100 milliards d’euros pour sauver l’Espagne!

100 milliards! Un cachet d’aspirine pour sauver un cancer, voilà à quoi ressemble cet énième plan de sauvetage de l’Europe et plus particulièrement d’un de ses pays car n’oublions pas qu’il ne s’agit que de dominos, les premiers sont tombés, l’Espagne en est un,d’autres suivront, quel que soit le plan de sauvetage. Bien sur, on peut apprendre néanmoins que « cela n’a rien à voir avec un sauvetage » puisque l’aide sera réservée aux « 30% (des banques) qui ont le plus de difficultés » et que « cette annonce est bonne pour l’économie espagnole et pour l’avenir de la zone euro », « c’est un signal très positif sur la volonté politique de toute la zone euro« , suivant ce que nous dit l’article. Ce n’est pas un sauvetage puisqu’on sauve les banques, certes, un sauvetage consisterait à sauver le pays, pas les banques, ce n’est pas en sauvant des banques qu’on peut sauver un pays, l’Islande est là pour en témoigner. Quand à « cette annonce est bonne pour l’économie espagnole« , comment cela peu-il être bon puisque cela va peser sur la dette et donc de ce fait endetter encore plus le pays? Bref, enfumage, sauvetage qui ne changera en rien la finalité, et un petit coup de « on repousse le krach et on dit que tout va bien« … La finalité de ce « plan de sauvetage »?Permettre à l’Espagne de subir la dictature financière européenne mise en place, le MES et le FESF.

L’Espagne, quatrième économie de la zone euro, s’est résignée samedi à lancer un appel à l’aide européenne pour ses banques, qui pourrait atteindre cent milliards d’euros, un scénario longtemps écarté à Madrid, mais devenu inévitable face à l’aggravation de la crise de la dette.

Ce plan d’aide sera le quatrième pour un pays de la zone euro depuis le début de cette crise fin 2009, après la Grèce, l’Irlande et le Portugal.

Il s’agira cette fois de renflouer le secteur bancaire de l’Espagne, asphyxié par son exposition à l’immobilier, pour un montant évalué par l’Eurogroupe à cent milliards d’euros au maximum.

L’Espagne va demander « une aide financière européenne » pour redresser son secteur bancaire, a annoncé à Madrid le ministre de l’Economie Luis de Guindos, après une réunion téléphonique des ministres des Finances des 17 pays de la zone euro.

Il a affirmé qu’en échange, il n’y aura aucune condition de réformes économiques « hors du domaine du secteur financier ».

« Les conditions seront imposées aux banques, pas à la société espagnole », a ajouté le ministre, tentant de rassurer le pays, au taux de chômage record de 24,44% et déjà soumis à une rude cure d’austérité pour réduire son déficit public de 8,9% en 2011 à 5,3% cette année.

« Cela n’a rien à voir avec un sauvetage », a insisté M. de Guindos, précisant que l’aide sera réservée aux « 30% (des banques) qui ont le plus de difficultés », et identifiées comme telles dans le rapport du Fonds monétaire international (FMI) publié vendredi soir.

Une aide considérée comme de la dette publique

« Cette annonce est bonne pour l’économie espagnole et pour l’avenir de la zone euro », « c’est un signal très positif sur la volonté politique de toute la zone euro », a déclaré le ministre, qui a nié fermement avoir subi la moindre pression de la part de ses partenaires européens.

M. de Guindos a expliqué que cette aide serait considérée comme de « la dette publique » espagnole, qui va donc augmenter, et « devra absolument être remboursée ».

Elle sera injectée dans le fonds public espagnol d’aide au secteur (Frob), qui attribuera cet argent aux « banques qui le demandent », a-t-il expliqué.

Le FMI participera au plan d’aide, mais n’aura qu’un rôle de surveillance, selon deux sources proches du dossier.

L’Espagne se résigne à demander une aide pour ses banques

Quelques heures plus tôt, les ministres des Finances de la zone euro avaient eu une vidéo-conférence pour dessiner les contours de ce plan.

« Il s’agira en fait d’un des plus grands sauvetages financiers de l’histoire récente », avait souligné le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt, dont le pays ne fait pas partie de l’Union monétaire.

Quatrième économie de la zone euro, l’Espagne constitue en effet 12% du PIB de la zone euro, contre seulement 6% pour l’Irlande, le Portugal et la Grèce réunis. Les plans de sauvetage de ces trois pays ont coûté respectivement 85 milliards, 78 milliards et 292 milliards d’euros.

Jusqu’ici, Madrid s’était refusé à lancer un appel à l’aide de crainte de se voir imposer, comme la Grèce, un programme qui irait de pair avec des conditions strictes dictées par ses bailleurs de fonds internationaux.

Mais le gouvernement espagnol a dû plier, sous la pression extrême des marchés et de l’Europe, soucieux probablement de régler le problème avant les élections en Grèce du 17 juin, de peur d’une contagion.

Pour le FMI, un besoin de 40 milliards

Cette semaine encore, le gouvernement était resté inflexible : « j’attendrai que le FMI et les experts indépendants fassent connaître leur opinion sur les nécessités de recapitalisation du système financier espagnol et à partir de là, je donnerai mon chiffre et le gouvernement dira de quoi a besoin le système pour se recapitaliser », avait déclaré jeudi le chef du gouvernement couservateur, Mariano Rajoy.

