Nos gouvernements sont-ils devenus des instruments de grand bandistisme ?

En 2009, alors que la crise Grecque commençait tout juste à faire la une des journaux, j’expliquais dans l’un de mes articles la manière dont les défauts des Etats souverains nous mèneraient à la mort du socialisme. Mon étude était simple, et basée sur les réalités financières de l’époque. Pour donner plus d’impact à mon point de vue, j’utilisais l’une de mes citations favorites de Margaret Thatcher : ‘Le problème avec le socialisme, c’est que vous finissez un jour par avoir dépensé tout l’argent des autres’.

Je continuais ensuite mon développement en déclarant que ‘dans les mois qui viennent, le socialisme sera rudement mis à l’épreuve. L’épreuve dont je parle ici pourra être observée de tous, alors que de part et d’autre de notre monde, les gouvernements se trouveront à court de monnaie, que leurs dettes augmenteront jusqu’à ne plus pouvoir être remboursées, et que leurs promesses financières ne seront plus en mesure d’être satisfaites. En clair, la banqueroute idéologique du socialisme se traduira par une insolvabilité des gouvernements’.

Et voilà que trois ans plus tard, les gouvernements se voient, les uns après les autres, déclarés insolvables. Il y a bien longtemps qu’ils ont épuisé leurs réserves de monnaie, mais qu’ont-ils fait depuis ? Plutôt que d’affronter la réalité et d’accepter le fait que leurs ressources financières sont limitées et que leurs promesses irréalistes les ont menées à la ruine, ils ont emprunté la voie la plus simple, la voie de l’emprunt, dans une tentative désespérée de maintenir en vie leurs politiques socialistes.

Les gouvernements se sont acheté du temps en empruntant des quantités considérables de monnaie. En conséquence, ils se trouvent aujourd’hui en une position pour le moins embarrassante : non seulement ils n’ont plus de sous, ils ne disposent plus non plus de leur capacité d’emprunter. Ils ont atteint la ’bifurcation’ dont je parlais en 2009. ‘L’une des voies mènera au socialisme, à l’arrivée au pouvoir de démagogues, puis d’un dictateur qui assurera à son peuple pouvoir faire fonctionner le socialisme. L’autre mènera à une société capitaliste tels que l’étaient autrefois les Etats-Unis, avec des marchés libres, un gouvernement limité, et un système judiciaire inconditionnel’.

Il est malheureusement de plus en plus aisé de déterminer quelle voie sont sur le point de choisir les gouvernements. Nos organes du pouvoir exécutif se transforment de plus en plus en ‘organes de grand banditisme’, terme que j’ai pour la première fois entendu de la bouche d’une personne rencontrée lors d’un voyage en Suisse, et pour qui la banqueroute idéologique et financière du socialisme est une évidence. Son expression explique clairement la manière dont les gouvernements utilisent le vol afin de gagner du temps et de maintenir en vie leur petit jeu socialiste.

L’Argentine semble être en tête de peloton, ayant récemment nationalisé les actions de la société Repsol dans son pays. Ce vol de propriété privée a été suivi de très près par la prise de contrôle par les forces armées Boliviennes de la société de distribution d’énergie électrique Red Eléctrica Corp.

L’Amérique du Sud a derrière elle une longue histoire de saisie d’actifs, mais elle n’est pas la seule. Après tout, l’une des attaques à la propriété privée les plus notoires est la saisie de l’or des Américains par le président Franklin Roosevelt en 1933. A elle seule, sa décision a su mettre sens dessus dessous l’un des principes les plus basiques de la Constitution des Etats-Unis, voulant que la propriété et les contrats privés soient placés au-delà de l’interférence du gouvernement.

Plus récemment, le gouvernement Irlandais s’en prenait aux pensions privées. L’Argentine en avait déjà fait …c;me en 2008, ce qui me force ici à relever un point de la plus grande importance : typiquement, un vol mène à un autre. Attendez-vous à ce que les socialistes Argentins continuent de piller leur nation, et que les socialistes du reste du monde en fassent de même. Qui pourra bien mettre fin à l’institution du vol ?

