Crise nucléaire, attaque cybernétique… Un centre d’étude américain envisage l’apocalypse pour 2012..

Puisque c’est le CFR  (Council of Foreign Relations) qui le dit…. Je suis étonnée de leur inquiétude sur l’insolvabilité de l’Europe qui menace la croissance Etatsunienne …….Pas un mot sur la faillite de Lheman Brother et la crise des subprimes, qui a fait chuter toutes les bourses mondiales….. Pas un mot sur Godlman Sach et sa main mise « salvatrice » sur l’Europe… Il vaut mieux distiller la peur que le whisky, on attendra pas 12 ans d’âge pour la boire….Merci Mulder!!

Représentation en 3D de l'explosion d'une bombe sur une ville. Stocktrek Images/Mark Stevenson

Estimant que le gouvernement américain, trop occupé avec le quotidien, ne sait pas très bien prévoir les crises qui menacent les Etats-Unis, un centre de recherche indépendant, le Council on Foreign Relations (CFR) a interrogé responsables et experts américains pour établir sa propre liste des 30 problèmes auxquels Washington pourrait avoir à faire face en 2012.

Cette liste est divisée en trois parties, allant des menaces les plus sérieuses au moins graves. Parmi les dix premières : les problèmes de solvabilité de l’Europe qui mettent en danger la croissance américaine; le risque de voir l’instabilité politique gagner l’Arabie Saoudite, ce qui pourrait créer une crise pétrolière; un conflit avec le Pakistan qui pourrait être déclenché à la suite d’une intervention anti-terroriste ou encore une attaque contre des intérêts américains.

L’étude place aussi parmi les autres sujets d’inquiétude majeurs, un incident avec la Chine, une provocation de la Corée du nord, une crise nucléaire iranienne qui entraînerait une frappe préventive d’Israël et une attaque cybernétique contre les Etats-Unis. Le centre de réflexion note que les dirigeants américains n’avaient pas prévu le « printemps arabe ».

Mais le magazine National Defense, fait remarquer que le centre lui-même, s’il avait prédit l’an dernier des troubles en Egypte et au Yémen, n’avaient pas prévu ceux en Tunisie, au Bahreïn et en Libye. Pour Micah Zenko, du Council on Foreign Relations, « en ces temps d’austérité, il est important de prédire, prévenir ou atténuer des menaces plausibles pouvant conduire à un engagement militaire américain long et coûteux ».

Un article de Jean Louis Pourtet correspondant de RFI

Source RFI/Amériques partagé avec Bruijitafr

12 commentaires