Prétexte et propagande de guerre : l’OTAN a maintenant de « bonnes » raisons d’attaquer la Russie

Cela fait très peur, mais certains ici savent très bien ce qu’il en est. Depuis des années nous parlons sur le blog de la potentialité de certains événements, et si l’on remonte le temps au début des moutons enragés, nous pouvons nous apercevoir qu’à l’heure actuelle, les confirmations se multiplient, malheureusement…

wwiii1Certains pensent que s’il y a conflit, cela sera en France avec une guerre civile, ce que redoute Patrick Calvar, le patron de la DGSI. Mais il y a également le risque d’un conflit majeur entre « l’Empire » et les BRICS (Brésil-Russie-Inde-Chine-Afrique du sud), puisque les provocations se multiplient, parfois de manière détournées, toutes pour isoler la Russie. Cela a commencé avec la Crimée et l’Ukraine (sauf que…), les accusations contre les athlètes russes qui au final ne doivent pas être plus dopés que les athlètes américains

, les menaces de suspension de leur équipe de foot de l’Euro 2016, les multiplications des troupes de l’OTAN autour de la Russie, le prolongement des sanctions qui se sont déjà montrées contre-productives, et cette dernière histoire de cyber-attaque, inacceptable, car seuls les Etats-Unis ont le droit, comme pour les menaces, les écoutes à grande échelle, les ingérences, et bien plus grave encore…

Ce n’est peut-être pas des bruits de bottes qui se font entendre, mais des bruits d’armements, eux, se font de plus en plus entendre…

Mardi 14 juin, l’OTAN a annoncé que si un pays membre de l’OTAN est victime d’une cyber-attaque en provenance d’un pays non-OTAN comme la Russie ou la Chine, alors l’article V de l’OTAN, dit de « défense collective », dispose que chaque pays membre de l’OTAN doit se joindre au pays attaqué s’il décide de riposter.

La décision préliminaire pour cela a été prise il y a deux ans, après que la Crimée a abandonné l’Ukraine et rejoint la Russie, dont elle avait fait partie jusqu’à son transfert d’office à l’Ukraine par le dictateur soviétique Nikita Khrouchtchev en 1954. Cette décision avait été prise par l’OTAN en prévision de l’adhésion future de l’Ukraine à celle-ci, ce qui n’a toujours pas eu lieu. Cependant, ce n’est que maintenant que l’OTAN déclare la cyber-guerre comme assimilable à une véritable guerre et donc concernée par la disposition de « défense collective » du traité de l’OTAN.

L’OTAN prétend maintenant que les pirates russes ayant copié les e-mails sur l’ordinateur personnel de Hillary Clinton – qui avait stocké des communications du Département d’État des États-Unis sur son ordinateur non protégé – se sont rendus coupables d’espionnage contre les États-Unis à partir du territoire russe, ce qui pourrait constituer une attaque russe contre les États-Unis d’Amérique, et entraînerait – si le président des États-Unis qualifiait l’acte d’invasion russe – le déclenchement de la clause de défense mutuelle de l’OTAN exigeant que toutes les nations de l’OTAN se joignent au gouvernement américain pour aller en guerre contre la Russie, si le gouvernement américain le décidait.

L’OTAN avait produit en 2013 (avant le coup d’État en Ukraine) une vidéo de propagande alléguant que les cyberattaques par des pirates en Russie ou en Chine, qui compromettent la sécurité nationale US, pourraient déclencher une invasion par l’OTAN, si le président américain décide que la cyberattaque était un acte hostile du gouvernement russe ou chinois. Dans la vidéo, un expert britannique de sécurité nationale note que ce serait une « décision éminemment politique » de la part du président des États-Unis, qui ne peut être prise que par ce dernier en tant que seule autorité légale. L’OTAN, en produisant cette vidéo, a précisé que le dirigeant de toute nation membre de l’OTAN qui peut prétendre que sa nation a été « attaquée » par la Russie, peut engager une guerre de l’OTAN contre la Russie.

