Trump contre les globalistes…

Je n’ai pas de sympathie particulière pour D. Trump mais force est de constater, que cet électron libre dérange l’ordre bien établi par les globalo-mondialistes.

La panique est totale, l’angoisse cosmique. Trump va-t-il faire exploser la planète ? Provoquer la disparition des espèces ? Celle de notre galaxie dans un immense trou noir ? Va-t-il détruire l’univers ? Pire ! Rendre accidentellement sa liberté à l’Europe ? Toute la vertueuse élite globaliste, ses merdias et son internationale progressiste sont littéralement saisis d’effroi devant le gouffre d’incertitudes qui vient de s’ouvrir.

Alors on gronde, s’offusque, on appelle même à l’assassinat de l’importun et, dans l’intervalle, on manifeste bruyamment son secret désir de revenir en arrière, de rétablir la caste certes génocidaire mais ô combien rassurante d’avant: des Clinton, des Bush ou même de l’inénarrable Obama qui, en embuscade, semble attendre son heure à la manière d’un président légitime qui aurait été renversé par on ne sait quel coup d’État. Bref, le monde entier est au diapason : Trump le déplorable doit disparaître pour que la cash-machine de l’oligarchie planétaire des globalistes puisse continuer à fonctionner.

Crimes suprêmes
On savait bien que l’arrivée de Trump à la Maison-Blanche allait mettre un sacré coup de pied dans la fourmilière. Et de fait, toute la pègre des globalistes s’étrangle jour après jour, heure après heure, minute après minute devant le spectacle de l’imprévisibilité absolue du bonhomme.

C’est que le type casse tous les codes, balaie tous les repères, transgresse toutes les règles qui cimentent habituellement la caste dirigeante atlantiste, allant même jusqu’à respecter ses promesses de campagne. C’est dire !

Toute l’élite est donc médusée, sous le choc, poussant des cris d’orfraie pour dénoncer l’outrage permanent que constitue l’existence même de ce POTUS «nationaliste et isolationniste» (bigre), pour décréter l’insupportable infamie de la chose.

Il faut dire que Trump en fait des tonnes. Mépris affiché pour l’UE; gesticulations avec Téhéran; dénonciation d’accords économiques ou politiques; frictions commerciale avec la Chine; construction d’un mur à la frontière du Mexique et, crimes suprêmes : nomination d’un juge pro-life à la Cour suprême (encore à valider par le Sénat), dédain affiché pour la cause LGBT et, enfin, décret anti-immigration provisoire, certes, mais tout de même…

Deux semaines après l’entrée en fonction du nouveau Potus, la coupe du supportable est donc déjà pleine pour la caste globaliste et son internationale bobo-progressiste.

Alors on se lâche. Des psychologues lancent leur pétition pour destituer Trump pour cause de «maladie mentale» (1) ; de gentils bobos «antifas» sèment partout le chaos et appellent aux meurtres de Trump ou de ses supporters avec la modération qu’on leur connaît (2) ; les stars du showbiz en profite pour surfer sur la vague toujours lucrative et flatteuse de l’artiste-engagé (ça ne mange jamais de pain), et l’appel à l’assassinat de Trump devient dès lors moralement acceptable, au point de se frayer un chemin jusque sur les plateaux des merdias mainstream (3) désormais.

Face à pareil tir de barrage, on ne peut s’empêcher de remarquer qu’alors que le type n’a pas encore vitrifié le moindre patelin, aucun des derniers président US pourtant responsables des pires atrocités et massacres de masse perpétrés ces 30 dernières années n’a jamais subi un tel traitement. Ce qui démontre que dans notre vertueuse contre-civilisation, on peut détruire des pays entiers et tuer peu ou prou quatre millions de personnes (coût estimé des guerres US au Moyen-Orient) et rester respectables et même désirables. Mais on ne doit pas toucher au libre-échange, au progressisme LGBT, à la nomadisation du prolétariat ni remettre en cause l’avortement dans sa version post-moderne industrialisée, sous peine d’être alors considéré comme la réincarnation survitaminée d’Hitler himself.