Le rapport du FMI a chiffré les besoins du secteur à au moins 40 milliards d’euros, mais la zone euro s’est dite prête à « répondre favorablement à une demande d’aide » de l’Espagne en faveur de son secteur bancaire et à lui prêter jusqu’à 100 milliards d’euros.

« C’est une somme maximum », a souligné Luis de Guindos, et, « très clairement, il y a une marge de sécurité » dans ce chiffre.

Pour formuler une demande précise, Madrid attend, en plus du rapport du FMI, les résultats de l’audit réalisé par les cabinets allemand Roland Berger et américain Oliver Wyman. Ils seront connus « dans quelques jours », a indiqué le ministre.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a, pour sa part, rapidement salué l’accord trouvé avec l’Espagne, qu’il juge sur « la bonne voie ».

« Je salue, comme les autres collègues de l’Eurogroupe, la détermination du gouvernement espagnol à procéder à la recapitalisation (des banques) et par le biais de ce programme à avoir recours au fonds de secours européen (FESF) ou au fonds de sauvetage (MES) avec les conditions correspondantes », a-t-il dit.

Source: Boursorama

Cela va également avoir un cout sur l’emploi alors que le taux de chômage atteint les 25% dans le pays, et la situation va donc s’aggraver encore, et encore, et encore… C’est une hécatombe pour les emplois comme pour les agences bancaires.

Alors que les banques espagnoles concentrent les inquiétudes des marchés, les syndicats alertent, eux, sur la lourde facture sociale déjà payée par le secteur, pour réduire sa taille: en trois ans, plus de 25.000 emplois ont été détruits, dans un pays au chômage record.

Les chiffres de la Banque d’Espagne sont sans appel: en 2011, le secteur employait 243.041 personnes, bien loin des 270.855 salariés de 2008. Le nombre d’agences bancaires est passé de 45.662 à 39.843.

« La situation est grave », commente José Miguel Villa, secrétaire général de la fédération services du syndicat UGT. Et « surtout, ce qui nous préoccupe, c’est que le processus n’est pas terminé, avec les nouvelles opérations de fusions qui menacent à nouveau des milliers d’emplois ».

Dernière nouvelle en ce sens, tombée le 24 mai: la suppression, via des départs volontaires, de 1.500 postes chez Banca Civica, soit 20% du personnel, pour permettre son intégration dans la banque catalane CaixaBank.

Avant elle, 1.300 emplois ont notamment disparu avec le rachat d’Unnim par BBVA et plus de 4.000 chez Bankia, née de l’union de sept caisses et qui va faire l’objet du sauvetage public le plus cher de l’histoire du pays (23,5 milliards d’euros).

Les banques espagnoles vivent depuis trois ans une vaste restructuration qui s’est traduite par de nombreux rachats et la réduction du nombre de caisses d’épargne, entités considérées comme les plus fragiles, de 45 à une dizaine.

Cette vague de fusions vise à réduire la taille d’un secteur bancaire jugé disproportionné en Espagne.

« Il s’est beaucoup surdimensionné avec la bulle immobilière », alors que « l’activité immobilière telle qu’on l’a connue ne va pas revenir », estime José Maria Martinez Lopez, secrétaire général de la fédération services financiers du syndicat CCOO.

La situation actuelle « est le produit de la crise, de l’excès d’investissement dans la brique dans notre pays », renchérit José Miguel Villa.

Emportée par une frénésie de construction, l’Espagne a bâti, à partir de 2000, environ 700.000 logements par an, autant que la France, l’Allemagne et l’Angleterre réunies, jusqu’à l’engorgement de 2008, au moment même où démarrait la crise financière.

Et le secteur bancaire, qui a prêté à tout-va, aux promoteurs comme aux ménages, a désormais sur les bras 184 milliards d’euros de crédits problématiques et d’immeubles et terrains saisis ce qui le fragilise et le place en ligne de mire des investisseurs.

Tout en assainissant son bilan, il doit encore diminuer de taille, estiment les analystes: « le système financier espagnol souffre d’un excès de capacité qui n’a été corrigé que partiellement », notent Santiago Fernandez de Lis et Jorge Sicilia, économistes en chef du service d’études de BBVA, dans un récent article.

« Il faudrait fermer encore 8.000 agences » et « cela suppose de réduire le personnel d’environ 35.000 personnes », estiment-ils.

Une autre étude, de l’Institut d’études boursières (IEB), est plus sévère encore: selon lui, le secteur devrait fermer dix agences par jour dans les trois prochaines années et se séparer de plus de 41.000 salariés.

La perspective glace les syndicats, alors que le pays affiche déjà le taux de chômage le plus élevé du monde industrialisé, 24,44%.

« Jusqu’à présent, l’ajustement n’a pas été si traumatisant, parce que nous avons été capables de nous mettre d’accord (avec la direction) sur les conditions de sortie du personnel », avec surtout des départs volontaires ou en pré-retraite, raconte José Maria Martinez Lopez.

Mais « le risque est que maintenant, dans cette deuxième phase, ces accords ne soient pas possibles parce que la situation des banques est pire et qu’il n’y ait pas assez d’argent pour prendre des mesures le moins traumatisantes possible ».

