Le parlement européen approuve l'euro-vignette

Une nouvelle taxe!!! Cela manquait, mais cette fois-ci elle n’est pas pour notre pays, elle est pour l’Europe! Pour l’instant soyons rassurés, nous ne sommes pas vraiment concernés, ce sont les camionneurs qui le sont, un montant de 3 à 4 centimes par véhicule et par kilomètre, un racket organisé, légal, européen!

Le Parlement européen a approuvé mardi par 505 voix contre 141 l’introduction d’une « eurovignette ». Les Etats membres de l’Union européenne (UE) devraient ainsi prochainement pouvoir prélever une taxe sur les poids lourds comparable à la RPLP suisse.

Le Parlement européen a approuvé mardi à une large majorité le compromis qu’ont trouvé l’assemblée et les Etats membres sur la modification des règles relatives à l’Eurovignette. Le rapporteur belge Saïd El Khadraoui s’est réjoui de l’introduction du principe du pollueur-payeur dans la politique de transport européenne mais estime qu’

il ne s’agit encore que d’une étape dans la bonne direction.

Les négociations entre le Conseil des ministres et le Parlement ont été longues et difficiles. L’accord obtenu mardi autorise les Etats membres à facturer aux transporteurs routiers le coût de la pollution atmosphérique et sonore en plus du prix de l’utilisation des infrastructures autoroutières.
Un montant de 3 ou 4 centimes par véhicule et par km en moyenne pourra être ajouté au prix afin de couvrir les coûts liés à la pollution de l’air et au bruit émis. Le coût des embouteillages pourra également être pris en compte. Le taux de variation des redevances pourra atteindre 175% dans les zones dont la circulation est congestionnée. Des tarifs élevés pourront être d’application pendant cinq heures de pointe et des tarifs plus bas le reste du temps. Les camions dont les moteurs appartiennent aux catégories les moins polluantes (Euro V ou Euro VI) pourront par ailleurs bénéficier d’une exonération de la partie de la redevance couvrant la pollution atmosphérique. En contrepartie, les Etats membres devront s’engager à investir 15% des recettes qu’ils tirent de l’Eurovignette dans les réseaux de transport transeuropéen, en particulier le rail et la voie d’eau.

Les ministres des transports des Vingt-Sept avaient approuvé en octobre le principe d’une telle directive. Les Etats membres, le Parlement européen et la Commission européenne s’étaient mis d’accord à la mi-mai sur un texte commun.

C’est ce projet qui a été adopté mardi à Strasbourg. Le Conseil des ministres doit l’approuver formellement avant l’été. Les Etats membres auront ensuite deux ans maximum pour transposer la législation avant qu’elle ne s’applique.

Et comme pondre une telle taxe et la voter est très fatigant, pour compenser, rien de tel qu’une petite augmentation de salaire, pas grand chose, juste 3000 euros!
Les députés européens se sont votés une hausse de 3000 euros d’indemnités pour les frais d’assistants parlementaires
Cette décision suscite la polémique. Dans un contexte de crise, les députés européens se sont votés une augmentation de 3000 euros par mois sur deux ans. Il ne s’agit pas d’une hausse de leur salaire mais d’indemnités supplémentaires pour les frais des assistants parlementaires.

  • pm

    ca commence a bien faire, nous les citoyens allons creer une taxe sur celui ou celle qui mentira le plus,
    par contre augmentation de salaire de 3000 euros, ca va peter, et j’espere tres vite, ca suffit de voir cette bande de voleurs continuer a s’enrichir sur notre dos.

  • Krec

    Le prix du transport des marchandises va inexorablement augmenté !
    On va encore se faire plumer ! Vive l’Europe

  • Perso je trouve ça bien de taxer les camions pour redistribuer dans le rail et le fluvial, en fait je trouve ça plus que nécessaire !

