LaRouche : "Les conditions d’un effondrement de l’Europe sont réunies"

C’est la fin, nous y sommes presque! Le glas sonne depuis longtemps une marche funèbre pour la finance mondiale et pour ceux qui ont ouvert les yeux, le crash total, l’apocalypse financière comme l’appelle Pierre Jovanovic est imminente! Préparez-vous, faites des réserves, ayez un plan de secours, nous fonçons vers le mur et avons dépassé le dernier virage, ce n’est qu’une ligne droite sans obstacles qui se présente maintenant à nous!

http://thumbs.dreamstime.com/thumblarge_346/1229724117B4T3rE.jpg

20 avril 2011 (Nouvelle Solidarité) – Alors que les émissaires du triumvirat monétariste UE-FMI-BCE sont à Lisbonne pour imposer un « plan d’aide » au Portugal, la crise de la dette se propage à l’Espagne où les taux d’intérêt poursuivent leur inexorable hausse. Avec la Grèce sur le point de faire défaut sur sa dette souveraine, les banques allemandes, françaises et britanniques sont au bord du gouffre. Dans le même temps, le dollar est lui aussi attaqué par les agences de notation et le FMI lui-même. Lors de sa conférence internet de mardi soir, l’économiste américain Lyndon LaRouche a mis les choses au clair :

« La menace d’un effondrement général en Europe est imminente. Certes, on ne peut prévoir une date à laquelle tout va s’effondrer, mais les conditions de cet effondrement sont réunies. Ne vous basez pas sur la lecture des évènements et des statistiques, mais sur les conditions d’ensemble : par exemple, l’élection finlandaise a déclenché une réaction en chaîne, fait courir un frisson dans toute l’Europe. Le referendum islandais à montré la véritable ligne de fracture. La Grèce est au bord du plongeon, le Portugal aussi. Un effondrement en chaîne de l’économie a lieu en ce moment même, dans le monde entier. L’on voit ces dépréciations : certaines banques, certaines institutions, sont en train de couler la valeur du dollar américain et d’autres monnaies de par le monde.

« Ce système s’effondre, la preuve est là. Les personnes informées aux Etats-Unis le sentent et le savent ! Mais elles ne font rien pour l’arrêter. Le sursaut vient essentiellement de la génération qui a entre 25 et 45 ans ; c’est de là que vient le ferment de grève de masse que l’on voit à l’œuvre ici dans le soulèvement des enseignants et des étudiants, et qui est un reflet du processus de grève de masse démarré de l’autre côté de l’Atlantique, en Tunisie et en Egypte, et qui se poursuit encore.

« L’effondrement de la valeur estimée du dollar, accompagné d’une série d’effondrements en Europe, nous indique que nous sommes au bord d’une désintégration hyper-inflationniste. Ça a déjà eu lieu ; rien ne sert de parcourir la une des journaux, lisez plutôt sur le visage de vos voisins lorsqu’ils vous parlent de leur travail ou des prix alimentaires. »

Dans la suite de son discours politique, il a insisté sur les deux mesures d’urgence qui permettront d’incarner un sursaut : d’abord, virer Obama qui n’est qu’un relais de la City et de Wall Street, et qui entrave toute tentative de changement, et surtout rétablir la loi Glass-Steagall de Franklin Roosevelt sans laquelle les Etats-Unis et n’importe quelle nation ne pourront être sauvées.

Source: mediapart.fr

http://thumbs.dreamstime.com/thumblarge_344/1229402849h08JSt.jpgQuand aux banques, plus ou moins responsables de la situation actuelle, combiné avec leur avidité sans fin au détriment de toute morale et intelligence, elles sont en première ligne, nous allons assister à leur agonie, peut être un peu jubilatoire sur le moment, mais cela ne durera qu’un temps. Elles sont actuellement prêtes à tout pour survivre, quitte à escroquer leurs clients, à mentir à ceux qui les écoutent, les plus coupables ne sont pourtant pas ceux qui sont condamnés.

La banque suisse UBS vient d’être attaquée aux Etats-Unis pour avoir facturé des frais de garde de lingots fantaisistes. « Fantaisistes » pour ne pas dire malhonnêtes. Il semble en effet que les lingots en question n’aient jamais existé.

