La bactérie E-coli produite par le génie génétique?

Cela fait plusieurs articles que je vois pointant dans ce sens, la bactérie mortelle ayant accumulé les victimes ne serait pas « naturelle » mais créée, génétiquement modifiée. N’est-ce pas étrange? La nature est bien faite et un beau jour, une bactérie sortie d’on-ne-sait-où fait des ravages, et bien sur, cela doit être naturel suivant les médias… J’ai repéré cet article issu de naturalnews mais faute de temps, n’ai pu le convertir, merci à Hélios donc mais également à Realinfos pour faire circuler l’article traduit.

Des preuves médico-légales que la superbactérie E. coli européenne est produite par génie génétique pour tuer la population!

(NaturalNews)Même si un jeu pour blâmer les légumes est actuellement en cours dans l’UE, où une souche de E. coli résistante rend les gens malades et remplit les hôpitaux en Allemagne, pratiquement personne ne parle de la façon dont E. coli pourrait être comme par magie devenue résistante à huit classes différentes d’antibiotiques et puis tout à coup apparaître dans l’approvisionnement alimentaire.Cette variation particulière d’e.coli est membre de la souche O104, et les souches 0104 ne sont presque jamais (normalement) résistantes aux antibiotiques. Pour leur permettre d’acquérir cette résistance, elles doivent être exposées de façon répétée aux antibiotiquesafin de fournir la «pression de mutation» qui les pousse vers la résistance complète aux antibiotiques.
Donc, si vous êtes curieux de connaître les origines d’une telle souche, vous pouvez inverser avant tout l’ingénierie du code génétique de la bactérie E. coli et déterminer assez précisément les antibiotiques auxquels elle a été exposée pendant son développement. Cette étape a été faite (voir ci-dessous), et quand vous regardez le décodage génétique de cette souche O104 qui menace aujourd’hui les consommateurs d’aliments dans l’UE, il se dégage une image fascinante de la façon dont elle est née.

Le code génétique révèle l’histoire
Lorsque des scientifiques de l’Institut Robert Kochen Allemagne ont décodé la constitution génétique de la souche O104, ils ont constaté qu’elle était résistante à toutes les classes et à toutes les combinaisons d’antibiotiques:. pénicillines
. tétracycline
. l’acide nalidixique
. triméthoprime-sulfaméthoxazole
. céphalosporines
. amoxicilline / acide clavulanique
. pipéracilline-sulbactam
. pipéracilline-tazobactamEn outre, cette souche O104 possède une capacité à produire des enzymes spéciaux qui la transforme en ce qu’on pourrait appeler une «bactérie superpuissante », nommée techniquement «BLSE »:

« Les BLSE sont des enzymes qui peuvent être produits par une bactérie qui les rend résistants aux céphalosporines par exemple, à la céfuroxime, céfotaxime et ceftazidime – qui sont les antibiotiques les plus utilisés dans de nombreux hôpitaux », explique l’agence de protection pour la santé au Royaume-Uni.

En plus de cela, cette souche O104 possède deux gènes – TEM-1 et CTX-M-15 – qui «ont donné des frisson aux médecins depuis les années 1990″, rapporte The Guardian. Et pourquoi ont-ils fait frémir les médecins? Parce qu’ils sont si mortels que de nombreuses personnes infectées par de telles bactéries connaissent la défaillance d’un organe critique et meurent tout simplement.

Bioingénierie d’une super-bactérie mortelle
Alors, comment, exactement, une telle souche bactérienne vient à l’existence pour résister à plus d’une douzaine d’antibiotiques dans huit classes de médicaments différentset présenter deux mutations du gène mortel en plus des fonctions des enzymes BLSE?Il n’y a vraiment qu’une seule façon pour que cela se produise (et une seule manière) – vous avez à exposer cette souche de E. coli à l’ensemble des huit classes de médicaments antibiotiques. Habituellement, cela ne se fait pas dans le même temps, bien sûr: Vous devez d’abord l’exposer à la pénicilline et trouver les colonies survivantes qui sont résistantes à la pénicilline. Vous prenez alors les colonies survivantes et les exposez à la tétracycline. Les colonies ayant survécu sont maintenant résistantes à la pénicilline et la tétracycline. Vous pouvez ensuite les exposer à un sulfamide et recueillir les colonies survivantes à cela, et ainsi de suite. Il s’agit d’un processus de sélection génétique effectué dans un laboratoire avec un résultat souhaité. C’est essentiellement la façon dont certaines armes biologiquesont été développées par l’armée américaine dans ses laboratoires de Ft. Detrick, au Maryland.Bien que le processus réel soit plus compliqué que cela, le résultat est que la création d’une souche de E. coli qui résiste à huit classes d’antibiotiques nécessite une exposition répétée, soutenue à ces antibiotiques. Il est pratiquement impossible d’imaginer comment cela pourrait se produire tout seul dans la nature. Par exemple, si cette bactérie est originaire de nourriture (comme nous l’avons dit), alors où va-t-elle acquérir la totalité de cette résistance aux antibiotiques, étant donné que les antibiotiques ne sont pas utilisés dans les légumes?

