"Dégaze de là!" Le nouveau mot d'ordre de la gendarmerie

On peut se demander là s’il s’agit d’une bavure ou d’ordres débiles venus d’au dessus, mais gazer des personnes âgées, on a atteint un niveau de débilité profonde! La désobéissance civile a commencé, à quand celle des gendarmes?

gendarme-gaz-agoravox-0933f.jpg

La vidéo qui tourne en boucle sur Internet ne finit pas de susciter à juste titre de l’émoi. On y voit un commandant de gendarmerie, excusez du peu, asperger avec le plus grand sang-froid en pleine tête des manifestants pacifiques. La scène s’est déroulée le 21 janvier dernier en gare d’Anduze dans le Gard. Si un participant n’avait pas mis en ligne la scène saisie avec son caméscope il est vraisemblable que cette bavure serait restée confidentielle. La balle est désormais dans le camp de la gendarmerie dont on attend des explications et une enquête administrative, ce qu’elle refuse jusqu’à présent.

À l’origine, une simple manifestation d’environ 300 personnes composée d’habitants et d’élus d’Anduze venus protester contre les velleités du Grand Alès d’absorber leur Communauté de communes jugée trop petite en termes d’habitants. Pour manifester leur opposition, les habitants se sont donnés rendez-vous dans la gare d’Anduze afin de retarder le départ du petit train touristique à vapeur des Cévennes dans lequel se trouvent les élus du Grand Alès dont son président ainsi que le sous-préfet.

Le commandant Warion de la compagnie de gendarmerie d’Alès vient saluer les élus. Il est mutuellement convenu que la manifestation ne durera pas et qu’il s’agit simplement de retarder le train de quelques minutes. Cinq minutes plus tard, avec un naturel et une décontraction sidérante, le commandant de gendarmerie, constatant que les manifestants usent de toute leur inertie pour ne pas dégager les voies, intervient.

Le commandant Warrion qui depuis son arrivée ne s’est pas départi d’une imposante bombe lacrymogène remonte alors le quai et sans sommation gaze tranquillement, à bout portant, sans discernement d’âge ou de sexe, les manifestants à sa portée.

Il s’en suit un mouvement de panique et de bousculade dans lequel le vaillant officier ira naturellement prendre toute sa part.

De nombreux manifestants ont décidé de porter plainte. Les élus présents et victimes devraient le faire sou la forme d’une plainte collective.

Pour sa part, la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) a indiqué mercredi n’avoir “aucun commentaire à faire pour l’instant” avant de préciser “qu’à ce jour (mercredi) il n’y a pas d’enquête disciplinaire engagée” contre l’officier mis en cause.

De façon informelle la Direction de la gendarmerie qui ne confond pas Sainte Geneviève et Saint Thomas laisse entendre que la vidéo, parcellaire, ne révélerait pas la réalité de la situation et notamment, une hostilité latente à l’égard des forces de l’ordre.

Source: mediapart

  • barkmann

    J’ai bien peur qu’ils ressentent une véritable « hostilité latente » dans quelques temps … Vont sentir la différence …:-(

  • voltigeur

    Il y a des « zélés » pour qui les ordres sont les ordres! si ordre il y a eu. Les gendarmes connaissent aussi la « crise » avec la suppression d’escadrons pour cause d’économie (bravo sarkozy!  c’est pour quand les milices?), mais faisant partie de l’armée, ils ne peuvent s’exprimer! Ce geste est pour le moins inqualifiable, quelle est la position des « subordonnés »? on ne le saura certainement pas! A moins que les dames des gendarmes, puiqu’elles, peuvent parler, fassent savoir leur position.
    En général, la gendarmerie est bien considérée par la population, avec des dérives pareilles, ça risquent de ne pas durer………