Certainement pas les dirigeants politiques. Ils nous ont depuis longtemps fait comprendre qu’ils privilégient le recours au larcin. Aux Etats-Unis, la situation n’est peut-être pas aussi extrême qu’en Argentine ou en Irlande, mais il n’en est pas moins que les socialistes y pillent également les citoyens afin de protéger leurs avantages et leur pouvoir. La plus récente parution de Barron’s souligne ce point dans un article intitulé ‘Rotten to the Core ? Uncle Sam and California take big bites out of Apple’.

Celle que l’on appelle élite intellectuelle trouvera toujours des moyens pour aider l’Etat à dérober la propriété privée de ses citoyens, tout en justifiant de la manière la plus grandiose qui soit leur assaut insidieux à l’état de droit. Le 30 avril dernier, un article paru dans le Financial Times présentait la manière dont le gouvernement Espagnol pourrait obtenir plus de fonds afin de mieux gérer son surendettement : ‘Une alternative de dernier recours serait de mandater, pour une durée déterminée, les obligations Espagnoles achetées par les ménages et les entreprises’. Je suppose que le terme ‘mandater’ a été utilisé dans cette phrase pour la bonne et simple raison qu’il sonne mieux que ‘voler’. Bien entendu, ce vol ne serait que ‘temporaire’, comme le sont toutes les autres incursions de l’Etat qui érodent l’état de droit. Ce que cet article, écrit par un professeur de l’Université de Harvard et ancien conseiller présidentiel des Etats-Unis,  met principalement en avant, c’est que l’élite académique et politique des Etats-Unis est tout autant en banqueroute intellectuelle que les nations socialistes.

Le déclin des gouvernements, et plus particulièrement l’absence de principes et d’honneur chez les dirigeants politiques préférant le vol à l’acceptation de la réalité, n’a rien de nouveau. Voici ce qu’en disait Frederick Bastiat il y a plus de 150 ans :

‘Lorsque le détournement de fonds et le pillage deviennent des attitudes communes à un groupe d’hommes vivant au sein d’une même société, ce dernier finit par créer un système judiciaire qui autorise ses méfaits, et un code moral qui les glorifie’.

Il n’y a pas si longtemps, Ayn Rand faisait une observation similaire :

‘Une fois que vous comprenez que les échanges se font non pas par consentement, mais par contrainte – une fois que vous comprenez que pour pouvoir produire, vous devez obtenir la permission de personnes ne produisant rien – lorsque vous vous rendez compte que la monnaie est redirigée vers ceux qui commercent non pas des biens, mais des faveurs – lorsque vous comprenez que ces hommes deviennent riches par la force plutôt que par le travail, et que vos lois ne vous permettent plus de vous protéger contre eux, mais de les protéger contre vous – une fois que vous comprenez que c’est la corruption qui est récompensée, et non l’honnêteté, alors vous savez que vous vivez dans une société vouée à l’échec.

Que pouvons-nous donc faire, en tant qu’individus, pour nous protéger, nous et nos familles ? Premièrement, il nous faudra en venir aux prises avec l’insolvabilité de nos gouvernements avant qu’ils ne s’enfoncent encore plus dans le grand banditisme. Nous devrons ensuite reconnaître qu’il existe une différence entre capital invisible et capital pouvant devenir la cible d’une confiscation du gouvernement. Ce sujet va bien au-delà de mes connaissances personnelles, mais il est toutefois clair que le meilleur moyen dont vous disposiez afin d’éviter une confiscation est la diversification géographique de vos actifs en plusieurs juridictions politiques, tout en espérant que tous les gouvernements ne deviennent pas des tyrans et des voleurs.

James Turk est le fondateur et le président de GoldMoney.com. Il est également le co-auteur de The Collapse of the Dollar .

 Source: 24hgold.com

24 commentaires

  • Niakine Yapadchef Niakine Yapadchef

    Pour être volé il faut avoir quelque chose à se faire voler…
    Que l’on fasse donc payer la crise aux riches, ça ne me choque absolument pas.