De mai 1984 à novembre 2007, UBS a facturé 25 $ chaque mois à un trust américain, une société qui gère des actifs, pour la garde de lingots d’argent. Le trust croyait ainsi posséder 1 000 onces d’argent (une trentaine de kilos). Les lingots en question n’ayant en fait jamais existé, les frais de stockage semblent aujourd’hui relativement chers. En novembre 2007, UBS avait même décidé de doubler ses frais de garde. On ne soupçonne pas le coût de l’imagination dans le secteur bancaire.

En 23 ans, le trust a donc versé plus de 8 000 $ à UBS pour conserver dans ses coffres des lingots d’argent fictifs. L’arnaque a mis longtemps à être découverte. D’ailleurs, UBS n’était pas la seule à procéder ainsi. Morgan Stanley a subi une plainte similaire en 2004. La banque avait été amenée à payer quatre millions de dollars.

Le trust a porté plainte pour récupérer la somme mais, surtout, pour dénoncer l’opacité des pratiques bancaires d’UBS. La banque suisse a en effet poussé son client à lui confier de l’argent, en lui promettant d’investir avec. Sauf que le client n’a absolument rien reçu en échange. Tout passait par la confiance. Et en facturant des frais de garde, le client était persuadé de posséder des lingots.

L’affaire a révélé une autre ficelle d’UBS. La banque a bien acheté des lingots avec l’argent du trust, mais des lingots « non alloués ». Ainsi, la banque disposait de l’argent pour spéculer en Bourse et conserver 100% des éventuels gains. Le plus grave, c’est que le client n’aurait jamais pu récupérer son bien en cas de faillite de la banque.

Attendez-vous à faire la queue pour récupérer votre or
Ce risque ressemble de plus en plus au risque pris avec les dépôts classiques. Chaque établissement financier ne garde que 3% à 4% des dépôts de ses clients en argent liquide. Quand le système vacille, les clients se ruent sur les guichets. Seuls les premiers réussissent à sauver quelques billes.

La méthode est en passe de se reproduire avec les métaux précieux. Attendez-vous donc à faire la queue pour récupérer vos lingots au prochain coup de Trafalgar boursier.

L’ironie de cette tendance est que les investissements dans les métaux précieux sont supposés justement nous protéger des risques sur les actifs « papier ».C’est bien là que le bât blesse. Les banques sont devenues des menaces même pour les actifs qui sont censés nous protéger.

L’ultime recours : si vous souhaitez posséder des lingots de métaux précieux, il est impératif de les sortir au plus vite du système bancaire. Quand les gouvernements décideront de confisquer les lingots et que les banques seront sans le sou, vous aurez encore le choix d’agir à votre guise.

Source: moneyweek.fr

Bien sur certains se fient aux marchés au niveau de Wall Street, se disant que si WS se porte bien, alors le monde peut encore tenir, la vie continue, malheureusement, la bourse new yorkaise ne se porte pas tellement bien, elle se raccroche à ce qu’elle peut, aux marchés porteurs qui sauvent les apparences comme le domaine des technologies informatiques, mettre en avant ce qui va bien pour détourner l’attention vers ce qu’il se passe:

Sous pression en début de semaine consécutivement à l’avertissement de S&P sur la dette des États-Unis, Wall Street se reprend nettement ce mercredi, après d’excellents résultats trimestriels des entreprises cotées. Intel, IBM et Yahoo! ont atteint ou dépassé le consensus et soutiennent ce jour la cote technologique. Wells Fargo, Altria, AT&T, Juniper, VMware, EMC, United Technologies et bien d’autres ont également publié, en attendant Apple, Amgen ou Qualcomm ce soir. Le DJIA bondit actuellement de 1,51% à 12.453 pts, tandis que le Nasdaq flambe de 2,06% à 2.801 pts.

