Les centres commerciaux « quatre étoiles » arrivent en France

Je ne sais plus quel économiste SÉRIEUX a dit qu’il fallait arrêter de consommer, que non seulement cela n’allait pas aider la croissance à l’heure actuelle, mais que également cela ne pouvait pas vous aider quand à l’avenir! Pourtant si on écoute les médias, les politiques, les « philosophes qui savent soit disant tout » et les autres cerveaux de ce pays, il faut au contraire continuer, claquez votre argent, dépensez-le, faites travailler les banques, prenez vous la dernière télé à écran plat, etc… Et c’est là qu’arrivent les nouveaux centre commerciaux 4 étoiles, ceux dans lesquels on va par plaisir! Alors quand je vois cette masse de mouton opter pour les grandes surfaces comme promenade dominicale (mieux encore qu’une balade en forêt non? :quiet: ), qu’est-ce que cela va être avec ces 4 étoiles…..

Centre commercial de la Confluence à Lyon, le 6 avril 2012.

Voituriers, groom pour porter les paquets, cireur de chaussures, Wi-fi gratuit: après le centre Carré Sénart, en Seine-et-Marne, les centres commerciaux labellisés « quatre étoiles » arrivent en France, misant sur la séduction, à l’instar de celui de la Confluence inauguré cette semaine à Lyon.

« Les gens en ont assez qu’on répète les mêmes concepts, ils veulent de la diversité, de l’émotion, de la sensualité », proclame Guillaume Poitrinal, président du directoire d’Unibail-Rodamco, leader européen de l’immobilier commercial et propriétaire de 33 centres en France. Son objectif: « rendre le service +quatre étoiles+ accessible à tous ».

En temps de crise et face à la concurrence du commerce en ligne, où l’acheteur se retrouve « seul » devant son écran, ce nouveau concept de shopping « quatre étoiles » vise à transformer les centres commerciaux en endroits où l’on vient « pour le plaisir » et « non plus seulement par nécessité, pour l’achat ».

« L’idée est de revoir nos centres commerciaux autour des valeurs du design, de l’accueil, des services et du polysensoriel, que l’achat sur internet ne peut apporter et qu’on ne trouve pas dans les offres commerciales ordinaires », assure M. Poitrinal.

Situé en bord de Saône, dans le quartier branché de La Confluence, au sud de la presqu’île du centre de Lyon, le pôle de commerces et de loisirs « nouvelle génération » de Lyon est le premier centre neuf à décrocher ce label « quatre étoiles »: une « démarche internationale pionnière » fixant des « standards de qualité à toutes les étapes de la visite du client ».

Outre les services « incontournables », vestiaire ou wi-fi gratuit illimité, il propose des « services premium »: voiturier, cirage de chaussures, i-pads pour lire la presse, manucure, +personal shoppeuse+ ou encore prêt de jouets pour les enfants.

Centre commercial de la Confluence à Lyon, le 6 avril 2012.

Un « engagement qualité » certifié par 571 points de contrôle assurés en partenariat par SGS, leader mondial de la certification.

« Ce centre doit rester un lieu d’exception par son architecture, son design, un lieu où on se sent bien car quelqu’un a pensé à réduire les zones de stress », résume M. Poitrinal.

Jusqu’au brouhaha ambiant, qui pollue souvent le shopping et qui sera « absorbé » par les matériaux pour mieux apprécier la « musique lounge » distillée par le piano automatique.

Signé par l’architecte Jean-Paul Viguier, l’ensemble ouvert sur l’extérieur, mêlant « mélèze du Jura », « matériaux high-tech » et végétation, est inondé de lumière naturelle grâce à une toiture transparente donnant l’illusion d’un paquebot à ciel ouvert.

La climatisation, énergivore, est aussi remplacée par une ventilation naturelle.

Sur ses 53.000 m2 répartis sur trois niveaux, il accueille 102 enseignes cosmopolites, allant de la mode « tendance », comme l’Américain Hollister, sous-marque d’Abercrombie and Fitch, à la gastronomie haut-de-gamme, en passant par un Apple-store et le « premier centre français d’expérience audio-visuelle » du spécialiste du son et de l’image, Bose.

Côté loisirs, un mur d’escalade de 20 mètres, un spa, un multiplexe de 14 salles et 17 « restaurants thématiques », situés sur le « deck », au dernier étage avec vue imprenable sur la Saône, complètent l’offre.

Toujours dans le registre de la « détente et du plaisir », le client peut s’y rendre par navette fluviale: le « Vaporetto » reliant sur la Saône le centre ville à la Confluence. Pour le prix d’un ticket de métro.

Unibail-Rodamco s’est donné pour objectif de labelliser 20 centres en 2012 et l’ensemble de son parc français d’ici 2014 (Forum des Halles à Paris, La Part-Dieu à Lyon, EuraLille, Velizy2 et Parly2…)

Source: boursorama.com

16 commentaires

  • voltigeur voltigeur

    Relire les méthodes de manipulation….

    Donner de l’illusion, du rêve et empocher au passage…. si le système se casse la figure, (il en met du temps le moribond à passer l’arme à gauche!)….on en reparlera hein!! les trois quart ont d’autres priorités, du moins je l’espère pour eux, et surtout pour nous sinon Sarko’mencera dans peu de temps.. Pitiééééé! non pas çaaaaa! :cry:

  • slimo

    Chouette!
    Pour les allocataire du rsa,cirer les pompes des riches 7 heures par semaine sa va redonner gout au travail!

    • mesager31

      Bonjour . OUI ici sur l’ile de la reunion c’est la fete quand il y a des promos sur les boites de ragements en plastics … MDR!!!! Portant ça ne se mange pas et ce n’est pas trés écolo mais c’est s’…ko

    • loulette

      cirer les pompes, travailler au delà des heures, devoir se taire et accepter de peur de perdre son travail…. nous revenons au temps féodal.
      Quand aux banquettes moleleuse, t’en fait pas elles sont assez peu confortable et se centre est pleins de courant d’air. 

  • Delaude

    T’inquiète, Volti, au rythme où ça va, il n’auront pas le temps… Tu le sais, la bulle est maintenue artificiellement. Tout les compteurs sont au rouge, la surchauffe est proche.
     
    Et même s’ils arrivaient jusqu’à l’ouverture… Quand nous en serons à nous nourrir de pain et d’eau, leurs boutiques serviront de squatt aux sans-abris…. :-D
     

    • voltigeur voltigeur

      :yes: mais j’écoute les radios et :shock: il y en a encore qui y croient…

    • delphine

      salut Delaude

      tout à fait d’accord, ce n’est pas la minorité
      de français qui continuent à s’enrichir,
      qui pourront maintenir le système à eux seuls.

      et quand les moutons auront envie d’aller craquer des sous
      dans un centre commercial 4 étoiles 
      qu’ils réclament au moins un café gratuit,
      en effet voici la rémunération du patron  d’UNIBAIL-RODAMCO :
      (ça mérite bien un petit noir
      car chaque visite des moutons 
      remplit SON portefeuille :-)

      et même si tout craque demain
      on ne s’inquiète pas pour lui et son parc immobilier.

      source :
      « http://www.journaldunet.com/economie/magazine/salaires-patrons/guillaume-poitrinal.shtml 

      42e, Guillaume Poitrinal, Unibail-Rodamco : 1,9 million € en 2010

      Suivante

       

      Guillaume Poitrinal, président du directoire, Unibail-Rodamco. © Unibail-Rodamco

       

       

       Salaire / rémunération 2010 :
      Total : 1 916 741 € (+72,6%) dont…
      Part fixe : 800 000 € (+14,3%)
      Part variable : 1 094 970 € (+242,1%)
      Exceptionnels : 0 €
      Jetons de présence : 0 €
      Avantages en nature : 21 771 €
       Autres éléments de rémunération :
      Attribution de stock-options en 2010 : oui
      Attribution d’actions gratuites en 2010 : non
      Retraite complémentaire : oui
      Indemnités de départ éventuelles : non
      Clause de non concurrence : non

  • OrdoAbKaos

    Ils ont déjà commencé à Parly 2 (IDF), en installant plein de banquettes couleur fluo genre salon détente… Par contre pas vu de salon de massage, ni de masseuses, ce qui serait le bien venu car tous ces achats c’est très stressant surtout pour mon banquier.

    • mémé

      C’est bien les banquettes pour les clodos et les jeunes: moelleux, au chaud…Chez nous, il n’y a plus de banquettes ou de bancs dans les centres commerciaux couvert par crainte des squatters qui feraient fuir les clients.
      Sil y a banquettes, il y a milice privée.

  • fotoulavé fotoulavé

    C’est certain que les loyés c’est une masse de pognon sur laquelle un bon paquet de gens se régale. Mais je prend mon exemple, je touche 450 euros de RSA plus les allocations logement, ce qui paye mon loyé et mes charges. Le jour ou on ne me donne plus rien, je ne paye plus.
    Et le jour ou on ne me donne plus rien c’est que ça va déjà trés trés mal. Je pense même qu’a ce stade il n’y ai plus ni service de police, ni commerce.
    Et je ne suis pas un cas isolé, on est des millions. Alors leurs annonces de grandes surfaces de lux pour épater les français moyens ça me fait rigoler. Leur système part en cou… et ils le savent. Mais il essais de tenir pour bien racler les fonds de tiroir.

    Et puis tous les projets « d’avenir » sont bien vu, du moment que ça brasse du flouze. 

  • Mahler

    Revoyez le film « Zombie » de Roméro. Dans ce film, les zombies (image miroir du monde des vivants mais sans cerveau) se dirigent vers quoi ? Un centre commercial… Même morts, les moutons restent des moutons et la société n’est qu’un grand marché où tout est consommé n’importe comment. Il a 40 ans ce film mais quel visionnaire sur ce que devient l’humanité.
     

  • Maverick

    Si seulement le ridicule pouvait tuer …

  • JP31

    Dans le 06,a Cagnes sur Mer,le chantier en est au début,
    y vont faire un truc de ouf,genre Miami… :reallyangry:
    pour supplanter celui de St Laurent du Var,,,devenu bizarrement « inondable »… :-P  
    tous des tarés!!!et en plus,ils adorent.  

  • loulette

    ami smicard passez votre chemin…. dire qu’il y a des logement à caractère sociaux dans ce secteur…. seul caractère devrait rester, car pauvres gens ils ne pourront ni s’habiller, ni s’alimenter sur place ; sans oublier un sentiment de n’être qu’un minus, en marge d’un population opulente. le sentiment cruel de ne décidément plus faire parti de la même société… sans compter sur le prix des impots locaux qui seront je pense à la mesure du quartier…. un moyen de plus pour écarter les gens modeste d’un lieu qui au départ se voulait multi social..

  • loulette

    je connais bien le quartier, un quartier ou pas une femme seule n’osait s’aventurer le soir. Haut lieu de prostitutions, de dealeur, de routier en mal de sexe….. elles sont encore là les jolie filles courte vêtue plus ou moins visible…maintenant devenue uniquement accessible pour les mondains, mais là chut…. ont ne dit rien.
    Les riches vive sur le dos des pauvre ici est débalé à ciel ou vert une triste caricature. je vous laisse imaginer