Pactes avec le diable (banking with Hitler)

Depuis longtemps, il est difficile d’être réellement tolérant avec les banques, les abus, magouilles et trahisons ont pour la plupart été listées et dénoncées sur internet. Les « affaires » se médiatisent plus ou moins, mais certains secrets ont la fâcheuse tendance à rester enfoui, au nom du tabou qui entoure ces secrets, au nom de la politique, au nom des victimes de la Shoah, entre autres motifs. Ce documentaire est quand à lui exceptionnel car il aborde un sujet trop peu connu, la conversion en dollar de l’argent confisqué aux juifs déportés durant la seconde guerre mondiale,  l’opération Rückwanderer Marks.

Parmi les grandes banques qui sont impliquées et qui ont engrangé d’énormes bénéfices, la banque Chase, celle qui a rejoint la JP Morgan en 2000 pour donner la JP Morgan Chase, une des banques les plus puissantes et les plus sulfureuses de la planète.

http://www.youtube.com/watch?v=xwHgUELhV3A

Et pour aller plus loin dans le sujet et enfoncer encore plus le clou, un article certes conséquent au niveau de la longueur mais très détaillé: Comment Londres et Wall Street ont mis Hitler au pouvoir.

La guerre économique et financière menée aujourd’hui par l’oligarchie peut se réclamer essentiellement de trois antécédents historiques : 1) l’empire vénitien au cours de la période précédant la guerre de Cent ans et l’âge des ténèbres du XIVème siècle ; 2) l’empire établi, sur le modèle vénitien, par la Compagnie des Indes orientales suite au traité de Paris qui mit fin à la guerre de Sept ans en 1763 ; et 3) les cartels anglo-américano-allemands mis en place dans les années 20. C’est ce dernier aspect que nous allons examiner ici, car il est l’incarnation la plus récente du danger que représente actuellement une oligarchie financière déterminée à dominer le monde sous couvert de « globalisation ».

Il s’agit ici de montrer que le système financier oligarchique d’après-guerre, décrit en partie par John Perkins dans son livre Confessions d’un tueur à gages économique [1], représente la continuation des accords de cartellisation des années 20, qui menèrent à la Deuxième Guerre mondiale. Ces accords, que le président Franklin Roosevelt comptait démanteler après la guerre, constituent en quelque sorte un précurseur de la globalisation actuelle.


Dans une lettre au secrétaire d’Etat Cordell Hull, datée du 8 septembre 1944, le Président américain disait : « L’histoire de l’utilisation par les nazis du trust IG Farben se lit comme un roman policier. La défaite de l’armée nazie devra être suivie de l’éradication de ces armes de guerre économique. »

Cependant, malgré l’intention clairement exprimée par Roosevelt avant sa mort prématurée (en avril 1945), ces cartels furent protégés pendant la guerre par leurs partenaires anglo-américains et leur démantèlement ultérieurement prévu fut bloqué par ces mêmes intérêts.

En réalité, c’est une oligarchie financière internationale basée à Londres et à Wall Street qui permit la montée au pouvoir d’Hitler. Face à la dépression mondiale, elle ne voulait en aucun cas résoudre la crise en faisant appel aux méthodes du système américain de développement économique appliquées par Roosevelt aux Etats-Unis et proposées en Allemagne au début des années 30 sous forme du plan Lautenbach. Elle préféra encourager la création de gouvernements fascistes en Italie, en Allemagne, en Espagne, etc., afin de mieux garder le contrôle d’un système financier en plein effondrement, aux dépens de l’intérêt public. Les régimes fascistes ainsi mis au pouvoir devaient imposer une politique de pillage et de répression meurtrière et lancer la militarisation afin de renforcer encore le pillage.

On voit le reflet de cette politique aujourd’hui dans le dessein mondial visant à imposer, sous l’égide du Fonds monétaire international (FMI), la collecte de la dette extérieure assortie d’une austérité draconienne. La privatisation et donc le pillage du système de retraites (Social Security System), poursuivis avec acharnement par l’administration Bush, représentent le fer de lance de cette politique fasciste. Le modèle, explicitement invoqué par Bush, est la politique économique mise en œuvre au Chili à l’époque de la sinistre « Opération Condor » menée par le dictateur Augusto Pinochet – ce modèle lui-même ayant été préconisé par George Shultz et la Chicago School.

