La police évacue les «Indignés» français de la place de la Bastille

On évacue les gens, pas les idées……..

Des manifestants français ont occupé la place de la Bastille à Paris le 29 mai 2011 en échos des «Indignés» espagnols qui se révoltent contre les effets de la crise. BERTRAND GUAY / AFP

Ils souhaitaient imiter leurs compatriotes espagnols…

Ils sont un millier d’«Indignés» à avoir tenté d’imiter leurs camarades de Madrid dimanche à la Bastille à Paris, avant d’être contraints en début de soirée de quitter la place emblématique de la gauche française. Après une journée de contestation des institutions et de rêves de démocratie directe, ils ont laissé sans heurts la police évacuer la place vers 21h30, démonter les tentes et faire descendre les protestataires des marches de l’Opéra.

«Paris debout, soulève-toi»

Entamé le 19 mai à «la Bastoche» pour faire écho au mouvement de contestation spontané né le 15 mai à la Puerta del Sol à Madrid, ce regroupement quotidien, jusqu’alors confidentiel, a pris une ampleur inédite dimanche avec un millier de jeunes selon la police et les organisateurs. Le tout dans un ambiance bon enfant, en musique et sous l’oeil de forces de police longtemps discrètes, réunies à quelques mètres de la place.

Mais le goût de l’autogestion et le refus des structures établies n’empêchent pas un minimum d’organisation. Et entourés par un service d’ordre efficace, les orateurs prennent la parole de façon disciplinée pour dire leur rejet des élites poliques. Les cibles privilégiées des manifestants, ce sont le FMI, la Banque centrale européenne, la commission européenne et bien-sûr les dirigeants nationaux.

«Le souverain c’est vous, ce ne sont pas les élus qui adoptent des directives européennes sans se poser de questions. Encore moins les dirigeants de la BCE et du FMI que personne n’a élus», lance une jeune Espagnole Céline Meneses, venue soutenir les militants français. Les banderoles et les slogans sont autant d’appels à une révolte: «Démocratie réelle maintenant», «Paris, réveille-toi», «Paris debout, soulève-toi», «Mai 1968 demandait l’impossible, mai 2011 réalisera l’impossible».

«Notre mouvement est apolitique»

«Tous ces jeunes là réclament la démocratie réelle maintenant. On demande un renouvellement démocratique», assène Juliette, une des organisatrices qui refuse de donner son nom. «Il faut que les jeunes s’investissent davantage et exigent un Etat social contre la précarité et le chômage mais aussi pour les droits des femmes et le logement.»

«Vous avez ici l’expérience de la démocratie participative», renchérit Anastasia Kordomenidi, drapeau grec sur les épaules. «Tout le monde peut parler, donner son opinion, on n’est pas embrigadé par les partis politiques et c’est ce qui est intéressant car notre mouvement est apolitique.»

Militant associatif, Yannick Comenge espère que cette journée ne sera pas un feu de paille: «Nous devons suivre l’exemple des Espagnols, dénoncer la corruption sociale comme ils le font depuis plusieurs semaines.» Ce ne sera toutefois pas forcément place de la Bastille, vidée après quelques jets de gaz lacrymogène de ses occupants contestataires vers 21h30.

© 2011 AFP

source 20minutes

17 commentaires

  • **

    Les gens ont en marre point barre !!!
    ils attendent quoi au gouvernement qu il y ait plus de sang une fois de plus ???
    les gens ne lacheront plus leur objectif
    ils faut savoir perdre mais ils ne l ‘admettenrt pas !!! mdr rien ne pourra changer le reveil des gens RIEN …. alors leur election prochaine est mal barré …

  • ***

    Les gens en ont marre certes, et pas qu’en France, donc on peut remarquer une forme de solidarité à un niveau mondial.

    La question est: pour aller où ? Et c’est là qu’il faut s’informer, pour être crédible, pour créer un réel mouvement, un réel projet de civilisation, de société!

    Dans le cas contraire, tous ces petits mouvements finiront pas se dissiper, par manque de cohésion ou d’identité, et bien dissous dans la douleur grâce à nos amis CRS…

    Rétablissons un système financier juste pour tlm, ainsi qu’un système politique digne de ce nom à la place de cette pseudo « démocratie » (contrairement à sa définition, le peuple n’a jms eu le pouvoir..)

