SOPA-PIPA & Blackout, le bilan

Le bilan de la journée anti-SOPA-PIPA traduit l’opinion générale des sites américains, malheureusement, cela ne reste qu’une action de courte durée qui ne va pas empêcher de vivre les politiciens corrompus et à la botte des lobbys. Regardez bien Megaupload, c’est n’est qu’un exemple, d’autres vont tomber, la suite risque d’être mémorable…

Ce mercredi 18 janvier 2012 a été marqué par un blackout massif en signe de protestation aux projets de loi SOPA et PIPA. Il est logiquement l’heure d’effectuer un premier bilan.

Les deux textes sont actuellement à l’étude au Congrès Américain et sont susceptibles de bouleverser l’usage et la liberté du web, d’où une protestation générale. Les sites refusent d’être sous le joug de lois qui induiraient purement et simplement leur fermeture. Le web réclame sa liberté et fait le choix symbolique de parer ses pages de noir en guise de protestation. SOPA et PIPA sont assimilées à de la censure, et la Toile compte faire bien plus que grogner pour se faire entendre.

De nombreux sites influents ont choisi soit de fermer leur porte, soit d’afficher ouvertement leur animosité envers les législations américaines PIPA et SOPA. Ce blackout avait pour objectif de sensibiliser le grand public et idéalement d’abroger la mise en place des deux textes. Parmi les participants au Blackout on retrouve :

La liste n’est pas exhaustive, il ne s’agit que des supports disposant d’un maximum de notoriété. En tout, plus de 75 000 adresses ont participé à ce symbolique Blackout. A côté d’eux, d’autres ont réagi. Côté anti-SOPA, on retrouve Zuckerberg qui s’est exprimé par un statut sur Facebook ou encore le gouvernement d’Obama via une lettre. Twitter était aux abonnés absents, son PDG ne donne pas d’opinion sur les projets de loi mais condamne le blackout, qu’il juge stupide.

Les internautes n’ont pas été désœuvrés, bon nombre d’Américains ont pris conscience de l’impact de ces textes et ont manifesté leur soutien au blackout. Mails, messages, statuts, rien n’a été omis. En plus de ceci, des manifestations physiques se sont déroulées dans les rues des grandes villes d’Outre-Atlantique.

Pour le moment, il est impossible de savoir si ces deux lois franchiront le stade de projet mais le blackout semble avoir eu un véritable impact sur les membres du Congrès. Au 18 janvier, on décomptait 80 partisans contre 31 opposants. Au lendemain du blackout, 65 membres s’affichaient comme sympathisants et 101 membres étaient désormais contre le projet. Il est difficile d’obtenir de véritables statistiques, puisque tous les politiciens ne se prononcent pas ouvertement sur leurs intentions de vote …

Le dénouement de cette affaire sera imminent, fin janvier, au plus tard février. En attendant, fermer Megaupload au lendemain du blackout ne risque pas de calmer les ardeurs des réfractaires.

Source: Gizmodo.fr

23 commentaires