Vertige européen

Une autre manifestation de panique a pris une dimension très révélatrice dans les hautes sphères européennes. Dans une lettre adressée le 31 janvier aux chefs d’Etat et de gouvernement des 27 pays de l’UE l’autre Donald, Tusk donc, président du Conseil européen, a élevé les Etats-Unis sous Donald Trump au rang des «menaces» qui pèsent sur l’UE au même titre que «la Chine, la Russie et l’islam radical» (4).

Au-delà du caractère hallucinatoire de l’envolée du chef des technocrates non-élus du Titanic européen, sa missive trahit surtout le désarroi d’une Europe qui, depuis 70 ans, n’a jamais été capable de se penser autrement qu’en succursale de l’Empire US.
L’accès de panique de Tusk n’est donc au fond que la crise d’angoisse du caniche qui découvre tout à coup que sa laisse est rompue, et que son maître a disparu de son champ de vision. Le vertige de la liberté en somme.

Ce vertige, c’est en quelque sorte le monde entier qui le partage aujourd’hui. De l’élite néolibérale globaliste pour laquelle les USA ont toujours joué les brise-glace en apportant partout la bonne parole à coups de flingue si nécessaire; jusqu’aux bobo-progressistes éduqués par Disney-Chanel et Sex and the City, et qui veulent continuer à recevoir leur dose quotidienne de came sans rien changer à la qualité du produit.

Le plus savoureux dans le volet européen de l’hystérie mondiale anti-Trump, c’est que l’hostilité manifestée par nos chères élites pourrait bien accélérer le découplage complet des Etats-Unis et de l’UE, avec des répercussions géopolitiques phénoménales.

Un désordre inextricable

Pour en revenir à la situation intérieure de l’Empire, l’ampleur des manifestations populaires, leur financement apparemment illimité, notamment par le gang Soros (5), de même que leur planification sur le long terme (6), sont en train d’accentuer la fracture du pays car contrairement à ce que veulent faire croire les médias dominants, Trump bénéficie du soutien robuste d’une bonne moitié des Américains.

Un autre fait troublant est la posture du pitre Obama, président chouchou des merdias atlantistes, donc aussi de Wall Street et du complexe militaro industriel US qu’il a servi avec zèle durant huit ans.
Le 30 janvier dernier, il est ainsi intervenu pour encourager les manifestations anti-Trump (7).   C’est la première fois dans l’histoire des Etats-Unis qu’un ex-président prend ainsi position contre son successeur au lendemain de la passation de pouvoirs.

Tout semble donc indiquer que le renversement de Trump, sous une forme institutionnelle (impeachment), ou éventuellement par un «coup» dont la forme reste à découvrir, est à l’ordre du jour, avec un risque énorme de dislocation de l’Empire à la clé.
Pour l’oligarchie globaliste, l’alternative serait de laisser Trump mener sa politique «nationaliste et isolationniste», comme ils disent, durant 4 ans au moins, politique qui conduira elle aussi à l’effondrement de l’Empire US en tant que gendarme mondial.
Pour l’heure, la seule concession du nouveau Potus au Parti de la guerre du Système est sa soudaine agressivité vis-à-vis de l’Iran. Mais au-delà de gesticulations qui pourraient se révéler simplement tactiques, même des responsables républicains estiment qu’une telle guerre serait de nature à encore précipiter la chute de l’Empire (8).
On le voit, quelle que soit la tournure de cette crise sans précédent, l’arrivée de Trump à la Maison-Blanche fait peser une menace existentielle sur le logiciel de la cash-machine planétaire de l’oligarchie globaliste.
Désormais, les jours de l’Empire US sont comptés et ceux du Système néolibéral clairement menacés.

