Ils en ont rêvé, Cazeneuve l’a fait: Il n’y a plus d’immigration illégale en France!

Mais c’est exceptionnel comme décision politique, supprimer l’immigration illégale! Dans un pays en faillite dans lequel le nombre de chômeurs explose (malgré les trucages du gouvernement), qui rencontre une pénurie de logements sociaux et qui compte 3,8 millions de mal-logés ainsi 141 500 SDF, l’immigration illégale posait problème. Où loger tout ce petit monde? Et comment les aider?

Jusque là, ceux qui étaient pudiquement appelés les « migrants » pour faire oublier le terme « illégaux » restaient en marge de la loi, mais le gouvernement à trouvé la solution: abolir la distinction entre immigration régulière et immigration illégale. De ce fait, une personne entrant sur le territoire français sans autorisation ne sera plus en situation irrégulière et donc illégale, et devra être aidé. Comme l’explique l’article du Figaro: « la France a le devoir d’accueillir et de prendre en charge tout étranger sur son territoire, qu’il soit autorisé à entrer et à séjourner ou qu’il ne le soit pas. De facto, le principe ainsi proclamé abroge l’idée de frontière ou de respect du droit de l’entrée et de séjour »

Calais2015aPetit exemple d’immigration illégale: la jungle de Calais avec ses 9000 habitants

Une circulaire du ministère de l’Intérieur et du Logement abolit la distinction entre immigration régulière et immigration illégale. Pour Alexis Théas, ce principe ouvre les portes de la France à une immigration encore plus massive.

Le 1er août 2016, les ministres de l’Intérieur et du Logement ont publié un communiqué passé totalement inaperçu dans la torpeur de l’été mais d’une importance capitale sur le plan de l’évolution des mentalités et de l’idéologie politique française.

Ce texte marque une inflexion profonde de la conception française de l’immigration. Jusqu’alors, celle-ci était fondée sur la distinction entre l’immigration régulière et l’immigration illégale. La première, conforme à la loi, était destinée par exemple à accueillir des travailleurs dont la France peut avoir besoin, à former des étudiants dans l’intérêt de la France ou du pays d’origine, ou bien à assurer le principe d’unité familiale. Elle était évaluée à environ 200 000 personnes par an – ce qui est considérable dans un pays dévasté par le chômage. En revanche, les migrants en situation irrégulière, entrés ou séjournant en infraction avec la loi, devaient impérativement repartir dans leur pays, volontairement ou par la contrainte. Tel était le principe. Cette différence, pour la première fois depuis que l’immigration est devenue un sujet politique au début des années 1980, est désormais officiellement condamnée par l’Etat. Le migrant en situation irrégulière n’a plus vocation à être reconduit dans son pays, mais à être accueilli en France et pris en charge par la puissance publique, au même titre qu’un étranger en situation régulière ou qu’un citoyen français en difficulté.

Ce communiqué enterre donc toute notion d’immigration irrégulière. Il abolit le clivage entre légalité et illégalité en matière d’immigration. Il va dans le sens de la loi du 6 mars 2016, dont les dispositions reviennent à rendre très difficiles l’application des mesures d’éloignement. Il proclame que la France a le devoir d’accueillir et de prendre en charge tout étranger sur son territoire, qu’il soit autorisé à entrer et à séjourner ou qu’il ne le soit pas. De facto, le principe ainsi proclamé abroge l’idée de frontière ou de respect du droit de l’entrée et de séjour. Les associations humanitaires, les idéologues, les partisans de la liberté totale d’immigrer en rêvaient depuis au moins quarante ans. M. Cazeneuve et Mme Cosse l’ont fait. La question est de savoir quel sera l’ampleur de l’appel d’air que cette transformation profonde de tous les fondements de la politique d’immigration française est susceptible provoquer à terme. Le communiqué annonce une France ouverte, qui n’éloigne plus ses migrants illégaux mais au contraire les accueille. Le potentiel d’émigration est infini: des centaines de millions de personnes déshéritées et désœuvrées, dans ce monde en ébullition, ne songent qu’à trouver un point d’accueil. Le gouvernement, par ce communiqué officiel, leur ouvre les portes de la maison. Reste à savoir si la France, qui compte cinq millions de chômeurs, de gigantesques problèmes de logement, des centaines de milliers de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, un millier de cités sensibles dévastées par la violence, l’exclusion, le communautarisme, l’islamisme radical, si cette France a les moyens de ce grand appel généreux. Mais pour M. Cazeneuve et Mme Cosse, c’est une autre affaire. Et ce n’est visiblement pas la leur.

Source+circulaire sur Le Figaro

À noter afin que l’ensemble de l’article ne soit pas mal interprété: Il est clair que l’ensemble des personnes quittant leur pays doivent être aidées, mais quitte à le faire, autant le faire intelligemment. Donnez-leur du poisson, ils le mangeront. Apprenez-leur à pêcher, ils pourront vivre sans notre aide! De plus, si vous arrêtions les guerres au Moyen-Orient sous de faux prétextes, ils n’auraient pas besoin de trouver refuge ailleurs.

15 commentaires

  • Nevenoe Nevenoe

    « Il est clair que l’ensemble des personnes quittant leur pays doivent être aidées  » ?!?!

    Non ce n’est pas clair du tout !
    Pourquoi ? A quel titre ?
    Le Figaro est devenu favorable au grand remplacement ?

    • voltigeur voltigeur

      Ne généralise pas.. ;)

      Le figaro titre aussi entretien avec Laurence MARCHAND-TAILLADE:

      «Vacances salafistes» : comment les associations communautaires détournent l’argent public
      FIGAROVOX. – L’association «Vacances éthiques» organise dans un centre agréé par la CAF un séjour avec repas halal et prières autour d’un imam connu pour ses sympathies salafistes. Une telle situation vous étonne-t-elle?

      Laurence MARCHAND-TAILLADE. – Les associations cultuelles démontrent une grande ingéniosité pour contourner les lois concernant leurs financements, ou le financement de lieux de culte, pour arriver à leurs fins, ça ne date pas d’hier.

      Dans le cas précis d’organisation de séjours de vacances, lorsque l’on saisit «vacances halal» sur le net, on trouve un nombre impressionnant de séjours similaires. Nous n’avons désigné qu’une partie infime du système, en espérant que ce cas aura valeur d’exemple et que la CNAF sera plus vigilante à l’avenir.

      Il n’est pas du ressort de l’État de financer ce type de séjour, mais bien des individus qui le souhaitent de s’organiser en conséquence s’ils aspirent à une retraite spirituelle, lors de leurs congés d’été, de même qu’il semblerait déplacé que nous financions les JMJ.
      …/…
      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/11/31001-20160811ARTFIG00184-vacances-salafistes-comment-les-associations-communautaires-detournent-l-argent-public.php

  • Comme d’habitude la gauche nage en pleine schizophrénie . A quoi bon mettre des barrages (bidons pour la plupart) aux frontières et envoyer des policiers se faire blesser à Vintimille si c’est ensuite pour aider ceux qui ont réussi à poser un pied sur le territoire ?
    La France pas plus que n’importe quel pays n’a aucun devoir humanitaire envers qui force la porte.
    Un pays qui a bientôt 2000 milliards de dette qui est donc en fait en banqueroute devrait avoir d’autres soucis que de se croire une vocation d’accueil universelle !
    Mais le Français bougonne et part en vacances . Alea Jacta Est !

  • Le veilleur

    Mais qu’est-ce qu’on attend pour mettre ces poli-tiques dehors qui ont fini de détruire la France entièrement ? La France n’a plus rien de Français, nous sommes déjà en terre étrangère !

    Comme je le disais il y a quelques jours, nous allons vivre un problème évident et insoluble avec l’arrivé de ces migrants légaux ou illégaux; comment et où allons-nous les loger ?

    Il n’y a déjà pas assez de logements pour les Français et de plus ces gens ne peuvent pas continuer à vivre dans des centres sans qu’il y est de sérieux problèmes sanitaires, d’espaces et de compatibilités entre les migrants qui croient trouver en Europe l’Eldorado.

    Comme le dit paul-Emic, la France n’a aucun devoir humanitaire envers ceux qui force sa porte. Retirer les frontières est du suicide à l’état pur, laisser entrer n’importe qui est une manipulation pour créer le chaos, il n’y a pas d’autre explication.

    Le plan Kalergi : génocide des peuples européens.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-plan-kalergi-genocide-des-172751

  • nutty juggler nutty juggler

    Et vu que tous les migrants sont dorénavant légaux sur le territoire , les socialistes vont leur donner le droit de vote pour les présidentielles ?

