La mort d’un conte de fées….

Et la naissance d’une période de vaches maigres………

Commençons par la bonne nouvelle : les gens admettent finalement que des mesures d’austérité ne fonctionnent pas. Et passons à la mauvaise : il y a peu d’espoir que les choses changent à court terme. Le mois écoulé vient de voir s’éteindre la fée de la confiance.

Cela fait deux ans que la plupart des hommes politiques en Europe et une grande partie des hommes politiques et des experts américains sont esclaves d’une doctrine économique destructrice. Selon cette doctrine, les gouvernements ne devraient pas répondre à l’économie sévèrement déprimée de la façon dont les ouvrages universitaires le conseillent, c’est-à-dire en dépensant davantage pour compenser la demande privée en baisse, mais avec des mesures d’austérité fiscale, en réduisant drastiquement les dépenses afin d’équilibrer leurs budgets. 

Depuis le début, des voix se sont élevées pour prévenir que l’austérité face à une dépression ne ferait qu’aggraver cette dépression. Cependant, les « austériens » ont insisté que ce serait l’inverse qui se produirait. Pourquoi ? La confiance ! « Des mesures qui inspirent confiance vont favoriser, et non empêcher, une relance économique », déclarait Jean-Claude Trichet, l’ancien président de la Banque Centrale Européenne -une affirmation dont les Républicains s’étaient fait l’écho ici au Congrès. Ou bien, comme je le disais à l’époque, l’idée était que la fée de la confiance allait venir récompenser les hommes politiques pour leur vertu fiscale.

La bonne nouvelle c’est que beaucoup de gens influents admettent enfin que la fée de la confiance était un mythe. Malgré tout, la mauvaise nouvelle c’est qu’il n’y a pas vraiment de changement de cap prévu en Europe ou en Amérique, où nous n’avons jamais suivi complètement cette doctrine mais où nous avons néanmoins eu une austérité de facto sous la forme de baisses drastiques des dépenses et des emplois locaux.

D’ailleurs, on note au sujet de cette doctrine qu’avoir recours aux merveilles de la confiance, voilà quelque chose que Herbert Hoover aurait trouvé complètement familier et avoir foi dans la fée de la confiance a aussi bien fonctionné pour l’Europe moderne que pour l’Amérique d’Hoover.

Dans toute l’Europe et sa périphérie, que ce soit en Espagne ou en Lettonie, les mesures d’austérité ont abouti à des récessions et des taux de chômage dignes de la Grande Dépression ; la fée de la confiance n’est nulle part, pas même en Grande-Bretagne, où son virage vers l’austérité a été accueilli il y a deux ans par des alléluias appuyés des élites politiques des deux côtés de l’Atlantique.

Rien de tout ceci ne devrait nous surprendre, puisque l’échec des politiques d’austérité à faire ce qui était promis est évident depuis longtemps. Cependant, les dirigeants européens ont passé des années dans le déni, s’entêtant à expliquer que leurs politiques allaient bientôt commencer à payer ainsi qu’à célébrer leurs supposés triomphes à la moindre éclaircie.

Les Irlandais, durement éprouvés (littéralement), ont été notamment montrés en exemple non pas une mais deux fois, début 2010 et à nouveau à l’automne 2011. A chaque fois, ce soi-disant succès s’est avéré être un mirage ; depuis trois ans qu’elle vit un programme d’austérité, il reste toujours à l’Irlande à montrer un vrai signe de relance, après une récession qui a mené le taux de chômage à presque 15 %.

Cependant, quelque chose a changé ces dernières semaines. Plusieurs évènements -l’effondrement du gouvernement des Pays-Bas à propos des mesures d’austérité, la forte percée de François Hollande, vaguement anti-austérité, au premier tour de l’élection présidentielle en France ainsi qu’un rapport économique qui montre que la Grande-Bretagne est plus mal en point dans la récession actuelle que lors de celle des années 1930- semblent avoir finalement brisé le mur du déni. Tout à coup, tout le monde admet que l’austérité ne fonctionne pas.

Aujourd’hui, la question est de savoir ce qu’ils vont faire. Et je crains que la réponse ne soit : pas grand chose.

Tout d’abord, même si les « austériens » semblent avoir abandonné tout espoir, ils n’ont pas abandonné la peur -c’est-à-dire que si l’on ne sabre pas dans les dépenses, même dans une économie déprimée, nous allons devenir la Grèce avec des taux d’emprunts astronomiques.

Les affirmations selon lesquelles seule l’austérité peut apaiser les marchés des obligations se sont avérées être aussi erronées que celles qui prétendaient que la fée de la confiance allait apporter la prospérité. (…)

Des analystes sérieux affirment aujourd’hui que l’austérité fiscale dans une économie déprimée serait intrinsèquement vouée à l’échec : en rétrécissant l’économie et en touchant aux revenus à long terme, l’austérité aggrave indubitablement le profil de la dette plutôt qu’elle ne l’améliore.