Mis en ligne par entrefilets.com le 3 février 2017

1 Etats-Unis : Donald Trump peut-il être démis de ses fonctions pour « maladie mentale » ?

2 VIDEO: Trump supporters attacked outside Berkeley Milo speech

3 «Meurtre à la Maison Blanche» : quand un patron de presse allemand recommande l’assassinat de Trump

4 L’Amérique de Trump est une menace pour l’UE selon Donald Tusk

5 André Bercoff et Evelyne Joslain: « Les manifestants anti-Trump sont payés par Soros. »

6 Pussyhat Project

7 Barack Obama encourage la mobilisation contre le décret anti-immigration

8 En 2012 déjà, Thomas Naylor, leader des néo-sécessionnistes du Vermont, affirmait: «Il y a  trois ou quatre scénarios possibles pour conduire l’empire à l’effondrement, et l’un d’eux est une guerre contre l’Iran» («There are three or four possible scenarios that will bring down the empire. One possibility is a war with Iran»).

 

48 commentaires

  • Bl@ck Sheep

    « Désormais, les jours de l’Empire US sont comptés et ceux du Système néolibéral clairement menacés. »

    Je pense qu’ici, il faut bien faire la distinction entre l’Empire US, et le Système global en lui-même.
    D’un côté nous avons l’économie américaine, et de l’autre la finance globalisée. L’un doit être sacrifié aux dépends de l’autre, et Trump est là pour ça.

    C’est pour cela qu’on peut observer une guerre des élites entre elles, et des désaccords majeurs concernant la ligne directrice à suivre : on l’a bien vu pendant le Brexit ou encore l’affaire DSK. Ça se joue en très haut lieu, et c’est bien une guerre sans merci :

    http://lesakerfrancophone.fr/mikhail-khazine-2016-annee-de-la-grande-rupture-25

    http://lesakerfrancophone.fr/mikhail-khazine-2016-annee-de-la-grande-rupture-35

    —–

    Morceaux choisis :

    « Soit on sauve le système de la finance globalisée aux dépens de l’économie américaine qui en fera les frais, soit on sauve l’économie américaine en puisant dans les ressources du système financier globalisé. La compréhension définitive de ce dilemme est venue après la crise mondiale de 2008. Cette crise rappelle sous bien des aspects la crise des années 1930 qui a mené à la Grande Dépression. Elle rappelle aussi à celle de 1907-1908. C’est une fois de plus une crise de chute de l’efficacité marginale du capital mais cette fois ce n’est plus à l’échelle locale des États-Unis du début du XXe siècle, mais à échelle globale. Et le principe reste inchangé.

    Le système dollar, aujourd’hui mondial, à lui tout seul n’est maintenant plus rentable et le moment est venu de décider de favoriser le système financier globalisé aux dépens de l’économie américaine ou de faire le contraire, en simplifiant. Pour sauver l’économie américaine il faut absolument monter les taux d’intérêt pour que les Américains n’empruntent que pour ce qui est pertinent. En revanche, pour sauver la finance globalisée, il faut baisser encore plus les taux et émettre du dollar pour sauver les institutions financières car elles sont déficitaires et absolument non rentables. »

    « Je rappelle que dans la crise qui a précédé la Grande Dépression, le système financier américain s’était effondré. Ce sont les mêmes logiques aujourd’hui, mais cette fois à l’échelle mondiale. Voilà un premier problème fondamental. Les premiers à l’avoir compris sont les «financiers» car évidemment ils connaissent l’état RÉEL de leurs bilans. Ce n’est que dans leurs rapports publics et pour la presse économique qu’ils nous disent être tous en bénéfice net. Mais dans leur état réel, ils savent bien qu’ils subissent de lourdes pertes et les «financiers» ont donc essayé d’achever la réforme de Bretton-Woods en 2011, c’est à dire de faire ce qui n’avait pas été fait en 1944. Ils ont décidé d’établir une monnaie mondiale DISTINCTE du dollar et un régulateur, lui aussi DISTINCT du système de la FED américaine, une institution qui aurait été transnationale. La décision avait été prise d’établir une Banque centrale des banques centrales, sur base du FMI. Fondamentalement il s’agit d’une réédition du schéma appliqué en 1913, quand a été établi le système de la Réserve Fédérale à l’échelle des États-Unis. Les «financiers» ont voulu refaire cela, mais à l’échelle mondiale.

