Arrivederci Silvio!

Arrivederci à « il Cavaliere », il démissionne avant la tempête, va se planquer avant que cela ne dégénère vraiment, les gens s’en réjouissent, ont-il vraiment raison? Bien sur Berlusconi n’est pas un exemple, un mélange de DSK pour la vie sexuelle, de Sarkozy pour le côté « fort en gueule » et méprisant, et je ne vais pas citer ici toutes les correspondances possibles avec d’autres politiques….Mais ils risquent tous de bientôt le regretter car ils y perdent vraiment au change! Les italiens se réjouissent, mais Mario Monti risque de leur faire vite oublier le pot de départ, l’Italie risque de boire la tasse vite fait, un banquier de la Goldman Sachs a été mit en place au poste de 1er ministre, et il risque d’être encore pire qu’un Berlusconi… Ciao Silvio, finalement, tu n’étais peut être pas si mal finalement…

Source de la photo: Blog de Na!


Silvio Berlusconi a démissionné comme prévu samedi soir de son poste de chef du gouvernement italien, a annoncé la présidence de la République italienne. La nouvelle a été accueillie à Rome par un tonnerre d’applaudissements de la part des opposants au Cavaliere.

M. Berlusconi a aussitôt quitté la présidence, contraint d’emprunter une sortie dérobée du Quirinal alors que des milliers de manifestants applaudissaient et faisaient sonner des cornes. Ses adversaires brandissaient des drapeaux en criant « bouffon, bouffon! » devant l’entrée principale du palais présidentiel.

Il avait été accueilli moins d’une heure plus tôt aux cris de « va te faire f… », « mafieux! », « honte! », « prison! » « c’est fini! » A des proches, le Cavaliere a alors confié sa « profonde amertume », selon l’agence italienne Ansa. Sur la place du Quirinal, un orchestre improvisé, dont les musiciens et choeurs s’étaient retrouvés sur internet, avait déjà entonné un bel « Alleluia » de Haendel.

« Aujourd’hui, nous sommes ici parce que nous sommes très, très heureux que Berlusconi, finalement, rentre chez lui! Qu’il retourne à la maison! », a déclaré une manifestante au milieu d’un concert de sifflets. « Ciao, et surtout, ne revient pas! », lançait un autre.

Quelques manifestants ont toutefois applaudi le président du Conseil. Il « est unique, inoubliable. Il n’y a personne à la hauteur », ou encore « on se sent orphelins », ont-il déploré.

Le tour de Mario Monti
Les députés italiens ont plus tôt dans la journée adopté des mesures destinées à rassurer les marchés et la communauté internationale. Le texte a été voté à une large majorité, tandis que le principal parti d’opposition, le Parti démocrate (PD), n’a pas pris part au vote pour ne pas entraver l’adoption des mesures.

Sauf énorme surprise, le président de la République italienne Giorgio Napolitano devrait nommer à la place de Silvio Berlusconi l’ancien commissaire européen Mario Monti, 68 ans. Ce dernier a eu un entretien samedi de plus de deux heures avec M. Berlusconi au siège du gouvernement.

Source: romandie.com


Italie: des manifestants fêtent le départ annoncé de Silvio Berlusconi

ROME – Des milliers de manifestants ont commencé à se retrouver dans divers points de Rome aux cris de démission, démission, alors que le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi doit remettre son mandat dans la soirée.

Brandissant des drapeaux italiens tricolores -vert, blanc, rouge- , certains arboraient des pancartes bye-bye Silvio! ou, simplement Disparais! et Enfin!.

Des manifestants ont choisi de se retrouver devant le Palais Chigi, siège du gouvernement, tandis que d’autres se sont rassemblés devant Montecitorio, le bâtiment adjacent où siège la Chambre des députés. D’autres encore ont préféré le Quirinal, siège de la présidence de la République, ou encore la résidence privée du Cavaliere, le Palais Grazioli.

Aujourd’hui, nous sommes ici parce que nous sommes très très heureux que Berlusconi, finalement, rentre chez lui ! Qu’il retourne à la maison !, déclarait une manifestante au milieu d’un concert de sifflets. Ciao, et surtout, ne reviens pas !, lançait un autre. Devant le Quirinal, un orchestre et un choeur ont improvisé un mini-concert et interprété l’Alleluia de Haendel.

Le leader du Peuple violet, mouvement d’opposition à Berlusconi né sur les réseaux sociaux, Gianfranco Mascia, figure parmi les manifestants devant le Palais Chigi.

Vu que pendant toutes ces dernières années, on l’a toujours suivi de près, maintenant qu’il est tout seul, vraiment tout seul, qu’il se sent abandonné et lâché par les siens, nous, on a choisi de ne pas le lâcher, et on va le suivre d’ici jusqu’à sa résidence, puis jusqu’au palais de la présidence pour être sûrs qu’il va bien démissionner, a-t-il déclaré à l’AFP.

On va le suivre en petit cortège et finalement, ça sera un peu comme notre bunga bunga à nous !, ajoutait-il, en allusion aux soirées torrides organisées dans les villas luxueuses de M. Berlusconi, qui lui ont valu un procès pour prostitution de mineure.

Aux abords du Palais Grazioli, résidence privée du Cavaliere, se sont retrouvés au contraire des partisans de M. Berlusconi. Il est unique, inoubliable. Il n’y a personne à la hauteur, déclarait Massimo della Seta, un ouvrier de 25 ans.

On se sent orphelins, déplorait Maria Teresa Borghelli, 54 ans.

Les députés ont adopté dans l’après-midi les mesures réclamées par l’Union européenne et destinées à rassurer les marchés, alors que l’Italie est au bord de l’asphyxie.

Aujourd’hui le rideau tombe sur une page longue et douloureuse de notre histoire, a déclaré Dario Franceschini, député du Parti démocrate, le principal parti d’opposition.

Le Cavaliere, 75 ans, avait annoncé qu’il remettrait sa démission une fois ces mesures adoptées.

Source: Romandie.com

13 commentaires