Source: Boursorama

Quand à François Hollande, il était censé faire une déclaration solennelle sur la situation dans la zone euro aujourd’hui à Tulle, au final, on attend toujours, un peu normal puisque demain c’est le premier tour des législatives et qu’il ne peut pas reconnaître non plus qu’il a manié la langue de bois jusqu’à présent!

80 commentaires

  • silex

    Ils auraient mieux fait d’en rester là. A force de mettre tout le monde au chômage, il restera bientôt uniquement les riches pour payer toutes ces dettes

    • Il s’en foutent, ils suivent le plan, qui est de détruire l’euro et l’Europe pour commencer, ils ne cherchent pas à sauver ni même à permettre aux nations de rembourser quoique ce soit, le but est bien la destruction totale, faire de cette Europe, des cendres sur lesquelles les peuples à genoux accepteront un nouveau monde, un monde unie par les chaines de l’oligarchie, une monarchie mondiale ou nous seront tous les sujets.

      • communauthic

        c’est étonnant cet acharnement à vouloir sauver une europe virtuellement morte, à maintenir sous assistance respiratoir un euro disjoncté, c’est de l’acharnement thérapeutique.
        Je me demande ce qu’ils attendent.
        Il doit y avoir un évènement important à venir qui ne peut pas encore être réalisé et qui doit déclencher le reste.
        L’élection du nouveau président américain ?
        Les vacances d’été dont on sait que les français sont spécialement friands et qui permettent de faire passer n’importe quoi ?
        ou on n’est pas encore tombé assez bas, le fruit n’est pas mûr ?
        Qu’est ce qui va déclencher le chaos ???

      • dudul

        je pense que tu te plante sur le coup.
        ils suivent effectivement un plan, qui est de détruire les pays… l’euro fait partit de leur plans, le maintenire le plus longtemps possible pour affaiblire ses mêmes pays… non pas pour que nous soyons des sujet, mais des esclave croyant avoir le choix…. au sein d’un NWO

        (nous irons ensembles vers un nouvel ordre mondiale, et personne, je dit bien personne ne pourra s’y opposer! dixit p’tite byte)

      • Maverick Maverick

        Pas mieux … Certaines grosses fortunes sont en train de faire main basse sur toutes sortes d’actifs et d’infrastructures (ports, autoroutes, entreprises, …) pour une bouchée de pain. Comme les Rotschild ont fait au moment de Waterloo.
        Dans la vidéo avec Max Keiser, ce dernier le dit très bien : ses amis milliardaires sont en train de faire les soldes, ils ne savent plus où donner de la tête …

      • silex

        les sujets ? Non. Les serfs. C’est comme ça que les rois parlent des manants.

      • oui je me suis trompé de terme.

    • rouletabille rouletabille

      pourquoi pas 1000.milliards de Milliards ,des chiffres idiots pour des imbéciles ha ha ,c’est une blague ,demain ce seras 100.000.000.000 .0000 ha ha ,et les gars réveillons nous svp,un Monde de Milliards de CONS …

  • Pimousse

    moi je cherche de l’or actuellement en creusant hein …

    • hopix

      derrière les oreilles

    • MouteMoute

      plantes des patates après chaque trou, ça sera toujours ça de gagner.

    • Bouffon

      Ben c’est très bien, c’est ce qui se passe quand un pays fait la faillite. Même la Suisse qui n’as pas de mine d’or officiel n’en a jamais autant récolter dans son histoire que pendant la grandes récession. Même les femmes qui pourraient encore espérer vendre leur cul et les hommes armée qui pourrait le prendre de force, se retrouve ensemble à creuser.

      C’est pas une question de choix, les gens qui auront des trucs à vendre n’accepterons que des échanges crédible: trocs, or, argent, Francs Suisse, Deutchmarck, etc…

  • L'illuminé L'illuminé

    100 Milliards,ça fait beaucoup de sous…eh bien ils font chercher où ces thunes? dans nos poches bien sûr.c’est un hold up légalisé pour soi-disant aider les banques espagnoles et c’est juste pour voler comme en gréce ils ont prété 130 milliards et pas d’amilioration pardon pour mon orthographe fatigue… bonne nuit.

  • rouletabille rouletabille

    En aidant les Banques ils nous tuent..
    Tout ceux qui vivent à crédit sont des otages .
    Si les Banques croulent,s’en est fini ,on dois PLUS RIEN,et cela ils ne veulent PAS….

  • pam

    L’illuminé cette argent ne viens ps de notre poche il le fabrique,il font fumer la planche à billet;-)

    • Bouffon

      Bien sur qu’il viens de tes poches, si tu ou tes enfants ne le rembourse pas via les impôts et les taxes alors tu le perds via la dévaluation de la monnaie. C’est d’ailleurs ce qui se passe en moment…
      Pour c’est juste une chiffre à rajouter avec le clavier de leur ordinateur, on n’as pas encore besoin d’imprimer physiquement des billets puisque il n’y a pas encore de « bank run » et les gens ne mettent pas leur argent sous leur matelas.

  • fotoulavé fotoulavé

    Ils (le NOM) veulent prendre l’or de l’UE en commençant par toutes les épargnes.
    Ils veulent la guerre pour assoire leur domination et réduire la population.
    Et pour le moment ça marche.