    Mais il y avait un gros problème. Cela aurait en pratique empêché les États-Unis d’émettre du dollar américain de manière autonome, car ils auraient alors été mis sous la tutelle d’un régulateur monétaire transnational : la Banque centrale des banques centrales.

    À ce moment absolument critique, l’administration américaine a organisé l’affaire Strauss-Kahn. C’était au début de l’été 2011. La raison de l’affaire Strauss-Kahn est toute simple. Il fallait expliquer au FMI que les États-Unis ne permettraient pas la réalisation d’un tel projet. Il ne s’agit pas de Strauss-Kahn en tant que personne, c’était seulement un exécutant sacrifié. À ce moment a eu lieu, et c’est absolument capital, la fragmentation de l’élite occidentale et donc mondiale, unifiée depuis 1945 car il est devenu clair qu’il n’y a que DEUX scénarios possibles. Je rappelle : sauver la finance globalisée en détruisant au passage l’économie américaine ou sauver l’économie américaine en démantelant la finance globalisée. »

    —–

    De ce point de vue, et en recoupant avec le point de vue de Brandon Smith, on pourrait penser que Trump est bien placé où il est par la finance globalisée et apatride, bien plus puissante que les élites « nationalistes » US, et dont le but est de sacrifier les US, et au passage la FED. Trump étant présenté comme populiste/nationaliste, l’énorme crise qui s’en suivra justifiera un « retour » et surtout un renforcement de la politique, économie et finance globalisées, à une échelle jamais vue encore. Là pourront enfin être écrasées toutes idées populistes qui « amènent tous les malheurs », et proposés (imposés) monnaie mondiale, banque mondiale, état mondial ? Ceci facilité par le besoin de « cohésion internationale » pour lutter contre le terrorisme et le réchauffement climatique.. la bonne blague.

    D’ailleurs il suffit de (se forcer un peu à) regarder la propagande de la presse mainstream, qui ne perd pas une occasion de pointer du doigt les mouvements et idées « populistes », du genre « si on sort de l’Europe ce sera la guerre » et autres inepties. Ils préparent bien le terrain pour l’avenir en formatant comme jamais les esprits..

  • Le plus tuant dans l’histoire c’est que leur petite guerre se fasse avec l’approbation du peuple qui en a eut pourtant de vraies raison à descendre dans la rue et ce, pour leur bien. Ici elle manifeste contre elle-même, n’est ce pas magnifique ?

    Orné

  • Panurgie

    Je suis curieux de voir le traitement que les sites alternatifs réserveront à Trump dans 3 ans. Pour l’instant il bénéficie d’énormément de sympathie dans les sites alternatifs. Car opposé à hilary (la méchante qui devait gagner), et proche de Poutine.

    Contrairement à ce qu’affirme cet article hilary n’était pas la chouchou de wall street; regardez les courbes boursières depuis son élection, et qui compose l’équipe de Trump.

    Trump est l’achèvement du système néolibéral, symbole de la collusion totale entre élite économique et élite politique. Alors affirmé que cet homme va faire écrouler le système dont il est issu, qui lui plaît et qui lui réussit j’attend de voir.
    Comme d’habitude des termes mériteraient une définition pour les non habitués du complotisme: l’empire par exemple mériterait une définition.

    • Bonjour Panurgie,
      Non en effet elle ne l’était pas, vu que c’est les grands électeurs qui ont mis Trump là ou il est et non les électeurs eux-même qui avaient choisi la Hillary avec plus de un million et demi de voix en plus.