Article complet sur actufinance.fr

http://www.anunews.net/blog/wp-content/uploads/2010/04/aa-financial-crisis-dominos-good-one.jpg

Il ne faut pas oublier que les marchés sont manipulés, certains cours « montés au cric » pour éviter une chute précipitée, et si nous prenons en compte le fait que les bourses fusionnent toutes entre elles, c’est le début de la finance mondiale poussée à son paroxysme, et si WS tombe, les autres suivent, si les autres suivent, les banques suivent, et l’effet domino sera lancé. Les apparences cachent un cimetière financier en cours de finition, à nous de trouver de quoi fleurir le tout pour que notre avenir ne soit pas aussi triste que celui des grands financiers de la planète…

Merci à Philippe pour son e-mail qui m’a permis un tel article.

12 commentaires

  • GILIS

    Merci pour les compliments et pour les renseignements supplémentaires.

  • shrek117

    Cela fait un certain temps que l’on nous dit que la crise de 2008 ne serait qu’un amuse-bouche comparé à la suivante. le fric encore le fric toujours le fric. dire que ce n’est rien d’autre que de l’encre et du papier et même parfois un code binaire écrit dans un disque dur. C’est nous qui l’avons crée le sacro-saint pognon et il va nous mettre à genoux. faut rire ou pleurer? C’est dramatique tout de même se que l’humain parfois peut être niais.

  • oh pas que parfois … le mouton est con !!!

    mon blog : http://lejournallibre.wordpress.com/

  • frenchprepper06

    C’est vrai les derniers avertissements qui nous viennent des USA ( Wide awake radio, Collapsenet.com, Demcad, Gerald Celante et bien d’autres) jaugent l’effondrement financier en termes de mois maintenant. Je ne vais pas en rajouter une couche en conseillant une fois encore de se préparer mais en signalant que la chose pourrait arriver brutalement. En effet tout ou presque est soumis à un seuil ou une masse critique, un point de saturation ou les choses basculent et passent soudainnement d’un état à un autre. Un peu comme le bord d’une rivière dont on sait que sous le niveau de l’eau il est raviné jusqu’au jour ou il s’effondre. C’est ce qui est arrivé à l’ex- URSS. La crise est arrivé comme un orage d’été en montagne…En ce qui nous concerne une dégradation soudaine et massive commence à se faire entendre. Mon premier souci n’est pas tant l’hyperinflation des produits alimentaires et son cortège de misère et de dérèglements de nos sociétés qu’elle va engendrer mais les guerres qu’elle pourrait créer. Jamais l’idée d’une troisième guerre mondiale ne m’a parru aussi peu absurde!

    • A l’heure actuelle, j’ai moins peur d’une 3ème guerre mondiale à « perpette les olivettes » sur la planète qu’une guerre civile directement en France! Si tout se casse la figure, les gens vont être prêts à tout pour se nourrir et nous risquons de voir le pire arriver pour seulement un paquet de sucre ou une tranche de pain! Le monde est fou, à l’heure actuelle nous avons des mémés de 80 ans agressées (quand ce n’est pas tuée) pour leur sac à main, alors pour manger le jour ou le système économique sera mort et qu’on ne pourra plus acheter à manger…….

  • frenchprepper06

    On est bien d’accord la-dessus Benji et c’est ce que je veux dire en parlant de ‘dérèglement de nos sociétés. Mais on voit déjà les conséquences de l’effondrement de certains pays ou de certaines societes sur la géopolitique mondiale. La Lybie en est le parfait exemple. Ca part d’une émeute de la faim et ça se termine par un conflit géopolitique. En cas de guerre civile ça ne serait vraiment pas beau et ce serait en tout cas le prélude au pire.

  • crieron

    en ce qui me concerne,nous sommes en plein dedans: »3ieme guerre mondial »,ce n’ai pas une guerre officiel,comme on l’imagine mais pourtant bien réel!
    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre les Etats-Unis. Une guerre permanente, économique, une guerre sans morts. […] Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre à mort. »

    François Mitterrand (1916-1996), Ex-Président Français. Commentaire lors d’un entretien privé avant sa mort, cité dans le Courrier International du 13 Avril 2000.(aujourd’hui et grace a sarkoland, nous somme a notre insu devenue un état des état unis! tous le reste n’ai que poudre au yeux et show télévisé!et effectivement une guerre civil ai bien plus a craindre….