Paris lève l’interdiction sur les ventes à découvert

Une information qui date de lundi mais qui a quand même sa petite importance, même si elle est passée « en douce » sans que les médias n’en parlent…

<p>Trader à Paris. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé lundi la fin de l'interdiction des ventes à découvert sur une liste définie de valeurs financières françaises. /Photo prise le 8 décembre 2011/REUTERS/John Schults</p> PARIS (Reuters) – L’Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé lundi la fin de l’interdiction des ventes à découvert sur dix valeurs financières françaises, confirmant une information précédemment obtenue par Reuters.

L’interdiction des ventes à découvert sur les valeurs financières françaises avait été décidée le 11 août dernier en pleine tempête boursière, avant d’être prolongée pour trois mois le 10 novembre.

« Le dispositif visant à interdire toute prise de position courte nette ou tout accroissement d’une telle position sur des titres de capital d’une liste définie de valeurs financières françaises a pris fin le samedi 11 février 2012 », indique le gendarme de la Bourse dans un communiqué.

Adoptée dans plusieurs pays européens, comme par exemple aussi l’Italie ou l’Espagne, cette mesure était destinée à réduire l’extrême volatilité des actions des banques et des compagnies d’assurance dans le contexte de crise de la dette souveraine dans la zone euro et d’assèchement de la liquidité sur le marché interbancaire.

Les valeurs concernées étaient April Group, Axa, BNP Paribas, CIC, CNP Assurances, Crédit Agricole, Euler Hermès, Natixis, Scor et Société générale.

Cette mesure avait toutefois été accueillie avec beaucoup de réserves par les professionnels des marchés financiers, certains estimant que l’interdiction des ventes à découvert ne permettrait pas d’enrayer la chute des valeurs financières en Bourse liée aux inquiétudes des investisseurs sur la solidité du système bancaire européen.

Les actions des banques françaises, et principalement les titres Société générale et Crédit agricole, ont d’ailleurs fini 2011 sur de lourdes pertes.

Société générale a ainsi vu sa capitalisation boursière plonger de 57% l’an dernier, celle du Crédit agricole a chuté de 54%.

Source: Reuters

16 commentaires

  • polo

    cette nouvelle a été relayée par les médias économiques
    http://www.swingbourse.com/info-bourse/news.php?idnews=1476
    mais n’est effectivement pas passée au 20h.

  • phoenix

    « … Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses
    pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat.
    Si le peuple américain
    permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie,
    les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques
    priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation,
    ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront,
    sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis … «
    Thomas Jefferson 1802

  • Tex

    C certainement une bête question mais qqn peut-il m’expliquer ce qu’est une  » vente à découvert » ???
     

  • Jo

    Vente à découvert

    La vente à découvert consiste à vendre à terme un actif que l’on ne détient pas le jour où cette vente est négociée mais qu’on se met en mesure de détenir le jour où sa livraison est prévue. L’actif vendu à découvert est généralement un titre, mais on peut aussi vendre des devises ou des matières premières à découvert. Si la valeur de l’actif baisse après la vente à découvert, le vendeur peut le racheter au comptant et dégager une plus-value. Le gain potentiel est limité à la valeur de l’actif. Si, à l’inverse, elle monte, le vendeur s’expose à un risque de perte illimitée, tandis qu’un acheteur ne peut pas perdre plus que sa mise de fonds. Le vendeur à découvert a ce que l’on appelle une position courte, à l’opposé du détenteur d’un titre, qui a une position longue.

  • Jo

    En gros les soldes sont ouvertes..!!!

  • Poupinou

    Une vente à découvert est un contrat dans lequel un vendeur promet aujourd’hui à un acheteur de lui vendre des titres d’une société à une échéance fixée dans le futur pour un prix fixé dans le contrat,  alors que ce même vendeur ne possède pas aujourd’hui ces titres mais qu’il prévoit de les acheter dans le délai courant avant l’échéance du contrat (voire le jour de l’échéance).

  • Zhilv

    Pour faire plus simple ( arretez moi si je me trompe ) 
    J’achete une action a 100€ mais je la paierai dans 1semaine.
    Je la revend le lendemain et empoche 100€.
    Mais manque de bol, l’action perd 10% dans le courant de la semaine.
    A la fin de la semaine, je pairerai mon action 90€
    A moi la difference !

    Pour votre curiosité, recherchez juste le nbr de vente à découvert des compagnies aériennes impliquées pendant le 11/9.

    J’espere ne pas m’etre trompé dans mon explication. A bientot les moutons !