Les ornithologues anglais lancent un cri d’alarme : les oiseaux meurent a un rythme effréné

En Angleterre les oiseaux meurent à un rythme effréné; Les dernières statistiques officielles relèvent la perte de plus d’un million d’entre eux chaque année à travers tout le Royaume-Uni, les espèces écossaises sont particulièrement touchées.

Le dernier rapport de la RSPB et de la British Trust for Ornithology est alarmant.

Les statistiques officielles 2012 de l’état des populations d’oiseaux sur le sol de l’Angleterre révèlent que le nombre d’oiseaux nicheurs est passé de 210 millions en 1966 à 166 millions en 2009 – une perte de plus de 44 millions d’oiseaux en 44 ans.

Une situation dramatique que les scientifiques d’outre manche observe de très prés, et en particulier concernant le sort de deux espèces d’oiseaux de mer écossais dont l’extinction est désormais à craindre.

La macreuse brune est passé de quelques milliers à moins de 100 , tandis que le nombre de canard à longue queue ont chuté de 10.000 à moins de 1.000.

Les oiseaux de mer en Écosse, qui représentent près de la moitié (45 pour cent) des populations d’oiseaux nicheurs d’Europe, a également enregistré des baisses extrêmement marquées, ce qui alimentent les craintes de leurs anéantissement totale.

Des chutes de 75 pour cent de la population ont été enregistrés pour la sterne de Dougall, qui est maintenant tombé à 89 couples, tandis que le labbe d’arctique a diminué de 72 pour cent pour ne plus comptabiliser que 2.100 couples de l’espèce sur les cotes écossaises.

Les deux espèces viennent de rejoindre la tristement célèbre liste rouge de L’UICN.

Ils sont parmi les dix espèces d’oiseaux marins du Royaume-Uni qui ont subi des déclins catastrophiques, et ce depuis 1986 lorsque les recensement des populations ont commencé.

Ces pertes dramatiques, reflète une situation critique de l’état de la biodiversité, y compris en mer Baltique. Une combinaison de facteurs, comme le changement climatique, la perte d’habitat et les pénuries alimentaires sont maintenant indéniablement constatés.

Dés la parution du rapport Stuart Housden, directeur d’un l’organisme de bienfaisance, le RSPB Scotland, a déclaré:

« Il est choquant et décevant de penser que depuis un demi-siècle, le Royaume-Uni a perdu un cinquième de ses oiseaux, dont beaucoup sont d’une importance capitale pour l’ Écosse. les changements de nos habitudes agricoles ont transformé les paysages de l’ensemble du Royaume-Uni, tous nos oiseaux sont touchés par un déclin dramatique, l’utilisation des terres, la perte des habitats, le changement climatique, l’invasion d’ espèces non indigènes et le manque de nourriture détruisent totalement notre environnement. »

Richard Hearn, directeur de la surveillance des espèces à la Wildfowl & Wetlands Trust, a appelé à une action rapide pour sauver les oiseaux de mer de l’extinction.

Le nombre des oiseaux de mer en Europe s’est effondré, ils ont un besoin urgent de conservation. Pour être efficace il faut que tous les pays de la zone Euro travaillent en commun pour rétablir des zones de sauvegarde de notre biodiversité de toute urgence.

Source: fr.sott.net

15 commentaires

  • thailompa

    n est ce pas a cause des trainees chimiques que les avions balancent au ciel? geoingienerie !

  • criminalita

    Ouai, haarp, antennes wifi, nucléaire et peut-être nanoparticules + tous nos médics dans la mer.
    Mais pas le réchauffement climatic…c’est bien dit,dans l’article, nos cultures agricoles, haaa ces paysans qui ont cherché le profit max et ça veut continuer avec les ogm.
    Vraiment tous des CRIMINELS.

  • niveau certains volatiles, je peut vous dire que c’est aussi du fait que les vers de terre disparaissent.

    dans mon jardin y’a quelques années il me suffisait de soulever 4 cm de terre pour en trouver, aujourd’hui, je n’en trouve plus du tout nulle part, la faute aux sols qui s’alkanisent ( je sais pas si ça ce dit ) donc à cause de l’alu des chemtrails.

