Nous servons tous de cobayes

Un article paru dans VAnity Fair la semaine dernière. C’est gentil de nous prévenir.


C’est la prochaine étape de la mondialisation, et il y a de bonnes raisons de ne pas vouloir que ça soit le cas », constate Vanity Fair. Les laboratoires pharmaceutiques américains testent de plus en plus leurs médicaments à l’étranger, sur des personnes qui ne bénéficient pas de toutes les garanties de sécurité. Cette tendance concerne les pays du Tiers-Monde mais aussi l’Europe, précise le mensuel new-yorkais. De 2004 à 2007, la part des essais cliniques effectués aux Etats-Unis a baissé de 5,2%, tandis qu’elle augmentait de 16% en Europe de l’Est, de 12% en Asie et de 10% en Amérique latine.

L’avantage pour les laboratoires, explique Vanity Fair, est de conduire les tests dans des conditions moins strictes et moins coûteuses, obtenir des résultats positifs et « ainsi convaincre la Food and Drug Administration américaine que les médicaments sont sûrs et efficaces pour les Américains ». En 2008, 80% des produits soumis à la FDA ont été testés hors des Etats-Unis, soit 58 788 tests. Quelque 876 d’entre eux ont eu lieu en Roumanie, 589 en Ukraine et 716 en Turquie. L’Estonie, la Pologne, la Russie, la Lituanie, la Slovaquie ou la Croatie sont des pays également appréciés des laboratoires.

Hors de tout contrôle sérieux, ces tests sont souvent mortels. Le magazine cite l’exemple d’un test de vaccin contre la grippe effectué dans un refuge pour sans-abris de Grudziadz, en Pologne. Rémunérés 2 dollars, « les cobayes pensaient recevoir une vaccination normale. Ce n’en était pas une. Au moins vingt d’entre eux sont morts ».

http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/441561-quand-les-europeens-servent-de-cobayes