      A mon niveau ce qui me gène c’est que les médias mainstream font un procès d’intention au Trump, car justement comme tu le signale à juste titre, attendons de voir ce que va produire comme résultat sa politique.

      Les médias mainstream c’était montré déjà partial au moment des élections en protégeant la Hillary, maintenant ils continuent en ayant même pas brossé un bilan impartial de la politique catastrophique du Obama, préfèrent spéculer sur celle du Trump.

      Alors qu’il est évident que Trump était le candidat idéal du moment, pour le système actuel j’entends et non pour nous le peuple qui comme toujours aveugle n’y comprend rien. Tu vas me dire, « ben si ils manifestent contre lui », d’accord, mais malheureusement pas pour les bonnes raisons, ils ne voient pas que se sont deux camps qui se battent dont aucun des deux nous est favorable. Ils devraient manifester en masse, mais pour un réel changement et non un ajustement d’une politique ultralibérale donc une est globale, la pire.

      Orné

    • Bl@ck Sheep

      @Panurgie :

      « …qui compose l’équipe de Trump.

      Trump est l’achèvement du système néolibéral, symbole de la collusion totale entre élite économique et élite politique. »

      Justement, qui compose son équipe ? Les hommes de la Goldman Sachs, reine de la finance internationale. De plus, le système néolibéral n’est pas juste américain, mais bien mondial. Sacrifier les US, c’est justement placer les pions de l’élite internationale, qui a besoin de la chute du $ afin de faire passer une monnaie mondialisée. Ce qui a déjà failli se passer avec les DTS du FMI, dont on a vu le résultat avec l’affaire DSK. Pour le coup l’élite US a gagné du temps, mais n’a pas gagné la guerre des élites, et les globalistes comptent bien prendre leur revanche, cette fois-ci avec l’aide du POTUS. Et qui le soupçonnerait ?

      • Panurgie

        C’est bien ce que je dit c’est un pourri. Quand aux luttes d’influence que représente une élection pour les élites économiques c’est évident mais personne ici ne peut le quantifier.
        Et black sheep les néolibéraux raffolent des juridictions différentes, et des diverses monnaies. Il n’y a aucun interet (pour les élites économiques) a faire une monnaie unique.

        • Oui voilà et justement je ne pense pas que les médias alternatifs aient plébiscité le Trump mais qu’ils ont plutôt fait la part des choses en le critiquant sur les points importants et non spéculé comme le font la partie adverse… Les médias alternatifs vont plus loin en sommes et n’oublient pas les autres acteurs et de pointé ceux à qui son investiture arrange, ce que ne font pas les médias mainstream.

          Ce que les médias font aussi c’est de jouer le jeu à font en montant la populace contre lui via les ONG de Soros qui a promis sa tête… Car il avait spéculé sur Hillary ! Il se retrouve donc tricard et il est pas content il aimerait cependant remettre le Obama faute de grive, le Obama attend son heure tel un gouvernement en exil. Un peu comme De Gaulle à Londres lors du régime de Vichy ^^

          Akasha.

  • kalon kalon

    Salut Black sheep
    Je ne suis pas entièrement d’accord avec l’article du « Shaker » !
    En effet, il n’y a plus un système de la finance globalisée mais DEUX et c’est là que le bât blesse !
    En effet, pour s’accorder avec la Russie, la Chine, les BRICS et les nations qui naviguent dans leur orbite, les anciens maîtres de la finance globalisée ont été OBLIGES de sacrifier l’empire U.S.
    C’était çà ou une guerre mondiale dont ils savaient, par avant, qu’ils la perdraient contre la Russie et la Chine coalisés !
    Russes et Chinois n’acceptent plus les guerres « démocratiques » de l’empire U.S. qui n’ont fait que créer le terrorisme islamique !
    Et aujourd’hui, par le biais de son ambassadeur près de la commission européenne, Trump fait pression sur les dirigeants européens pour s’aligner sur la nouvelle donne, à savoir considérer la Russie comme un pays ami et s’ouvrir aux échanges commerciaux avec elle !
    En fait, il s’agit d’un gigantesque retournement de veste auquel nous assistons aujourd’hui ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif
    Le nouveau « Yalta » me semble avoir été signé et comme d’habitude, en l’absence de nos sacrées « élites » ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • kalon kalon

