Canal du Midi : le «platanor», arme fatale contre le champignon tueur

Le Canal du Midi, ce havre de paix au fil de l’eau risquait de perdre sa beauté à cause du chancre coloré apporté par les GI’s américains en 1944. Il y a un espoir de sauver ce patrimoine avec le Platanor un hybride résistant à ce champignon.

Image/sport-santé.com

Connaissez-vous le platane en or, ou «platanor» ? Il s’agit d’une nouvelle espèce de platane capable de résister au champignon tueur qui décime les arbres français. Il devrait bientôt orner les sites les plus emblématiques du canal du Midi.

C’est l’ancien chercheur de l’Inra André Vigouroux qui est à l’origine de la création de ce spécimen hybride.
Depuis plusieurs années, il souhaitait trouver un moyen de contrer le chancre coloré tueur venu d’Amérique. Le Ceratocystis Platani, contre lequel il n’existe aucun remède, a débarqué en août 1944 en Provence avec les GI’s et leurs caisses en bois de platane, mais il n’a attiré l’attention qu’au milieu des années 1970. Il n’existe aucun traitement. «Je savais qu’il fallait chercher une variété résistante», explique le chercheur. «Cela ne s’improvise pas, il faut une source de résistance naturelle, génétique, et je suis allé la chercher dans la région d’origine du parasite, là où pousse un platane américain, le platanus occidentalis, depuis des millénaires.»


L’abattage des 42 000 déjà programmé

André Vigouroux écrit «un peu partout» et en 1989, un chercheur du Forest service du Mississippi, Francis McCracken, lui fait savoir qu’il a lui-même fait des «prospections et a à sa disposition quelques clones semblant assez résistants». André Vigouroux travaille alors à des croiser et inoculer les hybrides obtenus, jusqu’à l’obtention en 2003 du fameux «platanor». Sa création a d’ailleurs été breveté. Il est distribué par un pépiniériste unique ayant financé une bonne partie des travaux, ce qui «fait grincer certaines dents», admet le chercheur. En effet, une partie des recherches a été financée par de l’argent public.

Aujourd’hui, environ 2 500 de ces «super platanes» ont été plantés en France et ils commencent à être distribués en Europe. Mais les recherches continuent. En effet, le chercheur explique qu’il est «impensable sur le plan de la pathologie de disséminer dans le monde entier le même clone car si une maladie spécifique de cet arbre se déclenche, on voit ce que ça peut donner. Actuellement j’ai deux croisements dont je compte bien tirer quelque chose d’intéressant dans deux ou trois ans. Ils feront partie de la gamme Platanor».

L’abattage des 42 000 platanes du canal du Midi, dévorés par le chancre coloré tueur, est déjà programmé. Mais grâce au nouveau «platanor» et à des campagnes de replantation, la magnifique voute arborée classée au patrimoine mondial de l’humanité pourrait préserver son label Unesco.

Source LeParisien.fr

Un commentaire

  • C’est fou !!!,
     à chaque fois que les amerloques viennent ou qu’ils nous font un cadeau, immanquablement ils nous refilent une merde.
    Ils n’ont vraiment pas de chance avec les cadeaux :
    Le phylloxera… le mildiou (1000.000 de morts en Irlande entre 1845/60)… le doryphore … et suite à la tempête de 1999, des dizaines de milliers arbres hyper-contaminés, qu’ils nous offraient afin que nous puissions repeupler les zones dévastées.
    Heureusement les services sanitaires des douanes connaissent bien leur histoire de France .
    Ils ont dans un premier temps bloqué l’arrivage puis éffectué des controles et au final refusé  ce cadeau empoisonné.
    Les amerloques  furent véxés…
    Ceci, n’etant qu’un petit échantillon de leurs grandes « phyto-largesses » .