  • vieux bouc

    Cela me rappelle les réunions weight watcher de 68 ! sachez une chose les agneaux l’histoire ne se repette pas

    • Lecteur

      http://www.danger-sante.org/effets-gaz-lacrymogene/

      Le temps chaud et humide accentu l’effet du gaz-lacrymogène en plus…

      Soit disant, tout c’est terminé sans violence, c’est vrai que gazer des pacifistes, c’est pas du tout violent… Les journalistes qui disent ça se sont ils déja pris du lacrymo dans la gueule? Simple question. De toute façon ces CRS n’en ont rien à foutre, ce qui les interesse, c’est de mettre des coups dans tout ce qui bouge, et ce servir de leurs ustensiles de tabassage à la con, ils écoutent jamais rien, appart les ordres débiles qu’on leur donne! Ils seraient prèt à démolire femmes et enfants. Stupide hiérarchie…

  • valerie

    je soutiens fermement le mouvement des indignés, ne craignons pas que cela se dissipe, encourageons nous les uns les autres, sortons , sortons, de notre trou, fermé par leur enclos, nous briserons leurs chaines, si le courage s’empare de nous

    ayez, ayez conscience, qu’un nouveau destin peut nous etre proposé, autre que celui de rester possédé d’un pouvoir malsaint, tres tres malsaint

  • Dr.um

    Non à la violence…. c’est beau, mais sur le papier.
    On en reparlera quand ça vas dégénérer….

    • shalk

      +1
      La non-violence quand on veut agir à ce niveau là, c’est de la masturbation intellectuel.
      C’est beau c’est chaud, mais ça vaut zéro.

      Sans leader, sans fil conducteur, sans orateur, rien ne bougera. On glisse vers un état fasciste, et même si on ne s’en fout pas, il n’y à rien à faire.
      Rien.
      Tant qu’on a quelque chose à perdre, on ne bougera pas.
      Un emploi, une maison, un crédit à assumer,des enfants…

      Tant qu’on ne sera pas prêt à y laisser sa propre vie pour une cause: rien ne bougera.

      Ou alors, tous en même temps. Car nous somme quand vachement nombreux à ne pas être content ! Et tout aussi nombreux à ne pas avoir de cou*****.

      Un mouton enragé reste un mouton. Sans berger il ne vaut pas grand chose.

  • ***

    @ valerie

    « qu’un nouveau destin peut nous etre proposé »

    certes mais n’est-ce pas au peuple de reprendre son destin en main ? et par qui va-t-il nous être proposé au juste ? si ce n’est par le peuple, encore faut-il savoir ce que veut le peuple, c’est-à-dire nous ? car si nous attendons une main charitable du gouvernement je crains que cela ne revienne au même: il faut un projet radicalement différent, mais quel est ce projet? c’est la question que je pose, à moins que ce soit juste pour le plaisir de se faire matraquer.. :)

  • De toute manière c’est inéluctable! On m’a encore dit ce matin que j’étais dingue de croire en ce que je disais, que cela allait péter, que telle ou telle chose allait arriver, des aveugles, ils voient rien et ne veulent rien voir, je passe pour un illuminé, m’en fout, quand ça va péter j’irai pas sécher les larmes!

  • vieux bouc

    Une véritable manipulation de la part d’un maitre en lavage de cerveau !

  • shalk

    Il faudrait qu’au moins, les gens se posent des questions. Qu’ils « doutent ». En masse.
    Qu’ils n’y croient plus. Qu’ils n’attendent plus rien de mieux, que du pire de l’avenir.
    Contrarié.
    Frustré.
    Démoralisé.

    Rassemblé.

    Vindicatif.

    Punaise, mais leurs ouvrir les yeux ! l’Etat n’est pas ton ami ! tu boss, tu consomme, en mauvaise santé si possible (car les médocs, ça rapporte), puis tu vas à la retraite, mais pas trop longtemps. deux ou trois ans, après tu … bref.

    Sympa la vie? non. à vomir. mais tout seul il n’y a rien à faire. A part interpeller: le pétrol. L’or, les banques privés, le pouvoir exécutif de Bruxelles, le $ en chute, la démocratie appliqué de notre cher gouvernement, les impôts, taxes, crédits, le mirage du taux de croissance… il y a de quoi se révolter !

    En fait depuis Balavoine, rien a changer.

  • candide

    Il est devenu trés difficile de faire bouger les français. Impossible de parler. Tout le monde fait l’autruche.
    Mes fils sont à Bastille. L’un a été brulé aux lacrimos. Ils sont jeunes et je crains qu’ils soient surpris par ce qu’il y aura en face d’eux.
    Je vais aller y faire un tour.
    Une maman.

  • valerie

    Mais qu’est ce mais qu’est ce mais qu’est ce qu’on attend pour
    Mais qu’est ce mais qu’est ce mais qu’est ce qu’on attend pour
    Mais qu’est ce mais qu’est ce mais qu’est ce qu’on attend pour
    Mais qu’est ce mais qu’est ce mais qu’est ce qu’on attend pour mettre le feu

  • candide

    INQUIETUDE – des indignés se trouvent près de l’ambassade de Tunisie à Paris, qui est prise d’assaut par des Tunisiens. Les forces de l’ordre ne vont pas tarder à intervenir

  • candide

    En fait, ce n’est pas l’ambassade même, mais un immeuble de l’ambassade (immunité diplo) acheté pour la famille Ben Ali, aux Buttes Chaumont, qui est réquisitionné par des Tunisiens, entre autres. La police tient un siège autour de l’immeuble. Il semblerait qu’aujourd-hui il va y avoir un lancé de sandwichs sur l’immeuble pour que les insurgés se nourrissent.