    Par contre, il est exact que sans leur « sacré dollar mondial », les U.S.A. vont passer un très mauvais moment mais si cette devise redevient nationale, ils pourront encore faire tourner la planche à billet pour relancer les investissements structurels intérieurs car les U.S.A. en ont un sacré besoin, ce pays est en ruine actuellement !
    Fabriquer du faux dollar à l’échelle internationale n’est plus possible aujourd’hui car Russes et Chinois l’ont interdit ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif
    Il devient plus que probable qu’on se dirige vers une nouvelle finance mondiale basée sur l’étalon-or !
    Bretton wood aura vécu ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
    On peut également penser que le nouvel « golden stock exchange office » sera basé à la City, raison du Brexit et du repli de Rothschild sur Londres.

  • Bl@ck Sheep

    Deux systèmes.. ou pas. Ça ressemble plus à une fausse dualité, car bizarrement les BRICS sont pro-DTS :

    http://lesakerfrancophone.fr/la-division-estouest-est-liee-au-dollar-pas-a-une-guerre-nucleaire

    « Poutine a ouvertement soutenu la domination par le FMI de la structure financière mondiale et la mise en œuvre des DTS comme un pont vers un système monétaire mondial. Les autorités chinoises ont fait la même chose et, depuis octobre, la Chine est un amplificateur majeur de liquidité pour les DTS. La banque des BRICS, qui était censée être un contrepoids au FMI et à la Banque mondiale, travaille effectivement en collusion avec le FMI et la Banque mondiale. L’idée derrière ? Il n’y a pas de paradigme Est contre Ouest, du moins pas au niveau où les élites sont concernées. »

    Par contre totalement d’accord avec l’épicentre situé à La City, qui en ayant terminé avec le dollar, se tourne vers l’est :

    http://lesakerfrancophone.fr/brexit-vraie-ou-fausse-bonne-nouvelle

    http://www.youtube.com/watch?v=zXh028aOE0k

    • kalon kalon

      D’accord pour les DTS mais adossés à de l’or physique pas à du dollar !
      La différence est fondamentale ! :-)
      En fait, là, c’est la Chine qui a donné le ton car ils en ont la possibilité vu, d’un coté, leur énorme stock d’or – métal et, de l’autre coté, leur montagne d’obligation du trésor U.S.
      Le deal était simple, ou Rothschild s’alignait sur la position Chinoise, ou la Chine faisait instantanément sauter l’ancien système en larguant sa montagne d’obligations U.S. sur le marché ! :-(

      • Bl@ck Sheep

        « D’accord pour les DTS mais adossés à de l’or physique pas à du dollar ! »

        Tout à fait d’accord ! Par contre, imposer un deal à Rothschild, j’ai du mal à l’envisager.. c’est généralement le contraire qui se passe. D’ailleurs larguer les obligations US sur le marché serait surtout catastrophique pour les US.. la boucle est bouclée.

