Une huile de schiste en campagne pour Borloo

C’est dans le genre d’une certaine boisson sans alcool, ça en à la couleur mais ça en est pas, et Mr Borloo ferait bien de s’en souvenir. On ne se décrète pas écolo parce que c’est la mode, il faut être convaincu et savoir convaincre. Et si pour convaincre, il n’a rien trouvé de mieux que de s’entourer d’un pro-gaz de schiste, ça va pas le faire du tout Jean Louis!! tu vas te planter!

image www.quelleenergie.fr

Frédéric Salat-Baroux, probable directeur de campagne de Jean-Louis Borloo pour 2012, travaille en réalité pour l’un des principaux promoteurs des hydrocarbures de schiste la société Toréador.Dans le cadre de la présidentielle, le nom de cet avocat de 47 ans est depuis quelques jours cité comme futur directeur de campagne de la caution écologiste de la droite, Jean-Louis Borloo. Une promotion confirmée par le JDD de ce week-end.

Marié à Claude Chirac depuis 2011, Frédéric Salat-Baroux a débuté sa carrière au Conseil d’État avant de rejoindre l’Élysée en 2002, sous la présidence de Jacques Chirac et au poste de secrétaire général.

En 2007, il embrasse la carrière d’avocat en rejoignant le prestigieux cabinet d’avocats d’affaires Weil, Gotshal & Manges. Or, dans le cadre de ses activités d’avocat, Salat-Baroux défend depuis avril 2011 les intérêts de la société administrée par Julien Balkany, Toréador, qui mène en Île-de-France une exploration de grande ampleur pour les huiles de schiste.

Comme le montre le document ci-dessous (voir page 2), Frédéric Salat-Baroux défendait ainsi Toréador devant le tribunal administratif de Melun, dans un recours pour lui permettre de poursuivre la prospection.

Dans le cas présent, Salat-Baroux attaquait une décision du Conseil général de Seine-et-Marne qui interdisait à Toréador (au nom de la protection de l’environnement et de l’eau) l’exploration pour les huiles de schiste sur son territoire. Le 16 mai, le juge des référés accordait finalement gain de cause à Toréador qui pourra continuer à perforer le plateau de la Brie contre l’avis des collectivités territoriales et des associations locales.

Comme le révélait la Lettre A du 15 avril dernier, de nombreuses sociétés impliquées dans la recherche de gaz et huiles de schiste ont commencé à affuter leur arsenal juridique contre les décisions administratives qui pourraient menacer leurs coûteuses opérations.

Avouant une proximité « idéologique et personnelle » avec le président du parti radical, Frédéric Salat-Barroux attend dans la semaine le rendu d’une deuxième ordonnance dans une affaire plaidée au nom de Toréador. « La transition écologique et énergétique est une question primordiale », lançait l’ex-ministre dans Le Parisien Dimanche du 5 mai.

Avec un défenseur des huiles de schiste comme directeur de campagne, après avoir signé lui-même les permis d’exploration pour ces ressources, Jean-Louis Borloo aura besoin de plus qu’un Grenelle pour faire passer la pilule aux électeurs écologistes.

source owni.fr

  • vavavoum

    mais c’est borloo qui à signer en janvier 2010 les accords pour la fracturation et l’explotation des gaz de schiste avec les compagnies vorace concernées.Qu’il arrète de nous faire croire qu’il est écolo pour moi il est alcoloo
    et vendu à tous c’est pourris qui nous pollue ,nous jettent au chomage et vont nous affamer bientot en plus de nous voler le peu d’argent qu’il nous reste avec la complicité des bankters.Faite comme moi je retire progressivement mon fric de ma banque et je vous dit pas la figure de mon banquier,voyer ce qui ce passe en grèce,ils retire leurs fric aussi

  • Ca sent la sortie de l’€uro pour la Grèce!