Lorsqu’on examine les données génétiques auxquelles nous sommes maintenant confrontés, il est difficile d’imaginer comment cela pourrait se produire « dans la nature. » Alors que la résistance à un seul antibiotique est commun, la création d’une souche de E. coli qui résiste à huit différentes classes d’antibiotiques – en combinaison – défie tout simplement les lois de la permutation et de la combinaison génétique à l’état sauvage. Autrement dit, cette souche E. coli n’aurait pas pu être créée à l’état sauvage. Et ce qui ne laisse qu’une seule explication pour son origine: le laboratoire.

Conçue puis relâchée dans la nature
Les éléments de preuve indiquent maintenant que cette souche mortelle de la bactérie E.coli a été conçue et ensuite, soit elle a été libérée dans les aliments soit elle s’est en quelque sorte échappée d’un laboratoire et allée dans les aliments par inadvertance. Si vous êtes en désaccord avec cette conclusion – et vous y êtes bien entendu invité – alors vous êtes forcé de conclure que cette superbactérie octobiotique (résistante à huit classes d’antibiotiques) s’est développée de façon aléatoire d’elle-même… et cette conclusion est bien plus effrayante que celle du « génie biologique », parce que cela signifie que des superbactéries octobiotiques peuvent simplement apparaître n’importe où à tout moment sans motif. Ce serait tout à fait une théorie exotique en effet.Ma conclusion a en fait plus de sens: Cette souche de E. coli a été certainement conçue, puis relâchée dans la chaîne alimentaire dans un but précis.Quel est-il ? C’est évident, je l’espère.C’est problème, réaction, solution à l’œuvre ici. D’abord causer un problème (une souche mortelle de la bactérie E. coli dans l’approvisionnement alimentaire). Ensuite, attendre la réaction du public (tollé d’une population terrorisée par E. coli). En réponse à cela, adopter la solution désirée ( contrôle total sur l’approvisionnement alimentaire mondial et interdiction des germes crus, du lait cru et des légumes crus).

Tout cela est bien à propos, bien sûr. La FDA a compté sur le même phénomène aux Etats-Unis en poussant vers sa récente loi « sur la sécurité alimentaire et sa modernisation » qui interdit essentiellement les petites exploitations familiales bio à moins de lécher les bottes des organismes de réglementation de la FDA. La FDA a réussi à écraser la liberté agricole en Amérique en nous mettant sur le dos une peur de flambées de E. coli dans l’approvisionnement alimentaire des États-Unis. Quand les gens ont peur, rappelez-vous, ce n’est pas difficile de les amener à accepter à presque n’importe quel niveau une tyrannie dans la réglementation. Et rendre peureux sur la nourriture est une question simple …que résolvent quelques communications du gouvernement par courrier électronique aux affiliés des médias.
D’abord interdire la médecine naturelle, puis ensuite attaquer l’approvisionnement alimentaire
Maintenant, rappelez-vous: Tout ceci se passe dans la foulée de l’interdiction de l’UE pour les herbes médicinales et les suppléments nutritionnels – une interdiction flagrante des thérapies nutritionnelles qui aident à garder les gens en bonne santé et exempts de maladie. Maintenant que toutes ces herbes et suppléments sont illégaux, la prochaine étape est de rendre les gens peureux pour la nourriture fraîche, aussi. C’est parce que les légumes frais sont curatifs,et aussi longtemps que le public a le droit d’acheter des légumes frais, il peut toujours prévenir la maladie.Mais si vous pouvez faire peur aux gens pour les légumes frais – ou même les interdire tout à fait – alors vous pouvez forcer l’ensemble de la population vers un régime d’aliments mortset transformés qui favorisent les maladies dégénératives et renforcent les bénéfices de compagnies pharmaceutiques puissantes.Cela fait partie du même agenda, vous voyez: Garder les personnes malades, leur refuser l’accès aux plantes médicinales et aux suppléments, puis tirer profit de leurs souffrances au bénéfice des cartels pharmaceutiques mondiaux.

Les OGM jouent un rôle similaire dans tout cela, bien sûr: Ils sont conçus pour contaminer la chaîne alimentaire avec le code génétique qui cause l’infertilité chez les êtres humains. Et ceux qui sont en quelque sorte capables de se reproduire après l’exposition aux OGM continuent de souffrir d’une maladie dégénérative qui enrichit les compagnies pharmaceutiques grâce à leurs «traitements».