  • SuperBird

    Celà préfigure un Nouvel Impôt Européen applicable à TOUS les citoyens en particulier aux plus pauvres ,
    ça fait déjà un certain temps que l’on en entend la rumeur , mais cette fois fois c’est sur ,
    La vignette Racket Européenne n’étant qu’une mise en bouche , une mise en condition psychologique des esprits , et des citoyens.
    Et comme vous l’avez tous bien compris, les produits alimentaires transitant à 95% part la route ,
    l’addition de notre panier de courses au supermarché va encore et toujours plus flamber puisque cet impôt Racket sur les kilomètres parcourus se répercutera bien sur et automatiquement sur le prix final du produit alimentaire payé en caisse par nous tous pauvres gogos, vil bétail au yeux des décideurs de la haute finance ,
    et du Cartel Mafieux des politiciens associés aux banquiers !!!!
    C’est odieux, c’est une véritable scandale, un de plus, , un Hold Up qui sera voté à l’unanimité par les protagonistes mafieux et corrompus du parlement européen, les fameux mastricheurs de l’Europe politico-économique supranationale .

  • Ou alors il faudra acheter de la nourriture sans passer par le système des supermarchés, privilégier des circuits courts, relocaliser la production, rien de bien méchant en soit.
    Peut être un peu d’organisation certes, mais à la porté du plus grand nombre en tout cas !

    A vous de choisir ce que vous préférez…

  • A oui pour info : http://prixdubaril.com/
    ça pèse pas mal dans la balance et quand ce prix monte, il n’y a pas de redistribution à la maison !

  • Isabelle

    Permettez moi d’ajouter une note positive…
    L’idée (bonne) de cette taxe est de pousser au transfert modal : moins de camions, plus de ferroviaire et de fluvial.
    Ci-après article de la FEPI (Fédération Européenne des Ports Intérieurs)
    Accord sur la révision de la directive Eurovignette: première étape dans l’internalisation des
    coûts externes du transport routier de fret
    Le 23 mai, un accord a été trouvé entre l’équipe de négociations du Parlement Européen et le Conseil des Ministres
    sur la révision de la directive Eurovignette.
    Cette directive établit les règles pour le prélèvements de taxes routières pour les camions dans le réseau routier
    européen. Cela n’oblige pas les pays membres à prélever des taxes routières, mais s’ils le font, ils doivent respecter certaines règles établies par cette directive. En vertu de l’accord trouvé entre les différentes institutions, les étatsmembres vont avoir le droit de prélever des taxes sur le transport routier de fret non seulement pour les coûtsd’infrastructure mais aussi pour certains coûts externes, en particulier, la pollution de l’air et le bruit. De plus, les étatsmembres auront la possibilité de varier les tarifs en fonction de la période de la journée. Pendant les heures depointe, les états membres peuvent élever les tarifs à 175 % comparé au tarif moyen et cela durant maximum 5heures/jour. Dans un tel régime, les camions devront payer plus lorsqu’ils conduisent pendant les heures de pointe.
    De plus, les camions « propres » (sur base de la norme européenne) payeront moins. Les camions les plus propres,les camions Euro VI seront même exempts de toute taxe sur la pollution de l’air.
    EFIP INSIDE 3/05/2011
    Le point le plus difficile à résoudre pendant les négociations entre le Parlement et le Conseil, était la question de
    l’affectation. Comment l’argent doit il être utilisé ? Le Parlement voulait un engagement ferme de la part de Etats
    Membres qu’ils utiliseraient l’argent pour des projets de transport durable. Le compromis est qu’il y a un engagement profond des Etats Membres à réinvestir l’argent dans le transport durable et dépenser au moins 15 % pour des projets RTE-T. Particulièrement dans les régions montagneuses, où des majorations complémentaires peuvent être ajoutées aux coûts d’infrastructure et externes pour des camions plus vieux avec des moteurs de classe européenne 0, 1, 2 et 3 (à partir de 2015), tous les revenus devront être dépensés pour le financement de projets d’infrastructure RTE-T situés dans le même corridor RTE-T.
    Le texte adopté le 23 mai prévoit aussi une provision garantissant la transparence concernant l’usage des taxes
    prélevées. Les Etats Membres devront faire régulièrement un rapport à la Commission sur les différents types de
    revenus de péage, sur les variations appliquées et sur la manière dont l’argent a été investi. Ceci requière un débat public concluant sur les infrastructures de transport et sur le financement et la gestion au niveau national.
    L’accord trouvé par le rapporteur Saïd El Khadraoui soutenu par la délégation des membres de la commission
    transport du Parlement Européen le 23 mai a été approuvé par l’ensemble du Parlement Européen le 7 juin.