Günter Grass dénonce Israël, menace contre la paix mondiale

Un peu de poésie cela vous tente? Même si celle-ci se veut politique et attaque ce petit pays que personne ne doit attaquer? C’est ici un prix Nobel de littérature qui a largement contribué à la littérature post-shoatique et qui cesse de défendre ceux qui sont devenus indéfendables.

A force de trop se flageller, on en arrive au non-dit permanent et à l’hypocrisie, si ce n’est à la complicité de crimes.

C’est ce que semble se reprocher tardivement Günter Grass, 84 ans, prix Nobel de littérature 1999, dans un poème concernant l’arsenal nucléaire de l’état hébreux.

Il souligne ainsi le danger que représente Israël et ses dirigeants pour la paix mondiale, et le deux poids deux mesures sur la question nucléaire iranienne.

Pris dans l’étau de l’éternelle repentance, Günter Grass, qui avait avoué s’être enrôlé à 17 ans dans les Waffen-SS, en veut à Israël d’exiger des armes nucléaires comme une légitime réparation de la part de l’Allemagne :

Mais aujourd’hui, alors que mon pays
coupable de crimes sans commune mesure,
pour lesquels il doit rendre des comptes
encore et encore,
mon pays donc,
dans un geste purement commercial,

certains parlent un peu vite de réparation,
s’en va livrer un nouveau sous-marin à Israël,
un engin dont la spécialité est d’envoyer
des ogives capables de détruire toute vie
là où l’existence de ne serait-ce qu’une seule
bombe nucléaire n’est pas prouvée,
mais où le soupçon tient lieu de preuve,
je dis ce qui doit être dit.

 

Le sentence ne s’est pas fait attendre et Günter Grass, qui a largement contribué à la littérature shoatique depuis l’après-guerre, la connaissait : « …qu’au risque d’une peine lourde et infâmante :
 le verdict d’antisémitisme est assez courant. »

 

Afin que chacun juge sur pièces, voici la traduction du poème dans son intégralité, paru dans le Süddeutsche Zeitung :

 

CE QUI DOIT ÊTRE DIT

Pourquoi je ne dis pas
pourquoi ai-je tu pendant trop longtemps
ce qui est pourtant évident
et a fait l’objet de tant de simulations
dans lesquelles nous, les survivants,
sommes au mieux des notes de bas de page.
On évoque le droit à une frappe préventive,
l’éradication du peuple iranien soumis,
tenu à une liesse sans joie par un fort en gueule,
sous prétexte que ce potentat
construirait une bombe atomique.
———————————————
Mais alors, pourquoi m’interdis-je
de nommer cet autre pays
qui dispose depuis des années,
certes dans le plus grand secret,
d’un potentiel nucléaire croissant
et échappant à tout contrôle,
puisqu’aucun contrôle n’est permis ?
———————————————
Le silence général autour de ce fait établi,
ce silence auquel j’ai moi-même souscrit,
je le ressens comme un mensonge pesant,
une règle que l’on ne peut rompre
qu’au risque d’une peine lourde et infâmante :
le verdict d’antisémitisme est assez courant.
———————————————
Mais aujourd’hui, alors que mon pays
coupable de crimes sans commune mesure,
pour lesquels il doit rendre des comptes
encore et encore,
mon pays donc,
dans un geste purement commercial,
certains parlent un peu vite de réparation,
s’en va livrer un nouveau sous-marin à Israël,
un engin dont la spécialité est d’envoyer
des ogives capables de détruire toute vie
là où l’existence de ne serait-ce qu’une seule
bombe nucléaire n’est pas prouvée,
mais où le soupçon tient lieu de preuve,
je dis ce qui doit être dit.
———————————————
Pourquoi me suis-je tu aussi longtemps ?
Parce que je croyais que mes origines,
entachées par des crimes à jamais impardonnables,
m’interdisaient d’exprimer cette vérité,
d’oser reprocher ce fait à Israël,
un pays dont je suis et veux rester l’ami.
———————————————
Pourquoi ne dis-je que maintenant,
vieux, dans un ultime soupir de mon stylo,
que la puissance nucléaire d’Israël
menace la paix mondiale déjà fragile ?
Parce qu’il faut dire maintenant
ce qui pourrait être trop tard demain,
et parce que nous, Allemands,
avec le poids de notre passé,
pourrions devenir les complices d’une crime,
prévisible et donc impossible
à justifier avec les excuses habituelles.
———————————————
Pourquoi je ne dis pas
pourquoi ai-je tu pendant trop longtemps
ce qui est pourtant évident
et a fait l’objet de tant de simulations
dans lesquelles nous, les survivants,
sommes au mieux des notes de bas de page.
———————————————
On évoque le droit à une frappe préventive,
l’éradication du peuple iranien soumis,
tenu à une liesse sans joie par un fort en gueule,
sous prétexte que ce potentat
construirait une bombe atomique.
———————————————
Mais alors, pourquoi m’interdis-je
de nommer cet autre pays
qui dispose depuis des années,
certes dans le plus grand secret,
d’un potentiel nucléaire croissant
et échappant à tout contrôle,
puisque aucun contrôle n’est permis ?
———————————————
Le silence général autour de ce fait établi,
ce silence auquel j’ai moi-même souscrit,
je le ressens comme un mensonge pesant,
une règle que l’on ne peut rompre
qu’au risque d’une peine lourde et infâmante :
le verdict d’antisémitisme est assez courant.
———————————————
Mais aujourd’hui, alors que mon pays
coupable de crimes sans commune mesure,
pour lesquels il doit rendre des comptes encore et encore,
mon pays donc, dans un geste purement commercial,
certains parlent un peu vite de réparation,
s’en va livrer un nouveau sous-marin à Israël,
un engin dont la spécialité est d’envoyer
des ogives capables de détruire toute vie
là où l’existence de ne serait-ce qu’une seule
bombe nucléaire n’est pas prouvée,
mais où le soupçon tient lieu de preuve,
je dis ce qui doit être dit.
———————————————
Pourquoi me suis-je tu aussi longtemps ?
Parce que je croyais que mes origines,
entachées par des crimes à jamais impardonnables,
m’interdisaient d’exprimer cette vérité,
d’oser reprocher ce fait à Israël,
un pays dont je suis et veux rester l’ami.
———————————————
Pourquoi ne dis-je que maintenant,
vieux,
dans un ultime soupir de mon stylo,
que la puissance nucléaire d’Israël
menace la paix mondiale déjà fragile ?
Parce qu’il faut dire maintenant
ce qui pourrait être trop tard demain,
et parce que nous, Allemands,
avec le poids de notre passé,
pourrions devenir les complices d’une crime,
prévisible et donc impossible
à justifier avec les excuses habituelles.
———————————————
Je dois l’admettre aussi, je ne me tairai plus
parce que j’en ai assez de l’hypocrisie de l’Occident
et j’espère que nombreux seront ceux
prêts à se libérer des chaînes du silence,
pour appeler l’auteur d’une menace évidente
à renoncer à la violence tout en exigeant
un contrôle permanent et sans entraves
du potentiel atomique israélien
et des installations nucléaires iraniennes
par une instance internationale
acceptée par les deux gouvernements.
———————————————
Ce n’est qu’ainsi que pourrons aider
les Israéliens et les Palestiniens,
mieux encore,
tous les peuples,
frères ennemis vivant côte à côte
dans cette région guettée par la folie meurtrière,
et en fin de compte nous-mêmes.
———————————————
Je dois l’admettre aussi, je ne me tairai plus
parce que j’en ai assez de l’hypocrisie de l’Occident
et j’espère que nombreux seront ceux
prêts à se libérer des chaînes du silence,
pour appeler l’auteur d’une menace évidente
à renoncer à la violence tout en exigeant
un contrôle permanent et sans entraves
du potentiel atomique israélien
et des installations nucléaires iraniennes
par une instance internationale
acceptée par les deux gouvernements.
———————————————
Ce n’est qu’ainsi que pourrons aider
les Israéliens et les Palestiniens,
mieux encore,
tous les peuples,
frères ennemis vivant côte à côte
dans cette région guettée par la folie meurtrière,
et en fin de compte nous-mêmes.