Dans le cas qui nous occupe, ce serait le président américain Barack Obama. Cependant, cette vidéo a également déclaré que l’OTAN ne pouvait pas accepter automatiquement l’allégation d’un chef d’État qualifiant une cyber-attaque d’invasion, sauf si le pays qui est allégué avoir perpétré l’attaque l’a revendiquée, ou bien si la preuve est apportée qu’il en est à l’origine. Avec la nouvelle politique de l’OTAN, qui a été annoncé le 14 juin, dans lequel une cyber-attaque se qualifie automatiquement comme une guerre traditionnelle, une telle revendication ou la preuve de la culpabilité de la nation accusée pourrait ne plus être nécessaire. Mais cela a été laissé dans le vague dans les reportages publiés à ce sujet.

Dans le contexte de l’annonce de l’OTAN du 14 juin que la cyberguerre a le même statut que la guerre physique, Obama pourrait déclarer que les États-Unis ont été envahis par la Russie lorsque les e-mails du Département d’État de l’ancienne secrétaire américaine Hillary Clinton ont été copiés par quelqu’un en Russie.

C’est un sujet brûlant maintenant entre la Russie et les États-Unis. Ainsi, par exemple, ce même 14 juin, Reuters titre : « Moscou nie toute implication russe dans le piratage du DNC US », précisant que « la Russie a démenti mardi l’implication dans le piratage de la base de données du Comité national démocrate, dont les sources américaines ont dit qu’elle contenait toutes les recherches de l’opposition démocrate sur le candidat présidentiel républicain Donald Trump ».

Dans les temps anciens, l’espionnage était considéré comme faisant partie de la guerre, et, après la révélation des écoutes, par les États-Unis, des conversations téléphoniques de la chancelière allemande Angela Merkel, l’espionnage a été reconnu comme étant simplement une partie routinière de la diplomatie – au moins pour les États-Unis ; mais, maintenant, en vertu de la nouvelle politique de l’OTAN, elle pourrait être considérée comme étant équivalente à une invasion physique par une nation ennemie.

Lors de la prochaine réunion du sommet de l’OTAN, les 8 et 9 juillet, qui se déroule dans le cadre des exercices militaires les plus importants depuis la Guerre Froide, sur et à proximité des frontières de la Russie – manœuvres appelées Atlantic Resolve – il pourrait être discuté des plans de l’OTAN pour une invasion de la Russie, afin d’aboutir à un consensus pour l’ensemble de l’alliance. Cependant, même si cela se produit, ce ne sera pas rendu public, parce que les plans de guerre ne le sont jamais.

L’origine de cette impasse entre les États-Unis et la Russie remonte aux promesses que l’Occident avait faites en 1990 au dernier dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, de ne pas étendre l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie, et aux violations subséquentes de ces promesses par l’Ouest, à plusieurs reprises. Gorbatchev a dissous l’Union soviétique et le Pacte de Varsovie sur la base de ces fausses assurances de la part des dirigeants occidentaux. Ainsi, la Russie est entourée aujourd’hui par ses ennemis, y compris les anciens pays du Pacte de Varsovie et même quelques anciennes régions de l’Union soviétique elle-même, comme l’Ukraine et les républiques baltes, qui abritent maintenant les forces de l’OTAN. Cette dernière interprète l’acceptation par la Russie de la volonté des Criméens d’abandonner l’Ukraine et de rejoindre la Russie après le coup d’État ukrainien de 2014, comme constituant la preuve d’une intention de la Russie d’envahir les pays de l’OTAN qui avait été autrefois partie de l’Union soviétique et du Pacte de Varsovie, tels que la Pologne, l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie ; et ceci est la raison alléguée pour les grandes manœuvres militaires de l’opération Atlantic Resolve, et la forte augmentation des troupes américaines et d’armes dans ces pays aux frontières de la Russie.

Source: Lesakerfrancophone.fr via Sott.net

 

14 commentaires

  • Nez

    C’est curieux, on nous parle toujours de guerre civile en France, mais pour qu’il y ait guerre civile, il faut deux camps adversaires. Je ne vois pas trop qui attaquerait qui. A part si on nous fait croire que certains groupes étrangers nous attaquent, mais dans ces cas là, je pense qu’ils viendraient de l’extérieur (comme cela s’est passé en Syrie)…. Donc s’il y a guerre civile, elle pourrait être une véritable guerre de déstabilisation de l’extérieur, maquillée en guerre civile. Sinon, il y a une réelle volonté de renverser le pouvoir … mais je ne sais pas qui le soutien encore !
    Que l’on veuille nous entraîner dans une guerre que nous ne voulons pas, est presque certain mais je ne vois pas trop de volonté populaire de faire la guerre.

    • Qui soutient le gvt que le peuple ne soutient plus?

      Ei? Isis? Al-Qaïda?

    • Bobbafett84

      Vu comment on monte les gens les uns contre les autres (plus particulièrement les populistes qu’on met dans le même panier que les nationalistes, vs les utopistes qui sont contre tous mais sans apporté du concret pour faire avancé le schmilblick) les risques sont multiples. Plus de chance de voir un conflit intercommunautaire, qu’une lutte de classe, quoique les deux peuvent se mêlés. La France d’en haut, des privilèges, des planqués, des bobos goacho convertis à l’ultra libéralisme consumérisme exacerbé, côtoyant la grande et petite bourgeoisies de droite, monarchiste sur le retour, solidaire contre le petit peuple, l’ouvrier, le salarié mal payé, l’endetté du rêve à la propriété, le déchu, le chômeur, l’oublié, le laissé pour compte, le désabusé, l’opprimé de la productivité et du rendement, le spolier des idées et des projets, le bafoué d’être un français de souche, le fils d’immigrés qu’on a monté contre le bafoué parce qu’il le croyait raciste et d’extrême droite, la fille d’immigré musulman qui se rend compte qu’on laisse faire des intégristes pour lui supprimer ses libertés fondamentale en tant que française et femme avant tous, l’homosexuel qui n’a rien demandé mais a qui on a donner un droit qui n’a fait que monté les enchères sur une reconnaissance imposé, plutot que l’éducation assumée, l’expatrié qui en a eu marre de tous le bordel, mais qui reviendra tôt ou tard pour ne pas laisser son pays, sa patrie tomber entre les mains de l’empire, de la finance, de l’état profond, quitte a devenir un dissidents, un résistant, un « terroriste » armée contre une république qui est en train de laisser son peuple sur le bas coté de la route.

    • Guette civile : comme le Maidan en Ukraine. Le peuple est pousse a la révolte contre son autorite de tutelle, l’etat. Une fois que l’etat est a genoux, une tutelle etrangere prends les commandes de l’etat. C’est ce qui se passe en Ukraine , la maintenant , sous nos yeux. Les US ont decide de tout en Ukraine. Le president est pro americain mais le gouvernement integre un  » gouverneur  » Américain. Gouverneur = gouvernail. Quant au bateau, les p’tits gars qui rament sont bien ukrainiens..

  • Se rappeller du détail. Quand la Russie dit que:
    Elle va étudier –> C’est en Production.
    Elle va produire –> C’est déja déployé.
    Elle Va mettre en place –> c’est déja fait depuis 2/3 ans et que la phase suivante de développement est déjà quasiment terminé, et les premiers essais en cours.
    Donc toujours 2 generations d’avance.

    • kalon kalon

      Ben oui, et lorsque la Russie annonce la mise en service prochaine du « Sukoï 50 », je suis certain qu’il est déjà en service et que Poutine attend une connerie des américains pour pouvoir l’employer en Syrie afin de prouver la supériorité des armes russes sur celles de l’OTAN afin de les faire réfléchir !
      Mais bon, faire réfléchir des fous, est ce bien utile ? http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

      • Le but de ces cingles est de s’approprier la terre à leur seul profit. Une guerre nucleaire chez les autres ne les gene pas du tout. Ils sont fous ! Ils veulent ramener la population mondiale a 500 millions de personnes…
        c’est pourquoi ils essaient de developper des androides plus dociles que les humains. Le transhumanisme c’est pas pour sauver des vies (enfin pas les notres) c’est pour asservir les hommes un peu plus.

