Gay Pride de Moscou : les manifestants bravent l'interdit

C’est assez extraordinaire cette société qui entend tout régenter,  cette société des bien pensants qui disent, comment penser, se soigner, se comporter, juger de ce qui est bien ou mal et ce, à la place des intéressés. C’est de Russie que nous vient cette info,   il n’est pas besoin d’aller si loin pour assister à des discriminations…Encore des violences en perspectives…..Et si on vivait tout simplement dans une société où on tiendrait compte des individus, de leurs besoins, et pas dans une société envahie de dogmes, établis par des refoulés psychopathes au nom de la bienséance, de la normalité??

Nikolaï Alexeïev, responsable d’un groupe de défense des droits des homosexuels et l’un des principaux organisateurs des Gay Pride de Moscou, lors d’une conférence de presse, en octobre 2010, dans la capitale russe.

REUTERS/Tatyana Makeyeva

Prohibée pour la 6ème année consécutive par la mairie de Moscou, la Gay Pride aura bien lieu dans les rues de la capitale russe samedi 28 mai. Les organisateurs craignent des arrestations et des violences policières.

Cela devient un triste rituel. Pour la 6ème année d’affilée, les homosexuels moscovites défileront samedi 28 mai malgré l’interdiction de la municipalité. Le maire de la capitale russe, Sergei Sobyanin, avait pourtant autorisé l’évènement pour la première fois le 26 avril, avant de se rétracter le 18 mai.

Cette ultime volte-face sonne comme un coup de semonce pour les organisateurs de l’évènement. « Cette interdiction doit être levée, s’indigne le Britannique Peter Tatchell, directeur de la Fondation Peter Tatchell qui participera au cortège. C’est une attaque contre les libertés individuelles, cela menace les droits de chaque citoyen russe. »

« Une oeuvre satanique »

Depuis leur première demande en 2006, les homosexuels n’ont jamais pu manifester légalement, se heurtant au refus de l’ex-maire de Moscou, Iouri Loujkov. Celui-ci avait publiquement comparé la Gay Pride à une « oeuvre satatanique ».

Défiant les autorités, les militants étaient descendus chaque année dans la rue, malgré les arrestations arbitraires et les exactions des groupuscules homophobes d’extrême droite. Le 28 mai 2010, quelques dizaines d’homosexuels avaient pu ainsi manifester à Moscou et brandir le drapeau arc-en-ciel sans subir d’interpellation.

La Russie condamnée par la CEDH

Les organisateurs ne craignent pas moins cette année un regain de violence. « Nous risquons tous d’être arrêtés ou molestés par les forces de l’ordre et les groupes néo-nazis », affirme Peter Tatchell. Un sentiment d’insécurité qui est utilisé par les autorités moscovites pour justifier l’interdiction de manifester. « Les raisons avancées par la mairie de Moscou sont les mêmes chaque année, explique Nikolai Alekseev, directeur de la Gay Pride 2011. Ils dénoncent l’impossibilité d’assurer la sécurité, le risque de perturbations de la circulation automobile, et le nombre de lettres de plaintes reçues. »

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), dans une décision du 21 octobre 2010, a condamné la Russie, estimant qu’interdire la Gay Pride constituait une discrimination et une atteinte au droit de réunion. La CEDH a jugé que l’existence d’un risque de débordements n’était pas suffisante pour proscrire ce « défilé de la fierté ».

Des personnalités homosexuelles britanniques, comme le chanteur pop Jimmy Sommerville, idole flamboyante des années 1980, ont apporté leur soutien à la Gay Pride de Moscou.

source l’express.fr

11 commentaires

  • melany

    Des folles en collant… je déteste ça… Je connais des homosexuels qui vivent ensemble depuis des années, autant ceux-là je les apprécie et partage bien des choses avec eux. Autant, ces gay pride, me font penser à carnaval ! Quels besoins y a-t-il à s’exhiber de la sorte ? Défilé de la fierté ? Elle est bien basse leur fierté ! Les amis homo que j’ai ne se rabaisseraient jamais à devenir la risée de tous en défilant déguisés de la sorte ! Ce sont des mecs, mâles, certes qui prennent bien soin de leur apparence, mais au grand jamais, ils ne se prennent pour des gonzesses ! Ce sont des hommes, homosexuels et ils l’assument parfaitement ! Ils sont discrets comme les hétéros.. Si ce n’est peut être dans leur vie privée, comme les hétéros se parent aussi de costumes érotiques (soubrette, mère noël et j’en passe) Il y a des limites au ridicule et ces gay pride les dépassent largement ! Le couple d’homo qui vit dans notre village, est pourtant bien connu et très appréciés, ils ne se cachent pas, mais ils ne s’exhibent pas non plus ! Et quand on leur parle de la gay pride de Zurich, ils deviennent sarcastique, désagréables et ne soutiennent en aucun cas ce carnaval de bas étages !