Vous souvenez-vous des pays ciblés par cette crise récente de E. Coli? L’Espagne. Pourquoi l’Espagne? Vous vous souvenez peut-être que les câbles échappés de Wikileaks ont révélé que l’Espagne s’est opposée à l’introduction d’OGM dans son système agricole, et que le gouvernement américain l’a même secrètement menacée de représailles politiques pour sa résistance. Cette fausse responsabilité de l’Espagne pour les morts par E. coli est probablement une représailles pour le refus de l’Espagne de sauter dans le train des OGM.

C’est la vraie histoire derrière la dévastation économique des producteurs de légumes espagnols. C’est l’une des intrigues secondaires qui se poursuit avec ce schéma de la superbactérie.

L’aliment comme arme de guerre – création Big Pharma?
Soit dit en passant, l’explication la plus probable de l’endroit où cette souche de E. coli a été conçue, c’est que les géants de la pharmaceutique l’ont amené avec eux dans leurs propres laboratoires. Qui d’autre a accès à tous les antibiotiques et aux équipements nécessaires pour gérer les mutations ciblées de milliers de colonies potentielles d’E. coli? Les compagnies pharmaceutiques sont bien placées pour mener à bien ce complot et en tirer profit. En d’autres termes, ils ont les moyens et la motivationpour s’engager précisément dans de telles actions.Outre les sociétés pharmaceutiques, peut-être que les organismes de réglementation des maladies infectieuses ont eux-mêmes ce genre de laboratoire. Le CDC, par exemple, pourrait sans doute le faire, s’il le voulait vraiment.La preuve que quelqu’un a conçu cette souche d’E. coli est juste écrit dans l’ADN de la bactérie. Ce sont des preuves médico-légales, et ce qu’elles révèlent ne peut être nié. Cette souche a subi des expositions répétées et prolongées à huit différentes classes d’antibiotiques, puis a réussi à apparaître dans l’approvisionnement alimentaire. Comment faire sans un régime bien planifié mené par des scientifiques peu scrupuleux? Il n’existe pas de «mutation spontanée » dans une souche qui résiste aux huit principales catégories de marque d’antibiotiques vendus par Big Pharma aujourd’hui. Ces mutations doivent être délibérées.

Une fois de plus, si vous êtes en désaccord avec cette évaluation, alors vous dites, non, ce n’était pas fait exprès … Le hasard! Et une fois de plus, je dis que c’est encore plus effrayant! Parce que cela signifie que la contamination de notre monde par les antibiotiques est arrivée maintenant à un tel extrême qu’une souche d’ E. coli à l’état sauvage peut être saturée avec huit classes différentes d’antibiotiques au point où elle se développe naturellement dans sa propre superbactérie mortelle. Si c’est ce que les gens croient, alors c’est presque une théorie encore plus effrayante que l’explication de la bio-ingénierie!

Une nouvelle ère a commencé: les armes biologiques dans les aliments
Mais dans les deux cas – peu importe ce que vous croyez – la simple vérité est que le monde est maintenant confronté à une nouvelle ère de souches globales de superbactérie qui ne peuvent pas être traitées avec des médicaments connus. Elles peuvent toutes, bien sûr, être facilement tuées avec de l’argent colloïdal,ce qui est exactement pourquoi la FDA et les régulateurs de santé dans le monde ont violemment attaqué les sociétés qui fabriquent de l’argent colloïdal toutes ces années: Ils ne veulent pas voir le public mettre la main sur des antibiotiques naturels qui fonctionnent vraiment, vous voyez. Cela irait à l’encontre du but même de rendre tout le monde malade d’abord .En effet, ces souches d’ E. coli peuvent être assez facilement traitées par une combinaison d’antibiotiques à spectre complet à partir de plantes naturelles comme l’ail, le gingembre, les oignons et les herbes médicinales. En plus de cela, les probiotiques peuvent aider à équilibrer la flore du tube digestif et « évincer » les E. coli mortelles. Un système immunitaire sain et un bon fonctionnement du tube digestif peuvent lutter contre une infection à la superbactérie E. coli, mais c’est encore un autre fait que la communauté médicale ne veut pas que vous sachiez. Ils préfèrent que vous restiez une victime impuissantesur un lit d’hôpital, en attendant de mourir, sans options qui s’offrent à vous. C’est « la médecine moderne ». Ils provoquent les problèmes qu’ils prétendent traiter, et puis ils n’iront même pas vous traiter avec tout ce qui fonctionne bien.Presque tous les décès attribuables à présent à cette éclosion de E. coli sont facilement évitables. Ces décès sont dus à l’ignorance. Mais plus encore, ils peuvent également être des morts par une nouvelle ère d’armes biologiques à base d’aliments déclenchée par un groupe de savants fous ou une institution axée sur l’agenda qui a déclaré la guerre à la population humaine.

Traduction par Hélios
Article relayé par realinfos.wordpress.com

  • nucleargarden

    Je l’aurais donné en mille !!!! Enfin, faut voir mais……………….

  • Ca va dans mon sens aussi! j’y ai pensé depuis le début!

