereux dans les zones de guerre.
L’ONU a trahi ses propres principes et fait la sourde oreille aux demandes somaliennes et internationales pour mettre un terme à la dévastation ininterrompue des ressources marines somaliennes et à la décharge de déchets toxiques. Ces violations ont également été ignorées par les autorités maritimes de la région.

Tel est le contexte dans lequel ont surgi ceux qu’on a appelés les « pirates »

On s’accorde à dire que dans un premier temps, ce sont de simples pêcheurs somaliens qui ont pris leur canot à moteur pour tenter de dissuader les incursions de bateaux qui déchargeaient leurs déchets et pêchaient à la traîne, ou au moins leur faire payer un « impôt ». Ils s’étaient eux-mêmes donnés le titre de « Gardes-côtes volontaires de Somalie »

Un des leaders des pirates, Sugule Ali, a expliqué pour sa part qu’il se proposait de « mettre fin à la pêche illégale et au largage de déchets dans nos eaux…
Nous ne nous considérons pas comme des bandits de la mer. Nous considérons que les bandits, ce sont eux, ceux qui pêchent, déversent des déchets illégalement et portent des armes dans nos eaux nationales. »

Le journaliste britannique Johann Hari a fait remarquer, dans le Huffington Post, que malgré le fait que rien ne justifie la prise d’otages, les pirates bénéficient du soutien écrasant de la population locale, et cela pour une raison. Le site web indépendant somalien Wardher News [2], a mené la meilleure enquête dont nous disposons sur ce que pense le citoyen somalien lambda. 70 % des personnes sondées par ce site « soutiennent énergiquement la piraterie, parce que c’est une manière d’assurer la défense des eaux territoriales du pays ». [3]

Au lieu de prendre des mesures pour protéger la population et les eaux somaliennes contre les infractions internationales, la réponse de l’ONU a été d’approuver des résolutions agressives qui donnent droit aux transgresseurs de faire la guerre aux pirates somaliens, quand elles ne les y encouragent pas.

Les voix des pays exigeant en chœur le durcissement de l’action internationale ont obtenu que des forces navales multinationales et unilatérales se hâtent d’envahir les eaux somaliennes et prennent le contrôle. Le Conseil de sécurité de l’ONU (certains de ses membres pourraient fort bien avoir des motifs cachés pour protéger indirectement leurs flottes de pêches illégales en eaux somaliennes) a approuvé les résolutions 1816, en juin 2008, et 1868, en octobre 2008, qui « invitent les Etats favorables à la sécurité des activités maritimes à participer activement à la lutte contre la piraterie en haute mer, au large de la Somalie, notamment en déployant leurs bateaux de guerre et leur aviation militaire… »

L’OTAN et l’Union européenne ont également donné des ordres en ce sens. La Russie, le Japon, l’Inde, la Malaisie, Égypte et le Yémen se sont joints à la bataille, aux côtés d’un nombre croissant de pays.

Pendant des années, il était demeuré impossible de faire passer des résolutions de l’ONU pour contrôler la piraterie dans les mers du monde, en grande partie parce que les nations membres subodoraient qu’il y allait de leur souveraineté et de leur sécurité. Les pays renâclent à l’idée de céder la surveillance et le contrôle de leurs eaux territoriales. Les résolutions 1816 et 1838 de l’ONU, auxquelles s’opposèrent plusieurs nations d’Afrique occidentale, des Caraïbes et d’Amérique du Sud, ont donc été taillées exclusivement à la mesure de la Somalie, un pays qui n’a pas de représentation assez solide aux Nations unies pour exiger des amendements destinés à protéger sa souveraineté. De la même manière furent ignorées les objections de la société civile somalienne au projet de résolution, qui ne faisait même pas mention de la pêche illégale ni du déversement de déchets.

Hari s’interroge : « Nous attendons-nous à ce que les Somaliens affamés s’installent passivement sur leurs plages ou rament au milieu de nos déchets nucléaires tout en regardant comment nous leur volons leurs poissons pour les déguster dans des restaurants de Londres, de Paris et de Rome ?
Nous n’avons strictement rien fait contre ces délits. Mais quand des pêcheurs rétorquent en interrompant le trafic du couloir maritime par lequel passe 20 % du pétrole du monde, nous poussons des hauts cris contre ce « coup bas ». Si nous entendons réellement combattre la piraterie, commençons par en extirper la racine, c’est-à-dire par poursuivre nos propres délinquants, avant d’envoyer nos canonnières nettoyer le couloir de tout criminel somalien. »

Mise à jour de Mohamed Abshir Waldo (de WardheerNews)

Les crises de piraterie multiple n’ont pas reculé en Somalie depuis mon dernier article « Les deux pirateries en Somalie : pour l’une ignore-t-elle l’autre ? », publié en décembre 2008. [4] La piraterie de la pêche illégale, du dépôt de déchets et du trafic maritime non contrôlé se poursuit de plus belle. Les pêcheurs somaliens réagissent à la pêche furtive étrangère, en provenance de bateaux armés, par une guerre intensifiée contre tout bâtiment empruntant le golfe d’Aden et l’océan Indien

Les gouvernements étrangers, les organisations internationales et les grands médias se sont unis pour diaboliser la Somalie et faire passer ses pêcheurs pour de dangereux assassins qui attaquent par surprise et terrorisent les marins (même si, jusqu’à présent, aucun n’a été blessé). Cette version est de toute évidence manipulée. Les grands médias se montrent infiniment plus discrets quant aux autres formes de piraterie, celles de la pêche illégale, et du largage de déchets.

