La bourse ou la vie?

Au fait : La banque d’affaires américaine Goldman Sachs a annoncé mercredi 16 janvier un bénéfice plus que doublé en 2012 et triplé pour le quatrième trimestre, le bénéfice net part du groupe annuel étant ressorti à 7,3 milliards de dollars.
Rappel : Les marchés financiers fonctionnent aujourd’hui à la seconde, ou à la nanoseconde, et ne supportent plus le temps démocratique, qui ne va jamais assez vite pour eux. Un phénomène permis et aggravé par le fait que 70% des transactions financières aux Etats-Unis, et près de la moitié en Europe, sont réalisées par des automates, à travers le trading algorithmique. Voir Quand les marchés font les gouvernements

Trois expériences :
1/ Raven la guenon a réussi le tour de force de terminer 1999 à la 22ème place des meilleurs gestionnaires avec un gain de 213%  écrasant ainsi près de 6000 concurrents. Sa stratégie était fort simple, puisqu’elle consistait à sélectionner un échantillon de valeurs internet parmi une pré-sélection de plus de 130 valeurs la première année à l’aide… de fléchettes.Source

2/ En mars 2001, la société Barclays Stockbrockers, une équipe de chercheurs britanniques appartenant à la « British Association’s National Science » aidés par un psychologue de l’université de Hertfordshire, Richard Wiseman, ont imaginé et mis sur pied une expérience, certes de courte durée, une semaine du 15 au 22 mars, mais tout de même révélatrice quant au rôle du hasard en bourse et dans les performances des produits financiers vendus au grand public via les réseaux bancaires et autres sociétés de bourse.


Un portefeuille d’une valeur fictive de 5.000£ (environ 7600 €uros) fut constitué par trois « investisseurs » : une fillette de 4 ans, Tia Laverne Roberts ,un financier, Mark Goodson, 39 ans et une astrologue, Christeen Skinner. Si le choix de la fillette ne s’explique que par l’action de son bras libre de tout mouvement plongeant dans le chapeau, celui de l’astrologue fut évidemment guidé par la position des planètes et celui du financier par ses connaissances approfondies des marchés financiers sans doute sanctionnés par de hautes études.

Au terme d’une semaine boursière chaotique, le Footsie (l’indice phare de la bourse de Londres) s’étant effondré durant cette période, le vainqueur fut finalement celui qui réalisa le moins de pertes, c’est-à-dire Tia, 4 ans, réalisant une performance de -4,5% sur son investissement de départ, moins pire que celui de ses concurrents : -7% pour le broker et (tant pis pour les astres) -10% pour l’astrologue. Source

3/ Confiez une somme de £5000 à une équipe de financiers aguerris et la même somme à un chat, en l’occurrence nommé Orlando.
La mission : bâtir un portefeuille performant d’actions du FTSE.
Qui gagne à la fin ? Le chat bien sûr. Source

Trouvé sur Au bout de la route

2 commentaires