En Chine, les accusations du chef de la NASA ont été qualifiées de résultat d’un manque de confiance en soi

Source TOPWAR (Article traduit)

Dans une interview publiée dimanche, le chef de l’agence spatiale américaine, la NASA, Bill Nelson, a de nouveau critiqué les programmes spatiaux chinois et s’est engagé à battre la Chine dans la « course à la lune ». La dernière vague d’attaques a été perçue dans l’Empire du Milieu comme le reflet d’un manque de confiance dans la mise en œuvre des plans spatiaux américains, ainsi que d’une dangereuse mentalité de guerre froide.

Selon l’expert chinois, analyste spatial et commentateur de télévision Song Zhongping, le dernier battage médiatique de Nelson sur le programme spatial chinois est en fait un stratagème courant de la NASA pour utiliser un prétexte externe pour inciter le Congrès américain à allouer des fonds supplémentaires.

Nelson dit que la Chine est « très secrète » sur les programmes spatiaux. Selon lui, les États-Unis surpasseront la Chine en termes d’envoi d’un vaisseau spatial habité sur la Lune.

Les deux pays ont des visions similaires pour le lancement d’une sonde lunaire avec équipage au cours de la prochaine décennie. La Chine a annoncé que sa fusée habitée pour la mission devrait être construite d’ici 2030, tandis que la NASA a repoussé l’alunissage à 2025.

La Chine n’a jamais dit qu’elle cherchait à participer à la soi-disant course à l’espace avec les États-Unis

a déclaré l’expert chinois, notant que les courses passées avec l’Union soviétique et la pensée de la guerre froide avaient piégé les États-Unis.

En fait, les attaques publiques contre les programmes spatiaux chinois sont devenues la norme pour la NASA au cours des derniers mois. En septembre, Nelson a accusé la Chine de manquer de transparence sur les questions « spatiales ». En juillet, le chef de la NASA a ouvertement déclaré que la Chine « essayait d’occuper la lune ». En mai, il a affirmé que la Chine avait volé la technologie spatiale américaine.

Song a qualifié ces accusations d’infondées et d’injustifiées, affirmant que la Chine a toujours maintenu une position ouverte dans le secteur spatial.

La transformation rapide de la Chine en puissance spatiale au cours des dernières décennies inquiète beaucoup Washington. Rappelons qu’en 2011, le Congrès américain a adopté le Wolf Amendment, une loi interdisant à la NASA de coopérer avec la Chine et les organisations affiliées à la Chine.

Maintenant que la Chine s’est hissée au sommet des puissances spatiales grâce à ses innovations, les États-Unis sont encore plus inquiets.

Chanson notée.

Selon les analystes chinois, une telle pensée étroite et l’approche américaine non seulement n’aideront pas le développement technologique des deux pays, mais pourraient même éclipser les progrès de la technologie humaine.

Song a noté que si les États-Unis pouvaient traiter la Chine comme un partenaire plutôt que comme un ennemi, cela aiderait l’humanité à progresser dans l’exploration spatiale.

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

3 Commentaires

  1. « …s’est engagé à battre la Chine dans la « course à la lune »… »
    Il me semblait qu’ils avaient déjà battu tout le monde en juillet 1969 !!

    • https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

      Cela laisse songeur https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

      Dans le même texte:

      Nelson dit que la Chine est « très secrète » sur les programmes spatiaux. Selon lui, les États-Unis surpasseront la Chine en termes d’envoi d’un vaisseau spatial habité sur la Lune.

      Qui écrit l’Histoire maintenant ? La Chine https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

  2. Le petit Washington d’Ici, comme encore les gamins de son âge en Maternelle Supérieure, ne peut pas supporter de ne pas être LE PREMIER (pas de la classe, là il sait qu’il n’a aucune chance) mais A FAIRE quelque chose, comme exhiber son vit en récréation, ou rouer de coups l’enfant sage, celui qui répond les bonnes choses en classe. Vu très objectivement, c’est “assez” débile, mais bon, il faut se représenter celui qui n’est pas en mesure d’égaler le personnage de Bamban, dans Le Petit Chose d’Alphonse Daudet, donc il lui faut compenser par des actions d’éclat telles qu’il peut se les imaginer…. je n’irai pas plus loin, ce serait scatologique je le crains.
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

Laisser un commentaire