  • Musashi Musashi

    Comment s’appelait il déjà ??? Nicolaas Van Rensburg il me semble ….

  • Le veilleur

    L’OTAN prétend maintenant que les pirates russes ayant copié les e-mails sur l’ordinateur personnel d’Hillary Clinton se sont rendus coupables d’espionnage contre les États-Unis. Quel pays va gober ça sans preuve ?

    Les membres de l’Otan ne vont pas entrer en guerre pour les e-mails d’une femme qui n’est pas encore présidente des États-Unis et qui ne relèvent donc pas du secret d’État, après tout, l’Europe à suffisamment était espionnée par les États-Unis, il serait judicieux qu’ils les laissent se débrouiller seul avec leur conscience.

    Surtout que dans cette guerre, l’Europe risque gros et je me souviens qu’il y a quelques temps encore les pays d’Europe n’étaient pas très chaud pour faire la guerre contre la Russie et donc je doute qu’ils aient changés d’avis car il faudrait être fou pour partir dans une guerre nucléaire.

    Les États-Unis cherchent juste à faire peur car c’est leur stratégie favorite, il espère ainsi soumettre l’adversaire mais la Russie ne se soumettra jamais et n’attaquera jamais la première les États-Unis, ni aucun État membre de l’UE, la responsabilité de cette guerre reviendrait uniquement aux membres de l’Otan et je ne sais pas s’ils sont nombreux à vouloir ça.

    Vladimir Poutine : «La Russie ne pourrait attaquer l’OTAN que dans le rêve d’un fou».

    https://francais.rt.com/international/2987-poutine-otan-attaque-reve-fou

    L’Europe doit s’affranchir de la tutelle US et renouer avec la Russie.

    L’Europe doit renoncer à la politique imposée par les Etats-Unis et l’Otan pour adopter une position indépendante vis-à-vis de la Russie, a déclaré Michael Hudson, président de l’Institut américain de recherche sur les tendances économiques à long terme.

    https://fr.sputniknews.com/international/201606111025759757-europe-influence-tutelle-reprise-relations-russie/

    Un avertissement russe.

    http://lesakerfrancophone.fr/un-avertissement-russe

  • En mer de chine, en Ukraine, en Syrie et donc pourquoi pas en Russie ?
    Cependant :
    « Washington va-t-il se déclarer en guerre ouverte contre Assad ? »
    A cette question : la réponse semble être donnée par l’oracle touchant Damas du prophète Esaïe.
    Lien de l’article = http://www.ediap.com/journal/Syrie.pdf

  • engel

    Il serait temps !

    C’est bien beau cette prise de conscience, mais que tardive.
    Maintenant, « les jeux sont faits, rien ne va plus ».
    Faudra donc, que vous assumiez collectivement cette inconscience.
    Dommage pour vous… et surtout pour moi !

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gifEn vous souhaitant, bonne fiesta à tous.

  • Les US ayant admis avoir espionné la France et quelques autres de ses alliés nous sommes donc de facto et selon leurs principes en guerre contre les USA, donc contre l’OTAN donc alliés des Russes.

  • J’ai entendu récemment Xavier Moreau sur la situation en Ukraine et indirectement sur les tensions Russie-USA. Il n’y a, selon lui, aucunes chances que les USA attaque la Russie militairement car les Russes ont une supériorité de part leur armement plus sophistiqué. Mais c’est une guerre économique, médiatique,..etc qui se déroule déjà et qui pourra peut-être s’amplifier.
    Voici le lien : http://www.dailymotion.com/video/x1idep1_xavier-moreau-sur-la-situation-en-ukraine_news
    Quant à moi, je pense que nous serions déjà en guerre (au sens 14-18 ou 39-45) depuis un petit moment si la bombe atomique n’existait pas. Car, la situation économique dramatique, géopolitique(despotisme de quelques fous furieux, occidentaux surtout) actuelle s’est toujours soldée par une guerre dans le passée mais aujourd’hui cette guerre ne peut venir car trop dévastatrice et difficilement maitrisable. Donc, c’est une situation inédite et tous les pronostics sont ouverts…