  • Je comprends que ça ne serve pas la cause des homos, j’ai aussi de charmants amis, qui sont discrets et n’accepteraient pas de s’exhiber de la sorte. Est une raison suffisante pour interdire? il y a aussi je pense de la provocation, car dans leur vie de tout les jours, ils doivent être un peu plus discrets.
    Sans parler de ces cas extrêmes, il serait bien de tenir compte des individus sans les mettre à l’écart.

    • melany

      Je ne sais pas si « interdire » est une bonne chose, mais, personnellement, je n’apprécie pas qu’ils s’imposent de la sorte dans les rues… Ils ne respectent pas la liberté de ceux qui n’aime pas ces exhibitions…Habiter dans les rues ou ils passent, à part déménager, difficile de les éviter ! Alors que le respect est valable pour tous, les enfants n’ont pas à voir certaines choses… parce qu’il y a un âge pour tout ! Alors dans ce cas, oui, interdire pour « protéger » un regard innocent.. ça en vaut la peine ! Mais dans le fond,si ils veulent se donner en spectacle de la sorte; ils finissent par se discréditer, regardez aux abords d’une gay pride le regard des foules…. dans de bien des cas, vous y constaterez de la pitié, de la dérision, voir du dégoût… ! Alors, laissons-les faire… La vulgarité n’a jamais tué personne, mais elle tue dans le temps les manifestations qui en sont empruntes ! Surtout que cette manifestation ne leur apporte rien du tout ! Ce n’est pas ce qui va modifier leur intégration de couple dans la vie quotidienne, bien au contraire ! Et puis pour moi, c’est un peu à l’image de notre société… la liberté à tout prix.. mais quel en est vraiment le prix et qu’est-ce que la vraie liberté ? Ne dit-on pas qu’elle s’arrête là ou commence celle de l’autre ? Il semblerait que eux revendiquent une liberté au détriment de l’autre sans aucune remise en question ! Il est juste dommage pour ceux et celles qui ne partagent pas le goût pour l’exhibition d’être automatiquement associés à ceux qui les ridiculisent !

      • Lecteur

        « Et puis pour moi, c’est un peu à l’image de notre société… la liberté à tout prix.. mais quel en est vraiment le prix et qu’est-ce que la vraie liberté ? Ne dit-on pas qu’elle s’arrête là ou commence celle de l’autre ? »

        En y songeant, je me dis que c’est peut être du grand n’importe quoi cette phrase (« la liberté des uns s’arrète là où commence celle des autres »), parce que cela veut tout de même dire que l’on ne peut tous que commencer à être libre, sans pouvoir être libres ensemble et en même temps, avec pour seule réelle liberté de rêver de l’être un peu plus…

        Et si c’était plutôt: « La liberté des uns existe, là où elle ne perturbe pas celle des autres »?

        On se sent parfois enfermés par les autres, car ils sont tous différents de soi, parce qu’on est tous différents les uns des autres, mais on vit en communauté, alors on comunique, et donc nous sommes en mesure de trouver des libertés communes, qui ne perturbent pas celles de chacun. Nous possédons la capacité, par la communication de trouver, toutes les libertés qui ne s’arrètent pas la ou commence celles des autres.

        Par exemple, à l’instant présent, la liberté de vivre ne s’arrête pas la où commence celle des autres ; nous pouvons tous vivre en même temps, c’est la mal-communication, les imperfections de notre système, le temps, le hasard, etc… Qui empèchent la survie des uns, et prolonge la vie des autres. Si l’on s’en tient à la célèbre phrase, lorsque les uns commencent à vivre, les autres arrêtent de vivre…

        Or, il y a plus d’humains qui commencent à vivre que d’humains qui arrêtent de vivre. La liberté d’imaginer, ne s’arrête pas là ou commence celle des autres non plus, c’est le bourage de crâne des uns, qui inhibe l’imagination des autres, et tout le monde sait que l’on peut imaginer avec quelqu’un d’autre que soi. Dailleurs, ce cas semble s’opposer à notre grande citation, puisque la liberté d’imagination des uns, offre une liberté d’imagination encore plus vaste aux autres.