Au moment où Hitler commençait sa vaste mobilisation en vue de préparer une guerre d’agression, l’oligarchie financière basée à Londres et à Wall Street entretenait de multiples liens et relations avec les filiales allemandes des cartels ; ces sociétés continuèrent à commercer avec l’ennemi pendant la guerre et cherchèrent, par la suite, à protéger leurs avoirs. Dans le contexte de la Guerre froide, qu’elle orchestra avec l’aide de Winston Churchill et du président Truman, l’oligarchie financière se servit des mêmes avoirs pour torpiller le système de Bretton Woods, inspiré et lancé par Franklin Roosevelt, qui reposait sur la souveraineté des Etats-nations et le système américain d’économie politique. A la place, elle prônait une forme de fascisme universel sans Hitler que nous appelons, aujourd’hui, globalisation.

Le président américain Dwight D. Eisenhower mit clairement en garde contre cet appareil dans le discours qu’il prononça en quittant ses fonctions, en janvier 1961, où il parlait du danger que représentait le « complexe militaro-industriel ». Il ne fut pas possible d’éliminer immédiatement le système de Bretton Woods – il fallut pour cela attendre la première décision fatidique prise en 1971 par un président Nixon écoutant les conseils de George Shultz.

 Les cartels : un plan Schacht-Dulles-Morgan

Le rôle des frères Dulles, John Foster et Allen, dans la création des cartels et dans ce qui allait devenir le projet Hitler, remonte à l’époque du traité de Versailles, en 1919, qui fit porter à l’Allemagne l’entière responsabilité de la Première Guerre mondiale. En conséquence, elle perdit 13,5 % de ses territoires d’avant 1914 et fut condamnée à verser des réparations de guerre. Pour tenter de les honorer, l’économie allemande fut saignée à blanc pendant les années 20, menant en fin de compte à la chute de la République de Weimar. L’aggravation de la dépression au début des années 30 contribua ainsi à la montée au pouvoir d’Hitler.

Remontons à l’époque de la Première Guerre mondiale, Allan Dulles est envoyé à Berne (Suisse) par son oncle, Robert Lansing, à l’époque secrétaire d’Etat du président Woodrow Wilson, où il est chargé du renseignement à la Légation américaine. Par le biais du même oncle, les frères Dulles prennent part aux négociations du traité de paix de Versailles. En 1920, Allen Dulles sera nommé premier secrétaire de l’ambassade américaine à Berlin.

Son frère, l’avocat John Foster Dulles, représentera les intérêts de la Banque d’Angleterre et de la société J.P.Morgan dans l’Europe d’après guerre. Au printemps de 1920, au lendemain des négociations de Versailles, John Foster rencontre Hjalmar Schacht (1877-1970), à l’époque fonctionnaire subalterne auprès de l’autorité bancaire allemande créée par les Alliés et qui deviendra plus tard l’architecte de l’économie de guerre nazie basée sur les travaux forcés.

Article complet sur solidariteetprogres.org

26 commentaires

  • nostress nostress

    LES BANQUIERS SONT RESPONSABLES DE TOUTES LES MANIPULATIONS , LES GUERRES , LES VOLS , LES CRIMES , LES CRISES,LES SONDAGES,LES MOYENS D’INFORMATIONS enfin bref , il sont le monde … et vous des moutons c’est a dire a leurs YEUX RIEN .

  • Bar Llugara

    Les banquiers responsables de toutes les manipulations ?

    Peut-être oui, mais quand on ne veut pas se faire bouffer par le loup…
    …on évite de se comporter comme un mouton ; et les moutons, ils sont partout !

    Non, je ne crache à la figure de personne car à ma façon, j’en suis un aussi et tous les membres de la société en sont un aussi (tous à des degrés divers)… Le seul soucis, c’est que nous avons autant du mouton que du loup en nous et c’est notre « loup intérieur » qui paralyse d’effroi le mouton que nous sommes…

    Tout comme nous sommes nos pires juges (nous nous connaissons bien), nous sommes les supports de notre propre peur et nous sommes très forts pour nous faire peur… Oh oui !
    ;-)

  • C’est « drôle »,je viens de pondre un article sur mon blog ,à l’instant :http://eurocrassie.blog4ever.com/blog/index-719022.html
    Je vous en fait part:

    Drôle de gueule

    Aujourd’hui,Hitler à une drôle de gueule!

    I la les yeux bleus de Marine,les bouclettes de certains israéliens,la carrure de certains américains.

    Il est devenu un être hybride,il carbure au pétrole arabe,mange chinois,il possède des atouts partout.Il bouffe un peu de tout,étonnant personnage,qui fait encore des ravages!

    les pays de l’Est ,l’adulent pas mal aussi,sans trop le connaitre,ils perpétuent une tradition.