  • J’aurais tendance à ne pas être d’accord avec la totalité de l’article.
    Toutefois la composition de la bactérie est plutôt étonnante … Mais pas tant que ça si provenant d’Espagne ou de nombreux produits chimiques sont utilisés et dans des zones très petites en plus donc pas impossible qu’une zone se soit retrouvée sur de la culture de légumes ET de bétail ( qui est bourré d’antibiotique ).

    Pour finir, le gouvernement espagnol aurait démenti la provenance de la bactérie en question. Le problème pourrait également ne pas provenir des légumes.

  • « Une Nouvelle ère a commencé : les armes biologiques dans les Aliments… »
    **(et dans les Médicaments… à retenir…)**
    ——————————————
    Mardi, 23 Novembre 2010 – par News Of Tomorrow.
    (Source : Naturalnews via Noxmail de Jonathan, Par Mike Adams. Traduction : la-matrice pour Conspipedia).
    L’industrie pharmaceutique va commencer à insérer des micro-puces dans des médicaments.
    Les « labos » veulent entrer au domicile des patients :
    Kodak qui a inventé la micropuce à avaler. Les laboratoires pharmaceutiques revendiquent le droit d’entrer au domicile des patients pour surveiller la prise de leurs « traitements », et le nouveau projet de loi sur la psychiatrie en France prévoit un suivi contraignant des personnes qu’on aura décidé de placer sous médication, même en ambulatoire :
    C’est dans ce genre de cadre que le médicament à puce électromagnétique sera un outil précieux pour la Dictature ! ! !
    ————————
    L’industrie pharmaceutique va commencer à insérer des micro-puces dans des médicaments.
    L’ère du micro-puçage pharmaceutique est maintenant devant nous. Novartis AG, l’une des plus importantes sociétés pharmaceutiques dans le monde, a dévoilé un projet afin de commencer à implanter des micro-puces dans des médicaments dans le but de créer une technologie de « pilule intelligente ».
    La technologie de micro-puçage est brevetée par Proteus Biomedical à Redwood City, Californie. Une fois activée par l’acide de l’estomac, la micro-puce intégrée commence à détecter son environnement et à émettre des données à un récepteur utilisé par le patient. Ce récepteur est également un émetteur qui peut envoyer les données par Internet à un médecin.
    L’idée derrière tout cela est de créer des « pilules intelligentes » qui peuvent détecter ce qu’il se passe dans le corps et délivrer cette information au médecin du patient. Novartis prévoit de commencer à micro-pucer ses médicaments anti rejet de transplantation d’organe et puis potentiellement étendre le micro-puçage à d’autres produits de sa gamme pharmaceutique. Cette même technologie pourrait également bientôt se retrouver dans des pilules fabriquées par d’autres sociétés pharmaceutiques.
    Les meilleurs programmes mis en avant…
    En surface, tout cela paraît bien, mais les lecteurs de NaturalNews (site original de l’article) ont certainement tout un tas de questions sceptiques à propos de cette technologie. Pour commencer, Novartis ne prévoit apparemment pas de réaliser des essais cliniques qui pourraient prendre en compte les problèmes de sécurité liés à l’ingestion de micro-puces. « Novartis ne s’attend pas à devoir conduire des essais cliniques approfondis afin de prouver que les nouveaux produits fonctionnent », rapporte Reuters. « A la place, son but est de réaliser de soi-disant tests de bio-équivalence afin de montrer que ce sont les mêmes que les originaux. » (reuters)
    Mais j’ai une question : quels produits chimiques ou quels métaux lourds sont-ils présents dans la micro-puce elle-même ? Une micro-puce qui transmet des données doit évidemment posséder une source d’énergie, ce qui signifie qu’elle doit avoir une très petite batterie ou un genre de condensateur. Les matériaux utilisés dans les condensateurs et les batteries, à ma connaissance, sont toxiques pour le corps humain et ne devraient jamais être avalés.
    Les micro-puces ne sont pas de la nourriture et le fait de les avaler semble dangereux pour votre santé, particulièrement si vous ingérez plusieurs micro-puces par jour.
    La confidentialité des données :
    Un autre problème important soulevé par les micro-puces qui transmettent des données concerne leur confidentialité. Si ces micro-puces émettent de l’information, alors cette information peut évidemment être collecté par tout ce qui se trouve à proximité, y compris éventuellement par des individus peu scrupuleux ou des organisations qui pourraient en faire une mauvaise utilisation.
    Par exemple, supposons qu’une pharmacie locale installe un détecteur de signal de micro-puce dans leur porte d’entrée principale dans le but de suivre les gens qui émettent des données de « médication ». Ils pourraient alors théoriquement décoder cette donnée et l’utiliser afin de déterminer quelle maladie affecte le client, et puis vendre des produits pharmaceutiques génériques faisant office de substitution.
    Des agents gouvernementaux pourraient être équipés de « scanners à micro-puce pharmaceutique » qui déterminent quelles pilules vous prenez en ce moment. Ceci pourrait être utilisé afin de violer votre vie privée en partageant cette information avec d’autres agences gouvernementales ou même en la vendant à un tiers, comme des sociétés de marketing.
    Je doute clairement du fait que les données transmises par ces micro-puces dans ces pilules seront codées car le cryptage nécessite une véritable puissance de traitement, et dans ces toutes petites micro-puces, il n’y a pas vraiment de place pour une unité de traitement ou une source d’énergie. Très probablement, elles vont transmettre des signaux bruts, non traités, qui peuvent être détectés et décodés plutôt facilement.
    Souvenez-vous de prendre vos médicaments :
