Voulez-vous recevoir une subvention européenne?

Ou comment toucher le jackpot en encaissant l’argent des contribuables dilapidé de manière plus que généreuse par l’Europe! Nombre d’associations plus ou moins utiles touchent des subventions européennes, l’argent partant dans tous les sens alors qu’il pourrait être bien plus utile ailleurs! Je serait malhonnête, je ferai de ce blog une association « d’éveil des classes sociales difficiles et de réconciliation entre les générations et les cultures pour un changement positif de la société« !

http://www.observatoiredessubventions.com/wp-content/uploads/fraudes-subventions-europe-ue.JPG

Rien n’est plus simple : suivez les conseils de Nicolas Lecaussin. Les quatre fonds européens distribuent 25 milliards d’euros, et la liste des heureux bénéficiaires en dit long sur la façon dont l’argent des contribuables européens est dilapidé.

Dans une précédente Lettre d’information, l’IREF s’interrogeait sur les dépenses inscrites au budget européen, et citait plusieurs rapports alarmants sur le manque de contrôle de l’argent des contribuables. Après l’examen du budget, L’IREF s’intéresse maintenant aux fonds européens et les conclusions sont tout aussi déprimantes.
Il existe quatre grands fonds européens : Le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), le Fonds européen pour la pêche (FEP), le Fonds social européen (FSE)…

Le FEADER est l’instrument financier de la Politique Agricole Commune (PAC). Il finance les programmes de développement rural autour de 3 axes : la compétitivité des secteurs agricoles, forestiers et agroalimentaires, l’environnement et la gestion de l’espace rural, la qualité de la vie et la diversification des activités en zone rurale. Un quatrième axe, intitulé LEADER, permet de soutenir des « projets de territoires ».
Le Fonds européen de développement régional (FEDER) est un des instruments financiers de la politique de cohésion de l’Union européenne de l’objectif « Compétitivité régionale et emploi » dont la visée est de : Renforcer la compétitivité et l’attrait des régions européennes en soutenant l’innovation, la société de l’information, l’esprit d’entreprise, la protection de l’environnement et la prévention des risques et de favoriser l’emploi, développer la formation et l’insertion professionnelle et lutter contre les discriminations. Le rôle du FEDER est de promouvoir l’investissement et de contribuer à réduire les déséquilibres entre les régions de l’Union européenne.
Le FSE (Fonds social européens) est le principal outil financier de l’Union européenne pour la mise en œuvre de la stratégie européenne pour l’emploi. Il contribue ainsi au renforcement de la cohésion économique et sociale des régions européennes.
En France, environ 60 000 projets reçoivent le soutien de l’Union européenne pour un montant de plus de 25 Milliards d’euros.
6.000 projets en Ile de France
Concernant l’Ile-de-France, 6 600 projets reçoivent presque 2.5 Milliards d’euros, environ 10 % du total. Nous avons regardé de plus près la liste des Franciliens bénéficiaires. Il faut dire d’emblée que cette liste étant très longue, il est très difficile, voire impossible, de les contrôler tous. L’utilisation de l’argent accordé n’est donc que très partiellement connue… Sur les 6 600 projets subventionnés, 2076 reçoivent une somme allant de 100 000 à 1 000 000 d’euros à travers les deux fonds européens du FEDER et du FSE. Certains projets profitent des deux…
Parmi les heureux élus (associations, syndicats, entreprises…), voici un bref aperçu – très partiel – de quelques-uns d’entre eux :

