Attac : Nos propositions pour «Changer le système, pas le climat»..

Pour que ce ne soit pas que des mots, à chacun de voir, comment il peut faire sa part, en tant que Colibri responsable..

Titre initial :
Pour reprendre notre avenir en main, nous devons changer le présent ! Nos propositions pour «Changer le système, pas le climat»

Le système capitaliste a exploité et abusé la nature, poussant la planète à ses limites, tant est si bien que le climat est l’objet de fondamentales et dangereuses transformations.

Aujourd’hui, la gravité et la multiplicité des dérèglements climatiques –sécheresses, désertification, inondations, ouragans, typhons, feux de forêts, fonte des glaciers et de la Banquise– indiquent que la planète brûle. Ces variations extrêmes ont des effets directs sur les humains, que ce soit à travers les décès, les pertes de moyens de subsistance, de cultures ou de maisons, conduisant à des déplacements de population sous la forme de migrations forcées ou de réfugiés climatiques, avec une ampleur sans précédent. 

L’humanité et la nature sont au bord du précipice. Nous pouvons rester les bras croisés et poursuivre la marche vers un avenir catastrophique et si terrible qu’il ne peut être imaginé, ou nous pouvons nous engager et recouvrer un futur que nous avons tou-te-s espéré.

Nous n’allons pas rester les bras croisés. Nous ne laisserons pas le système capitaliste nous brûler tou-te-s. Nous allons passer à l’action et nous attaquer aux causes profondes du changement climatique en changeant le système. Le temps est venu d’arrêter de parler, et celui d’agir.

Nous devons favoriser, soutenir, renforcer et accroître les mobilisations locales à tous les niveaux, mais plus particulièrement dans les batailles de première ligne où les enjeux sont les plus élevés.

Changer le système signifie :

> Laisser plus des deux tiers des réserves de combustibles fossiles dans le sol ou sous le plancher de l’océan, afin d’éviter des niveaux catastrophiques de dérèglements climatiques.

> Interdire toute nouvelle exploration et exploitation de pétrole, sables bitumineux, schistes bitumineux, charbon, uranium et gaz.

> Soutenir une transition juste pour les travailleurs et les communautés qui permette de sortir d’une économie basée sur l’usage des énergies fossiles vers des économies locales et résilientes basées sur la justice sociale, écologique et économique.

> Décentraliser la production et la propriété de l’énergie sous le contrôle des communautés locales et en utilisant des sources d’énergie renouvelables.

> Cesser de construire des grands projets d’infrastructures inutiles qui ne bénéficient pas à la population et qui sont des contributeurs nets en termes d’émissions de gaz à effets de serre, tels que les grands barrages, les autoroutes, les mega projets énergétiques, et les aéroports superflus.

> Mettre fin à la domination des formes industrielles basées sur l’exportation de la production alimentaire (y compris dans le secteur de l’élevage), et promouvoir des agricultures paysannes et agroécologiques de petite échelle, un système agricole qui assure la souveraineté alimentaire et qui fasse en sorte que les productions locales respectent les besoins nutritionnels et culturels des populations locales. Ces mesures permettront de lutter contre le réchauffement climatique.

> Adopter des approches Zéro Déchets à travers la promotion du recyclage complet et à travers des programmes de compostage qui mettent fin aux émissions de gaz à effets de serre provenant des incinérateurs –y compris les incinérateurs haute technologie de nouvelle génération– et des décharges.

> Stopper l’accaparement des terres et respecter les droits des petits agriculteurs, des paysans et des femmes. Reconnaître les droits collectifs des populations indigènes conformément à la déclaration de l’ONU sur le droit des peuples indigènes, y compris leurs droits à leurs terres et territoires.

> Développer des stratégies économiques qui créent des formes de «climate jobs» –des emplois décemment rémunérés qui contribuent directement à la réduction des émissions de gaz à effets de serre– dans des secteurs tels que les énergies renouvelables, l’agriculture, les transports publics et la rénovation des bâtiments.