    Mais la partie la plus effrayante à propos de ces micro-puces médicales est le fait que cette technologie sera utilisée afin de s’assurer que les gens prennent bien leur traitement. Les compagnies pharamaceutiques perdent des milliards de dollars par an (d’après elles) à cause des patients qui oublient de prendre leurs pilules. Bien entendu, l’une des raisons pour lesquelles ils oublient de prendre leurs pilules est qu’une grande partie des produits pharmaceutiques provoquent des dégâts aux fonctions cognitives, mais cela est ici hors-sujet.
    Cette technologie de pilule micro-puce intelligente va donc probablement être utilisée pour traquer les pilules que les patients auront prises afin qu’il leur soit « gentiment rappelé » de prendre les éventuelles pilules qu’ils auraient oubliés de prendre. Dans le domaine du marketing, cela s’appelle un « programme de continuité ». C’est un moyen destiné à s’assurer que des ventes répétitives se produisent de façon régulière. Dans ce contexte, le micro-puçage des pilules profite aux compagnies pharmaceutiques, mais pas nécessairement aux patients. C’est particulièrement vrai lorsque l’on considère ces produits pharmaceutiques qui sont nocifs pour la santé humaine – et nous savons tous que le marché pharmaceutique est rempli de pilules dont on a plus tard découvert qu’elles étaient extrêmement dangereuses voire mortelles (quelqu’un se rappelle-t-il du Vioxx ?).
    Le futur : les scanners à médicaments de la police et les scanners à médicaments des employeurs :
    Maintenant, il y a peut-être un effet secondaire intéressant à propos de tout cela : les employeurs qui réalisent des entretiens pour des candidats à un travail potentiel pourraient être capable d’acheter (ou de fabriquer) un simple scanner à médicaments qui détecte la présence d’un signal de transmission d’une micro-puce pharmaceutique.
    Ceci pourrait être très utile pour des employeurs qui ne souhaitent pas engager des personnes sous traitement. Ils vous invitent pour un entretien et scannent discrètement à la recherche de données de transmission médicales. Une lumière rouge les prévient lorsque vous émettez des données médicales, et ils vous disent calmement que l’entretien est terminé et « nous vous recontacterons ».
    Les employeurs sont en ce moment dépassés par les coûts de l’assurance maladie. Cela pourrait fournir une méthode simple et facile pour les entreprises afin qu’elles évitent de recruter quelqu’un susceptible d’être un fardeau pour leurs programmes d’assurance maladie (d’après leurs opinions). Je ne suis pas nécessairement d’accord avec cette utilisation de cette technologie ; Je dis juste que c’est une méthode qui sera probablement utilisée par les employeurs afin d’acarter les employés qui sont sous traitement.
    Les policiers pourraient également utiliser un scanner similaire afin de déterminer si un conducteur sur une scène d’accident pourrait être affecté par des médicaments. Voilà une utilisation que je cautionne. Les routes d’aujourd’hui sont remplies de conducteurs affaiblis mentalement qui sont littéralement drogués aux médicaments. A propos, le problème est en fait bien plus grave que des conducteurs ivres, et pourtant jusqu’à présent rien n’est fait afin de combattre ce problème de « conducteurs sous médicaments » (la plupart des personnes ne savent même pas que ce problème existe).
    Si les personnes qui prennent des médicaments émettent ces informations par l’intermédiaire de toutes les micro-puces qu’elles avalent, dans ce cas, analyser la présence de médicaments est simple. C’est même encore plus simple qu’un alcootest car cela ne nécessite aucune action de la part du sujet test. Le policier appuie simplement sur un bouton, patiente deux secondes, et peut alors déterminer si vous émettez des données médicales. Jusque là, vous pourriez être arrêté en étant suspecté de « conduite sous traitement ».
    Une autre raison de ne pas prendre de médicaments :
    Il y a bien évidemment une tonne de questions sans réponses et même des risques potentiels quant à l’ingestion de produits pharmaceutiques à micro-puces. Pour certaines personnes, les problèmes de vie privée sont les plus importants de tous, car évidemment, qui souhaite émettre des données sur le fait qu’il prend des médicaments ?
    Je ne prends pas de produits pharmaceutiques, évidemment, et la plupart des lecteurs de NaturalNews les évitent également. Le fait que les médicaments seront bientôt micro-pucés est encore une fois une bonne raison de trouver une façon plus holistique de prendre soin de notre santé. Ne misez pas votre vie (et votre vie privée) sur les pilules de l’industrie pharmaceutique. Optez pour un mode de vie holistique et sain basé sur des aliments biologiques, nutritifs, de l’exercice régulier et le refus de tous les produits chimiques (synthétiques) d’origine humaine, et vous n’aurez probablement jamais besoin de produits pharmaceutiques durant votre vie entière.
    L’ère du micro-puçage des peuples et du micro-puçage des médicaments se trouve devant nous. Etant donné ce que fait l’agence nationale Américaine de sécurité dans les transports (TSA) avec les scanners corporels (naturalnews), vous pouvez clairement imaginer ce que Big Brother fera avec vos données médicales que vous pourriez émettre depuis l’intérieur de votre corps.
    En fait, l’idée même d’avoir une micro-puce qui émet des données depuis l’intérieur de votre corps pourrait vous faire signaler comme terroriste potentiel par la TSA, qui pourra alors procéder à une fouille des parties génitales et à une pression de la poitrine dans le cadre de leur nouvelle technique incertaine de « fouille approfondie » (naturalnews).
    La meilleure façon d’éviter tout cela est de simplement manger vos légumes et boire vos nutraceutiques (superfood). Ne devenez pas un sujet traçable et micro-pucé de l’industrie médicale qui souhaite transformer votre corps en un centre de profit par produits chimiques. **News Of Tomorrow.**