  • Maverick Maverick

    A propos des métaux : Quand tout le monde aura transformé ses Euros(Dollars) en Or ou en Argent … ILS seront libres de faire ce qu’ils veulent avec la Monnaie. Même supprimer l’Euro, le remplacer par l’ECU (European Currency Unit) basé sur l’or … Avec une conversion au taux qu’ils fixeront. Pareil avec le Dollar. Et les gens seront tout contents de prendre cette nouvelle monnaie basée sur l’or, même si ils y laissent une grosse partie de leur épargne au passage. Ca va gratter quelque part …

  • Eagleeyes Eagleeyes

    C’est à se demander si nos sinistres Ministres ont une once d’intelligence? Ils viennent plutôt en aide aux autres pays pour sauver les banques alors que ce sont les banques qui nous ont foutu dedans et c’est nous qui en faisons les frais, par de « L’ASTERITE », et maintenant nos sots de ministres prêtent de l’argent alors qu’eux-mêmes doivent faire ceinture et trouver 11 milliards. D’autant plus qu’il y a un manque criant de moyens financiers dans plusieurs domaines tels que la sécurité, l’enseignement, la santé et la justice etc …. et quand ils en injectent c’est au compte-goutte. ON SE FOUT DE NOUS, TOUT SIMPLEMENT Y EN A MARRE DE VOIR NOTRE POGNON PARTIR AILLEURS HORS DE NOTRE PAYS.

    • Maverick Maverick

      Salut …

      Les technocrates sont prisonniers de raisonnements stéréotypés, ils ont été formatés intellectuellement. Quand je compare les Traders aux singes cosmonautes, ce n’est pas pour rien: ils ont été dressés pour faire un boulot, et pas autre chose. Capacité d’adaptation et d’évolution nulle. En termes darwiniens, des candidats à l’extinction ;)

      Pour le reste … On est dans la situation de faire un massage cardiaque à notre cancérologue parce que le dentiste ne peut rien pour nous … :(

    • Maverick Maverick

      Quand je parle de formatage intellectuel, je pense à ma propre expérience : Je l’ai subi, et j’en suis sorti. Je vois mes anciens collègues qui sont encore dans le délire marketing/manager/coaching sur les réseaux sociaux … Ce sont des gens sympa et intelligents, pourtant. Mais ils sont dans une sorte de secte.

      • Vincent

        Le formatage fonctionne avec tout le monde dans toutes les catégories. J’ai toujours tout refusé, l’école, l’éducation… Jamais cru qui que ce soit, jamais appris quoi que ce soit. Voilà pourquoi je me permet de m’auto-proclamer DD vierge, rien ne rentre, rien ne reste dans ma tête sauf ce que l’intuition me dit.

        Les gens sont fous, tous lobotomisés, incapables de penser par eux-mêmes en majorité. Merci l’école, la télé, l’éducation des parents eux mêmes formatés, les dires des autres… c’est difficile de se désintoxiquer, vraiment.

        Regardez le film hanna, une jeune fille qui a vécue dans la forêt sans rien, en apprenant que par elle-même la vie, donc quand au bout de 16 ans elle se retrouve parmi la civilisation, elle ne comprend rien des autres, des gestes, des allusions, de ce qui est drôle ou pas. Elle est vraie.

      • Vincent

        Ce que je veux dire c’est qu’on vole l’identité des gens. Les enfants sont des anges c’est à partir des parents ou de l’école etc… qu’ils deviennent mauvais.

      • Maverick Maverick

        @ Vincent : Tu as des enfants ?

      • Vincent

        Non, les pauvres..

      • fotoulavé fotoulavé

        Oui nous naissont tous intelligents c’est l’éducation qui nous rend con.
        Il y a longtemps que le formatage est appliqué dés le plus jeune âge.

      • Une communauté je ne sais pas, mais je serai prêt à tout abandonner lorsque le moment sera venu, et il viendra! Mes projets persos sont simple, retrouver une petite maison mal isolée mais c’est un point de chute, repartir à zéro, avoir des poules, quelques plantations et profiter de la vie! C’est une question de mois, bientôt, bientôt, on y est presque….

      • Eagleeyes

        @Vincent

        Hélas, la réalité de la vie n’est pas un film et encore moins celle des Bisounours. On est tellement « imprégnés » de téléréalités que le virtuel semble être devenu réalité !

      • Camael

        Triste réalité d’une société devenue porno-culturelle à force de prôner le divertissement et la consommation du vide dans l’étalage de sa culture.

        Dis moi ce que tu regardes, je dirais qui tu es. Il est devenu de mode d’être con comme un boulon et que de réfléchir ‘ça prend la tête’. Sur que de savoir que Rihanna c’est fait percer le nombril est plus intéressant que savoir si demain subsistera.

      • hopix

        On peut nuancer : sous des influences diverses, ils ont choisi d’orienter leurs ambitions dans un sens qui les obligeait à ces formes de pensée sectaire.
        Sans adhésion éprouvée et soumission totale (syndrôme du larbin) pas de promotion, pas de gros salaire, pas de frime ni de « réussite » à afficher au compteur de l’ego.

        Ces « influences diverses » sont de plusieurs sortes, et parfois combinées. Les motivations profondes sont au coeur de toute la mécanique psychique et les manipulateurs le savent bien, quoiqu’ils soient eux-mêmes souvent, et simultanément, manipulés.

