Athènes obtient deux ans de plus pour assainir ses finances (rectification)

Un défaut de paiement total de la Grèce, du moins officiel, signifierait l’éclatement de la zone euro, la fin de l’euro, le chaos généralisé durant un temps en Europe, et si le chaos est là, comment gouverner des pays sans que ceux-ci s’enflamment? La sentence est donc repoussée de deux ans alors que le pays ne peut plus payer, la Grèce avait une dette, ils ne pouvaient pas payer! Ils ont effacé 95% de la dette, le pays ne pouvait toujours pas payer. On repousse l’échéance, ils seront vraiment en mesure de payer dans deux ans?

Antonis Samaras © epa.

Le gouvernement grec va obtenir deux ans supplémentaires pour assainir son budget, affirme le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung à paraître mercredi en citant un protocole d’accord avec les créanciers de la Grèce.

Athènes va devoir ramener son déficit sous la barre des 3% de son Produit intérieur brut (PIB) en 2016 et non plus dès 2014 comme prévu jusqu’à présent, poursuit le grand quotidien de Munich, selon un extrait de l’article diffusé mardi soir.

Les délais accordés à la Grèce pour la mise en place de réformes sur son marché du travail et dans le secteur de l’énergie, ainsi que de nouvelles privatisations vont en outre être prolongés, selon la même source.

Le Premier ministre Antonis Samaras peut également compter sur le fait que les partenaires européens de la Grèce vont débloquer rapidement une nouvelle tranche d’aide de 31,5 milliards d’euros, croit encore savoir la Süddeutsche Zeitung.

Athènes prévoit toutefois de retirer des privatisations seulement 8,8 milliards d’euros d’ici à la fin 2015, contre 19 milliards d’euros jusqu’à présent.

Une question demeurait toutefois en suspend mardi: comment Athènes va combler les trous budgétaires pour 2013 et 2014. Entre 15 et 18 milliards d’euros supplémentaires sont en effet nécessaires, précise encore le journal.

Source: 7sur7.be

Les articles se suivent et se contredisent, mise à jour donc avec finalement, aucun délais de deux ans d’accordé. Finalement, on ne va peut-être pas attendre autant…

© reuters.

Un membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), Jörg Asmussen, a démenti mercredi des informations de la presse allemande selon lesquelles la Grèce aurait obtenu de ses créanciers un délai supplémentaire de deux ans pour assainir ses finances publiques.

« J’ai lu ça aussi. Il n’y a pas jusqu’ici d’accord définitif de la troïka (les créanciers de la Grèce: la BCE, l’Union européenne et le Fonds monétaire international, ndlr) avec le gouvernement grec », a-t-il affirmé sur la chaîne publique allemande ARD.

« Il y a des progrès à Athènes mais nous n’en sommes pas là », a-t-il ajouté.

Le quotidien Süddeutsche Zeitung affirme dans son édition de mercredi que le gouvernement grec aura désormais jusqu’à 2016 et non 2014 comme prévu jusqu’ici pour ramener son déficit public sous la barre des 3% de son Produit intérieur brut (PIB).

Le journal dit s’appuyer sur un protocole d’accord entre Athènes et ses créanciers actuellement en négociations.

Jörg Asmussen a également souligné qu’accorder un délai supplémentaire à la Grèce signifiait aussi davantage d’aides financières de la part des partenaires européens d’Athènes pour combler les déficits attendus en 2014 et 2015.

« Si l’on reportait les objectifs fiscaux de deux ans, cela signifierait que l’on doit mettre à disposition (de la Grèce) des moyens financiers supplémentaires des Etats de la zone euro », selon lui.

Le ministère des Finances allemand n’a pas jusqu’ici commenté les informations de la presse allemande.

Source: 7sur7