– L’orchestre de joysticks d’Ivry sur Seine ;
–  Classe Virtuelle numérique et collaborative d’Issy les Moulineaux (+ de 300 000 euros reçus en 2010) ;
– Linguistic Meta Educational engine de Paris (150 000 euros) ;
– Projet Accueil Parents Enfants en Massif Central de Paris (+ de 600 000 euros) ;
– Association Femmes actives ;
– Chantier d’insertion Navigation douce, Ecorives de Choisy le Roi ;
– Association Alter’Egaux de Créteil (+ 160 000 euros) ;
– Association le sport, outil d’insertion sociale et professionnelle (+ 150 000 euros).
Pour d’autres régions voisines, la liste est également instructive, par exemple :
– Création d’une cellule d’intelligence économique ADIT Champagne-Ardenne (+ 300 000 euros) ;
– Favoriser l’accès au Congé Individuel de Formation en Champagne Ardenne (+ 100 000 euros) ;
– Favoriser l’accès au congé individuel de formation en Alsace (+ 100 000 euros) ;

– … et ainsi de suite.

La liste continue avec d’autres exemples au moins aussi farfelus. De toutes façons, si vous souhaitez obtenir des subventions européennes, sachez que rien n’est plus simple. Il suffit de monter un dossier en insistant sur le côté « social » de votre initiative. Impossible de ne pas obtenir ne serait-ce que quelques dizaines de milliers d’euros. Le problème c’est que le cas français montre que plus on agit pour « l’insertion et le social », plus on dépense l’argent des contribuables et moins on obtient de résultats…

Source: irefeurope.org

6 commentaires

  • Mais qui monte ce genre de business associatif en vue de taper des subventions ,aux mairies, aux départements, aux régions… et bien sûr le jackpot à l’UE, si ce n’est des personnes instruites, sorties de leurs cité universitaires qui en compagnie du petit guide de montage pour association subventionnée savent très bien bien qu’il faut taper dans le social, l’humanitaire et l’insertion… Cet argent qu devrait aller directement dans la poche des pauvres et des nécessiteux plutôt que dans celles de petits ambitieux aux caractères de fonctionnaires pensant faire le bien derrière un bureau en s’allouant de bon salaires. Peu importe le résultat, mais quand même bialn et rapport annuel sont obligatoires, donc pourcentages et autres petits camenbert en couleurs pour faire joli et surtout pour que le business perdure…
    Alors, voilà une idée ppour celui qui passe et qui souhaite touché le jackpot européen.
    Fabriquer des cercueils en sapin pour concurrencer les pompes funèbres et vendre cette production aux indigents. Quitte à brûle du pognon dans un incinérateur autant que cela flambe à moindre coût. Why not doc? Mais le fond de l’idée pour être sûr de toucher, c’est de faire travailler des exclus, chômeurs de longue durée, RSA, handicapés c’est à la mode…
    Oui les faire travailler par des caisses en tous genres tout en leur offrant une formation!!!
    Et oui, une formation en menuiserie, ou en ébénisterie… Elle est pas belle la vie… Tout est bon pour prendre du fric même l’humanitaire. C’est dégueulasse, alors on va pas cracher sur tous les travailleurs sociaux mais il y en a qui mérite d’être remis à leur place.
    Alors l’idée, sérieuse ou pas, celui qui la prendra fera lle jackpot. Idée libre de droit bien entendu. Allez au boulot tas de purée!!!!

  • Gandhiji

    Pfffff … Je viens de Marseille : des dizaines & des dizaines d’assos « sociales » qui n’existent même pas, sinon pour détourner des sommes colossales. Dans le meilleur des cas, « le social » a t’il une autre utilité que créer des emplois ? Une fois que les politiques se sont LARGEMENT servis, que les salaires & les locaux sont payés … il ne reste plus grand chose pour « LA CAUSE » !!!

