Québec! fuites de gaz de schiste

On est en droit de se demander, ce qui va se passer en France si ces « fracking » sont autorisés. Ils n’en sont au Québec, qu’à la phase exploratrice et déjà de gros soucis.
Pas de ça chez nous!! faites passer le message, car il en va de la sécurité de nos régions,
Ce sont des pratiques destructrices et ultra polluantes, informez vous, et réagissez avant le désastre.

Après le ministère de l’Environnement du Québec, c’est au tour du ministère des Ressources naturelles du Québec de confirmer que plusieurs des puits de gaz de schiste qu’il a inspectés présentent des fuites.

Selon un document du ministère soumis au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), 19 des 31 puits inspectés dans les MRC de Lotbinière, de Bécancour et des Maskoutains laissent échapper des émanations de gaz naturel.
(…)

Des inquiétudes, malgré les assurances de l’industrie


Pour André Bélisle, de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), ces informations confirment plutôt que le gouvernement du Québec doit adopter un moratoire sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste.

« C’est sûr qu’ils vont nous dire que c’est sans conséquence. BP disait la même chose par rapport au forage qu’ils ont fait dans le golfe du Mexique! Comment est-ce qu’on peut arriver dans une situation où on ne sait pas ce qui se passe, et après on se fait dire qu’il n’y a pas de problèmes? », s’insurge-t-il.

M. Bélisle s’en prend en outre au terme « gaz naturel », trop imprécis selon lui. « C’est une manière de nous endormir! Est-ce qu’on parle de méthane? Est-ce qu’on parle de sulfure d’hydrogène ? Est-ce qu’on parle de radon? Est-ce qu’on parle d’un mélange de tous ces gaz-là? En quelle quantité et depuis combien de temps ? On ne veut pas répondre à ces questions-là. »

« Il faut appeler une réglementation qui soit cohérente et conséquente, et il faut avoir les moyens de vérifier sur le terrain », poursuit M. Bélisle. « Que ce soit au niveau de l’eau, que ce soit au niveau de l’air, on sait qu’il y a des risques importants. »

De son côté, le maire de Bécancour, Maurice Richard, ne cache pas qu’il a été ébranlé par ces nouvelles informations. M. Richard, qui s’est toujours prononcé en faveur de l’exploitation du gaz de schiste, répète que la sécurité du processus est essentielle.

« Vous savez, un réservoir, il est étanche ou il ne l’est pas. Dans ce cas-ci, il y avait des failles ou des fuites dans beaucoup de puits. Est-ce qu’elles étaient dangereuses ou pas dangereuses? […] La question n’est pas là. C’est que ça doit être étanche. Donc, la méthode de travail, la façon de faire, doit avoir une certitude d’étanchéité. »

Pour Serge Fortier, du Comité de vigilance sur le gaz de schiste des MRC de Lotbinière et de Bécancour, les informations du ministère confirment qu’un moratoire sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste est nécessaire.

« On voit que c’est fait tout croche, et ça ne fait que commencer! On est en phase d’exploration et l’industrie n’est même pas capable de faire attention actuellement. Qu’est-ce que ça va être quand ça va être en exploitation? », soutient M. Fortier.

Source eso-news source d’origine Radio Canada