A Paris, faut-il retirer les fresques du temps des colonies ?

Voilà qui rejoint les nombreux combats qui ont été menés pour changer la société et perpétuer une chasse aux sorcières que l’on nomme « racisme ». La tentative de censure de la bande dessinée « Tintin au Congo », le changement d’appellation de la « tête de nègre » du rayon confiserie », cette chasse au sorcière atteint parfois des sommets absurdes… L’histoire est ce qu’elle est, nous n’y pouvons rien, et vouloir l’effacer n’y changera rien. Donc partant de ce principe, renommons le jeu du « nain jaune » encore vendu en grande surface, interdisons de diffusion « la mano negra » ainsi que le « negro spirituals« , et tant qu’à faire, trouvons une alternative au téléphone arabe! Et juste pour le signaler, le livre Mein Kampf est toujours en vente libre en librairie, mais là personne ne dit rien!

Photo : l'enseigne "Au planteur", rue des Petits-Carreaux à Paris.

« Choquant ! » C’est le mot le plus répété par les passants quand on les interrogent à propos de l’enseigne qui surplombe la place de la Contrescarpe, au bout de la rue Mouffetard, à Paris (Ve).

Une scène d’un autre temps y est représentée, dans laquelle une femme de la haute société se fait servir à table par celui qui est visiblement son domestique, un Noir, au sourire béat. Le tout surmonté d’un écriteau : « Au nègre joyeux ».

Aline, jeune Parisienne qui profite du soleil dans ce coin très fréquenté de la capitale, dit « être gênée à chaque fois » :

« Je trouve que c’est vraiment déplacé. Déjà un Noir qui sert une Blanche, comme ça… Et en plus le mot “nègre”… C’est vraiment raciste. »

Son avis ne semble pas être isolé. Un énorme éclat de verre, sur le côté droit du tableau, est là pour en témoigner.

Le « Nègre joyeux » n’est pas la seule fresque polémique

L’enseigne représenterait le jeune indien Zamor, serviteur de la comtesse du Barry, affranchi après que celle-ci a été condamnée à la guillotine par les révolutionnaires.

D’après diverses sources, elle aurait été mise en place par l’une des premières chocolateries de la capitale, ouverte en 1748. Colonies, Noir au grand sourire et commerce du cacao… Tout un symbole de l’iconographie publicitaire.

Parmi les multiples enseignes d’époque qui jalonnent la rue Mouffetard, le « Nègre joyeux » est la seule à porter ce caractère particulier. Elle n’est en revanche par l’unique de la capitale.

Deuxième arrondissement de Paris, rue des Petits-Carreaux, dans le prolongement de la rue Montorgueil. Au numéro dix, une peinture sur céramique représente cette fois un Noir, vêtu d’une simple culotte, au service d’un Blanc.

Baptisée « Au planteur », l’enseigne est installée en 1890 par une boutique proposant des « produits exotiques », principalement du café. « Le planteur » désignant à cette époque le colon, propriétaire ou exploitant d’une plantation.

« Ces enseignes font partie du patrimoine parisien »

Une question se pose : ces enseignes, dans lesquelles esclaves noirs et maîtres blancs sont exhibés en pleine rue, ont-elles encore leur place ?

Sur la Toile, les avis sont partagés. Pour certains, « elles font partie du patrimoine parisien », « le mot nègre n’avait pas de sens péjoratif à cette époque », ou encore « ça permet de se souvenir de son passé (qu’il ait été bien ou pas…) ». D’autres s’offusquent, et pensent qu’il faut tout simplement les retirer.

Dans les locaux de Sauvegarde et la mise en valeur du Paris historique, on est vite lassé par ce genre de questions. Pierre Housieaux, président de l’association, n’aura qu’une remarque rapide :

« Vraiment, il y a plus grave en matière de défense de patrimoine. Cette polémique n’a aucun sens. Réécrit-on l’histoire ? Laissons donc nos enseignes dans les pierres. »

D’autres personnes de l’association feront remarquer que Bertrand Delanoë a déjà fait renommer, en décembre 2001, la rue Richepanse à Paris (devenue rue du Chevalier-de-Saint-Georges), « à cause, encore, de ces histoires coloniales ».

« Il n’y a rien qui explique ce que représentent ces images »

Du côté du Conseil représentatif des associations noires (Cran), on opte pour l’ouverture d’un réel débat public sur la question. Comme l’explique la vice-présidente, Claudine Tisserand :

« On a déjà été alertés sur ces images. Le problème qui se pose, c’est qu’il n’y a rien qui explique ce qu’elles représentent réellement. Et les enfants grandissent avec ce genre de stéréotypes sur les rapports de domination. Il n’y aucun travail de sensibilisation. »

Elle rajoute :

« Personnellement, je suis pour les enlever toutes. Mais la société civile doit dire ce qu’elle en pense. Il faut qu’il y ait un débat contradictoire sur la question. »

Quoiqu’il en soit, le « Nègre joyeux » et le « Planteur » sont tous deux inscrits au registre des Monuments historiques. Impossible de les déplacer, modifier ou de les retirer sans accord préalable du préfet ou du ministre de la Culture.

A Paris, ces enseignes ne sont pas les seules références coloniales. La « palme » reviendrait au 12e arrondissement. Alfred Fierro, dans son « Histoire et mémoires du nom des rues de Paris », publié en 1999, recense 151 appellations de rues, avenues, et autres lieux ayant trait à la colonisation française. Il en donne même un pourcentage : 37% sur la totalité des voies du secteur.

Cette concentration de références au passé colonial dans le XIIe n’est d’ailleurs certainement pas un hasard. En 1931, l’arrondissement accueillait « l’Exposition coloniale internationale ». Là où a été construit, pour l’occasion, le Musée des colonies… rebaptisé et remplacé depuis 2007, par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

Source: rue89.com

Tout cela pour quoi? Pour qu’on oublie ces périodes sombres de l’histoire afin que cela ne recommence pas? Mais les faire tomber dans l’oubli en les cachant ne va-t-il pas contribuer à les faire ressurgir un jour ou l’autre? On enseigne bien la Shoah pour que jamais plus une telle horreur ne revienne, pourquoi pas faire de même avec ces scènes, expliquer leur signification plutôt que de les censurer au nom de la  bienpensance?

14 commentaires

  • Bouffon

    Ouais c’est un bien culturelle, il faut que ça reste pour rappeler que l’âme du Francs a été pendant des siècles la conquête, la colonisation, la spoliation et l’esclavage.
    Il faut que ça reste un bien culturelle afin que le nouveau François deviens un protecteur et gardien qui prospère par sa différence, sinon l’histoire se répétera et tous cette souffrance n’auras servis à rien…

  • Jemaco

    Bouffon, c’est n’importe quoi. Les Francs ont avant tout été un peuple libre, et la colonisation française, comme allemande, à la GRRRANDE différence de l’anglaise , a été une mise en valeur qui nous a coûté très cher.
    Par contre quand on menaçais de « trop » mettre en valeur l’Afrique, des « rebelles » financés par les GB-US venaient foutre le bordel. Exemple du « sabotage » du projet de canal du Jongleï au Soudan, l’excavatrice géante « Sarah » (construite en Allemagne, confiée à la SGTM française) avait ainsi été détruite.
    C’est dramatique, bouffon, que vous soyez aussi peu averti de ces choses…

  • texcaltex

    Mais qu’on foute la paix à notre patrimoine!!
    Que ceux que ça gène regardent ailleurs…ras le bol de tous les bien pensants, les plus catho que le pape et les politiquement correctes qui empêchent les autres de vivre… expos de peintures annulées, pages de bouquins censurées, humoristes et autres intervenants des médias traînés en justice pourquoi???….parce qu’ils disent la vérité!
    Ces fresques, c’est LA VERITE, c’est tout et si ça choque certains et bien tant pis! :x

  • viking

    @ Jemaco bien dit

    Il va valoir ré informer les acculturés , il y a du boulot

    la colonisation est le fait des Gauches et des Franc mac , ex le célèbre discours du Gôchiste Franc Mac : Jules ferry a l’assemblé dite  » Nationale » La république se doit d’apporter ses lumières aux race inférieures  » c’est écrit de mémoire même si ce ‘est pas les mêmes mots a 100% c’est du 90… , l’idée est celle la.

    De plus, seul les Gauches voulaient colonisé, les Droites ont toujours étaient contre, des économistes on fait les comptes du Coût/Rapport des colonisations, elle n’ont jamais rien rapporté, elles ont étaient un fardeau pour les Finances de l’Etat, c’est la même histoire déjà vu, une minorité c’est enrichit , compagnie Maritime par les subventions idem pour les fournisseur de l’Etat, importateur/exportateur voir trafiquant…

    Pour l’Algérie ce coût est pharaonique pour nos finances publiques, elle ne nous a rien rapporté, l’expédition des légumes en France ??? subventionné par nos impôts, détaxe, coût du fret symbolique, c’est écoeurant de connaître cela et d’entendre ou de lire les incultes en 2011

    Pour vous faire une idée des mensonges colportés de nos jours : Nouvelle histoire économique tome 1 le XIXe siècle par J.A. Lesourd et CL Gérard  Ed Armand collin Collection U, vous en aurez pour votre argent, livre pour étudiant ESC / HEC

    La république expédiait ses meilleurs éléments, ex les premiers prix des écoles d’ingénieur, de Médecine….. avec des avantages financiers, raccourcissement de carrière, droit de retraite plus important, les fonctionnaires recherchaient ces places au Soleil… 

    En 1950 l’hôpital de France de plus moderne était celui d’Alger, il y avait des chambres de stérilisation dans lequel on pouvait mettre les lits, armoires, bureau, vêtement, les matériels de bloc de chirurgie…..  Aucun hôpital en France n’avait ce type de chambre certain avait des petits fours en commun, c’est a dire pour plusieurs hôpitaux

    La république dépensait sans compter dans ces colonies dans un livre du début du XX siécle acquis en Salle des Ventes  j’ai des centaines de photos de toutes les Colonies faite pour les premières vers 1870/1880, cela n’a absolument rien a voir avec les bobards colportés par les Idiots Utiles en 2011 

    Voir les ports de Dakar, Alger vers 1900… voir des Noirs enchaînés, tenue en laisse en grappe par d’autre Noirs d’une autre Ethnie compte tenue des différence d’habillement et de déco sur les corps…. 

    A Hué en  Indochine la forteresse des Rois datant de plusieurs Siécle prise d’avion on vois les fortifications, c’est du Vauban

    Ma question est : les Français allaient dans ces contrées vers 1700, le premier fut Jean Ango de Dieppe sous François 1er….quelqu’un aurait-il décrit cela à la Cour de Louis XIV et Vauban s’en inspira, ou Vauban as t-il eu cette idée seul par pratique de l’art de la guerre ?

  • Picpuss

    Mais pourquoi ne pas raser l’arc de triomphe puisqu’il célèbre les victoires d’un tyran qui a mis toute l’Europe à feu et à sang pendant vingt ans…On peut d’ailleurs aussi tout raser et effacer la mémoire collective des peuples…C’est peut-être cela l’objectif ultime de ceux qui veulent s’en prendre à ces fresques…

    • homme des bois

      je crois que c’est plutôt un réflexe du genre « cul serré » sans autre arrière pensée : « Ooooh mais c’est indécent » mais pas de grand objectif derrière tout ça. ^^

  • texcaltex

    Déraciner les peuples, leur ôter leur identité pour pouvoir modeler les générations suivantes à leur guise!!
     
    Qu’on nous foute la paix!!
    Y a rien de plus important à faire pour le moment? Comme par exemple trouver des solutions pour virer les centrales nucléaires qui risquent un jour où l’autre de  péter à la g…le et de nous tuer TOUS????
    Non, il y a des imbéciles qui pensent que ce serait important de changer qq images à Paris (pour commencer!) C’est ce que j’appelle avoir le sens des priorités!
    Par moment, on croit rêver!!!

  • homme des bois

    quand les pharaons voulaient faire disparaitre des mémoires un de leur prédécesseur ou une période de l’histoire, ils en effaçaient tout simplement toute citation, gravure etc..  on est dans le même procédé négationniste.

    • voltigeur voltigeur

      C’est là que l’on se rend compte qu’au lieu de tenir compte de l’histoire,
      et de ses erreurs (horreurs) on préfère les effacer de la mémoire collective.. :(
      Tout uniformiser, tout aseptiser, tenir le peuple dans l’ignorance…dans quel but?
      Ce qui a été est!! rien ne pourra l’effacer.

  • spike636

    Et pourquoi pas réécrire les livres d’histoire pour censurer totalement ce qui fait référence de près ou de loin à l’esclavage, et aux guerre ethnique et religieuse.
    On pourrais aussi brûler tous les romans qui parle de cette époque.
    Interdire la diffusion et la création de film ou documentaire sur ce sujet.
    Et appliquer de lourdes amendes et des pênes d’emprisonnements en cas d’infraction.
    :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  • à @spike636
     C’est en cours !!!