        Le problème dans tout ça, c’est la loi du plus fort, et comme tu le dis, tu vas pas déménager pour éviter la gay pride. Après, faut savoir qu’à la base c’est une commémoration de 69, année durant laquelle les flics New Yorkais étaient encore autorisés à tabasser les gays. Je dis bien à la base…

        Bon allé, j’arrète de palabrer! ^^

      • melany

        -En y songeant, je me dis que c’est peut être du grand n’importe quoi cette phrase (« la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres »), parce que cela veut tout de même dire que l’on ne peut tous que commencer à être libre, sans pouvoir être libres ensemble et en même temps, avec pour seule réelle liberté de rêver de l’être un peu plus… –

        J’ai pensé pareil… Tout le monde peut revendiquer une liberté x, y ou z.. même celle de se droguer en pleine rue, de faire des manifestations pour la libération du marché de la cocaïne etc, de se mutiler et j’en passe sans que qui que ce soit ait à y mettre son grin de sel…c’est pour cela que je me demande et que je vous demande à vous qui avez pris la peine de cogiter sur le sujet….ce que c’est que la liberté ?

        Maintenant, si le fait de ne pas autoriser une gay pride, la prostitution à même la rue, les tenues dénudées à outrance dès les primaires à l’école; l’exhibitionnisme en pleine rue en tout temps etc. la liste du style est longue…c’est ne pas être libre… ben va falloir sérieusement revoir notre copie et établir si notre société est prête à accepter toutes les conséquences d’une liberté sans limites et l’assumer !

        Je pense plutôt que l’anarchie règnerait très vite ! Par conséquent, pour moi, être libre est une notion… d’ensemble… et non pas nombrilique !

        Vivre en société, ce n’est pas possible sans des règles bien définies…Des valeurs morales, éthiques etc… Mais il y en aura toujours qui voudront repousser les limites de cette liberté d’une manière totalement égocentriques ! Celles que j’utilise, permet à tous de vivre tranquillement les uns avec les autres… me permettent de me sentir libre tout en respectant certaines limites afin de ne pas perturber, déranger ou voir même agresser les autres…

        Comme je le dis plus haut, il s’agit avant tout de modération et de bon sens !

        Il est vrai qu’à ce jour, la liberté à perdu son sens initial ! C’est dommage que si peu ne savent pas qu’être libre, c’est avant dans sa tête !!! Tout comme il est évident, que de tabasser des gay, des noirs, des musulmans tout être vivant, animal ou humain est indigne d’une société libre !

      • Lecteur

        Tout dabord, je suis ravi de pouvoir parler de ce sujet avec quelqu’un :)

        Pour mon opinion, la liberté ne se dit pas vraiment la liberté, je parlerais plutôt de telle ou telle liberté, des choses que rien ne nous empèche de faire, d’être, ou d’avoir, je suis libre d’écrire ce commentaire, je suis libre d’être ici, et je suis libre d’avoir un clavier pour pouvoir le faire… (du moins pour l’heure ^,^)

        Je pense qu’il y a des libertés, mais le mot liberté, en lui même, ne me signifie rien quand j’y pense au sens global du terme, vivre objectivement en liberté est une utopie, car liberté ne veut rien dire (dans le sens objectif).

        Est ce avoir des libertés? Est ce avoir une liberté? Est ce avoir toutes les libertés?

        Prenons le premier cas :

        On peut avoir des libertés, sans pour autant se sentir libre (ex : les esclaves « avaient » des libertés, bien que très restreintes), ou on peut avoir des libertés en se sentant libre (ex : les stars), et il y a toutes les autres possibilités au niveau de la sensibilité des gens par rapport au fait de se sentir libre, et au niveau de la quantité de libertés estimée subjectivement. Enfin bref, cela ne peut pas définir le mot liberté, puisqu’il y a dans cette catégorie des gens qui ne se sentent clairement pas libre, et justement le fait de se sentir libre est purement subjectif, et ne peut donc pas définir objectivement la liberté.

