Agir à son échelle

Pour changer les choses, il n’y a pas que le mouvement des indignés qui nous montre la voie, il y a également « la part du colibri ». Nous pouvons tous agir, chacun faisant un petit mouvement qui pourra se répercuter, vous connaissez tous la philosophie bouddhiste qui explique que le battement d’aile d’un papillon peut changer les événements à l’autre bout de la planète…

http://www.blogcurioso.com/wp-content/uploads/2008/12/colibri20thalassinus.jpg

Que pouvons-nous faire à notre échelle pour participer au changement que nous voulons pour notre vie, pour nos enfants et ceux que nous aimons, pour tous les autres êtres vivants, pour la paix et pour le monde ?
Comment installer la cohérence au coeur sa propre vie, et dépasser ses contradictions internes entre sa conscience et les contraintes quotidiennes ?
Comment pouvons-nous réagir au quotidien, pour nous, nos enfants et nos proches, les autres hommes et femmes, les animaux et les végétaux et la planète ?

En quelques points, agir à son échelle, c’est :
•s’interroger sur les actes quotidiens et le sens de nos actes ;
•se positionner en cohérence au quotidien et agir en conscience à la mesure qui est la nôtre ;
•se sentir responsable de son destin et de son environnement ;
•faire un métier qui nous plaît et allie éthique et action ;

•retrouver du temps pour vivre et agir : gagner moins d’argent-stress pour moins de fatigue-passivité et pour reprendre le contrôle de sa vie ;
•prendre du temps avec ses proches et son environnement local pour développer des projets créant du lien et des échanges de services qui réduisent les coûts et répondent aux besoins de tous ;
•agir au sein de regroupements et d’associations grâce au pouvoir de la société civile ;
•être joyeux d’agir avec conscience et solidarité.

Agir là où nous sommes

« Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde »
disait Gandhi.

Mais ce changement est d’abord intérieur et commence par les choix que nous faisons dans notre propre vie et dans chacun de nos petits actes quotidiens.

Aucun individu ne peut à lui seul changer le monde, mais nous avons tous un pouvoir là nous sommes, à commencer par l’attention que nous pouvons porter aux autres

La part du colibri

Dans La part du colibri, l’espèce humaine face à son devenir, Pierre Rabhi rappelle l’enseignement de la légende amérindienne du colibri, appelé parfois l' »oiseau mouche », ami des fleurs…

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants le désastre.
Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu.
Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit :
“Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces quelques gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ?”
“Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part.”

« Telle est notre responsabilité à l’égard du monde », conclut Pierre Rabhi, « car ne nous sommes pas totalement impuissants si nous le décidons. »

Source: colibris-lemouvement.org

7 commentaires

  • Bouffon

    Y’a aussi la théorie du chaos, un battement d’aile de papillon à Paris peut provoquer un typhon à Tokyo. Ein c’est pas Nelson Mendela qui va contredire madame Rosa Parks sur ce point !

  • Mogador

    C’est tellement vrai! chacun fait en fonction de ses possibilités, comme avertir les autres grâce a un blog ;)

  • moutondu02

    l’autre jours au boulot je me pointe en vélo comme dab. mes collègues eux en sont encore à frimer avec leurs 4×4 .ils se demandent si j’ai encore mon permis ou si je suis pas un original qui aime se faire remarquer .Moi j’ai un fils de 16 ans et je  veux qu’il comprenne que je fait ma part pour ne pas lui léguer une atmosphère empoisonnée ,je lui apprends que le gaspillage de la nourriture,de l’énergie,de l’eau comme du reste est un sacrilège.j’essaie de manger le minimum de viandes ,dans mon jardin je n’utilise pas de désherbant et tant pis si ma pelouse est la plus moche du quartier.Les gens doivent changer dans leurs têtes et ils sont encore très loin de cet état d’esprit ,ils sont encore en plein dans la société de consommation.acheter et jeter,acheter et jeter toujours plus ,une télé dans le salon ,une dans la chambre ,une dans la cuisine….bientôt on va retourner à l’age de pierre car on gaspille toutes les ressources de la planète avec une frénésie exponentielle.Ceux qui ne connaissent pas la vrai valeur des choses ,qui n’ont pas la moindre idée de ce qui les attendent vont tomber de haut et ne s’en sortiront pas .Tous les indicateurs sont au rouge mais quand on en parlera sur TF1 il sera trop tard.

    • Bouffon

      Je connais, j’ai un petit scooter. Moi je pense à leur dépense, leur obligation et leur bouchon. Mais aussi à mon budget et ma liberté.
      Je passe pour un plouc, ils rigolent, je rigole. C’est du win to win et tout le monde, il est content. Tout le monde, il est beau !
      Que demandez de plus ? On est en démocratie !
      Me faudrait un scooter diesel comme ça je pourrais cultivé mes tournesol et rouler gratos avec un bilan neutre. mais j’ai pas trouvé.
      Tiens pour ton gazon:
      http://www.consoglobe.com/jardinage-bio-gazon-sain-pesticides-1454-cg
      En plus les engrais naturelle c’est tout facile, tu regardes sur la boite d’engrais chimique ce qu’il y a dedans, pis tu fais du paillis, du purrin ou de compost avec des plantes qui ont ces éléments.
      Mais les engrais c’est plutôt un médicament pour aider le biotope de la terre, mais désolez dans ce domaine; je débute…
       

  • Texcaltex

    Mais bien sûr !!
    « L’exemple n’est pas le meilleur moyen de convaincre, c’est le  seul!! Gandhi

  • David

    Bonsoir,

    Tout cela est plein de bon sens et je remercie sincèrement l’équipe des moutons qui me remonte le moral, me fait penser qu’il y a un zeste de bon sens chez certaines personnes encore et que peut être un jour, toute la population lobotomiser ouvrira les yeux et sera libéré de l’emprise terrible du cercle de pouvoir qui assome nos océans, nos terres, notre air, nos relations et notre humanité.

    David, Nouvelle Calédonie.