    • verbe alcaliniser :D

      donc avec C

      • ThePowerOfLove888

        Je me balade souvent dans la fôret, et j’ai fait remarqué à mon entourage, le « trop calme » dû au manque des gazouillis des oiseaux. Alors qu’il a y quelques années, ça chantait gaiement.

        Cela fait deux trois ans que les oiseaux se font rares.

      • Bidule

        TOUT À FAIT POWER !!

        Nous nous sommes faits la même réflexion cette année en nous baladant dans les forêts dans les Pyrénées… pas un bruit, pas un chant d’oiseau, pas un bruissement de feuilles, pas un animal en vue, on a juste vu 1 rapace en une semaine, point!

        C’est très bizarre cette impression de cimetière en pleine montagne…

    • MouteMoute

      On fait des analyses pour mesurer tout ça ?

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    J’ai observer aussi qu’ils étaient beaucoup plus en profondeur. Je laisse tout les déchets végétaux je ne brule quasiment plus rien hormis dans la cheminé biensur et les cendre retourne à la terre.
    Concernant l’article il n’y a pas que les oiseaux qui diminue drastiquement…. (Pour inf laissé pousser autour de votre terrain des arbres epineux où il peuvent s’abriter et nicher). oiseau insectes rongeurs c’est tout qui diminue sauf nous. L’homme est un homme pour l’homme et pour l’ensemble des espèces vivantes.

    • Bidule

      PLANTONS DES ARBRES ET DES PLANTES MELLIFÈRES autant que nous le pourrons…

      Nous avons planté des haies de « laurières », les oiseaux adorent y nicher et les feuilles sont persistantes.

      Nous n’avons pas jointoyé les pierres des murs car des tas de lézards y nichent !

  • Eagleeyes Eagleeyes

    Hello,

    Je crains très sincèrement, que le seuil de non retour soit franchis.
    Au contenu de cet article on se doit d’ajouter les morts de masse qui, petit rappel au passage, touchent généralement et très étrangement qu’une espèce à la fois, alors que les autres espèces voisines proches, ne sont pas affectées !

    • Bidule

      Haut les coeurs Eagle, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir…

    • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

      t’as sans doute raison mais ça aide ceux qui sont toujours vivants et rien que pour ça je dit que ça vaut le coup.
      Ta réflexion sur le « morts de masse » est pertinente. Je serai bien curieux de connaitre les p’tits malins qui testent je ne sais quel merde d’ arme magnétique ou arme biologique qui s’active suivant l’adn.

    • slaine

      C’est que tout a une fin…Comme le dit Wolf-Spirit, Arme ou techno magnetiques (wifi,etc…) et autres biologiques, pollutions en tout genre emmerdent notre eco systeme…
      Gaïa va s’occuper de nous, cela ne va pas trainer…

  • criminalita

    Il faut créer des biotopes dans nos jardins, c ce qui manque dans la majorité des maisons avec des jardins polués par les tondeuses. Laissez les feuilles au sol ça permet de protéger avant les grands froids une multitude de bestioles dont les mésanges,pinsons,rouges gorges,moineaux en raffolent.
    Je nourris également en été mais dans une moindre mesure, tous une famille de moineux et rouges gorges qui s’en vont en août dans les champs des plaines puis reviennent nicher près de chez moi. Si nous les aidons pas un peu c’est la vermine qui les remplacera. En ville on vous accuse de les nourir l’été et bien bientôt ils auront tous disparus. Croire qu’ils peuvent survivre sans notre aide et que seule la loi de la nature compte c’est se foutre le doigt dans l’oeil…
    Cet article est très bon et nous prouve bien que l’homme est con…..!#+#

  • Wolf-Spirit Wolf-Spirit

    il y a une juste mesure à les nourrir ils ne faut pas les rendre dépendant non plus le moineaux n’est pas tendre avec d’autre espèce comme les hirondelles pour lesquelles j’ai 2 points d’eau pour attirer les moustiques. j’ai observé des « moustiques tigres » cette année pour la premières fois. 10ans que j’ai des hirondelles chez mois :):)