Les 68 médicaments à proscrire selon Prescrire…

La revue spécialisée en pharmacologie publie dans son numéro de janvier sa liste réactualisée des médicaments à éviter en raison de leurs effets indésirables.

Ce sont des «médicaments à écarter pour mieux soigner», selon la revue Prescrire qui n’hésite pas à préciser son objectif dans son éditorial: «Sans attendre les décisions des autorités, les patients et les soignants ont intérêt à choisir de les écarter des soins et à préférer des traitements mieux éprouvés». Un appel aux patients et aux médecins pour qu’ils prennent les choses en main, sans toujours attendre la décision officielle. Il faut dire que les procédures de suspension ou d’interdiction par les autorités de santé sont souvent lentes, en particulier lorsqu’elles nécessitent un consensus au niveau européen. Protelos, l’un des médicaments qui figure dans la liste noire de Prescrire, l’illustre à merveille….

[…]

Des cas d’école

Sans doute aussi auront-ils déjà banni de leur pharmacopée personnelle la quinine (Hexaquinine, Okimus, Quinine vitamine C Grand) parfois donnée pour traiter les crampes alors qu’il s’agit, rappelle Prescrire, d’un médicament qui «expose à des effets indésirables graves, parfois mortels». Là aussi, la réaction des autorités françaises semble bien timorée. La commission de la transparence a estimé en avril 2011 que «compte tenu d’une faible efficacité sur des affections bénignes qui se résolvent spontanément et du risque d’accident allergique rare mais sévère, le service médical rendu par ces spécialités est considéré comme insuffisant». Conclusion: retrait? Non, simple déremboursement.

Encore plus inexplicable, le cas du Motilium, dont le service médical rendu n’est que «modéré» pour le «soulagement des symptômes de type nausées et vomissements» et franchement «insuffisant» dans d’autres indications, selon l’évaluation de l’ANSM en 2007. Il suffit de consulter la notice du médicament sur la toute nouvelle Base de données publique des médicaments pour y voir mentionnée la toxicité cardiaque potentielle au chapitre (4) des effets indésirables éventuels très rares (rapporté chez moins d’un patient sur 10.000): «Décès inattendu résultant d’un arrêt soudain de la fonction cardiaque chez une personne pouvant avoir ou non une maladie cardiaque connue». Peu actif, potentiellement mortel, retrait? Non, réévaluation européenne en cours.

Dernier exemple, parmi les 68 de la liste noire de Prescrire, le Xolair,………

[…]

Lire l’article

Auteur Damien Mascret pour Le Figaro

Les Français favorables à des réformes chocs sur l’assurance-chômage

50.000 jeunes Français veulent s’exiler au Canada

Faut-il autoriser l’exploration du gaz de schiste ?
78% pour et 28% contre (Note: vote sur le figaro)