        • kalon kalon

          Catastrophique pour les USA, accessoirement, mais surtout pour toutes les valeurs émises actuellement en dollars dans le monde entier !
          Soit la déconfiture total des banques affiliées au système « Rothschild » !
          Tu crois vraiment que Rothschild a encore beaucoup le choix ?
          Financièrement aujourd’hui, c’est la Chine qui est « maître du monde » http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
          Et les autres DOIVENT s’aligner sur ses prétentions ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • Melkyseddek

        « Le deal était simple, ou Rothschild s’alignait sur la position Chinoise, ou la Chine faisait instantanément sauter l’ancien système en larguant sa montagne d’obligations U.S. sur le marché »

        Ma question est simple : qui l’aurait acheté? Tu parles de sommes absolument colossale qu’on ne peux tout simplement pas mettre sur le Marché comme si on vendait un vulgaire tapis? Qui plus est, vu la fragilité économique de la Chine, elle se serait immédiatement tiré une balle de le pied, enfin, même dans la tête.. La Chine est fragile, elle n’est pas le maître du Monde, elle marche sur des oeufs puisqu’elle détiens la majeur partie de la dette extérieure américaine libellé en bon du Trésor. Personne ne serait acheteur car cela se répercuterait immédiatement sur la valeur du dollar lui même, faisant s’effondrer le cours.. Ce qui rendrait impossible une telle vente parce que personne ne serait acheteur d’une dette dévaluée de façon majeur de sa valeur initiale.. Le Chine est la Chine pour deux raisons fondamentales, 1ere détentrice de la dette extérieure américaine, qui lui confère un rôle très particulier, et surtout, productrice de toutes nos marchandises.. Enlève l’un et tu enlève l’autre.. Pourquoi elle joue la carte de la dévaluation de sa monnaie.. Parce que sa croissance c’est arrêtée et que son ancien modèle de producteur de marchandises pour le monde prend l’eau.. Mais elle a enfin compris qu’elle détiens une sacré montagne de papier cul qui n’a de valeurs que parce que le Marché fait toujours croire qu’elle en a.. Elle joue simplement le jeu.. Pour l’instant..

        Deuxième chose, le DTS, c’est un panier de devises, il n’y a pas que du dollar.. Fondamentalement, si le DTS a été mis en place, c’est justement pour éviter de l’adosser à l’étalon or.. Parce que les réserves américaines d’or, c’est du pipeau..

        Je n’interviens plus, désolé, je ne veux pas rentrer dans cette discution mais bon, sincèrement, je lis des choses qui me titille…

        • Il y a 5 devises dans le panier du DTS et le Renminibi ( yuán) en fait parti :
          – Le FMI présente le nouveau panier du DTS incluant le renminbi et détermine les nouveaux montants de monnaie
          https://www.imf.org/fr/News/Articles/2016/09/30/AM16-PR16440-IMF-Launches-New-SDR-Basket-Including-Chinese-Renminbi

          Mais le point qui rend la Chine fragile et qui l’empêche d’être réellement la 1ere puissance mondiale est qu’elle ne possèdent pas de pétrole et avec son extraordinaire expansion en est terriblement dépendante et reste donc un outil de pression efficace sur la Chine, quelle qu’il soit le négocient… Les Etats Unis qui de bien entendu connait le parti à prendre est très nerveux plus que jamais envers ses principaux concurrents pétrolifères principalement représenté par les pays d’Amérique Latine. Vous comprenez mieux maintenant pourquoi les américains tentent à les neutraliser ! Exit le Venezuela, le Brésil ou l’Équateur… La Chine et la Russie aimeraient pouvoir former une coalition avec ses pays pour se passer du pétrole made in USA/Arabie Saoudite.

          Akasha.

        • kalon kalon

          Perdre des milliards d’obligations américaines pourries ou te prendre une guerre atomique sur le coin de la figure, que choisis tu ? :-(
          Outre que la Chine achète actuellement tout ce qu’elle trouve avec ces obligations pourries, plutôt que tout lâcher d’un coup, elle atterrit en douceur !
          L’étalon-or reviendra bientôt, c’est une quasi certitude.
          Les DTS sont adossés à un panier de devises, c’est vrai, mais ces devises sont adossées à quoi ? actuellement au dollar mais bientôt à l’étalon-or ! ;-)
          Et si la Chine n’a pas de pétrole, elle est l’alliée de circonstance de la Russie qui en est le premier producteur mondial ainsi que du gaz naturel ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • kalon kalon