        Prenons le second cas :

        Il est impossible pour un humain de n’avoir qu’une seule liberté,
        il ne pourait donc pas inventer un mot par rapport à quelque chose qu’il n’a jamais vécu, ni imaginé. :)

        Prenons le troisième cas :

        Il y a une quantité infinie de libertés, donc dans ce cas, nous ne savons pas ce qu’est la liberté, même si certains prétendent le savoir, ceux ci sont des cas bien définis, ce sont ceux qui se considèrent comme des Dieux, et Dieu sais s’ils ne sont pas recommendable ;)

        Donc voila, on peut définir ce qu’est UNE liberté, mais pour ce qui est de LA liberté, chacun son sentiment…

        Ensuite, au sujet du reste de ton commentaire, je pense que c’est avant tout un problème (et donc une question) d’éducation ; comment éduquer notre société? Ceci concerne les valeurs, et demande donc de la sagesse, et de nos jours la sagesse hein! Où elle est?

        (…)

        Honnêtement, elle disparait au même rythme que notre nature, alors le bon sens et le savoir vivre tiennent sur des bases de plus en plus fragile, c’est certain. Mais je trouve qu’au fond ce serait dommage qu’un évènement tel que la Gay Pride soit interdit, car à la base cela par d’une commémoration, en même temps, si les gens étaient bien éduqués, ils se respecteraient mutuellement, mais ce n’est pas le cas, alors il faut trouver des solutions qui arrangent tout le monde, mais notre système n’est pas égalitaire, ni équitable, et ça c’est le combat du peuple.

  • Rantanplan

    idem : ça fait juste partie des idiots utiles pour diviser les sociétés contre elles-même et coûter du pognon… ça a été théorisé par les mêmes esprits malades anglos-américains depuis 40 ans…

  • Je suis d’accord c’est évident, je n’ai jamais assisté à une gay pride, j’ai dû voir un cortège à la télé et ça ne m’a pas emballée des masses, je pense que c’est juste pour le *défilé*, pour *appuyer* leur cause.
    J’ai du mal à imaginer ces excentricités dans la vie courante car comme tu le dis, ça discrédite ceux qui ne s’affichent pas ostensiblement.
    Au delà de l’image *folle de Chaillot*, tu sais bien qu’il y a des homophobes qui n’hésitent pas à tuer, les exemples d’agressions chez nous, ne manquent pas, et en Russie les gays sont très mal vu, ils sont la cible de groupes néo-nazi, le pouvoir en place les ignorent et ne les défend pas.. etc!
    Pas facile d’être différents et surtout de le faire admettre et accepter, dans certains pays c’est la condamnation à mort, c’est surtout cet aspect qui est dénoncé.
    Quand aux exhibitions elles n’ont pas lieu tout les jours, quand à la morale de tout ça c’est un autre débat qui implique un jugement personnel, sur des comportements où des choix de vie considérés comme déviants par certains, et normaux par d’autres. Personne ne détient la vérité, ça existe, ça fait parti de la société, les interdits et la violence ne servent pas à grand chose.

    • melany

      Je comprends votre point de vue, mais il ne s’agit pas là de définir si telle chose est déviante ou pas.. Loin de là mon intention….Et c’est certain que la violence est totalement inutile, voir régressive dans tous les cas… Mais si les homosexuels veulent revendiquer leur liberté de vivre en couple homo, ne peuvent-ils pas le faire vêtus de façon correcte ? J’ai vu des costumes sado-maso dans une de ces manifestations (hé oui, avant d’en parler, j’ai voulu voir ce que c’était) Est-ce qu’ils ont besoins de simuler des masturbations sur des chars ??? Est-ce que les autres manifestants pour d’autres causes le font de la sorte ? Non je ne crois pas….On peut tout à fait manifester et je serais la première au premier rang d’une manifestation défendants les homosexuels et leurs droits dignes à la vie et au partage avec le partenaire de leur choix…Pour autant qu’ils au pire vêtu d’un jeans et d’un T-Shirt.. Je ne sais pas si en Russie, toutes les manifestations sont traitées de la sorte… Mais la violence à d’autres visages… et personnellement, lorsque j’ai vu ce couple d’homo en sado-maso, je n’y ai rien vu d’autres que de la violence…Alors que chacun mette de l’eau dans son vin et tout ira pour le mieux !

  • Je comprends tout à fait, ton point de vue et certaines agressions visuelles sont plus violentes qu’un coup de poing! mais s’il n’y avait personne pour les regarder, ils n’auraient aucunes raisons de se déchainer de la sorte en public.
    Ce que tu racontes, me fait penser à des animaux qui mordent, quand ils n’ont plus d’autres choix……c’est bien triste, mais répondre par la violence, c’est le serpent qui se mord la queue, on en sortira pas.

    • melany

      tu as raison…mais ne crois-tu pas que ceux qui revendiquent quelque chose devraient être les premiers à le faire sans violence ? quelle qu’elle soit ?