1er Août, la loi sur l’internement psychiatrique sans consentement est entrée en vigueur

Pendant que beaucoup font bronzette au soleil, les lois de l’été, vous savez celles dont on ne prend connaissance qu’à la rentrée, bien sur avec les galères, les fins de mois difficile, tout qui augmente au point qu’on se demande comment gérer, tout ces soucis qui s’accumulent font qu’on a d’autre priorités que leurs lois débiles… Oui mais ces lois débiles, peuvent demain nous concerner tous autant que nous sommes. Mais lisez c’est très instructif, comment ils se donnent les moyens d’imposer des **programmes de soins**. Est ce une bonne loi?? Ne risque t-on pas des dérives? un vieux parent qui devient gênant …On l’a déjà vu…inquiétant :roll: Merci à Guntzburger

Et oui, pendant que vous êtes en vacances……une loi inique est votée

En dépit de l’opposition de la majorité des professionnels du secteur, la réforme de la loi sur l’internement psychiatrique sans consentement légal est entrée en vigueur, lundi 1er août. Promulguée le 5 juillet, cette réforme, qui autorise notamment les soins sans consentement à domicile, est dénoncée comme un texte « sécuritaire » par l’opposition et l’ensemble des syndicats de psychiatres.

Pour une foi des professionnels et des non professionnels sont d’accord : Profonde inquiétude quant aux dérives sécuritaires possibles. Des collectifs et des indépendants s’opposent à cette loi, qui est « absurde, incohérente et inapplicable ». Le texte, qui instaure deux changements majeurs, pose en outre un problème d’applicabilité. 

La première évolution prévoit l’élargissement de l’obligation de se soigner pour les malades qui ne peuvent y consentir librement. Après au maximum 72 heures d’observation, un patient peut se voir prescrire soit une hospitalisation complète, soit un « programme de soins », qui réside dans une hospitalisation partielle ou des soins à domicile. La nouvelle loi introduit la possibilité d’imposer des soins sous contrainte « en ville sans hospitalisation ».

Elle instaure aussi un contrôle systématique de toutes les hospitalisations sans consentement par la justice. Désormais, un juge des libertés et de la détention doit se prononcer sur le bien-fondé de ces soins sous contrainte au bout du quinzième jour, puis tous les six mois. Cette obligation a été imposée par deux décisions du Conseil constitutionnel, en novembre 2010 et juin 2011. Jusque-là, ce contrôle par un magistrat était facultatif et devait être réclamé par le patient.

Chaque année, les juges se prononçaient sur environ un millier de dossiers. Désormais, on estime qu’ils devront en traiter 70 000. La loi stipule que l’audience au cours de laquelle le magistrat entend le patient se déroule au siège du tribunal de grande instance (TGI). Le texte offre toutefois deux autres possibilités : si le juge accepte de se déplacer, cette audience peut avoir lieu dans une salle spécialement aménagée dans l’établissement de soins. Elle peut enfin se dérouler par visioconférence, le patient restant à l’hôpital et le juge au tribunal.

La question du transport au tribunal : Aujourd’hui, dans bien des départements, psychiatres et magistrats ont du mal à se mettre d’accord. Globalement, les juges semblent plutôt préférer que les audiences se déroulent dans les tribunaux. « Les juges des libertés et de détention sont débordés de travail et n’ont pas le temps de se déplacer dans les hôpitaux. De leur côté, les psychiatres estiment préférable que l’audience se déroule à l’hôpital, pour permettre au patient de rester dans son cadre habituel et sécurisant.

Au bout de dix à douze jours d’hospitalisation, beaucoup de malades sont encore dans un état délirant ou de grande agitation, ce qui rend très délicat leur transport vers un tribunal. Une pétition dénonçant ce « transport indigne » et « contraire au respect minimal de la dignité du malade » a été déjà signée par près de 3 500 psychiatres et soignants. « Un autre problème est le fait que dans un tribunal, toutes les audiences sont publiques. Comment dans ces conditions pourra-t-on s’assurer du respect du secret médical ? »

Voila en gros le tableau. Pour faire court, encore plus d’abus psychiatriques en perspectives, et moins de libertés pour des patients qui bien trop souvent, n’ont rien demandés. Car en fait, quel est la capacité d’observation d’un juge des libertés face à un comportement différent d’un citoyen lambda ? Va-t-il être tenté d’opter pour la solution de facilité, à savoir l’internement vite fait, mal fait ? Quant aux abus psychiatriques, vont-ils redoubler faute de temps et pour pallier aux inconvénients cités ci-dessus ? Très certainement. A revoir donc, si c’est encore possible.
Auteur Clojéa
Source Agoravox

10 commentaires

  • tadadaaaa

    Oh bordel! j’ai du souci a me faire lol……………

  • bottle4

    quelle belle démocratie n’est ce pas!!

    bientôt on décidera de qui doit on frequenter ou que faire de son temps libre?

    mais ils votent vraiment que des stupidités..

  • Dr.um

    comme de par hasard plus c’est le merdier, plus il y a de loi pour contrôler les déviances…
     
    Ou la la mais faut être fou msieu dame la pour faire des stock, vous inventez la crise … aller hop les cachetons plus vite que ca… à oui mais vous avez pas le choix en fait… et puis is vous resiter on vous envois l’armée.
    Mais comprenez bien que c’est pour votre bien bondiou ^^
     
    Il est pas né le mec qui me forcera à prendre des cachetons.
     
     

  • candide

    Le problème est qu’il faudrait définir la folie. Les dérangeants sont régulièrement considérés comme des fous.  Et c’est un juge (un juriste) qui devra évaluer l’état de santé du patient… En plus, pour se faire un avis, un certain nombre de psychiatres s’enfoncent le médium dans l’anus pour en extraire la matière qu’ils y possèdent en abondance, l’essuient sur le patient et reniflent. On est bien dans… Aïe Aïe Aïe !

  • Salut,

    Il faut savoir qu’une autre loi est passée le 1 juillet – elle est relative à l’armement des policiers par de vrais ‘armes’ efficaces et tout et tout.

    Attention à ne pas trop ‘contester’ à l’avenir – les ‘moyens dissuasifs’ sont inquiétants juste à leur évocation. 

    Que puisse le tout Puissant nous garder!…

  • Jails

    Pas mieux, je trouve que ce mois d’août à vu et fait passer des lois digne des plus grandes dictatures.
    Comme ne réponds pas vraiment à de réel besoin on va pas tarder à savoir à quoi elle peuvent servir.
     

  • faudra résister

    quelle honte pour un pays démocratique !!!
    vivement les manifestations et le changement radical de pouvoir
    y’en a assez de ce gouvernement
    L’europe ne votera pas ces textes je pense heureusement

  • jerome

    Questions :
     
    Si je refuse de me faire vacciner parce que je pense que les vaccins sont dangereux pour la santé, ne suis je pas fou ?
     
    Mes peurs du nucléaire et des OGMs ne relèvent t’elles pas de la paranoïa ?