(…)

Nous vivons donc dans un monde de mesures économiques de zombies -des mesures qui auraient dû être anéanties par la preuve qu’elles reposent sur des fondations erronées, mais qui malgré tout poursuivent leur route. Et il est impossible de savoir quand ce règne de l’erreur cessera.

Lire l’article en totalité

Auteur : Paul Krugman

Source : www.rtbf.be via TerreSacrée

16 commentaires

  • Maverick Maverick

    La confiance, c’était surtout celle des Marchés dont il était question. En oubliant que c’est surtout celle de la population qui crée de la croissance et de l’innovation.

  • yael

    Il y avait un conte de fée ??? Purée j’ai du raté le début… Depuis que j’ai l ‘age de 16 ans je me lève à 5h30 pour aller bosser! J’ai du raté le wagon… Tout ça pour en arrivé ou? Les deux pieds dans la merde… Que du bonheur!!

  • romulus

    Rien ne changera et ce sera toujours les « petits » qui trinqueront si on ne change pas de vision des choses: vous pouvez multiplier les inventions, la recherche, les schémas organisationnels, si à chaque fois il n’y a pas un examen sans concessions pour savoir si cela est au réel service de l’humanité et de la Nature à laquelle elle se rattache, les hommes regarderont d’un côté tandis que tout nous poussera de l’autre, d’ou les malaises actuels (guerres, chômage, pollutions,…)dus à cette distorsion. Déjà tordre le cou à cette pseudo-science qu’est l’économie qui ne reflète en rien la réalité. La preuve, dans les années 70, on m’avait appris que la seule véritable variable d’ajustement dans une entreprise était les frais de personnel et cela m’avait paru intuitivement suspect: 40 ans après, ou en est on avec cela? La vie sur terre doit être un compromis respectueux entre l’homme et la nature. Point barre. Nous sommes peut être ici pour réussir cela, alors à nous de nous en débrouiller, ou disparaissons. Ah! moins facile que de compter les biftons du CAC40 ou de ses propres deniers pour acheter un écran plat, je le reconnais volontiers.

  • hopix

    C’est l’empreinte du mensonge…

  • manquepasdair

    la dette mensonge des gouvernements dépassé par les système
    frauduleux des marchés et le pire c est que les gens cautionne cela
    la france est endetté . il y a 20 vingt ans les gens disait c est dur et les gens y arrivait de l argent , il y en a regarder la vente des voitures c est pour celui qui va acheter la plus cher la plus puissante et rouler toujours plus vite alors que le carburant augmente
    il y a 5 ans les procés était sur l année a pres de 450 millions e il sont a pres de 700 million e

  • bibi

    bonjour désolé pour le hs , mais j’aurais voulu conaitre votre avis

    depuis quelques temps je vois une recrudescence de boutique proposant le rachat d’or , alors que selui si n’a jamais etait aussi haut , sur un autres forum ont ma dit que la raison était que l’or du rachat l’acheteur s’appropriaient une marge de bénéfice importante , j’ai voulu testé par moi suite a un prospectus recu dans ma boite au lettre , j’ai contacté l’acheteur qui ma proposé 233 euroes piéce pour une piéce napoléon 20ffr alors que selle si étaient coté 255 euroes , perso je ne trouve pas qu’il y est une grosse marge de bénéfice , alors pourquoi tant de demande ? cherche ton pas plutot a récupérer tout l’or des particuliers suite a la probable fin de l’argent papier ?

    • Tex

      Bien sûr que si!!
      Et puis il parait qu’il va encore monter très, très fort!!!

      • bibi

        je sent que des la semaine prochaine il va commencer a grimpé , dit moi je souheterais acheter un lingotin 50 grammes lundi chez mon bijoutier , a tu des conseilles a me donner ? un certificat est til nécessaire ?

      • delphine

        salut Bibi,
        acheter de l’or,
        si tu en as les moyens,
        tant mieux pour toi;
        mais un petit conseil vaut parfois mieux que l’or.
        vérifies tes compétences,
        développes en de nouvelles,
        apprends à faire des choses utiles…au cas où!
        un lingot ne te nourrira pas longtemps,
        si tu connais la nature, le bricolage,…
        ça peut vraiment t’aider.

      • engel

        L’or est une monnaie.
        Les compétences sont des savoirs faire.
        L’un achète, l’autre se monnaye.
        Alors, pourquoi conseiller l’un au détriment de l’autre ?

        Salut Bibi.

        La plupart du temps, il n’y a pas de certificat pour les petits lingotins. Il n’y a pas de faux lingotin sur le marché régulier (les fauix ne touchent que les 1kg et +). Tu n’as rien a craindre si tu l’achètes dans une officine ayant « pignon sur rue ».
        Par contre, si tu en as la possibilité, je t’engage à faire plusieurs boutiques. Car éffectivement, la commission peut énormement variée.

      • bibi

        merci pour ta réponse , mon bijoutier ma dit la méme chose que toi , mais bon je préfére me renseigner quant méme ,surtout vu le pris d’un lingotin

      • engel

        C’est tout à fait normal.