Les traders seraient plus fous que les psychopathes

Sommes nous réellement étonnés par cette nouvelle? Quand on voit l’évolution de la situation sur les mois, il y a de quoi enfermer du monde car le résultat final va être autre que catastrophique!!!

Des chercheurs suisses ont soumis un groupe de 28 traders à des tests d'intelligence et des simulations informatiques afin de comparer leur comportement avec celui de psychopathes.
Des chercheurs suisses ont soumis un groupe de 28 traders à des tests d’intelligence et des simulations informatiques afin de comparer leur comportement avec celui de psychopathes. Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

Une étude suisse tente de comprendre comment des traders peuvent parier des milliards sur les marchés financiers dans le cadre d’opérations frauduleuses.

Alors que la banque hélvétique UBS est empêtrée dans une affaire de fraude, une étude menée en Suisse révèle que certains traders auraient un comportement plus dangereux et manipulateur que des psychopathes. Dans le cadre d’une thèse préparée à l’école de management de l’Université de Saint-Gall, et dont Lefigaro.fr a eu la copie, Pascal Scherrer, un expert légiste, et Thomas Noll, l’un des administrateurs de la prison de Pöschwies au nord de Zurich, ont planché sur le profil de ces jeunes traders capables de miser des milliards d’euros sur les marchés financiers dans le cadre d’opérations frauduleuses.

Pour ce faire, ils ont soumis un groupe de 28 investisseurs professionnels issus de plateformes de trading sur produits dérivés, le forex et de capital investissement – à des tests d’intelligence et des simulations informatiques afin d’évaluer leur aptitude à coopérer et leur degré d’individualisme. Ont été également passés au crible leur capacité à se rebeller, leur désir de pouvoir, leur immunité au stress et à la peur. Les résultats ont été comparés à ceux d’une étude conduite auprès de 24 psychopathes hospitalisés dans des établissements hautement sécurisés en Allemagne.

Cette méthode n’est pas nouvelle. En 2004, déjà, la revue New Scientist comparait les employés désireux de grimper l’échelle hiérarchique de leur entreprise avec des psychopathes, à cause de leur manque d’empathie et de compassion dans un environnement de stress. «Evidemment, on ne peut pas dire que tous les traders sont dérangés», nuance Thomas Noll au journal allemand Spiegel . «Mais il s’est avéré qu’ils ont eu un comportement plus égocentrique et ont été plus enclins à prendre des risques que le groupe de psychopathes qui ont été soumis aux mêmes tests.»

Ecraser leurs adversaires

Selon les chercheurs, le moteur principal des traders n’est pas de dégager les gains les plus importants, mais de prendre l’avantage sur leurs concurrents. Dans un contexte de compétition, ils abandonnent toute approche réfléchie et stratégique de l’investissement dans le seul but d’écraser leurs adversaires. Et ce, quoi qu’il en coûte ! Pour la Société générale, la facture laissée par Jérôme Kerviel en 2010 a atteint 4,9 milliards d’euros. A la City de Londres, le jeune trader Kweku Adoboli a fait perdre 2,3 milliards de dollars à UBS il ya deux semaines.

«Dans 99% des cas de fraude, il faut savoir qu’il n’y a pas d’enrichissement personnel direct», souligne pour sa part Frédéric Boulier, expert chez NICE Actimize, spécialiste de la fraude financière. «Les traders sont parfois victimes d’un emballement des pertes dû à l’envie de ‘se refaire’, selon le jargon». Et là, tous les paris sont bons. Interrogé sur la BBC lundi, Alessio Rastani, qui se présentait comme un trader indépendant de Londres, a créé le buzz sur Internet en avouant sans complexe : «La récession, c’est une opportunité pour nous. Je vais au lit tous les soirs en rêvant d’une nouvelle récession.» Au final, selon le Daily Telegraph, cette sortie choc n’aurait été qu’un coup de bluff. Le trader ne serait qu’un boursicoteur.