 


(Source Süddeutsche Zeitung)
Traduction Michel Klepp

Source: Agoravox.tv

9 commentaires

  • Delaude

    Réactions en Allemagne :
    CONDAMNATION UNANIME
    Le poème était à peine paru que, dans le quotidien conservateur Die Welt, l’éditorialiste et polémiste Henryk Broder jugeait que « Grass a toujours eu un problème avec les juifs, mais il ne l’avait jamais aussi clairement exprimé que dans ce poème ». Pour lui, l’écrivain est « l’archétype de l’érudit antisémite », de l’Allemand qui, « poursuivi par la honte et le remords », ne trouvera « la paix de l’âme » qu’avec la disparition d’Israël.
     
    Israël a également réagi en publiant sur le site de son ambassade à Berlin un court texte : « Ce qui doit être dit, c’est qu’il appartient à la tradition européenne d’accuser les juifs de meurtres rituels avant Pâques (…). Ce qui doit aussi être dit est qu’Israël est le seul Etat au monde dont le droit à l’existence est officiellement contesté. Cela était déjà le cas le jour de sa création. Cela l’est encore aujourd’hui. Nous voulons vivre en paix avec nos voisins dans la région. Et nous ne sommes pas prêts à accepter le rôle que Günter Grass nous assigne dans le travail sur le passé du peuple allemand. »


    « Nous voulons vivre en paix avec nos voisins…. »

    Ça ne colle pas vraiment, ni avec la gestion de la Palestine, ni avec les dernières déclaration sur l’Iran…
    A moins que ce soit une « paix » sous leur domination ?
     

  • OrdoAbKaos

    La poésie considérée comme un acte terroriste par certains alors que Israel est une gentille démocratie pour d’autres, pas de doute nous vivons bien la tête en bas

  • Delaude

    Apparemment, les diplomates algériens auraient été enlevés par les rebelles islamistes ?
    Face aux touaregs armé jusqu’au dent par la guerre en Libye, plus l’armée algérienne qui pèse son poids également, que vaudrait une résistance islamiste de quelques centaines d’hommes sous-équipés ?  (d’après ce que j’ai entendu sur les ondes).
    J’ai entendu dire que comme le nord du Nigéria, (uranium)  le nord du Mali aurait un sous-sol extrêment riche en pétrole, uranium, or et diamants.. De quoi aiguiser les crocs des multinationales… Il semblerait d’ailleurs que Total était déjà en négociation avec le Mali. Mais chuuuuut ! c’est du conspirationnisme… Garde le pour toi ! :-(

  • sélène

    IL A PORTE L’UNIFORME NAZI PENDANT LA GUERRE NE SOYEZ PAS NAIF

  • MELODIE

    il a poete l’unifoeme nazi pendant la guerre

  • MELODIE

    IL était uin nazi avéré et il ne s’en cache pas

  • Nazi=coupable? Ben…..non! Faut savoir pour parler….

    Il y a des nazis qui voulaient dénoncer les chambres à gaz ou qui voulaient tuer Hitler, cela leur à couté cher, certes, mais ils ont tenté! Même à ce niveau il y a des « traitres » qui ont tenté de faire le bien, donc bien sur les nazis étaient des monstres, mais certains sortaient du lot quand même, dont ce poète qui a largement contribué à la littérature post-shoatique.