    En somme, l’ancien « maître du monde » s’est arranger avec les Russes et les Chinois sur le dos des U.S.A. et …..d’Israël qui ne revêt plus, aujourd’hui, aucun intérêt stratégique au Moyen Orient;
    L’Europe dans tout ça ?
    Ben oui, comme d’ hab’ , nos laquets de service suivront leur maître, ils en ont l’habitude ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
    Fillon aurait pu remettre la France sur le terrain diplomatique international en s’ouvrant à la Russie et en étant plus exigeant au niveau de « l’amitié » Franco-Allemande mais bon, Fillon me parait être en très mauvaise posture actuellement, on verra !

    • Bl@ck Sheep

      « En somme, l’ancien « maître du monde » s’est arranger avec les Russes et les Chinois sur le dos des U.S.A. et …..d’Israël qui ne revêt plus, aujourd’hui, aucun intérêt stratégique au Moyen Orient;
      L’Europe dans tout ça ? »

      Voilà, c’est bien ce que je pense. Pour ce qui est de l’Europe, tout dépend de sa politique internationale : s’accrocher aux US comme une moule à son rocher quitte à se faire entrainer dans sa chute (surtout si les liens commerciaux sont renforcés avec un TAFTA), ou se tourner vers l’est et changer de maître (passer d’une élite US à une élite internationale)
      Dans tous les cas, la masse sera perdante.

      • kalon kalon

        La masse perdante ?
        Ben, si on ouvre l’économie occidentale vers la Russie, moi, je m’attend plutôt à un remake des « goldens sixties », ce qui ne devrait pas être mauvais pour nous ! :-)
        Mais avec Macron aux commandes, ça me semble mal barré car lui, ce n’est pas un « industriel », c’est un banquier ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

        • Bl@ck Sheep

          A partir du moment où l’on reste dans un système libéral globalisé, que ce soit avec l’Ouest ou l’Est, le résultat sera toujours le même pour l’écrasante majorité qui travaille pour l’élite, quelle qu’elle soit. Peut importe le maître si on reste esclave.

          • kalon kalon

            Je ne pense pas que ce soit le libéralisme économique qu’il faut accuser mais plutôt les vautours qui ont dévoyé l’entièreté du système financier.
            Pour moi, le projet de suppression de l’argent « liquide » s’apparenterait plutôt à du néo-communisme mais bon, chacun a le choix de ses définitions ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
            Considères tu Soros comme un libéral ? http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif
            Moi, non ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Mouai c’est clairement le Trump-Bashing à tous les étages http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif; hier encore lors du fameux SUPERBOWL (51e Super finale de Foot US) lequel était hier soir certainement le plus beau de toute l’histoire http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif, et qui a vu les « PATRIOTS » de New England – battre in extrémis les « FALCONS » (Faucons) d’ATLANTA « ça s’invente pas ! » http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif au prix d’une fantastique remontada d’anthologie 34 – 28 après prolongations; …donc entre Lady la Gaga avec son Show pro tolérance LGBT avec petit message à la clé, et les pubs toutes orientées pro-migrants (à en gerber), …niveau Trump-Bashing et anti-politique à la Donald, on pouvait difficilement faire mieux quoi ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif …juste lamentable ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

  • Donald Trump vient de décider de déréguler le système bancaire US… http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    Pour plaire à quelques « amis » qui ne peuvent pas emprunter comme ils veulent…

    Tic ! Tac !

    Ragnarök approche ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Toujours là, a fustiger le parlement européen.

    Nigel Farage : « Si j’ai tort, vous pouvez me virer de ce parlement aujourd’hui! »

    https://gaideclin.blogspot.fr/2017/02/nigel-farage-si-jai-tort-vous-pouvez-me.html

Laisser un commentaire