        Le jour où la lumière se fera, ce sera autre chose. Si on a le temps ^^

    • silex

      Ces gens là sont choisis parce qu’ils sont lobotomisés et sujets à scandale. S’ils mouftent les scandales en général sexuels sortent, les magouilles financières aussi. Style DSK, Jack Lang, Chirac, et même Sarko etc…

  • silex

    Oui, on a bien compris qu’il faut que tout le monde en Europe profite de la messe et de la fesse. mais contrairement aux Américains, on les a vu venir.

  • candide

    Je ne lis pas les posts éco parceque je n’y comprends rien. Pour aider les banques espagnoles l’Europe va devoir contracter des crédits auprès des banques et payer des intérêts. C’est entretenir la spirale. Un quidam sur endetté, on le colle à la diéte, on ne lui demande pas de prendre un nouveau crédit.De plus, le quidam est interdit bancaire. Ce serait sans doute plus simple de fonctionner avec le papier monnaie, comme le font les ménagères. Interdire les banques de banque. Quitte à crever de faim comme les grecs, autant que ce soit avec son porte monnaie et pas avec celle de la finance. Depuis le passage à l’euro tout à augmenté de façon faramineuse et les financiers ne s’en sortent pas. Y a un triangle des bermudes qui aspire tout ce qui y passe. Excusez mon inculture, mais vraiment, quelque chose m’échappe.

    • hopix

      Il est probable qu’une minorité de prédateurs de haut-vol s’accaparent une majorité de ressources, ce qui pose le problème d’une contestation planétaire croissante.
      La propriété et les lois afférentes n’étant rien si elle n’est pas défendue, il s’ensuit que, pour asseoir leurs prétentions hégémoniques, ces prédateurs détournent une part croissante des ressources collectives pour leurs armes, armées, mercenaires, agents infiltrés, ONG ad hoc et autres relais de propagandes.
      Peut-être ce qui « est aspiré » est affecté à cet usage militaro-policier.
      C’est évidemment une erreur stratégique d’en arriver là, mais l’intention de la corriger ne suffit plus : étant données les conditions initiales qui ont amené insensiblement ce processus dégénérescent.
      L’emballement du processus monétaire se conduit parallèlement et pour ainsi dire symbiotiquement au processus militaire en marche.

      • candide

        Il y a bien une poignée de guignols qui tire les ficelles. Je suis estomaquée par le nombre de personnes qui en souffrent. J’espère que la Grèce va lâcher l’euro. J’espère que l’Espagne ne recevra pas un radis. Il semblerait qu’en Espagne, les villages abandonnés comment à nettement se repeupler. C’est bon signe. (à mon goût). Il serait souhaitable de quitter ce système financier en douceur, pour que ce soit bien agencé et éviter une révolution qui au bout du compte sera dirigée par les mêmes énergumènes. J’ai bien compris la mécanique du système, mais il y a une chose que je ne comprends pas. La bulle financière est totalement artificielle et beaucoup continuent allègrement à flotter la dessus, sans rustine dans les poches. Je ne lis pas les rubriques éco. Ce vide m’angoisse.

  • willy74150

    faite comme moi bossé pas ! moi je paye pas d’impôts au rsa …
    après c’est un choix on aime le pognon (ceux qui bossent et qui râlent mais qui font tout pour en avoir plus) et les autres qui vivent sans cette merde ( du moins un minimum ) et pourtant je suis pas si mal que ça par rapport à certain pays ou les gens bossent pour une misère je comprend pas pourquoi ils bossent pour ça moi je fuit , je vol , je me tuent …

    je me marre quand même !!! les mecs qui bossent pour s’acheter une superbe voiture pour ensuite aller au boulot avec histoire de la payer ha ha ha !!! pareil pour la maison et l’appartement , j’ai un loyer de : 218,64 € et j’ai : 231,52 € d’apl !!! donc certes c’est pas à moi mais je paye rien depuis 17 ans !!! (sauf mes charges et le garage soit : 118 € je suis donc un propriétaire coq en pâte puisque j’ai pas payer mon logement et que je peu y rester jusqu’à la fin de mes jours) et la ou on fini je me fou d’être propriétaire qui au passage peu un jour ou l’autre être exproprier !!!

    si plus personne ne bossent un moment ou un autre ils seront baiser !!! nous aussi d’accord c’est le maillon faible . de toute façon c’est leurs plan et les cerfs pourront rien faire …

    on vie comme des porcs immondes depuis des années en pillant l’Afrique et les autres pays un moment ou un autre il faut payer …

    • Vincent

      Willy tu as tout compris, l’argent n’est rien le matériel non plus. Et crois-moi la liberté de faire ce que l’on veut quand on veut ou on veut, ça n’a pas de prix.

      Le bonheur absolu grâce à la nature et aux choses simples qu’ont oubliés les fourmis ouvrières.

      Les gens ont peurs rien d’autre, depuis tout bébé on les lobotomise, comment veux tu qu’ils changent ? c’est quasiment impossible, ils vont souffrir énormément.

      Je ne travaille pas et j’ai plus d’argent que mes parents, soeurs qui eux bossent comme des chiens!! parce que je ne consomme presque pas.. Les gens sont fous, même ma famille.

