Corne de l’Afrique, pour une agriculture souveraine durable..

Il faudrait déjà qu’ils arrêtent de se battre (qui leur vend les armes?) Les populations pourraient s’occuper de leurs terres sans être obligées de fuir la violence. D’autre part les fausses bonnes solutions OGM, ne résoudront rien, ( sauf pour les empoisonneurs ) il faut penser local et cultures adaptées à ce climat. C’est un scandale de voir ces images, et de penser à des solutions incohérentes…..On va nous saigner à blanc, pour sauver un système à l’agonie, et on ne bougera pas pour aider un peuple qui se meurt. Quand on voit que « des assaillants en uniformes  » pillent les convois de l’aide humanitaires, où qu’a cause de conneries administratives cette aide n’est pas distribuée……

par Laurence Vichnievsky, porte-parole d’Europe Ecologie-Les VertsLes phénomènes de famine proviennent de divers facteurs combinés, tant naturels (sécheresse, catastrophes naturelles, maladies…), qu’humains (guerres, instabilité sociale, moyens de production insuffisants, sans-terre, spéculation sur les marchés de denrées alimentaires et sur les terres arables, volonté cynique politique …).

Si les guerres enrichissent les marchands d’armes, la sécheresse mettrait-elle l’eau à la bouche à l’agro-industrie ? La question brûlante de la sécheresse qui touche avec une extrême violence la corne de l’Afrique, et la famine qui s’ensuit, entraînent des déclarations souvent farfelues, qui prêteraient à sourire si elles n’étaient aussi indécentes face au malheur de millions de personnes touchées.

On a entendu ainsi le ministre de l’agriculture, Bruno Le Maire, parler entre autres de développer l’irrigation… dans une zone où il n’y a pas d’eau, et en même temps de créer des variétés de céréales résistantes à la sécheresse. Les OGM sont également présentés par d’autres de manière péremptoire comme la solution inévitable pour augmenter les rendements en Afrique, ce qui est totalement faux, et indécent en plus quand on s’adresse à des populations qui ne peuvent certainement pas acheter des semences, OGM ou non.

S’agirait-il d’une campagne orchestrée par les semenciers, ou d’un chantage à l’aide alimentaire, coutumier outre-Atlantique ?

Ces diverses déclarations, voire situations de fait, puisque le Kenya semble déjà avoir autorisé les OGM « pour lutter contre la sécheresse », oublient apparemment les récentes déclarations du rapporteur de l’ONU à la sécurité alimentaire, Olivier de Schutter, selon lesquelles c’est l’agro-écologie qui permet le plus sûrement de résoudre le problème, non seulement dans les pays d’Afrique (ce que montrent plusieurs prospectives alimentaires mondiales à l’horizon 2050) mais aussi à l’échelle du monde.

Et agro-écologie, ça veut dire des espèces locales, des plantations de bois et des cultures dérobées combinées, l’association de productions végétales et d’élevage, l’appel au savoir-faire paysan et local. Mais cela suppose évidemment accompagnement sur la durée, petits investissements judicieux, pas forcément rentables pour les multinationales de l’agro-alimentaire ni objets de prébendes juteuses pour les élites dévoyées des pays concernés, et surtout formation et stabilité sociale pour des projets collectifs, au lieu de céder des millions d’hectares aux pays plus riches, en chassant les paysans locaux, afin de produire des agro-carburants et autres cultures industrielles.

Il faut que l’agriculture devienne une vraie priorité de développement à long terme, et pas seulement en cas d’urgence, sur la base d’investissements structurels. Ce développement doit s’effectuer dans le cadre d’une souveraineté alimentaire reconnue, permise notamment par une protection commerciale des pays concernés, via des droits de douane, face à des importations subventionnées et déstabilisatrices venant du Nord. Que l’Union européenne cesse d’imposer aux pays africains, notamment de la corne de l’Afrique, des accords de partenariat économique (APE), qui réduisent fortement leurs difficiles efforts d’intégration régionale, tout en les incitant à privilégier les exportations de produits de niche – comme les fleurs coupées du Kenya –, et ce, au détriment de leurs produits alimentaires de base (dont le déficit ne cesse de croître). Les terres africaines doivent également être protégées de l’accaparement croissant par des investisseurs étrangers.

Arrêtons de vendre nos fausses bonnes idées à l’Afrique quand des solutions souveraines et plus durables existent, que mettent déjà en œuvre de nombreux Africains ! Au-delà de l’aide d’urgence indispensable (la France accorde 10 millions d’euros quand le PAM demande 1,5 milliard de dollars !), il faut que l’agriculture d’Afrique serve d’abord à assurer l’alimentation des peuples africains, via des pratiques adaptées et durables, facilement appropriables par la paysannerie locale. Elle n’est pas faite pour servir de débouché à nos multinationales, ni de zone d’appropriation pour subvenir aux besoins des pays riches.

Source lemonde.fr partagé avec sosplanète

Voir aussi:

Point de vue Sécheresse dans la Corne de l’Afrique : que fait le G20 ?

 

3 commentaires

  • Eagleeyes

    Consortium 12-12 récolte 65 millions d’euros, ça va faire beaucoup de contraceptifs, et de préservatifs, mais aussi de cours d’éducation sexuelle.

    Plus terre à terre (oups pas fait exprès), il serait plus judicieux de leur apprendre à puiser et utiliser l’eau avec parcimonie, et de cultiver avec, plutôt que de les nourrir, on en fait des assistés comme on est là. De plus le problème de sécheresse, cela date depuis plus de mille ans, ce n’est pas d’hier, mais bien d’il y a une semaine !!!

  • Jails

    Comme il avait pas de assez d’argent ou plus d’argent les banquier on inventé les
    ETF…
    En français la titrisation, tous se titrise, l’or, l’argent, le cacao, le cotton, le riz le blé,  même la dette, on emballe des paquets de dette dans un fond de placement on rajoute un belle emballage et ça donne un Edge Funds (subprimes)
    Ou les appels aussi papier, or-papier argent-papier etc…
    Avant pour acheter une tonne d’or ou de blé fallait aller sur le marché du comex de chicago, se faire livrer le matos et se démerder en attendant de le revendre.D’ou l’utilité de la vente à découvert.
    Maintenant c’est fini on s’échange les papiers.
    C’est la libéralisation du marché au spéculateur et maintenant à ceux qui veulent sauver le pognon avant le crash final.
    Voilà l’indice:
    http://www.marketoracle.co.uk/images/2008/Inflation2(1).gif
    C’est 2007-2008 depuis il a pas baisser il est encore monté de la même manière.
    on le vois ici, pour les graine et la bouffe.
    http://4.bp.blogspot.com/-tSmSbebMEc8/Ti1Qw7VeHAI/AAAAAAAADEQ/0AiAPBczMOw/s1600/cftc_longterm.jpg
    Voilà pourquoi les somaliens crève de faim.
    et je vous rassure ça va pas dure lontemps c’est le crash assurer l’histoire l’as prouvé on a déjà fait cette connerie et à l’époque comme aujourd’hui les allemands n’était pas d’accord.
     
    http://www.jutier.net/contenu/gallaghe.htm
     
    Faut lire le mythe de venise et les produit dérivé
    si tu lis tout, tu vas tuer des gens  :wink: