L’« Arabo-Morvandiau » Montebourg veut « faire le lien » avec le Maghreb…

Faire feu de tout bois, semble être le projet de beaucoup de prétendants au fauteuil élyséen. Les divers programmes disponibles permettent de se faire une idée. Pour Montebourg quelles sont ses aspirations? On le sait phobique des paiements, ça ne se dément pas si l’on en croit Le-Huffington qui titre: EXCLUSIF – Arnaud Montebourg doit plus de 30.000 euros au PS. Accusé de devoir 80.000 euros au PS, Arnaud Montebourg conteste de « fausses dénonciations » d’après LCI 30.000 ou 80.000 (?)… Alors que Vincent Peillon s’est fait attraper pour ses retards de cotisations au Parti socialiste et a dû se dépêcher de régler quelque 20 000 euros d’impayés pour concourir à la primaire de gauche [LCI]. Ça ne lui pose pas de souci à Montebourg pour ses projets, l’ancien ministre veut rapprocher les deux rives de la Méditerranée. Vous avez en deuxième partie, une autre version de ses prétentions, donnée par un spécialiste du Maghreb, Manuel Gomez. Laquelle est la bonne d’après vous??

C’est une visite personnelle mais aussi politique. En pleine campagne pour la primaire de la gauche, dont le scrutin est prévu les 22 et 29 janvier, Arnaud Montebourg sera du 10 au 12 décembre en Algérie, pays natal de son grand-père maternel, Khermiche Ould Cadi, et de sa mère, Leïla Montebourg. Objectif :

« Faire le lien entre les deux rives de la Méditerranée, explique l’entourage de l’ancien ministre. Arnaud Montebourg, par son histoire personnelle, porte une voix différente, il représente une sorte de syncrétisme qui parle à de nombreux Français d’origine algérienne. »

Lors de son séjour, organisé en coordination avec les autorités – même si aucun visa n’a été accordé à la presse française pour le suivre –, celui qui se définit comme « arabo-morvandiau » se rendra d’abord à Oran, dans le nord-ouest du pays, où il visitera une usine du français Renault où sont assemblées des berlines destinées au marché local.

L’inauguration de ce site en 2014, en présence de Laurent Fabius, alors ministre des affaires étrangères, et d’Emmanuel Macron, ministre de l’économie, avait engendré une polémique : Marine Le Pen avait accusé le gouvernement de « provocation particulièrement indécente (…) au moment où nos propres usines françaises ferm[ai]ent et les délocalisations s’accél[érai]ent ».

Lire aussi :   Pour M. Macron, « il ne faut pas avoir peur de produire à l’étranger »

A Alger, ensuite, M. Montebourg aura plusieurs échanges avec des membres du gouvernement et des représentants des autorités. Il rencontrera notamment, dimanche au cours d’un déjeuner, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra. …/…

Lire la suite

Source Le-Monde relayé par Les-Brinsd’Herbe

Pour Manuel Gomez***,

Montebourg est parti à la pêche aux voix en Algérie.

On peut se poser la question : quel est le motif principal du voyage en Algérie, à un mois de la primaire de gauche, d’Arnaud Montebourg ?

Officiellement il s’agit d’un voyage mémoriel dans la région d’oranie d’où sont originaires ses grands-parents et, par la même occasion, une visite de l’usine Renault et un très long discours sur les fondements des relations qu’il souhaiterait entretenir avec l’Algérie, dans le cas, bien entendu, où il serait appelé à diriger la France.

« Nous pouvons nous appuyer sur nos deux peuples. Nous avons, pour réussir, cet atout que constituent les millions de personnes dont le cœur bat pour nos deux pays, un magnifique pont humain entre nos deux rives.

Je pense qu’il est temps de regarder avec sincérité ce passé. Il est lourd et douloureux mais il est nécessaire de clore ce long débat. Si je suis en condition d’exercer les plus hautes responsabilités du pays j’ouvrirai un nouveau chapitre de notre Histoire commune, en laissant le soin aux historiens des deux rives d’écrire cette Histoire ».

Nous on veut bien, mais à quels historiens « des deux rives » confiera-t-il ce soin ? Aux Benjamin Stora et Cie d’un côté et à ceux qui l’écrivent à leur manière sur l’autre rive ?

A-t-il posé la question de savoir si les autorités algériennes étaient prêtes à cesser de réclamer une repentance de « la France coloniale » et à assumer ses propres exactions, son terrorisme et reconnaître le massacre des Français civils innocents et des Harkis ?

Ce qu’il faut retenir de ce court voyage c’est la déclaration des autorités algériennes sur le chiffre exact du nombre de binationaux Franco-Algérien et des Algériens installés en France. Chiffre impossible à obtenir dans notre pays et tout récemment, le 18 septembre 2016, estimé à environ trois millions par un sondage publié par l’IFOP et commandé par l’Institut Montaigne.

Cette estimation s’avère totalement inexacte, il s’agit en vérité de 7 millions de binationaux et de 740.000 Algériens (chiffres relevés en 2011).

Et c’est bien là le motif principal de ce voyage « mémoriel » d’Arnaud Montebourg : tenter d’obtenir le vote de ces 7 millions de binationaux franco-algérien pour la primaire qui l’opposera sans doute directement à Manuel Valls, et espérer ainsi l’emporter !

À quand un voyage « mémoriel » de Manuel Valls en Catalogne et en Suisse pour espérer un vote en sa faveur des binationaux espagnols et suisses ?

Surtout si les étrangers ont l’autorisation de voter lors de cette « primaire » !

Auteur M.Gomez pour Magoturf

*** qui est Manuel Gomez ? Engagé par Albert Camus comme pigiste pour le quotidien Alger Républicain puis chef de rubrique dans les quotidiens La Dépêche d’Algérie, L’Aurore/Paris, Le Méridional/Marseille et Paris-Turf, je suis l’auteur de 21 livres depuis 1996

Les articles n’engagent que leurs auteurs et sont soumis à votre sens critique.

Les chiffres avancés par Mr Gomez sont énormes, s’ils ne concernent que les algériens. Quid des autres ressortissants? Si vous trouvez des chiffres « fiables », ça aiderait à comprendre un peu mieux.