Liberté d'expression sur Internet : la France placée "sous surveillance" par RSF

Avec toutes ces nouvelles, on passerait presque à côté de celle là!

RSF épingle notamment la loi Hadopi, censée lutter contre le téléchargement illégal.AFP/THOMAS COEX

 

La France a fait une entrée remarquée, samedi 12 mars, dans la liste des pays placés « sous surveillance » en matière de liberté d’expression sur Internet, par Reporters sans frontières. « Il est important pour nous de regarder les pratiques des pays répressifs, mais aussi ce que font nos démocraties, et en l’occurrence il y a un certain nombre de choses qui nous ont inquiétés sur la France », a résumé, lundi à l’Agence France Presse, Lucie Morillon, responsable du bureau Nouveaux Médias à Reporters sans frontières (RSF).


« Evidemment la France n’est pas la Chine ni l’Iran, il faut garder la mesure de tout cela. Mais on se posait depuis plusieurs mois cette question de placer la France sous surveillance », souligne-t-elle. Chose faite depuis ce week-end, la France fait partie des seize pays placés « sous surveillance » par l’association, alors que dix autres (comme la Chine, l’Iran ou Cuba) sont classés « ennemis d’Internet ».

LA HADOPI ET LA LOPPSI 2 ÉPINGLÉES

Principales cibles dans le viseur de RSF, la loi de lutte contre le téléchargement illégal, dite « Hadopi » (de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet), et la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, Loppsi 2, qui instaure, entre autres, un filtrage d’Internet. Selon Lucie Morillon, « au nom de buts tout à fait légitimes » comme la lutte contre la pédo-pornographie, ces deux législations « mettent en place des mécanismes qui peuvent se révéler dangereux pour la liberté d’expression en ligne ».

RSF estime notamment que l’accès à Internet est « un droit fondamental » et qu’il est « inacceptable » de l’interrompre comme le prévoit la Hadopi en cas de nombreux téléchargements illégaux. Quant à la Loppsi 2, l’association dénonce « la mise en place d’un filtrage administratif du Web sans décision judiciaire : une fois le cadre ‘psychologique‘ franchi, un certain nombre d’autres raisons peuvent être utilisées pour filtrer d’autres sites Internet ».

Dans son analyse consacrée à la France, Reporters sans frontières déplore aussi le fait que 2010 a été « une année difficile pour les journalistes en ligne et leurs sources » et évoque le cambriolage ou le vol d’ordinateurs ou de disques durs de journalistes des sites d’information en ligne Mediapart et Rue89 travaillant sur l’affaire Woerth-Bettencourt. « Il est difficile d’établir des responsabilités, mais 2010 a été difficile pour les journalistes qui enquêtaient sur des affaires sensibles. Il y a un certain nombre de pressions sur les sources qui crééent un climat assez inquiétant pour le journalisme en ligne en France », estime Lucie Morillon. Sur l’affaire Wikileaks également, « une des premières réactions a été de vouloir faire interdire l’hébergement, c’est dommage que l’on ait ce genre de réflexe », poursuit la responsable de RSF.

« Le fait que la France soit placée sous surveillance n’est pas surprenant, cela fait plusieurs années qu’on voit un dangereux glissement en France, où les mesures les plus répressives passent. La majorité et le gouvernement mènent une espèce de croisade contre Internet », estime pour sa part Jérémie Zimmermann, porte-parole de l’organisation La Quadrature du Net.

Et  aussi:

Le Pentagone bloque des sites gourmands en bande passante

Le Pentagone interdit, depuis lundi 14 mars, l’accès de ses employés à plusieurs sites particulièrement populaires, comme YouTube, eBay ou MTV. Lorsqu’une personne essaie de s’y connecter d’un poste informatique du département de la défense, un message « site bloqué » apparaît en rouge.

D’après la chaîne CNN, qui cite un responsable du Pentagone, cette mesure, « temporaire », a pour but « de s’assurer que la bande passante sera disponible pour les opérations de l’armée américaine », qui aide les autorités japonnaises, après le tsunami.

Au total, treize sites ont été bloqués, de vidéos, comme Youtube ou Metacafe, commerciaux, tels qu’eBay et Amazon, ou le réseau social MySpace.

Source

  • Les résultats du vote pour Hadopi2: – Pour : 258- Contre : 131
    Alors? L’UMP a voté pour, le PS a voté pour, il nous vient d’ou le fascisme là? Qu’on arrête de nous prendre pour des moutons stupides, les coupables sont ceux qui dénoncent les crimes, quand à leurs lois de merde, ils nous infentilisent, ils nous responsabilisent de tout, haaaa ça m’énerve tiens!!!

  • Paulo

    Internet fait peur aux gouvernements car c’est un moyen de communication ultra rapide ou l’info peut circuler. Donc, ils cherchent à cadenasser cet outil par des lois répressives.

  • Nous sommes en GUERRE depuis aujourd’hui !
    J’ai placé deux textes « acceptés » – « du copié-collé », ça a été supprimé BIZARREMENT !
    ça ne passe plus !
    Faut attendre la fin de la GUERRE !
    ———————————
    Site : alterinfo.net – ils sont à MULHOUSE !
    Conscience du Peuple.canada informe d’un méga séisme et tsunami autour du 20/03.
    neotrouve.com : Interview LePoint.fr – PARTICULES RADIOACTIVES sur l’EUROPE…..

  • allain

    et la condamnation de zemmour !et les declarations des uns et des autres s’exprimant sur l’ immigration …faisant immediatement l’objet de plaintes de certains .si on laisse faire,si on ne modifie pas certaines lois ,on ne pourra plus rien dire chez nous .reveillons nous rapidement !

  • Philippe

    Hélas, la France, grande donneuse de leçons de Droits l’Homme, brille de plus en plus par ses dérapages.
    Le plus inquiétant c’est que beaucoup de ses dérapages sont simplement l’application de lois qu’il faut bien qualifier de scélérates.
    Cela va des nombreuses lois qui écrivent l’histoire et cherchent à formater la pensée ou bâillonnent la liberté d’expression jusqu’à l’arsenal répressif sans précédent qui s’attaque à l’Internet.

    Pourquoi l’Internet ?

    Parce que l’Internet échappe à la pensée unique! La pensée unique ?

    Eh oui en France c’est l’Etat qui finance une presse d’opinion moribonde faute de lecteurs : au nom du pluralisme! Résultat aucun média à la botte ne dénonce les vrais problèmes.
    C’est encore en France que l’Etat finance les syndicats qui ne pourraient survivre faute d’adhérents. Ces syndicats, financés par l’argent du contribuable, et à la grande capacité de nuisance dans ce qu’on appelle les services publics, sont un petit nombre appelés « représentatifs ». Ils sont en fait un rouage du système totalitaire.
    C’est en France toujours que l’Etat finance les partis politiques. Ce scandale absolu permet d’avoir un parti communiste qui n’a plus d’électeur d’avoir un groupe à l’Assemblée et exclut de la représentation 15 à 20 pour cent des citoyens. Même si les idées de l’extrême droite sont inintelligentes, un électeur a le droit d’être représenté.

    Et on pourrait continuer la litanie des verrues et des rayures de la soi-disante démocratie française…

    Pas étonnant donc que la classe des politicards, dont le rêve est d’être réélus à vie, s’acharnent sur l’Internet.
    Internet est le seul média qui échappe à la pensée unique, nous devons le défendre à tout prix, y compris en violant les lois qui cherchent à le contrôler.

  • Solidaire à 100%. Merci de me faire suivre les infos. Hélène Larrivé