    Avec 15% (à tout casser) d’opinion favorable , ils vont en avoir besoin de migrants pour se faire réélire !

  • .article35.

    Bonjour à tous.
    Visiblement le formatage fonctionne à plein et a de beaux jours devant lui.
    Le malheureux « réfugié » contraint de quitter son pays pour des cieux plus clements fait toujours recette.
    Il est certains qu’une partie des migrants est dans cette logique, mais si nous devons faire preuve de sollicitude envers les enfants les femmes et les vieux, la tranche des 18/50 ans auraient meilleur compte à rester chez eux pour défendre leurs terres . Du coup si on renvoie la sus-dite tranche chez elle à grands coups de pied au derche (ce qui ne serait que mérité), il y aurait beaucoup plus de facilités pour s’occuper de ceux qui le méritent vraiment . Sans parler de tous les profiteurs qui nous arrivent de pays où il n’y a aucune guerre .
    Mais vu qu’on les a est qu’on a l’air d’être parti pour les garder, va falloir faire avec .
    S’apitoyer avec commisération sur ces malheureux « boucs émissaires » ne devrait pas faire oublier le bordel qu’ils sèment sur leur passage et la dévastation des zones qu’ils occupent . Car s’ils ne sont pas responsable du déclenchement des conflits , ils le sont au moins de leurs actes . Et rien ne les oblige a se comporter comme les hordes barbaresques des heures les plus sombres de notre histoire . Dans toute guerre le troufion de base n’est ni à l’origine du conflit ni décideur des actions menées par les états majors, mais quand un soldat se trouve en face avec son arme pointée sur vous, c’est bien lui qui tire et pas sa hiérarchie .

  • Cet article monte en épingle le communiqué et lui fait dire ce qu’il ne dit pas. Il parle uniquement d' »‘un temps de répit » dans des centres dédiés et ensuite les personnes peuvent « engager, si elles le souhaitent, une démarche de demande d’asile ».

    Ce temps de répit est fixé à un mois. Ensuite, soit le migrant ne fait pas de demande et il est censé être expulsé, soit il fait une demande d’asile (qui peut aussi être refusée pour différentes raisons et retour à la case départ). Donc prétendre que le communiqué nie l’immigration illégale est faux. Tout ce qu’il fait c’est encadrer l’accueil des immigrés illégaux plutôt que de les laisser livrer à eux même dans des bidonvilles. Puis, leur sort est examiné.

    Par ailleurs, la possibilité de faire des demandes d’asile n’est pas nouvelle…donc rien de nouveau sous le soleil.

    « De facto, le principe ainsi proclamé abroge l’idée de frontière ou de respect du droit de l’entrée et de séjour ».

    Vu qu’il y a examen de la demande d’asile, il n’y aucune notion d’abrogation de frontière. Et un réfugié de guerre par nature ne peut pas se plier au « respect du droit de l’entrée » par contre, il va devoir motiver son « droit de séjour ». Là dessus, rien n’a changé.

    P.S: L’article provient de Figaro Vox, la tribune du Figaro. Ce n’est donc pas un article de la rédaction. Ce serait comme attribuer à Mediapart un article provenant d’un blog de Mediapart. ça n’a rien à voir. Cette interprétation du communiqué n’engage que son auteur. Par ailleurs, le gouvernement dément:

    http://lelab.europe1.fr/le-fn-semballe-sur-une-info-selon-laquelle-le-gouvernement-supprime-la-notion-dimmigration-illegale-2819992

    • clegiru

      Exact, une circulaire n’est pas un décret d’application et encore moins une loi.
      Les fonctionnaires à qui elle est adressée, appliquent ou pas cette recommandation. Cela reste cependant une recommandation à fermer les yeux et laisser passer. C’est irresponsable en l’état actuel de notre pays.
      Mais cela ne fait que justifier une pratique courante par manque de moyens de contrôle et d’intervention. Et évidemment favorisée par des associations d’idiots utiles qui pensent faire une bonne action qui soulagera leur sentiment de culpabilité permanent.
      Alors, oui on doit accueillir certains dont la situation est dramatique. Mais en s’assurant d’avoir les moyens de le faire sans que ce soit finalement au détriment de la population déjà présente en France.
      Inutile donc de crier au monde entier que la porte est ouverte, les chambres d’amis ne sont pas prêtes.

Laisser un commentaire