Codéïne: L’ANSM veut lutter contre l’usage récréatif des médicaments codéinés…

Depuis 2013 qu’un signalement a été fait, ils ne sont pas pressés..

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a indiqué ce vendredi réfléchir aux moyens de « restreindre l’accès » aux médicaments contenant de la codéine après plusieurs signalements d’usages abusifs chez des mineurs…

Lutter contre les overdoses. C’est l’objectif de l’agence du médicament (ANSM) qui a indiqué ce vendredi envisager de « restreindre l’accès » aux médicaments contenant de la codéine, devant l’augmentation des détournements d’usage, en particulier chez les adolescents.

« Nous sommes en train de réfléchir aux différents leviers juridiques réglementaires » pour « restreindre l’accès trop facile à ces médicaments », suite aux signalements d’« utilisation de ces produits par les adolescents » pour un usage récréatif, a expliqué à l’AFP Nathalie Richard, directrice adjointe du pôle de l’ANSM chargé des antalgiques et des stupéfiants.

Un antidouleur utilisé comme drogue

La codéine, un antidouleur de la même famille que l’opium, est aujourd’hui disponible en vente libre en France sous forme de sirops contre la toux et en comprimés, si la dose ne dépasse pas 30 mg par comprimé.

L’une des pistes envisagées pourrait être d’interdire la délivrance de ces médicaments sans ordonnance, mais d’autres leviers sont aussi envisagés, a ajouté Nathalie Richard.

La mère d’une jeune fille de 16 ans décédée début mai d’une overdose de codéine, interrogée vendredi par Le Parisien, a lancé une pétition sur Internet pour interdire la vente de cette substance sans ordonnance, qui a recueilli environ 900 signatures en trois semaines.

Cinq signalements et de décès en 2017

L’ANSM, qui a reçu les premiers signalements d’usage détourné de ce type en 2013, alertait déjà en mars 2016 sur une « nette augmentation » de « demandes de délivrance suspectes rapportées par des pharmaciens d’officine mais aussi de cas de dépendance ou d’abus ayant pu conduire à une hospitalisation ».

L’agence mettait alors en garde en particuliercontre la « mode » du « Purple Drank », un mélange de sirop pour la toux à la codéine, de prométhazine (un antihistaminique aux propriétés sédatives) et de soda.

D’autres cas portent sur le détournement de comprimés de médicaments antidouleur associant paracétamol et codéine (Codoliprane, Klipal, Padéryl, etc.), facilement accessibles du fait de leur faible coût (2 à 3 euros la boîte).

Lire la suite

Source 20Minutes

Voir:

 

«Soirées lean»: Déjà deux overdoses à la codéine, nouvelle drogue à la mode chez les jeunes

7 commentaires

  • Et l’a politique, combien de morts a cause d’elle?
    Sera-t’elle interdite a ceux qui en abuse?

    • dereco

      Thierry65 est dopé à la codéine un vrai poison drogue à éviter, en plus de Poutine.

      Je n’arrive pas à comprendre comment on peut se faire avoir par de telles saletés à fuir, même les sirops totalement inutiles, mais prescrits à tort.

      Contre les douleurs rien de mieux qu’un bon footing comme je fais, même avec un tendon d’Achille enflé, doublé en volume, pour une cause inconnue, virus ou bactérie qui n’aime pas l’oxygène qui afflue en courant, et donc très efficace !!

  • Bonjour,
    C’est sûr que ce n’est pas à prendre à la légère, la codéine est un alcaloïde de l’opium à même titre que la morphine et l’héroïne. Son pouvoir l’accoutumance est donc élever et puissant, autant physique que psychologique et fini par transformer son utilisateur en vrai junkies.

    J’ai été accro à cette saloperie durant des années, à cause d’une blessure récurrente. Donc je sais ce que c’est, son effet planant est recherché par les drogués. On est comme sur un petit nuage et on a tendance à se sentir détaché des problèmes de la vie de tout les jours, on est anesthésié en quelque sorte.

    On fini par connaître d’autres ennuis de santé pour lequel on a commencé à prendre cette sorte d’anti douleur, on augmente les doses aussi ou on mélange avec d’autre antalgique, comme le Tramadol (Contramal Dolzam) ou la Tilidine (Valtran). Et c’est l’escalade dramatique.

    Orné

    Orné

    • Perso , j’ai en prescription 3 ampoules d’acupan par jour.
      Je n’en prend qu’exceptionnellement. ce n’est pas planant c’est pire.

      • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

        En 1940 tout les français prenaient de l’occupant, certains en sont morts.
        Aujourd’hui interdit en France l’occupant est vanté pour ses bienfaits dans d’autres pays …

        Bonne journée
        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif M.G.

      • Je ne connais pas le Acupan, d’après ce que j’ai lu ça a une posologie assez différente des produits avec lesquels j’étais habitué. Il est indiqué que justement c’est non morphinique, c’est sans doute pour la raison que tu n’y trouve pas cet effet caractéristique des opiacés.

        Un autre qui est assez prisé, et c’est à cause d’une série connue (sic). C’est l’oxycodone un morphinique puissant dont le docteur House en a fait l’apologie durant des années. Vu qu’il en consommait comme des Tic-tac, c’était super fun (sic).

        Arrêter ses médicament est une vraie torture, on se sent comme une merde durant des mois, le premier mois est particulièrement pénible et il est indispensable d’être suivis.

        J’ai dû arrêter un produit à la fois, d’abord le Tramadol ensuite la Tilidine et enfin la codéine. Avec des effets tels qu’une chute de tension permanente, démangeaison musculaire, diarée, vomissement, angoisse, mal être général comme un état grippal.

        Les raisons pour lesquels je prenais aussi est que j’ai toujours suivis une « vie de dingue » (travail, sport, sortie,…) et ça m’aidait à tenir la distance

        Pourtant en Belgique ça fait plus de dix ans que la codéine quel que soit sa forme ou dosage est sous ordonnance. Mais ça se procure assez facilement.

        Je suis clean de toutes substances depuis 2012, je ne prends ni drogues ni alcool, et je n’ai jamais fumer du tabac. A mon avis ce qui m’a conservé, c’est ses raisons et le fait que même loin avec les cachets, j’ai continué à faire du sport, observer une bonne hygiène de vie et une bonne nutrition. D’ailleurs personne ne le voyais, même quand j’étais fort pété (rires).

        Orné

  • Musashi Musashi

    Codéine ou autres, c’est toujours le même problème, du moment où des médicaments sont mis sur le marché beaucoup pensent à se défoncer la tête avec …
    Par contre « Lutter contre les overdoses » sur ordonnance n’est visiblement pas au programme .