    • Bouffon

      Pas mieux, je bossais pas depuis 10 ans, mais j’avais tout les problèmes des assistés.

      Mais comme on ne peux pas rester à rien foutre, j’avais prévu de refaire ma vie aux philippines c’est sans compter sur mon conseiller chômage qui m’as bien eu avec un job à l’Etat en exclusivités. Bref, on m’as jamais rappeler et j’avais plus d’argent pour partir.

      Alors j’ai fait ça ici. Maintenant je suis payé 50.- pour garder/habiter une maison vide, j’habite en ville, mais je fais tout les trucs qui paraîtrait-il sont impossible. Jardin suspendu, chiottes sèche, Biogaze, internet gratuit, médicament.

      mais le trucs le plus surprenant, c’est la qualité de vie que l’on gagne le bien-être et la pêche qu’on a. A croire que faire partie de la société divise le ressentis entre tout ses membres.

    • billy

      Et tu crois qu’il vient d’où ton RSA ? De gens qui bossent et dont je fais parti.J’appelle ça du parasitage.Facile de se dorer la pilule au crochet de la société.Si je paye des impôts,c’est pas pour payer des banquiers ou des glandeurs qui parlent d’argent sans importance pour eux alors que sans aides financières ils seraient des mendiants où forcés de se bouger le cul.
      Mais faites attention,car bientôt il n’y aura plus assez d’argent pour vous car le chômage sera trop haut et que le pays est déjà surendetté.

      • MouteMoute

        Tout à fait, je veux pas vous casser du sucre sur le dos un peu plus, mais dire qu’on est libre quand on va chercher son ticket de rationnement tous les mois c’est misérable !

        La vrai liberté c’est quand on est pas obliger de quémander quoi que ce soit à qui que ce soit…

      • Vincent

        C’est pas grave, on viendra se servir chez toi !!!

      • Vincent

        J’ai juste envie de créer une communauté travaillant ensemble la terre, simplement sans futilité, avec partage et une maison pour tous. Je recherche juste des gens prêts à tout abandonner.

      • wraith

        oh oh pas de probleme vincent je suis ton homme (enfin je veut dire je suis ready!!! g 28ans et cela fait onze ans que je travail et pkoi? nada contact moi l’ami

  • Murdy

    Hum , ué Willy ta raison , oublie pas de remarcier les cons qui se payent une bagnole de luxe pour allez au taff , et ses memes personnes qui te payent ton loyé gratuitement , ah ah , remercie nous tous les gros cons qui bossont pour vous logés tas de boeuf ,

    • Vincent

      Non, nous ne seront jamais des esclaves, si vous travaillez, vous êtes complices de tous les maux sur terre, vous collaborez. C’est vous les pires.

      Nous sommes pris pour des marginaux, des inutiles mais inutiles pour quoi ? pour une société créer par les hommes…
      Si on regarde bien au fond, nous sommes les bons pour notre belle planète et pour la nature en générale.

      Votre faux monde va disparaitre à quoi bon continuer ?

      Je veux rajouter que celui qui décide de ne plus travailler, de ne plus regarder la télé etc… se retrouve changer.

      Il passera dans une période difficile de désintoxication comme s’il se sentait inutile, suicidaire peut être pour arriver au final au bonheur total.

      Croyez moi, c’est mon expérience.

      Vous découvrirez un monde magnifique que jamais vous n’imaginiez. Un monde ou l’ennui, la peur disparaisse.

      Un monde ou l’amour vous pénètre pour vous mettre en chemin de dieu, vous serez déconnecté du faux et quand vous entendrez quelqu’un ou verrez quelque chose faisant parti du système, ce sera comme étranger pour vous, voir absurde.

      Croyez moi, le monde est magnifique, nous n’avons pas besoin de grand chose comme on essaye de nous faire croire, je peux dire que j’ai triomphé face à ces démons, on peut me tuer, peut importe maintenant je sais.

      • JacoMalo

        Un monde sans internet ?

      • Vincent

        Oui, sans internet pourquoi pas, on s’adapte.

      • Vincent

        Pardon pour les fautes.

        J’ajoute que pour arriver à dieu, nul besoin que quelqu’un nous apprenne quoi que ce soit à ce sujet.

        Il suffit que l’esprit, l’âme se déconnecte du faux et c’est avec le temps, l’accumulation d’amour, du vrai, que vous serez illuminé, c’est inexplicable.

        Je l’ai été, sans religions, sans dogmes, sans nom.
        C’est comme cela, alors qu’il y a de cela quelque mois, j’étais le plus athée de tous! très radical à ce sujet.
        C’est magique, il n’y a rien à expliquer, c’est comme cela.

      • fotoulavé fotoulavé

        Parle de foi de clarté, car dire Dieu en rebute beaucoup et ils te mettent dans la case taré. Je sais que tu t’en moque mais eux ça les bloc.
        Ils sont torturés, chaque mot est une image bien particulière en eux.

      • N-Lord N-Lord

        @Murdy: Et si tu pouvait faire deux ou trois heures sup ça serait chouette de ta part, on pourrait alors revoir mon alloc à la hausse. D’avance merci.

        @Vincent: Hormis le passage ou il est question de chemin de dieu (sans majuscule c’est un blasphème, le savais-tu?), car je n’ai pas la chance d’y croire, je plussoie ton com.