  • bof

    Bonjour, donner du maïs a une vache qui se nourrit d’herbe (depuis le début de son évolution), et vous favoriser la multiplication des bactéries « e.coli ».
    C’est connu depuis bien longtemps, dans les hôpitaux français, il y a deja des malades souffrant de e-coli résistante aux antibiotiques; car les antibiotiques « humains » sont les mêmes que pour le bétails. Il y avait une émission sur France 3 qui m’été en garde contre ce genre de pratique.

    source: http://youtu.be/91tsIOWzVHI vers 3éme minutes.

  • SuperBird

    C’est ce que j’ai pensé dès le départ, une bactérie ne peut pas spontanément devenir mufti-résistante à tout et être hyper foudroyante dans son agressivité biochimique de surcroits, alors qu’en temps normal elle n’est pas si dangereuse.
    Ceux qui ont fait celà doivent être identifiés et pendus à des crochets de bouche ,
    car sinon, nous iront droit vers des temps lugubres dignes de l’Apocalypse où une poignée de criminels mettra le monde entier à genoux !!!

  • Même sans y voir une méchante attaque du genre humain, ça dirige tout droit vers l’application du codex alimentarius.
    On devra bouffer tout aseptisé, normalisé, approuvé etc..plus de jardin privé, ni de bio ni plus rien!! c’est pas croyable d’en arriver là.
    Et bientôt la réintroduction des farines animales…. :(

  • Krec

    1ère étape : Test du comportement du public avec le H1N1
    2ieme étape : envoi d’un nouveau joujou le « concombre »
    3ieme étape : ??? Un truc plus costaud … Mix de variole et autre…?

  • bof

    et vous, vous travaillez dans quoi ? c’est nous qui leurs donnons l’argent pour qu’ils puissent réaliser leurs projets.

    Krec= vous n’êtes pas loin de la vérité, qui vivra verra loll !!!
    J’vais lu « des commentaires » où certaines personnes allaient dans ce sens et ils y travaillés (employées de big pharma) aux même car on ne vie pas d’amour et d’eau fraîche.-

  • Casapound

    Faux, la bactérie E-coli existe depuis toujours, je connait quelqu’un qui travaille en laboratoire, et qui m’a parlé de cette bacterie bien avant les événements.
    Ce n’est pas une contamination type H1N1 car ce n’est pas un virus.
    Le but de la mediatisation de cette affaire e-coli est de faire chuter l’économie européenne (la Russie et d’autres n’importe plus les légumes et les fruits européens); le but etant de recréer une situation de non-vie pour les citoyens européens (chomages des agriculteurs et des entreprises liées à ces activités) afin de créer un conflit ethnique en europe (européens/immigrés) (immigrés du maghreb car ce sont des migrants à qui ont donnent du travail alors que les européens n’y ont pas droit et à qui l’argent des impots sont attribués (patronnat esclavagiste))

  • Force armée

    Avant que nos chers laboratoires ne corrigent l’ADN de l’ail + oignons je vous conseille d’en planter dans vos jardins et de garder des gousses pour l’année suivante…. Cela devient urgent. Planter aussi du thym et d’autres plantes médicinales avant qu’ils ne les interdisent à la vente et lisez Maurice Mességué (ou un autre), un vieux livre de « 1960 » traitant des plantes médicinales et de leur utilisation = mon livre de chevet depuis 15 ans.

