Bourses ICE achète Wall Street et veut se séparer d’Euronext

Une seule finance, une seule gouvernance! On a vu l’évolution dans ce sens à de multiples niveaux, et un nouveau vient d’être franchit par les places boursières. Et en consultant sa page Wikipedia, on en apprend beaucoup sur ce mastodonte qui peut aisément en effrayer plus d’un…

La Bourse de New York, le 20 décembre 2012

L’américain InterContinental Exchange (ICE) va s’emparer de NYSE Euronext pour 8,2 milliards de dollars, une opération qui mettra un terme à 200 ans d’indépendance de la Bourse de New York et devrait aboutir à la mise en vente d’Euronext, propriétaire de la Bourse de Paris.

La transaction, qui donnera naissance à un mastodonte boursier mondial, a été approuvée à l’unanimité par les conseils d’administration des deux groupes et pourrait être conclue au second semestre 2013 en cas d’accord des autorités et des actionnaires, selon un communiqué commun publié jeudi.

Cette opération, si elle réussit, mettra un terme à environ 200 ans d’indépendance de la Bourse de New York, qui été créée à la fin du 18e siècle et porte le nom de NYSE depuis 1863.

NYSE Euronext « a étudié attentivement un ensemble d’alternatives stratégiques et a conclu qu’ICE est pour NYSE Euronext le partenaire idéal sur un marché en mutation », selon Jan-Michiel Hessels, président du conseil d’administration de l’opérateur boursier, cité dans le communiqué.

Le bâtiment de la Bourse de New York, le 20 décembre 2012

Les opérateurs boursiers doivent s’adapter à un nouveau contexte depuis plusieurs années, marqué par l’émergence de plates-formes alternatives, l’érosion des volumes d’échanges, l’arrivée du trading à haute fréquence et de nouvelles réglementations issues des dernières crises.

ICE avait déjà fait une tentative de rachat, en compagnie du Nasdaq, de NYSE Euronext en 2011, une opération qui avait échoué sous la pression du département de la justice américain.

De son côté, NYSE Euronext avait vu son projet de fusion avec l’allemand Deutsche Boerse retoqué début 2012 par la Commission européenne pour des raisons de concurrence, notamment sur les produits dérivés.

ICE propose 33,12 dollars par action de NYSE Euronext, soit une prime de 37,7% par rapport au cours de clôture de mercredi (24,05 dollars).

La transaction se fera pour 67% en actions et 33% en cash et les actionnaires de NSYE Euronext détiendront autour de 36% des actions d’ICE.

Les 10 principales Bourses mondiales

L’américain, qui pèse 9 milliards de dollars en Bourse, précise avoir la volonté de conserver la marque NYSE Euronext ainsi que l’immeuble historique à Wall Street.

Le groupe préservera par ailleurs NYSE Liffe, la filiale spécialisée dans les produits dérivés à Londres. En outre, les services de compensation (post-marché) de NYSE Liffe et ICE Clear Europe seront fusionnés.

Situé à Atlanta (sud-est des Etats-Unis) ICE est spécialisé dans les matières premières et les produits financiers liés aux changes ou aux taux d’intérêt. L’acquisition de NYSE Euronext lui permet de se renforcer dans les échanges de produits dérivés, un marché mondialisé et très concurrentiel dans lequel l’opérateur transatlantique est très présent.

Les synergies de coûts sont évalués à 450 millions de dollars. ICE compte en outre verser 300 millions de dollars de dividendes annuels dès l’opération bouclée.

ICE n’entend en revanche pas conserver Euronext, les marchés boursiers d’Europe continentale qui regroupent la Bourse de Paris, d’Amsterdam, de Bruxelles et de Lisbonne.

L’américain prévoit de mettre en vente, via une introduction en Bourse, Euronext, une fois le rachat de NYSE Euronext conclu et si les conditions de marchés et les autorités européennes le permettent, ce qui pourrait renvoyer à 2014.

Pour l’heure, « il n’y pas de réduction d’effectifs en vue sur Euronext », a précisé lors d’une conférence téléphonique Dominique Cerutti directeur général adjoint de NYSE Euronext.

Si cette opération va à son terme, elle marquera la séparation entre NYSE et Euronext, plusieurs années après la création du groupe en 2007.

Le palais Brongniart, l’ancien siège de la Bourse de Paris

Par ailleurs, l’agence de notation Standard and Poor’s (SP) a menacé jeudi soir d’abaisser la note de NYSE Euronext, actuellement à A+. Elle prendra sa décision une fois la transaction bouclée.

SP, qui précise qu’elle ne note pas ICE, estime que l’accord est bénéfique pour NYSE Euronext en termes d’économies de coûts potentielles, mais que la nouvelle entité risque d’être assez endettée.

Vers 21H30 (20H30 GMT), l’action NYSE Euronext bondissait de 33,85% à 32,19 dollars à la Bourse de New York et ICE gagnait 0,53% à 128,99 dollars.

Source: boursorama.com

2 commentaires