La Constitution égyptienne adoptée à 63,8%

par Marwa Awad et Yasmine Saleh

LE CAIRE (Reuters) – Le projet contesté de Constitution égyptienne a été approuvé par 63,8% des voix exprimées lors du référendum des 15 et 22 décembre, a annoncé mardi soir la commission électorale.

Le résultat officiel est conforme aux estimations diffusées depuis ce week-end par les Frères musulmans comme par l’opposition, regroupée au sein du Front de salut national et hostile au texte qui dénonçait des irrégularités.

La victoire du « oui » ouvre la voie à des élections législatives dans un délai de deux mois environ. Ce scrutin va de nouveau polariser l’Egypte entre le bloc islamiste, vainqueur de toutes les consultations électorales depuis la chute d’Hosni Moubarak et une opposition disparate mais qui a resserré les rangs à l’occasion de la campagne référendaire.

« Nous avons examiné avec sérieux toutes les plaintes », a précisé le juge Samir Abou el Matti lors d’une conférence de presse.

La participation officielle ressort à 32,9% des inscrits.

Après les violentes manifestations qui ont précédé le référendum, organisé en deux phases à sept jours d’intervalle, Le Caire semblait calme mardi soir à l’annonce des résultats définitifs, et les partis d’opposition n’ont pas lancé d’appels à manifester.

« Les résultats (officieux) étaient très bizarres et pourtant aucun changement n’a été opéré dans le score, ce qui prouve que rien n’a été fait pour prendre nos plaintes en ligne de compte », a réagi Khaled Dawood, un des porte-parole de l’opposition.

Le président Mohamed Morsi considère que l’adoption de la Constitution met un terme à la longue et turbulente période post-révolutionnaire qui a suivi la chute de Moubarak en février 2011.

Article complet: Reuters

3 commentaires

  • Bidule

    63,8% !!

    AAAAAAAAHahahahahahahahahahahahahahahahahaha !!!

    En v’là encore qui nous prennent pour des cons…

  • le journal de personne

    El Morsi… c’est comme si

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/12/el-morsi-cest-comme-si/

    Dans le cadre de notre série « Quelqu’un en face de Personne », j’ai l’immense bonheur de recevoir le détenteur du trône, même si l’Égypte n’est pas un royaume, El Morsi voudrait peut être en faire un royaume de Dieu sur terre.
    C’est la première question que j’ai osé lui poser
    Il m’a rit au nez… en me signifiant qu’à part Cléopâtre, aucune femme ne pouvait l’impressionner… que je ne devais donc pas me gêner pour lui asséner les quatre vérités que le monde m’a soufflé…
    Il n’a pas aimé que je l’assimile au Pharaon parce que Dieu incarne à lui seul, toute la grandeur. L’immensité.
    Je lui ai demandé alors, ce que l’Égypte a fait, ce qu’elle a été capable de faire depuis les Pyramides.
    Je croyais placer la barre très haute en le renvoyant à la légende des siècles.
    Il y a encore plus grand que les Pyramides, murmura t-il;
    Quoi donc, monsieur le Président ?
    La Fraternité… qui nous remet tous sur un pied d’égalité… il n’y a que Dieu pour la garantir et le Coran pour l’attester.
    Il est vrai que les frères musulmans ont emporté les élections et que vous disposez depuis, de tout l’exécutif, du législatif que vous avez acquis d’office et vous voulez en plus mettre la main sur le pouvoir judiciaire en modifiant la constitution… comment pouvez-vous justifier votre acheminement vers un pouvoir absolu…
    C’est le peuple qui l’aurait voulu… Je n’ai rien fait d’autre qu’écouter la voix du peuple … qui vient juste à travers le dernier référendum de me laver de tout soupçon… la Majorité m’a donné raison… l’opposition, l’occident… ne sont pas contents… mais c’est ça la démocratie : une joie qui change de camp.
    Surtout quand Dieu s’en mêle, lui dis-je en craignant sa fausse courtoisie…
    Il a poursuivi comme si je n’avais rien dit…
    Ça y est, l’Égypte est mûre pour rayonner aux yeux du monde, en toute cohérence, en toute clairvoyance, puisque je sais et je ne sais pas si vous le savez qu’il ne peut y avoir de rayonnement sur terre sans l’appui de Dieu…
    Le ciel a une couleur pour chacun… mais Dieu est le même pour tous… la couleur des valeurs.
    Mais s’il n’y a pas de séparation des pouvoirs… ce sera à coup sûr la dictature… et si vous ne laissez aucune place aux contre pouvoirs, ce sera à coup sûr de la tyrannie.
    Et si votre démocratie devient au fur et à mesure une théocratie, ce sera à coup sûr un bond en arrière pour tout le printemps arabe…

    Et si… et si…
    Me reprit Morsi, vous ne tenez compte que de ce qu’on vous a appris… je ne pourrais rien vous apprendre…
    Entre autres, que votre démocratie vient peut être de rendre l’âme en portant au pouvoir des hommes et des femmes qui n’y croient pas… pour le dire plus simplement : aucun pacte social n’a jamais lié les hommes… si Dieu n’a pas pris la peine de parapher… le sentiment des hommes n’est rien sans l’assentiment de Dieu… on ne peut tout de même pas nous reprocher d’aimer la beau… et de préférer la beauté…
    El Alb Yachak koli gâmil… le cœur aspire à la beauté, c’est Oum Kalsoum qui l’a chanté… mais elle a aussi décliné l’un des plus beaux refrains en disant : « Aïz Aaraf » : je voudrais savoir… je voudrais comprendre…Où vous allez ?

    EL Morsi dispose désormais du Korsi, du siège, du trône et puis après ?
    Dîtes nous quelque chose qui sorte du sillon, quelque chose de politiquement incorrect… il m’a souri… mais il a compris que je le cherchais au sujet de l’Amérique, d’Israël, du monde arabe…

    Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise que vous ne sachiez déjà : pour le moment, c’est l’Amérique qui nous nourrit, son aide est considérable… vicieuse plutôt que précieuse… je ne demande pas mieux que de cracher dans la soupe… encore faut-il que mes frères soient disposés à crever de faim, à renoncer à leur armée et à leur télé, pour se tourner un peu plus vers un but plus élevé…
    Et si Dieu m’a placé là où il m’a placé c’est peut être pour leur apprendre à s’en passer.
    En deux mots : l’Amérique c’est la première puissance des corps… du décor… l’Égypte en revanche, c’est la première puissance des âmes … oui, madame ceux qui ont la foi la mesurent à chaque instant sur le bord du Nil.
    Nous avons besoin d’eux mais nous ne craignons personne.

    Quant à Israël… c’est un traquenard… et je cherche depuis que je suis au pouvoir comment ce pays a fait pour avoir une telle main mise sur tous les dirigeants arabes… je n’ai pas peur de le dire… non… ce n’est pas seulement une question d’argent… C’est une question de manigance politique à l’échelle planétaire. On va dire que ce sont les maîtres du monde en géo stratégie…
    Ils inquiètent en faisant semblant d’être inquiétés… le monde arabe leur lèche gentiment les pieds…
    J’ai honte d’être un cavalier arabe… et fier d’être le chevalier de la Foi… parce qu’il n’y a que Dieu pour rétablir la vérité…
    Celle que vous n’êtes pas encore disposée à écouter !