    • C’est pour cela qu’il faut rélamer une allocation universelle, versée à tous, sans considérations des ressources et de l’origine sociale, pour permettre une existence sociale digne, hors de l’état de pauvreté, afin de réaliser les aspirations et les priorités de chacun en matière d’alimentation, d’habillement, de logement, d’équipement du logement, de transport, de santé, de loisirs…
      Pour ce faire une petite idée de ce qu’est le principe de l’allocation universelle, voici un lien à lire et à faire circuler: http://www.inegalites.fr/IMG/pdf/Van_Parijs-2.pdf

  • SuperBird

    il y a vraiment quelque chose de pourri dans le fruit ,
    souhaitons que tout ça soit bientôt l’objet d’un bon nettoyage en règle, et on verra que du fric il y en a , il y en a même plein , mais qu’il se doit être utilisé de façon pragmatique et constructive , pas pour engraisser les petits escrocs bien pensants et leurs copains politicards , car ne nous y trompons pas il ya toujours une « bienveillance » politique qui n’est pas loin de toutes les associations loi 1901 qui ne sont en fait que des officines pompes à fric , et dans lesquelles les 2 ou 3 gérants se beurrent avec les subventions , les guignols qui vient faire un tour dans l’assoce ne sont eux que des naïfs manipulés , qui de par leur présence et leur petite participation servent )à justifier le fonctionnement de l’association aux yeux des autorités ….C’est quand même remarquable que l’on a commencé à voir fleurir les « associations loi 1901 » , à partir de 1981 …..

  • buldbul

    Cela me rappelle une emission de tele il y a quelques années qui avait epluché la liste des subventions accordée par l’etat français à des associations l’année precedente.
    Ils etaient tombé sur une somme tres forte (de l’ordre de centaines de milliers de francs) pour une association de Tennis de Table dans un patelin.
    Poussant l’enquete en allant interroger le president de cette toute petite assoc de quartier, ce dernier avait fait des eux ahuris quant on lui a annoncé la somme.
    Donc les subventions multiples ‘pompes à fric’. Detournement directs (comme celui trouvé par hasard ici), assoc agrées avec des salairies ‘copains’ aux emoluments confortables, etc…
    PS l’emission en question a ete depuis remplacée par une tele-realité « radio crochet », ouf ! :-)

    • Parlez de subventions, de détournements et d’associations… sans tomber dans le populisme à la  »pernaud », ce pourfendeur des dépenses publiques est très délicat. Mais auoiqu’il en soit, l’article du jour dénonce les abus en France, pays dit de droit alors pour contrôler ce qui se passe dans toute l’Europe, il ne faut pas se leurrer, c’est impossible.
      Non seulement, cert article soulève le problème de personnes qui font dans l’associatif non pas pour aidé les autres mais parce qu’ils sont malins et ne veulent profiter que des failles d’un système et d’une masse de travailleurs sociaux bien content de faire lur beurre sur le dos de la misère.
      C’est le même principe de l’ANPE (assocaition) qui est chargé en autre de résoudre le problème du chômage mais qui finalement préfère en vivre.
      Et cet article soulève, le problème de la construction de l’UE avec toutes ces instances supranationales et non démocratiques imposées aux peuples en passant outre des nons qui ont été pronocés aux référendums Français, Irlandais et Hollandais et n’en pas douter les anglais et bien d’autres auraient suivi.
      Cette machine européenne qui comme toute les machines impériales nepeut contrôler tout son teritoire dans les moindres détails et pl’on vous dira ensuite qu’il faut contrôler les contrôleurs… absurdité sans nom.
      Oui la France reçoit des subventions européennes mais elle est depuis toujours un contributeur net, c’est à dire quelle donne de la solidarité donc de l’impôt tiré sur le travail des français, donc contibuteur net plus d’imposition et un solde négatif en retour en ce qui concerne les subventions.
      Empilement des entités administratives ne conduisent qu’à des abus en tout genre, Il est grand temps de faire le ménage et de revnir à l’échelon des Etats-Nations pour une Europe de la coopération et non pas un fédéralisme collectiviste.
      Encore un sujet qui divise sur la conception européenne et sur les vocations de plus en plus nombreuses d’associations subventionnées pour l’intérêt de quelques âmes charitables qui le deviendrait à moins si leurs actions étaient foncièrement bénévoles. Il n’y aurait plus grand monde au portillon.