  • LeLapin

    Il manque une proposition dans votre rasoir d’Occam raté : mettons un laboratoire qui procède à un rejet (interdit, certes, mais dans quel pays et comment c’est contrôlé ?) de déchets de fabrication d’antibiotiques dans les égouts, où grouillent des tétrachiées (c’est le cas de le dire) d’E. Coli (évidemment, vu là où va le contenu de nos cuvettes de chiottes). Mesdemoiselles Coli ont donc du temps, de la nourriture, des produits auxquels elles doivent survivre (les antibios) et le nombre nécessaire pour qu’une quantité suffisante soit sélectionnée. Rajoutez le paysan bio (je le précise) qui va tout gentiment pomper son eau à la rivière et arrose ses plantations avec. Ca donne quoi ?

  • arthur

    Pas besoin de génie génétique pour exposer une bactérie à tous les antibiotiques possibles. allez donc plutôt faire un tour dans l’élevage de poulets, porcs ou boeufs le plus proche.

  • Ce sont des vérités bonnes à rappeler lorsque seul l’anathème a droit de cité lorsqu’il s’agit de cette grande civilisation qu’est L’IRAN

  • Le 6 JUIN 2011 – LUXEMBOURG A F P – J. EISELE.
    LUXEMBOURG : Premier CAS d’infection à la bactérie E.C.E.H.
    Un Premier CAS d’infection à la bactérie ECEH a été détecté au Luxembourg auprès d’une femme de 50 ans qui a séjourné en ALLEMAGNE, a annoncé lundi dans un Communiqué le Ministère Luxembourgeois de la Santé en précisant que la victime est aujourd’hui Hors de Danger.
    « Un cas d’infection gastro-intestinale par le colibacille E.H.E.C. O104 a été diagnostiqué ce week-end par le Laboratoire National de Santé auprès d’une personne vivant au LUXEMBOURG », indique le Communiqué du Ministère. La victime a « très probablement »
    contracté son infection durant un voyage dans la région de Hambourg (nord de l’ALLEMAGNE) au cours de la deuxième Semaine du mois de Mai, a ajouté le Communiqué. La patiente avait développé des signes d’infection gastro-intestinale, quelques jours après son séjour en ALLEMAGNE et a montré
    « la symptomatologie typique de diarrhée avec présence de sang »,
    poursuit le Communiqué qui précise toutefois que la patiente n’a pas développé de complications comme le Syndrome S.U.H. (Syndrome hémolytique et urémique) ou autres, qu’elle a bien récupéré et qu’elle est actuellement guérie.
    Selon le Centre Européen pour la Prévention et le Contrôle des Maladies (E.C.D.C.) à STOCKHOLM,
    – 1.605 cas de contamination par une forme rare de la bactérie Escherichia Coli Entéro Hémorragique (E.C.E.H.) ont été recensés dans l’U. E.
    La bactérie E.C.E.H. a fait 22 morts depuis près de DEUX Semaines.

  • DEUX Décès DE PLUS en ALLEMAGNE, un Bilan de 25 morts – © ap
    La bactérie E.coli (Eceh) a fait DEUX Nouvelles victimes en ALLEMAGNE, portant à 25 morts le Bilan total, dont 24 dans ce Pays, ont annoncé mardi les Autorités Sanitaires de Basse-Saxe (Nord).
    Les DEUX Nouvelles victimes sont DEUX Femmes :
    – l’une âgée de 74 ans et, l’autre, de 88 ans,
    mortes respectivement le mardi, 31 mai et le mercredi, 1er juin 2011 alors qu’elles présentaient les symptômes d’un Syndrome hémolytique et urémique (SHU), des troubles rénaux graves provoqués par la bactérie ECEH.
    Outre les 24 Décès enregistrés en ALLEMAGNE, la SUEDE avait, également, recensé une femme morte après avoir été infectée lors d’un voyage en ALLEMAGNE.
    L’ORIGINE de la contamination, qui a touché 13 Pays Européens, voire les ETATS-UNIS et le CANADA, où des cas suspects ont été signalés, reste MYSTERIEUSE.
    Après avoir un temps soupçonné des concombres Espagnols, les Autorités Sanitaires Allemandes pensaient avoir trouvé la Source dans une exploitation bio produisant des graines germées dans le Nord du Pays, mais les premiers Résultats de prélèvements effectués sur place se sont révélés NEGATIFS – (Belga).
    http://www.7sur7.be – 7/06/2011 – 15h15
    Lire aussi :
    – L’AFSCA contrôlera tous les légumes frais.
    – L’ALLEMAGNE critiquée sur la gestion de la bactérie ECEH.
    – La bactérie ECEH toujours insaisissable.
    – Premier CAS d’infection à la bactérie ECEH au LUXEMBOURG.

