Prêts au mariage avec des robots ?..

A chaque jour suffit sa peine, dit un proverbe! on pourrait rajouter et son lot de recherches complètement folles. La déshumanisation du monde est en route…..

Pour les chercheurs, un jour les humains épouseront des robots. Est-ce vraiment la direction que notre société est en train de prendre ?

Difficile d’imaginer un titre d’article plus racoleur que «Les robots, les hommes et le tourisme sexuel»—surtout dans le monde universitaire.

Écrit par des chercheurs de l’University of Wellington de Nouvelle Zélande, et récemment publié dans le journal Futures, cet article prédit que dans les décennies à venir, les humains iront dans des bordels à robots, se libérant ainsi du sentiment de culpabilité associé à la fréquentation d’une prostituée de chair et de sang.

Il fallait sans doute s’y attendre : il a déclenché un débat animé sur les possibilités d’automatisation de l’industrie du sexe—et des réactions pour le moins timorées devant l’idée de relations entre humains et robots.

Il devrait être évident pour tout le monde aujourd’hui qu’au moins certains d’entre nous auront un jour des relations sexuelles avec des robots. Il y aura toujours quelqu’un pour s’envoyer à peu près tous les biens de consommation qui entrent dans la maison (et si ce n’est pas déjà la règle de base du design des objets domestiques, il faudrait songer à s’y mettre).

Les relations entre robots et humains seront-elles cantonnées à la chambre à coucher, ou l’amour intègrera-t-il aussi l’équation ? Notre société emprunte-t-elle le chemin d’une telle transition? Au vu des tendances actuelles, je dirai que la réponse est oui, sans le moindre doute.

Cerveau open-source

L’idée de relations sexuelles avec des robots provoque une réaction de dégoût immédiate chez la majorité des gens. L’esprit imagine aussitôt des mixtures d’alchimiste mélangeant caoutchouc, silicone et, je ne sais pas moi, follicules pileux. Difficile de ne pas penser à ces poupées gonflables à la mâchoire flasque et aux yeux glacés, dont les bras pâles sont couverts d’une peau gélatineuse dérivée du pétrole.

Mais ce ne sont pas elles, les femmes-robots amoureuses et séductrices du futur. Une peau réaliste, un regard qui suit le vôtre, une fausse respiration (pour éviter cette sensation de «cadavre ambulant»), des talents oratoires convaincants, une certaine dextérité dans la manipulation d’objets et la capacité de ne pas se prendre les portes en verre dans la figure—on peut raisonnablement penser que tout cela sera possible d’ici les prochaines décennies.

Voyez par exemple le robot «personnel» PR2 de Willow Garage ; avec son cerveau open-source situé dans Google cloud, cette machine est d’ores et déjà capable de naviguer dans un environnement domestique pour aller chercher des bières, remplir le lave-vaisselle et bien plier le linge.

Dans son livre de 2007 Love and Sex With Robots, le Dr David Levy prétend que nous, les humains —les hommes et les femmes, vous n’êtes donc pas hors-jeu mesdames— tomberons amoureux des nouvelles espèces de robots humanoïdes supposées arriver dans le prochain demi-siècle.
Notre vie est une liste de données

Beaucoup de nos interactions sociales sont aujourd’hui réduites au transfert d’informations dans leur plus simple expression par le biais de divers médias en ligne: textos, mails, partage de vidéos et de photos, mise à jour de statut, et, heu, pokes.

(…)

Pour lire la suite, cliquer ICI

Auteur : Daniel H. Wilson, traduit par Bérengère Viennot

Source : www.slate.fr via TerreSacrée

 

130 commentaires