Un termite-kamikaze se fait exploser au combat

Un article qui nous informe que, l’homme n’a rien inventé…

La photographie qui figure ci-dessus mérite quelques éclaircissements. Malgré les apparences, il s’agit de cinq membres de la même espèce de termites tropicaux, Neocapritermes taracua, que l’on trouve communément en Guyane et qui se nourrissent de bois en décomposition. Le gros, avec la tête surdimensionnée, est un guerrier, tandis que les quatre autres, plus petits, sont des ouvriers. Pourtant, à bien y regarder, comme l’ont fait des chercheurs tchèques et belges dans une étude publiée par Science vendredi 27 juillet, on découvre aussi des différences entre ouvriers. Je les ai entourées en rouge sur le cliché. Certains ont des sortes d’épaulettes bleues à la frontière entre leur abdomen et leur torse, tandis que, chez les autres, cette zone reste blanche.

Ces taches bleues sont en réalité de petites poches dans lesquelles de mystérieux cristaux bleus sont fabriqués et stockés, non loin des glandes salivaires de ces insectes (qui se trouvent aussi dans le dos). Cette particularité physique ne constitue pas la seule différence entre « cols bleus » et « cols blancs ». Si des membres d’une autre espèce de termites font intrusion dans le secteur, les premiers vont se montrer nettement plus agressifs que les seconds. En l’espace de 5 minutes, les termites aux cristaux mordront leurs adversaires 15 fois contre 2 fois seulement pour les ouvriers blancs. Et ce n’est pas tout. Si jamais ils ont le dessous dans la bagarre, les « bleus » se transforment rapidement en kamikazes, en se faisant littéralement éclater sur leurs ennemis. Sous la pression interne, leur cuticule cède au niveau des taches bleues et le contenu des poches se déverse à l’extérieur, accompagné d’ailleurs du contenu de l’insecte qui meurt dans cette explosion organique. Le liquide relâché semble particulièrement toxique car, dans 40 affrontements, seuls 3 insectes aspergés s’en sont tirés : 26 ont été tués et 11 paralysés.

Pour comprendre pourquoi certains ouvriers ont des poches bleues et d’autres pas, les auteurs de l’étude se sont intéressés… aux mandibules de ces insectes. En effet, le degré d’usure de celles-ci indique l’âge des termites : au fur et à mesure qu’ils vieillissent, travaillent dans le nid ou vont chercher de la nourriture pour la colonie, les ouvriers voient leurs mandibules s’éroder et devenir de moins en moins efficaces. Et, dans le même temps, leurs sacs à cristaux bleus se remplissent… L’ouvrier-termite, après une vie de labeur, n’a pas le droit à la retraite. Utile jusque dans la mort. Il consacre sa vieillesse à préparer l’arsenal qui rendra son suicide le plus dangereux possible pour ses adversaires.

[…]

LIRE LA SUITE

Auteur Pierre Barthélémy (@PasseurSciences sur Twitter)

Source Passeur-de-sciences

7 commentaires

  • Mizzy

    Ces termites kamikazes s' »éclatent » pour défendre leur congénères et non l’inverse. C’est plus de l’ordre du sacrifice. Comme quoi les titres, malheureusement, faussent un peu l’info et ne la met pas en valeur. Dommage !!

    • voltigeur voltigeur

      Au delà du titre certes accrocheur,j’ai trouvé la métamorphose incroyable et me demande
      si d’autres espèces développent les mêmes facultés, à part certaines fourmis dites « explosives » :)

  • engel

    Et bien voilà !
    Maintenant on sait comment recycler nos vieux…

    Ps: Après explosion les chairs sont-elles toujours commestibles ?

  • Bax

    c’est cool la retraite chez les termites, elle s’envoie en l’air ;)

    En tout cas on sait d’où vient l’idée du jeux des Lemmings.
    Des ouvriers qui s’efforcent au travail et qui explose pour aider ces congénères.