  • J2M

    L’idée c’est quoi ? Ils ont fabriqué le virus E Coli résistant ? Non ils sont pas comme ça ! Après on va nous dire qu’ils ont modifié le virus de la grippe et crée de toute pièce la grippe A tout ça pour nous vendre des vaccins qui marchaient pas.
    Et n’oublie pas le Médiator est votre ami si vous avez quelques problèmes de poids.

    :)

  • gladys

    Moi je pense que cette souche a muté toute seule comme une grande, on nous dit depuis des années et des années qu’il ne faut pas abuser des anti-bio, et les exploitants agricoles élèvent leurs cheptels en leur donnant leur dose pour les empêcher d’être malades (pôves bêtes!), donc les bactéries ont eu tout le temps nécessaire pour devenir résistantes à tout antibiotiques.

  • Bactérie : L’ALLEMAGNE rejette les critiques sur sa gestion de la crise.
    LUXEMBOURG – La Ministre Allemande de l’Agriculture, Ilse AIGNER, a rejeté mardi les critiques de l’ESPAGNE et d’autres pays comme la BELGIQUE sur sa gestion de la crise sanitaire liée à la bactérie Eceh, en marge d’une réunion extraordinaire avec ses homologues Européens à LUXEMBOURG.
    J’ai une nouvelle fois assuré à mes homologues que nous faisions tout ce qui est en notre Pouvoir pour déterminer, au plus vite, les ORIGINES de la contamination, qui a fait plus d’une vingtaine de morts, la plupart en ALLEMAGNE, a déclaré Mme. Aigner à la Presse.
    L’ESPAGNE a accusé l’ALLEMAGNE d’avoir ruiné ses producteurs en mettant à l’index des concombres en provenance d’ANDALOUSIE, mais les soupçons n’ont pas été confirmés par des tests en laboratoire.
    MADRID a réclamé aussi que l’ALLEMAGNE indemnise ses agriculteurs, mais Mme. Aigner a récusé cette Demande, jugeant qu’il fallait une réponse Européenne à un problème Européen.
    La Ministre BELGE de l’Agriculture, Sabine Laruelle, a estimé mardi que les Autorités Sanitaires ALLEMANDES avaient agi un peu à la légère en lançant une Alerte Européenne pour ces concombres, alors que la crise Sanitaire a pour foyer le Nord de l’Allemagne.
    Il y a un désaccord en termes d’interprétation sur les Résultats des tests, a reconnu le Commissaire chargé de la Santé, John Dalli.
    L’Allemagne a dit qu’il y avait eu une bactérie E. Coli sur les échantillons testés, qui rendait les produits non-commercialisables, même si la souche de la bactérie n’était pas celle de la bactérie potentiellement mortelle Eceh, a souligné M. Dalli.
    Et les Espagnols disent que ce n’est pas la faute d’un producteur Espagnol. Naturellement, cela doit faire l’objet d’une Enquête, a-t-il précisé.
    M. Dalli doit participer mercredi à une réunion à BERLIN sur le sujet.
    L’épidémie, dont l’origine est toujours inconnue, est due à une souche très rare de la bactérie Escherichia coli (E.coli) entéro hémorragique (Eceh) qui provoque des diarrhées sanglantes et, dans les cas les plus graves, des troubles rénaux par le biais d’un Syndrome appelé SHU et pouvant être mortels.
    Romandie News.ch – ©A F P – 7 juin 2011 – 19h44

  • martinb

    article trop j’ai pas lu en entier mais trois solutions possibles
    1° : c’est d’origine purement naturel – dès lors pas besoin d’en faire une psychose
    2° : c’est artificiel et le lachage est involontaire : pas besoin d’en faire une psychose non plus
    3° : c’est artificiel et c’est une étude de propagation des maladies, cela permet une tracabilité, de calcuer la vitesse de propagation – la réaction des services de secours.
    qui l’a lachée ??? les bons pour un plan de prévention en cas de guerre
    ou les méchants pour un essai
    4° : un acte terroriste, pas du tout car un acte terroriste a besoin de deux éléments principaux
    – une action d’éclat, vue a la télé, par des millons de gens
    – de faire parler du nom du groupe et de pub

    or ici, peu de spectacle

  • Santé | update 13h07
    Les contaminations par Eceh se multiplient encore.

    http://www.7sur7.be
    Le nombre de personnes contaminées par la bactérie Eceh dans le Land de Schleswig-Holstein continue d’augmenter, a indiqué dimanche le Ministère de la Santé de Kiel, la capitale du Land.
    Actuellement, 795 cas de contamination à la bactérie Eceh ont été enregistrés,
    dont 188 ont entraîné de graves complications avec le syndrome urémique hémolytique (SUH).
    Depuis vendredi, on a recensé trente personnes DE PLUS contaminées et
    trois personnes connaissant de graves complications. (Belga) (pour 35 MORTS : 34 en ALLEMAGNE et 1 en SUEDE).
    ©AP – Di 12 june, 13 h 43

    ——————————————————————————–
    suivant