      • Vincent

        Blasphème pour qui ?! Je ne sais pas si c’est une chance…
        Notre vie est un jeu, un défi.

        Pardon pour dieu, je ne voulais pas en parler au début, et je comprend que certain soit rebuté à ce sujet, avant je parlais de secte et tout le tralala.. Je comprends.

        On ne peut pas apprendre, donner ou même forcer la foi, cela vient tout seul en chacun. avec le temps ou jamais…

        !!pour ton alloc à la hausse!!

        En plus il s’en prend aux petits prolétaires alors qu’il devrait s’en prendre aux banquiers, aux milliardaires, aux dirigeants…

        Se battre les uns contre les autres nous peuple, c’est ce qu’ils veulent.

      • rouletabille rouletabille

        Je suis dac avec toi Vincent (sauf pour Dieu)

        Le PB c’est qu’ils s’en prennent en principal à l’indispensable..
        Se soigner,se nourrir,se chauffer,l’électricité,l’eau..
        Je sais faire au minimum,même qu’une fois on m’a interdis de collecter du bois en foret (des salops de chasseurs).
        Mais je tiens la route et ne manque de rien malgré tout.
        C’est comme tu dis ,c’est découvrir (faut pas mal chercher)le principal et aussi accepter sa grande vulnérabilité comme une force…
        bisous vous tous

      • Camael

        Vincent, la personne qui s’éloigne se retrouve confrontée a ce que j’appelle la nécessité de la Désillusion et je remet ce lien pour que tu puisses lire mieux que je ne pourrais le décrire en des paraphrases inutiles :

        http://fr.sott.net/articles/show/8013-La-Necessite-de-la-Desillusion

      • Vincent

        Merci pour le lien.

      • Vincent

        C’est magnifique ce qui est écrit, j’ai pas terminé mais c’est en gros ce que pense depuis toujours.

        Je rajoute que si quelqu’un a la chance, le courage de refuser l’éducation, l’école comme je l’ai fait, il aura plus de facilité par la suite de redevenir cet enfant vierge et pur.

        Ne jamais croire qui que ce soit, suivre son intuition.

      • Maverick Maverick

        Intéressant … Mais asséner des certitudes quand on prétend les bousculer ?
        Prenons l’exemple du temps.
        Postulat de l’auteur : Le temps n’est pas linéaire, mais cyclique.
        Ma question : Et si le temps était une fonction fractale ? ou un point (au sens géométrique) ?

        Esssaie ce bouquin, pour voir ;)

        La théorie du chaos- Vers une nouvelle science

        James Gleick

        Etude | poche | Flammarion | octobre 2008

      • Camael

        Mav, c’est une approche, une autre conception, mais qu’est ce que le temps si ce dernier échappe en fait à nos perceptions ?
        Est ce que le temps existe dans d’autres dimensions, celles qui dépassent nos vues et sens tridimensionnelles ? C’est bien réducteur de penser l’univers qu’avec nos sens et nos perceptions, je trouve.

        Pour moi, le temps est un cycle qui s’enchaîne dans un cycle qui s’enchaîne dans une autre et les mayas l’ont partiellement compris quand leurs calendriers s’enclenchent à un point ou une date donnée. Je ne reviens sur le phénomène 2012 loin de là, je ne dis que ce que j’en pense.

        Le temps à l’échelle de l’univers n’existe pas, enfin du moins tel que nous le percevons sur Terre. Nous vivons des cycles d’évolutions, de stabilités et de dévolutions. Il en va de nos sociétés ainsi que de toutes niches écologiques.

        Il y a un temps pour vivre et un temps pour mourir, un temps pour rire et un temps pour pleurer. Un temps pour tout mais difficile de mesurer le temps avec les perceptions dans lesquelles nous nous enfermons.

      • hopix

        Ce que je retiens de pertinent (sans préjuger du reste) dans le texte cité par Camael, c’est l’observation du changement ‘intérieur’ (perturbations) provoqué par une remise en question du système de croyances.
        Nous humains avons besoin de représentations pour ordonner nos observations de ce que nous ne connaissons pas a priori. Nous avons besoin de comprendre, appréhender, se faire une idée. Nous avons besoin de cosmologies, encore que celle-ci ont aussi à voir, peut-être aussi, avec le désir.

        Du moment où nos ‘certitudes scientifiques’ sont battues en brèche, nous découvrons l’expansion de notre ignorance à la mesure de nos acquisitions de savoirs.

        Nous devons nous habituer à l’effort de rester cohérents, critiques, tout en faisant place à l’intuition, l’imagination, le rêve, l’irrationnel. C’est sans doute pour nous une contradiction difficile.

        Or nous avons justement du mal avec les contradictions. Souvent nous en voyons là où elles n’existent pas, ou si peu. Ça fait partie de nos structures mentale / psychique autant que de nos structures sociales.

        Perso, je me sens intuitivement proche du concept d’organisation fractale, parce que c’est une représentation qui me semble familière depuis l’enfance. Ça n’en fait pas pour autant une certitude. Tout au plus puis-je prétendre progresser légèrement dans ma capacité à me fournir (relativement) plusieurs modèles, et par cette émulation, approcher un peu d’une vérité relative, labile, fluide, du domaine de la probabilité plus ou moins dense.

      • hopix

        Euh, et aussi, le texte sur la nécessité de la désillusion :) évidemment.