Les marines de guerre du monde —plus de 40 navires de guerre dont dix asiatiques, arabes et africains, et les autres de nations de l’OTAN et de l’Union européenne— livrent une véritable chasse aux pêcheurs-pirates somaliens et ne se soucient guère de savoir si leurs cibles repérées en eaux somaliennes pratiquent la pêche, tout simplement, ou la piraterie. Les diverses réunions du Groupe international de contact pour la Somalie (ICGS, sigle en anglais) sont continuellement l’occasion de stigmatiser les pêcheurs somaliens et d’inviter ses membres à lancer des expéditions punitives, sans qu’il y soit jamais question des violations commises par leurs propres flottes.

Lors de la réunion anti-piraterie de l’ICGS du Caire, qui s’est tenue le 30 mai 2009, Égypte et l’Italie sont les pays qui ont le plus insisté pour exiger des châtiments sévères contre les pirates-pêcheurs somaliens.
Tandis que ces pays se réunissaient à nouveau à Rome, le 10 juin 2009, la communauté de la ville côtière somalienne de Las Khorey a retenu une barge italienne et deux bateaux égyptiens pleins à craquer de poisson capturé illégalement en eaux somaliennes. La barge acheminait deux énormes réservoirs dont on soupçonne qu’ils contenaient des déchets toxiques ou nucléaires. La communauté de Las Khorey a invité les experts internationaux à venir enquêter sur place, mais n’ont toujours pas reçu de réponse.

Il reste à signaler que la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (IUU) ainsi que le déversement de déchets se produisent aussi au large d’autres pays africains, et en particulier la Côte d’Ivoire, autre grande victime du réseau de déchetterie toxique international.
Certains affirment que les actes de piraterie obéissent à la logique du désespoir, et, dans le cas de Somalie, les pirates des uns ne seraient-ils pas les gardes-côtes des autres ?
Source plus vidéos en anglais: voltairenet.org

 

8 commentaires

  • Jissaoui

    Remise dans son context, la manimulation est flagrante.
    Ils recréés toutes la sémentique afin de camoufler leur atrocités. Un système qui ne s’assume pas est près à s’écrouler.

  • anoushka35

    C’est tout simplement scandaleux!!! Mais à nos corps défendant il n’y a que sur ce genre de site que l’on peut avoir accès à de telles informations, qui véritablement doivent affecter les très bons pensants politiques de l’ONU et de l’ensemble des pays européens ou autres…
    Il semble inconcevable que l’on puisse plus longtemps laisser dégénérer une situation insoupçonnée par la majorité. Les oeillères il est vrai sont difficiles à faire tomber.
    A quand l’assemblée des anti polluants et anti « non informatioin ». Il est vrai que la vérité étalée à tout va mettrait en péril plusieurs économies occidentales, quand l’on sait que nous mangeons « poissons et crustacés » empoisonnés par les décharges illégales de produits radioactifs et déchets de toutes sortes.
    Moi maintenant je ragarderai à deux fois d’où proviennent les poissons et crustacés proposés à la vente en général.
    Greenpeace n’a cependant pas réagi à ce fait ou alors j’ai zappé leur intervention. N’y aurait-il pas non plus parmi eux des éléments antti-anti défense???

  • confucius

    Bonjour et Bravo benji,

    C’est une des si nombreuses ignominies auxquelles nous participons, bien malgré nous.
    Mais ce n’est pas seulement une ignominie, c’est aussi un ou des génocides auxquels nous participons, entrainés par une illusion de bien-être (soutenu par nos merdias), en comparaison aux PVD (pour situer un évènement, une situation, il faut un « étalon », quoi de plus naturel que de se comparer aux PVD pour y croire).
    Merci les merdias !

  • yoyo

    je croyais que l’occident représentait la grande démocratie juste et humanitaire, eux n’étaient que des voleurs sans foi ni loi ?
    Mais, s’ils mentent sur La Somalie peut être qu’ils mentent sur L’Iran, La Lybie, La Syrie, L’Irak, L’Afghanistan, La Corée du Nord, Le Mali, La Palestine, … ?
    Mais si ce n’est pas eux les méchants c’est qui ?

    • odin29

      Yoyo. Comme quoi… quand on ne connait pas tous les tenants et aboutissants d’une affaire on juge un peu trop vite, d’où l’intérêt des info alternatives qui nous éclairent et nous évitent bien des égarements. Mais je crois que tu confonds les banksters de l’oligarchie financière apatride et l’occidental lambda, comme toi et moi. Nous, la plupart des moutons, n’avons jamais mis les pieds en Somalie alors notre responsabilité n’est pas engagée. Et en ce qui concerne la démon-crassie, je dirai que c’est le mot le plus grotesque du dictionnaire, la plus grande arnaque intellectuelle depuis 1789. Ce mot ne veut plus rien dire!!!

      • yoyo

        Quand j’achète une baguette de pain je paie une taxe, parfois des impôts, à un gouvernement, à un pays, qui envoie ses armées assassiner femmes et enfants, armées financées, par nous moutons. Es tu bien sûr que nous sommes innocents que nos mains ne sont pas souillées du sang des victimes de nos militaires ? Si on est innocent c’est seulemet le gouvernement, mais sans notre argent comment ferait-il ?
        Si ce n’est pas nous les gentils ça donne mal au ventre !

  • odin29

    Yoyo, dans l’absolu tu as raison mais alors que faire? Arrêter d’acheter ta baguette de pain? Ne plus payer tes impôts? Moi pareil, je ne veux pas cautionner cette politique va t-en guerre mais je ne suis qu’un simple No, impuissant, alors, que conseilles-tu?

  • Theseaofgods

    Toxic somalia, le reportage d’Arte

    http://www.youtube.com/watch?v=Jd-KdAi7QXg