Source: lefigaro.fr

6 commentaires

  • Texcaltex

    …m’étonne !!!

    • Le bannissement total est une pratique qui me répugne puisque coupant court à la liberté d’expression ainsi qu’au droit de réponse de la part des intervenants bannis, mais avec les cons je n’hésite pas! Tu es agressif, réducteur, imbus, et je vais limiter les qualificatifs car ils seraient trop nombreux et que je n’ai malheureusement pas que cela à faire! Donc, mon « au revoir » de tout à l’heure était une invitation à te calmer et à partir sur d’autres sites pour convaincre à qui veut l’entendre que tu es une intelligence infiniment supérieure, n’ayant pas un niveau suffisant à première vue pour comprendre la subtilité, je vais utiliser un langage plus leste et politique: « casse toi pauv’con ».

  • l’amour pour l’argent est une maladie qui commence seulement à être reconnu

  • « Il y a de quoi enfermer du monde » ? Sûr ! Parce qu’à ce compte-là, c’est à peu près tout le monde qu’il faudrait enfermer… :dog:
    « Les traders seraient plus fous que les psychopathes » : notons ce délicieux conditionnel, temps de conjugaison préféré (et marque de fabrique) des « experts »© de la seconde catégorie… ce qui ne les dissuade nullement de se faire passer pour tels ! À ce titre, ici comme ailleurs, on sort l’artillerie lourde, chargée de sidérer les foules : « des chercheurs », des « tests d’intelligence », des « simulations informatiques », bref de l’étude comportementale et comparative. Notons en passant que les « experts »© en question, eux, sont TOUJOURS en dehors du coup : ne pouvant être juges et parties, il va de soi que LEUR comportement à eux est nickel chrome : depuis leur olympe inaccessible au commun des mortels, étranger à toute étude comparative avec le comportement de quiconque. Quand ils ne sont pas suisses, ils sont Américains… comme ceux qui, il n’y a pas si longtemps, nous avaient livré « l’incroyable résultat »  :shock: de plus de 4% de patrons qui seraient (toujours le conditionnel, n’est-ce pas…) des « psychopathes »© ayant réussi.
    En revanche, ceux qui fournissent cette « étude » n’ont pas « réussi » du tout, eux : on a été chercher 24 d’entre eux « hospitalisés dans des établissements hautement sécurisés en Allemagne », c’est dire ! Bref : la lie de l’humanité, en quelque sorte.
    Cette méthode n’est pas nouvelle, en effet… sauf qu’ici, je ne parle pas de celle qui est évoquée dans le corps de l’article. Elle consiste plutôt, chez des « psychopathologues »© en perte de vitesse, à nous dégotter régulièrement du méchant bien baveux afin de le « comparer » au « psychopathe »©… c’est-à-dire, à nous donner régulièrement l’illusion que l’un se distingue de l’autre. (Ici, c’est un peu raté : à mon sens, quand on est bouclé dans un « établissement hautement sécurisé », on passera difficilement pour un gentil garçon.) Mais peu importe : l’essentiel est d’exciter épisodiquement la mystification « psychopathe »©, que -non moins sidérées- les foules sachent qu’au fond, le « psychopathe »© c’est TOUJOURS l’autre : le voisin de palier, le patron, le politicien bien sûr, le collègue de travail, le conjoint, etc. : en fait, tout empêcheur de bêler en rond (mouton enragé ? :evilgrin: ) est d’emblée suspect de « psychopathie »©, JAMAIS soi. Naturellement, pour se défausser, la plupart des « experts »© nous assurent la bouche en cœur que les pensionnaires d' »établissements hautement sécurisés » ne sont qu’une minorité : celle des plus affreux qui n’ont pas « réussi ». Mais est-ce bien ainsi que l’entend le grand public ? Comme dirait benji… « il y a de quoi enfermer du monde » : tout simplement parce que le grand public, lui, l’entend dans une acception beaucoup plus large que cela.
