Indonésie : un tigre victime de la déforestation

C’est triste, la déforestation s’intensifie privant les animaux de leur habitat, les arbres servant à faire du papier. La conscience n’est pas prête de s’éveiller chez ces faiseurs de désastres. Et quand il ne restera plus rien, on ne pourra que constater que, comme d’habitude ça a été dénoncé, mais que rien n’a été fait. Humanité inconsciente qui court à sa perte……

Sumatra (Indonésie), le 26 juillet. Les photos et la vidéo diffusées par Greenpeace montrent l'agonie d'un tigre blessé par un piège dans la province de Riau. Le piège a été posé à proximité d'un domaine forestier exploité par l'industrie papetière. | AFP PHOTO / HO / GREENPEACE / MELVINAS PRIANANDA

Un tigre de Sumatra pris au piège, agonisant, la patte noircie couverte de mouches. Cette triste scène, que montre une vidéo diffusée par l’association écologiste Greenpeace, illustre selon elle les conséquences du déboisement de la forêt équatoriale où vivent ces tigres menacés de disparition.


Le piège dans lequel est venu se faire prendre le félin avait été installé par des villageois pour attraper des cochons sauvages, sur une concession forestière appartenant à la Asia Pulp and Paper (APP), l’une des plus grandes sociétés papetières au monde. «En raison du déboisement mené par la compagnie, les tigres sont forcés de quitter leur habitat», explique Zulfahmi, responsable de Greenpeace pour l’Asie du Sud-Est. «Nous appelons la compagnie à cesser ses activités de déboisement en Indonésie pour éviter la disparition d’animaux menacés d’extinction», ajoute-t-il.

Un autre responsable de Greenpeace présent sur les lieux a indiqué que ce tigre de 18 mois était mort le 1er juillet, sept jours après avoir été pris au piège. L’animal a donc longtemps agonisé, ne pouvant ni manger ni boire. Des vétérinaires appelés sur les lieux n’ont rien pu faire et l’animal est mort trois heures après avoir reçu des tranquillisants.

Sumatra est confrontée à une augmentation du nombre des conflits hommes-animaux liés à la perte d’habitat pour les tigres et les éléphants, qui sont chassés par le déboisement et le développement des plantations. Une organisation pour la conservation des tigres a estimé que la mort du tigre ne relevait pas de la responsabilité d’APP, mais des villageois. Toutefois, cette association est subventionnée par la compagnie papetière. «Nous devons intensifier nos compagnes auprès des villageois pour qu’ils cessent d’installer des pièges», a indiqué M. Bastoni, membre de la Sumatran Tiger Conservation Foundation.

Il resterait entre 300 et 400 tigres de Sumatra dans le monde.

VIDEO. Un tigre menacé d’extinction meurt dans un piège

Source LeParisien.fr

2 commentaires