  • concombremasqué

    Dire que c’est une crise du socialisme alors que l’on assiste à un effondrement du modèle capitaliste c’est fort

  • dudul

    l’article commence par s’attaquer au socialisme, mais c’est bien le capitalisme, et rien d’autre qui a plongé le monde dans un tel désastre….
    article très bizzard! sur la forme et sur le fond…..

    • fotoulavé fotoulavé

      Oui t’as raison mais il désigne le socialisme comme du capitalisme et le NOM n’a que faire des mots et des systèmes. Le NOM ne veut que l’argent et le pouvoir mondiale.
      Assoir leur dictature et enfin faire leurs monstruosité satanique en tout « liberté » comme un ado qui fume sont pétard en plein rue…

    • engel

      Le « socialisme » c’est merveilleux,
      Jusqu’au jour où il faut personnellement payer les cadeaux faits par autrui.
      Ne nous inquiètons pas, c’est pour très bientòt !

    • Boono Boono

      Article avec des propos fumeux et execrable. C´est un « Tea Partist » des capitalistes extremes, pour eux l` Europe, c´ est une prison communautaire, Bolschevic. Ils préconisent une sociétè où en gros chacun est son propres gouvernemant, sa propre armée et la justice basée sur la suprématie de la constitution. Se sont à mon avis des tarés qui rêves d´ une société à la Mad Max car ils pensent y devenir des seigneurs dans leur royaume. ca les ménera droit à la guerre civile, l´ anarchie et au cannibalisme.

  • Lucy in thé sky with diamonds

    Des non sens en veux tu en voilà.
    C’est sur que si on a les poches pleines de sang, il est préférable de mettre ce qui en déborde dans les paradis fiscaux plutôt que dans nos ridicules banque européennes.
    Merde, j’ai mon chat qui a gerbé partout, va falloir nettoyer tout ça.
    Bonne journée à vous ^^

  • crudence

    Contre le colonialisme et l’impérialsme des puissances occidentales tous les moyens sont bons et nécessaires pour lutter contre ces cancers : La saisie de la propriété « individuelle » de multinationales criminelles est une nécessité absolue !

    Comment oser faire paraître un article de 24hgold sur ce site ? Oui c’est de la liberté d’information, mais sous couvert d’anti NOM,d’info alternative, certains veulent torpiller la crédibilité de tels sites …

    P R U D E N C E

  • Ils se servent déjà de nous, sur nous et chez nous… Je pense pas qu’on sentira encore plus la douloureuse au final. La pommade ils l’étalent doucement depuis un moment.

  • Maverick Maverick

    Je vois que je ne suis pas le seul à trouver ce billet confus et incohérent. Et parfaitement inutilisable.

  • manuprovence

    {‘Lorsque le détournement de fonds et le pillage deviennent des attitudes communes à un groupe d’hommes vivant au sein d’une même société, ce dernier finit par créer un système judiciaire qui autorise ses méfaits, et un code moral qui les glorifie’.}…cette phrase décrit très bien la situation du capitalisme actuel : gloire au fric,impunité pour les banksters,autorisation de polluer pour s’enrichir,mépris de l’humain et du vivant……
    Ce personnage est a mon avis partie intégrante de ce groupe d’homme pilleur,et il a peur pour ses intérêts de boursicoteur,il déteste ces méchants pays qui reprennent possession de leur biens(or,pétrole,terre…)

  • Chègoku Chègoku

    Qui est le con qui a écrit cet article? Il vit sur une autre planète sans doute!

    Parler d’excès de dépense alors que ces dépenses ont été contractées pour sauver les banques, c’est fort! Jusqu’en 2008, la Belgique pseudo-socialiste avait une dette en régression. Elle a pris plus de 20 point suite aux renflouements de Dexia, Fortis…

    Mutualiser les pertes privées et privatiser les bénéfices ne fait pas vraiment partie de la doctrine socialiste.