> Récupérer le contrôle des fonds publics pour financer des projets allant dans l’intérêt des populations et de la nature, en matière de santé, d’éducation, d’alimentation, d’emploi, de logement, de restauration des bassins hydriques, de conservation et de restauration des forêts et des écosystèmes, le tout en arrêtant de subventionner les industries polluantes, l’agro-business et l’industrie militaire.

> Retirer les voitures des routes par la construction d’infrastructures de transport public propres, adaptés aux sources d’énergies locales et renouvelables, tout en les rendant accessibles et abordables à tou-te-s.

> Promouvoir la production et la consommation locales de biens durables permettant de satisfaire les besoins fondamentaux des populations et éviter le transport des biens qui peuvent être produits localement.

> Mettre fin et inverser les accords de libre-échange et d’investissements négociés au profit du secteur privé qui promeuvent le commerce pour la recherche du profit, qui détruisent la force de travail, la nature et la capacité des nations à définir leurs propres politiques.

> Mettre fin à la capture par le secteur privé de l’économie et des ressources naturelles au profit des entreprises multinationales.

> Démanteler l’industrie et les infrastructures militaires dans le but de réduire les émissions de gaz à effets de serre, et de récupérer les budgets militaires pour promouvoir une paix véritable.

Avec ces mesures, nous serons en mesure d’obtenir le plein-emploi car, construit dans cette perspective de changement systémique, il y aura plus d’emplois de meilleure qualité pour tou-te-s que dans l’actuel système capitaliste.

Avec ces mesures nous serons en mesure de bâtir une économie qui soit au service des populations et non des capitalistes. Nous mettrons ainsi fin à la dégradation sans fin de la terre, de l’air et de l’eau tout en préservant la santé des êtres humains et les cycles vitaux de la nature. Nous éviterons les migrations forcées et les millions de réfugiés climatiques.

Changer le système nécessite de mettre un terme à l’empire mondial qu’exercent les entreprises multinationales et les banques.

(…)

 

Pour lire la suite de ce super article de Attac, relayé par Kannie pour SOS-planete, cliquer ICI

Note de Voltigeur:

Les lanceurs d’alertes de Terresacree.org font un boulot d’éveil formidable, visitez leur site et commentez leurs articles, leurs dossiers brûlants. Abonnez vous à leur lettre pour ne pas dire « je ne savais pas ». Merci pour eux.

12 commentaires

  • pokefric pokefric

    Bonjour tlm.
    Il y en a qui ont anticipés ce qui arrive:
    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-blueseed-le-paradis-fiscal-flottant-117427883.html

    Faire le lien avec la chasse aux paradis fiscaux et aussi cette déclaration;
    Encore un insider, pour la mi-2013
    http://mahamudras.blogspot.fr/2013/05/encore-un-insider-pour-la-mi-2013.html

    Je ne sais plus quoi penser ?

  • fotoulaver fotoulaver

    Depuis quelques jours pratiquement aucun chemtrail. Je me suis surpris à respirer sans retenu…

    • criminalita

      Ouai c’est aussi vrai sur l’arc lémanique en suisse étonnant non ?

      • Ben.C

        Pas sur; les précipitations de ces derniers jours vont dans un sens peu habituel, j’ai l’impression que les nuages de ces derniers jours sont artificiels tellement ils se comportent anormalement selon les principes de circulation atmosphérique de l’hémisphère nord..

    • rouletabille rouletabille

      Idem ici en Campine (Belgique)j’en suis super étonné aussi.

  • jeannot jeannot

    toujours, je vote pour petit age glaciaire, afin d’expliquer « chemtrails » et méteo bizarre.

    Il neige en ce moment aux US entre 500 et 2000m(nord du texas, Denver,…) .
    Ils battent des records de neige en mai.