    Certaines jeunesses,se font fort de le représenter encore,sans l’avoir connu,pourtant.

    Je ne vais pas énumérer ce qu’il n’aimait pas,ce qu’il combattait,car je pense que l’histoire l’a suffisamment fait.Certains de ses persécutés d’hier,font de même avec d’autres aujourd’hui!

    Ceux- là,se reconnaitrons,sans les citer.Il a des pieds partout,en Europe,aux USA,et dans bien d’autres contrés insoupçonnables.Il a répandu pas mal de larves,de barges,un être tentaculaire.

    Après des décennies,il est bien là,omniprésent,les combattants d’hier,d’Hitler se sont mis à sa solde.(normal c’est la période)

    Je me lance là dans un débat houleux! Combien d’entre vous ,comprendrons mes paroles?

    Sans les interpréter d’une façon qui me cataloguera? Je le sais pas,à vous de créer le débat,si vous le désirez,sans me juger si vous ne comprenez pas mes propos.

    Si je vous choque,plutôt que de me renier,commentez!

    Je vous heurte,vous vous sentez visés?

    Vous pensez que je déraille?

    Ok,je ne fais qu’exprimer ma pensée, que je n’ estime pas infaillible,bien au contraire de certains…

    Je pense que le fascisme est toujours là,omniprésent,parfois pour ne pas dire souvent dans bien

    des sphères,bien des continents,il n’est la panacée que des blancs;le racisme se conjugue à tous les modes,sous toutes ses formes,il est caméléon.

    • Bar Llugara

      L’être humain baigne dans l’atavisme le plus total ; un peu de résistance, un peu de bordel et ce n’est plus le feu de l’amour qui brûle en son cœur !

      Les « pires », ce sont ceux qui jurent qu’ils ne sont pas comme ça (celui qui combat les monstres doit prendre garde à ne pas devenir monstre lui-même)…

      Ça finit toujours par hurler, vociférer, taper…quelque soit la maison le village, la contrée, le pays, la croyance, le continent. Ça me rappelle une phrase qu’une connaissance cite parfois :
      « moi contre mon frère, moi et mon frère contre le clan, moi et le clan contre la ville, moi et la ville contre la région, etc… »

      Je ne sais plus qui disait que l’homme était capable de tout, sauf de faire la paix !
      :-|

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    petite mise au point sur l’image loup/mouton
    Un loup va s’attaquer occasionnellement aux moutons soit par facilité ou par réduction de son territoire et du manque de proies. Il n’exploite ni ne tue en masse.
    C’est grace à la culture judeo/chrétienne que l’on nous faire croire a se mensonge que le loup serai le pire ennemi du mouton.
    C’est l’homme qui exploite manipule et massacre les moutons dans le seule but de faire de l’argent.
    L’Homme est bien un Homme pour l’Homme
    ;)

    Si ça passe sur Planet c’est que l’élite le veux car un certains % de la population en a conscience et qu’il n’est plus possible de le nier. Et au vu de l’implication de la JP morgan dans la ceise et c’est conséquence ceux qui n’était pas au courand ne seront pas étonné. En conséquence de quoi ça ne changera rien dans l’opinion publique.

  • Nevenoe Nevenoe

    Pff il y en a des conneries dans cet article.

    Beaucoup d’inexactitudes ainsi qu’une lecture trèa orientée des évènements.

    Toutes ces entreprises étrangères n’ont pas financé Hitler, elles faisaient des affaires avec l’Allemagne ce qui est très différent.

    C’est comme les sociétés qui continuent de travailler avec l’Iran alors que c’est interdit, elles ne financent pas l’Iran mais font des affaires.

    Et puis c’est même précisé dans l’article, des accords entre entrprises US et Allemande dataient d’avant l’accession d’Hitler au pouvoir.
    « En 1928, Henry Ford fusionnera ses actifs allemands avec ceux d’IG Farben. Le 9 novembre 1929, un cartel pétrochimique international sera créé suite au mariage d’IG Farben avec les Britanniques ICI et Shell Oil, et les Américains Standard Oil et Dupont ».
    Tout ça est donc avant 1933 !!!

    Concernant l’histoire des banques US et GB qui financent Hitler, le livre d’Antony Sutton (Wall Street and the Rise of Hitler) n’a rien démontré car son livre se base en grande partie sur une fraude « Hitler’s Secret Bankers » (du faux auteur Sydney Warburg). »

    Sydney Warburg est le nom de plume d’un auteur ou collectif d’auteurs, resté anonyme, (WIKIPEDIA) »

    Bref, Sydney WALBURG n’existe pas : tout est faux.