      • Camael

        Hopix un cadeau pour toi :

        http://www.dailymotion.com/video/xhe5iz_fractales-a-la-recherche-de-la-dimension-cachee-1-3_news#from=embediframe

        http://www.dailymotion.com/video/xhe5we_fractales-a-la-recherche-de-la-dimension-cachee-2-3_news#rel-page-2

        http://www.dailymotion.com/video/xhe6gf_fractales-a-la-recherche-de-la-dimension-cachee-3-3_news#rel-page-1

        Bon visionnage sur les fractales et ces dernières ouvrent des champs infinis dans la compréhension du monde qui nous entour.

        Si tu es lecteur, je te conseille le livre de Gregg Braden le Temps Fractal.

      • hopix

        Merci, pour les références. Je me visionne déjà ça, le sujet me passionne.
        Je vais voir à me trouver le bouquin avant le prochain autodafé ^^

      • hopix

        Tu connais sans doute, mais je mets quand même ici un lien vers : Voyage au coeur d’un trou noir.
        Présentation hypothétique un peu simple, mais belles images de synthèse illustrant assez bien la relativité de la perception. On y voit aussi un effet visuel fractal :

        http://www.youtube.com/watch?v=A_KBd0kSlAc&feature=related

      • Camael

        Hopix oui je connais ce documentaire ainsi que tout l’ensemble de la série L’univers et ses mystères, la série Cosmos, et à peu près out ce qui traîne sur le net à ce sujet.

        Cela ne fait pas de moi un astrophysicien, ni même un physicien, mais un rêveur, un imaginatif, un sensoriel, un être qui commence à comprendre et qui à compris que tout est un et tout, une valeur symbiotique, les émanations spirituelles de la Kabbale. L’arbre de vie des Séphirots.

        Tant de choses que la culture d’aujourd’hui devrait rendre nécessairement accessible au tout un chacun pour s’ouvrir des perspectives et se réaliser dans le vaste et insondable univers qui nous entoure.

        Cela peut paraître du chinois pour beaucoup mais plus tu prendras de la hauteur, plus tu comprendras qui tu as été, qui tue et qui tu seras et les notions, les schémas de ce bas monde t’apparaîtront avec la grandeur d’un grain de sable dans tous les déserts du monde.

        La connaissance protège, l’ignorance expose au péril et ce qui ne peut être pardonné, c’est l’ignorance.

        L’adoration d’un dieu n’est qu’une subtile adoration de soi..

        Camaël, Recteur…

      • hopix

        J’emprunte un sentier parallèle, ce sont pour moi des réminiscences de curiosités d’enfance, je ne suis guidé que par ma curiosité & mon intuition. Pas tellement étonnant que les chemins parallèles aillent dans la même direction (vers l’infini ?).
        D’ailleurs, je n’oublie pas d’emporter mon scepticisme dans ma besace, comme le contretype du rêve ;).

      • Camael

        Chemins parallèles dans des réalités perpendiculaires qui représentent la voie d’un multivers.

        Il te manque un livre à ta lecture avant l’autodafé des ignorants et c’est la Voie du Guerrier de Castaneda et c’est écrit par Bernard Dubrant et Michel Marguerie. Peut-être que tu connais à vrai dire.

        Tu peux vendre ton intégrité pour presque rien, mais c’est tout ce qui te fait et tout ce qu’il te restera à la fin et dans ce petit espace, tu es libre. Ton libre-arbitre…

      • hopix

        Je réponds ici faut de place ad hoc. Je n’ai pas lu la Voie du Guerrier, donc je suis preneur. Je vais voir à le trouver en pdf, parce que, n’ayant jamais vendu mon intégrité, le pognon ne m’aime guère :)
        Mais ceci pour ajouter juste que je suis heureux de voir aujourd’hui mieux partagées que jamais la perception transversale et corrélée du monde, comme le besoin iconoclaste de percer l’apparent mystère des structures… de renverser les schémas essoufflés hérités de la doxa occidentale.

      • Camael

        Hopix alors permets moi de te laisser ce lien en PDF et c’est un livre passionnant pour comprendre l’hermétisme. Je n’en dis pas plus car ne voulant pas influencer l’idée que tu peux t’en faire :

        http://www.hermetics.org/pdf/kybalionFr.pdf

        Ce livre n’est pas long à lire mais en dit long sur la compréhension du monde et des mondes..

      • hopix

        Merci, je le lis :)

  • Hologramme

    Bonjour à tous.
    Je viens réguliérement vous lire mais c’est la première fois que j’interviens.
    J’ai une devise que j’ai affiché dans mon bureau afin de ne pas me laisser submergée par les sirènes de la conso (je crois qu’elle vient de moi, mais va savoir…) :
    La seule richesse des pauvres est le temps libre parce qu’elle n’est pas taxée!!!

  • lilithe lilithe

    ce qui me choque c’est que apparement l’espagne ne sera pas soumise à des conditions comme les autres pays qui on bénificier de l’aide Européen pas que je veuillent que le peuple espagnole soit soumis au condition que subi la Grece et le Portugal mais cela démontre bien l’incoherence de la politique européen. c’est du grand n’importe quoi car ce prêt faut pas se leurrer c’est bien le citoyen européen qui devra s’en acquiter.