    En fait on se pèle le noeud partout sur cette planète.

    Un réchauffement est bien plus profitable aux humains, qu’un refroidissement.
    Et pour l’instant on peut constater qu’on va plus vers le frigo que vers le four.
    Les récoltes agricoles au Canada, au royaume uni, en France, en Pologne, en Allemagne,… risquent d’être bien faibles.
    Ajoutez a cela la spéculations sur les matières premières, la baisse des revenus, et nous avons là une bien belle recette pour « réchauffer l’ambiance ».

  • J’ai beaucoup ri.

    Ils devraient cependant utiliser le conditionnel plutôt que le futur.

    Ils ont de bonnes idées. Maintenant, qu’on m’explique comment ils vont mettre ça en place. Les intentions nobles, c’est bien, mais sans aucun levier de contrôle, ça ne reste que du fantasme…

    La phrase que j’ai préféré: « Le temps est venu d’arrêter de parler, et celui d’agir. ». Outre le fait qu’elle ne soit pas finie, je l’ai lue tellement de fois un peu partout, et depuis tant d’années que ça sent la pitrerie.

    On ne fait pas la révolution avec les plumes, mais bel et bien avec les épées… Si vous espérez encore gagner une guerre pacifiquement, c’est que vous êtes des bisounours… C’est triste, mais c’est inéluctable; tant qu’on ne refera pas chauffer la guillotine sur le cou des oligarques, rien ne changera, et on ira dans le mur.

    Robespierre revient ! (OK, c’était un taré, mais bon, avec lui, les têtes volaient ^^)

  • Emy Emy

    si on veut un changement il faut que l’on fasse des sacrifices sur notre petit confort habituel.
    il faut qu’on se passe de téléphone portable, d’ipad et autres conneries du genre. (coca cola, kinder bueno etc..)

    qu’on utilise moins la voiture, qu’on fasse plus de marche ou du vélo.
    qu’on arrête de consommer des produits qui viennent du bout du monde.
    faire des économie sur l’eau, consommer moins d’électricité.

    il faudra qu’on puisse se passer de pas mal de choses inutiles qu’on utilise couramment.

    les gens aiment trop leur confort, les petites lumières de la villes qui clignotent sans arrêt pour qu’ils aient un envie de changement.
    C’est le changement lui-même qui s’imposera a nous.

  • Lionel

    Attac dispose pourtant d’un comité scientifique mais ils ne cessent de ne parler que du « réchauffement climatique « , la célèbre arlésienne puisque Jeannot a raison, pour le moment ça se traduit surtout pas un refroidissement et pas mal de climatologues commencent à se ranger à l’idée d’un petit retour à plus de fraîcheur ( âge glaciaire, ça fout la trouille ).
    Pourquoi être aussi limité et ne pas évoquer la question sous l’angle de la raréfaction des matières premières et pas uniquement des fossiles, pourquoi ne pas dire que l’agriculture industrielle, cultures et élevages confondus, libère plus de 30% de gaz à effet de serre de la planète !
    Pourquoi ne pas parler de la raréfaction des terres arables qui vont conduire à une famine généralisée ?
    Pourquoi ne pas parler des transports publics et de leur gratuité ?
    Pourquoi aussi ne pas évoquer ce monde sinistre où voir un beau paysage devient un privilège que nos enfants ne connaîtront pas ?
    Ce n’est pas de cette façon qu’Attac va récupérer les forces vives qui ont fui lors du putsch et qui se retrouvent plus dans l’objection de croissance !!!
    Attac est et reste désespérément dans l’économisme pathologique et la croissance, leur vision s’en trouve très réduite.

  • yoyo

    Terresacree.org

    sacrée : Qui appartient au domaine séparé, intangible et inviolable du religieux et qui doit inspirer crainte et respect (par opposition à profane).

    pas une bonne référence, à côté Cohn-Bendit serait un saint homme ! :-))