    Et puis quel intérêt pour ces banques et entreprises de financer Hitler vu sa politique socialiste ?

    À partir de 1934, les dividendes de l’actionnariat des entreprises allemandes étaient limités à six pour cent par an. Les bénéfices non distribués étaient investis en obligations du gouvernement du Reich, qui avait un taux d’intérêt annuel de six pour cent, puis, après 1935, de quatre et demi pour cent. Cette politique eut l’effet prévisible d’encourager le réinvestissement corporatif et l’autofinancement, et de réduire ainsi l’emprunt auprès des banques et, plus généralement, de diminuer l’influence du capital dans le commerce.

    http://www.alterinfo.net/Comment-Hitler-s-attaqua-au-chomage-et-relanca-l-economie-allemande_a67584.html

    Sinon la décoration « grand aigle d’or » n’existait pas.

    Cet article ne renvoie à aucune source vérifable, ce qui est bien pratique.

  • 195402

    tout le monde s’en fout mais…ce matin je vais annuler mon compte au crédit coopératif qui comme son nom ne l’indique pas est UNE BANQUE COMME LES AUTRES…DES CUPIDES ENFOIRéS

  • 195402

    De toute façon, globalement, QUE savons nous VRAIMENT du passé ? l’HISTOIRE qui a été écrite par des castes civiles et religieuses n’est qu’un ramassis d’amalgames mensongers qui ne relatent que des faits,des histoires,des anecdotes ponctuelles et qui sous-tendent aussi des théories falsifiées pour mieux nous cacher l’ESSENTIELLE VERITE , à savoir que nous sommes des fils et filles de l’UNIVERS (en expansion selon certains…pourquoi pas) TOUS LIBRES ET UNIQUES ; au-delà des TRIBUS les chefs sont des grades pour LE CONTROLE et l’ASSERVISSEMENT

  • Maverick Maverick

    Intéressant et instructif. La vidéo est un peu décousue; on commence par les archives sales de Morgan et Chase, la compromission de Clinton dans le dossier, on fait un détour par le rôle des « ex-« nazis dans les activités clandestines de la Guerre Froide, pour revenir sur le cruel dilemme des autorités US face à l’or sale. Je n’avais jamais soupçonné le potentiel de déstabilisation monétaire de cet or sale … Couplé avec les montagnes d’or brassées par les US (et d’autres) suite à la récupération du trésor de guerre japonais, on peut se demander si ce n’est pas là qu’il faut chercher les raisons de l’abandon de l’étalon-or et un certain nombre de phénomènes et décisions économiques et (géo)politiques depuis 1940-45 ?

    Il n’en reste pas moins que l’on continue de rester discret sur le rôle de certains, comme la Principauté de Monaco, la Suisse (notamment la Banque des Règlements Internationaux), le Vatican … Jusqu’à tout ce joli monde qui se retrouve à Davos ? Autant il est nécéssaire de savoir et de perpétuer la mémoire de ces crimes, des instigateurs aux exécutants, autant des fois je sature. C’est comme de contempler l’immensité de l’Univers dans toute sa gloire : On est vraiment bien peu de choses, finalement. Alors qu’est-ce qui pousse ces gens ?

  • Maverick Maverick

    La mention de la « Chicago School » me rappelle cette phrase de Donald Rumsfeld : « Milton Friedman est la preuve vivante que les idées ont des conséquences ». Vu les deux personnages, j’hésite entre cynique ou schizophrène …

  • vincenzo

    Salut,

    En commentaire, 2 liens :

    file:///D:/bureau%202/us%20auto-probl%C3%A8me/La%20famille%20Bush%20et%20Auschwitz,%20une%20tr%C3%A8s%20longue%20Histoire%E2%80%A6%20-%20Secrets-Revelations.com.htm

    http://www.alterinfo.net/La-Dynastie-de-la-Mort-Perspective-Historique-sur-la-famille-Bush_a4166.html

    Sinon, John Loftus, président du Florida Holocaust Museum, a écrit « The Secret War Against the Jews », lien :

    http://www.ussliberty.org/secret.htm

    Qu’en pensez-vous ?

  • vincenzo

    re…

    Une vidéo sur le grand-père Busch :

    https://www.youtube.com/watch?v=AmQ-aSIVNiw