  • ratgana

    Il me semble qu’il y à pas mal d’écrits intéressants que ce James Turk ne c’est pas donné la peine de lire. Ce type n’a rien à dire si ce n’est de partager une impression tatillonne et confuse en s’adressant aux lecteurs de GoldMoney.com.
    La référence à le mérite d’être claire : Frédéric Bastiat, économiste libéral anti socialiste qui serait surement aujourd’hui libértarien.
    James Turk = Tea Party ?

  • 2BN

    Pour faire suite aux différentes réactions sur l’article relativement flou et confus de notre ami, j’apporte quelques précisions de la bolivie et de l’argentine en questions, qui sont toutes fraîches.
    La Bolivie: « la pauvreté a baissé de 60 % à 49 % entre 2005 et 2010, et l’extrême pauvreté est passée de 38 % à 25 %. » courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/2012/05/22/morales-reprend-le-controle-de-la-production-d-energie
    La politique d’Evo Morales,leader du mouvement MAS, à pour but de rendre à un pays ce qui lui permet de ce développer, l’énergie. ce projet est en direction de l’éducation, de l’alphabétisation, de la santé, la justice et contre la corruption…. des éléments qui a première vue semble universel a toutes les idéologies!

    L’argentine qui a décidé de reprendre la main sur sa production énergétique est bien dans l’intérêt du plus grand nombre de ces concitoyens et non dans celui des étrange fond d’investissement étrangers!!! et dans la population sud américaine ces décisions ont eu des échos très positifs; car l’instituions public, et donc collectif, reprend la main face à l’individualisme rampant…

    la diabolisation des pays socialiste est une forme des dictatures existantes en occident!!!!

  • helleyes

    C’est n’importe quoi ce genre d’articles, encore un capitaliste libéral qui pourri le monde et accuse son voisin.

    La crise a bien été créée par les banques, la finance, le libéralisme en somme, à peu près le strict opposé du socialisme !

    C’est fou de foutre la m**** pendant un siècle, pompant toujours plus le peuple, s’enrichissant toujours plus sur le dos des autres pour ensuite accuser effrontemment ceux qui pronent le partage des richesses !!!

    Il ne faut pas oublier les bonnes définitions qu’on nous apprend à l’école hein,
    la droite prone le liberalisme, c’est à dire la liberté, c’est à dire la liberté de s’enrichire sans aucune entrave et quitte à créer des disparités toujours plus flagrantes, quitte à appauvrir toujours plus de gens et toujours plus miséreux.

    De l’autre côté le socialisme, prône l’égalité, c’est à dire certes un contrôle un peu plus strict de tes liberté (liberté de t’enrichir sur le dos de tes voisins gros pourri !) mais surtout une plus grande égalité entre chaque citoyen, quitte à bloquer le plafon des salaires des patrons par rapport à leur employers !

    La crise n’est en rien la faute du socialisme ! elle est directement lié au système international libéral qui enrichi toujours plus une élite avec l’argent du peuple, des sytèmes mis en place et accentués par Merkel-Sarko et CON…soeurs, qu’il faut le rappeler à certains ici présents… ne sont pas tout à fait des socialistes !

    C’est proprement impossible que tu crois sincèrement en ce que tu dis (sauf cas de grosse con****ie ou partialité sévère) donc soit l’auteur de cet article ne comprend rien à rien, soit il participe pleinement et sciemment à la propagande libérale qui veux assujetir toujours plus le peuple de plus en plus pauvre tout en accusant le voisin !

  • rouletabille rouletabille

    Ils ont réussis de rendre notre vie remboursable..

  • J’ai validé cet article pour avoir plusieurs sources mais également plusieurs sons de cloche, ce qui vous plait puisque vous avez réagit, mal mais vous avez réagit! mdr!
    Bon alors, on laisse tomber le style TF1? ;)

  • Dies Irae

    C est juste ridicule comme article…

    Mais bon laissons le parler a sa clientele… Finalement, il ne dit que ce qu ils veulent (aiment) entendre…