    Ainsi, pendant que les foules respirent de ne pas en faire partie :yes: , elles ne prêtent plus attention au mot lui-même. Ce n’est pourtant pas si compliqué : « psycho » = psyché, « pathe » = pathos. Bref, bobo à la tête :beatup: . ET-C’EST-TOUT : en soi, l’étymologie du mot n’est pas plus précise que cela. Ce qui veut dire qu’à l’image de l’auberge espagnole, on y fourre sensiblement TOUT ce qu’on veut…. en fonction des nécessités du service, si l’on ose dire. D’ailleurs, il suffit de recouper les « définitions » à peu près communes qu’en donnent les « psychopathologues »© auto-proclamés pour se demander…. QUI n’est PAS mûr pour être enfermé !!! L’essentiel pour eux est de maintenir allumée la flamme du mot : tant que l’on discute de « psychopathe »©, on capte la « cause » (sic) au profit exclusif de la « médecine »©, de l' »hôpital »©, des « traitements »©… en somme, d’un énorme business. Ce qu’ici on projette astucieusement sur le trader : l’énorme business, lui aussi il sait faire. Chaque époque se cherche goulument son bouc émissaire : un méchant bien baveux. À cet égard, le trader, c’est plutôt hyper tendance, non ? Salaud à point, écrabouillant tout le monde, égocentrique à n’en plus finir, etc. : un délice pour « chercheurs », suisses ou autres…
    Mais un méchant (un salaud, une enflure, un pourri, un enfo…, une raclure, une ordure, un rebut de l’humanité : rayer la mention inutile…), tel quel, cela n’a strictement AUCUN intérêt au yeux (bandés) de la psyconnection. Qu’elle s’arrange pour balancer dans la presse des titres bien impressionnants (« les traders seraient plus fous que les psychopathes », par exemple…) et la magie opère immédiatement : on feint de stigmatiser le méchant de service en le focalisant sur le trader ; ce faisant, on cautionne ainsi la légitimité « scientifique »© du VRAI méchant de « l’étude » qui est en réalité le « psychopathe »©. On va d’ailleurs chercher ce dernier dans les bas-fonds : un « établissement hautement sécurisé », ça fait plutôt moins chic qu’une école de management !
    « Évidemment, on ne peut pas dire que tous les traders sont dérangés ». Ouf : grâce à cette « nuance », les traders l’ont échappé belle ! Mais on peut dire que cela n’aura dérangé personne qu’ils servent malgré eux de faire-valoir aux AUTRES méchants de « l’étude » (ceux qui légitiment les « recherches » des « chercheurs »). De toute façon, ils l’avaient échappé belle : au pire, le plus indélicat des traders est viré manu militari, soumis à de fortes sanctions économiques… mais il n’est pas « soigné »©. Idem pour le méchant (salaud, enflure, pourri, enfo…, raclure,  ordure, rebut de l’humanité : rayer la mention inutile…). En l’état, ils ne présentent aucun intérêt palpable au yeux (bandés) de la psyconnection. Abracadabra : faites-en des « psychopathes »© certifiés et hop ! ils sont bons pour être introduits dans le système fructueux de la psymoulinette.

    Alors, « l’amour pour l’argent est une maladie qui commence seulement à être reconnu » (carpdiem) ? Ah bon ? Par QUI, exactement ? Par ceux qui nous disent que les riches ne sont pas empathiques ? Ça, c’est une « découverte » en effet ! Encore un peu, et les mêmes vont nous « découvrir » avec stupéfaction les scoops du siècle : la terre est ronde :rotfl: , il fait chaud en été et froid en hiver (quoique…), il fait faim quand on a le ventre creux, etc. À la même source, je plussoierai plus volontiers lorsqu’il s’agit de moutons… bien que ceux-là manquent singulièrement de rage ! :sheep2: