Le système financier, une escroquerie hubristique

C’est les conséquences des monnaies adossées à du vent. Madoff et Ponzi font figure d’amateurs face à cette avalanche de fausse monnaie en circulation. Pas étonnant que les gouvernements et banquiers, ces faussaires, veuillent remettre les compteurs à zéro. Partagez ! Volti

******

Par Egon Von Greyerz pour or.fr

Dans la mythologie grecque, Zeus condamna le roi Sisyphe pour son orgueil en le forçant à faire rouler éternellement un gros rocher vers le haut d’une colline, lequel rocher dévalait immédiatement la pente une fois le sommet atteint…

L’orgueil est un péché grave qui reste rarement impuni. L’arrogance et la sur-confiance en soi dont ont fait preuve les pouvoirs en place (TPTB – The Powers That Be) en menant le monde à la ruine, seront sévèrement punies. Malheureusement, le monde entier en subira les conséquences et pas seulement l’élite qui en est la cause.

LES BANQUIERS ET LES GOUVERNEMENTS ONT INFLIGÉ DES DÉGÂTS ÉNORMES

Il pourrait paraître injuste de désigner un seul groupe de personnes comme les coupables de l’effondrement mondial à venir. L’économie mondiale a toujours oscillé entre des cycles d’expansion et de récession et suit donc un phénomène naturel comme les saisons. La principale différence cette fois, ce sont les dégâts énormes que les gouvernements, les banques centrales et les banquiers ont déjà infligé au monde.

En 2006, lorsque la grande crise financière a éclaté, la dette fédérale américaine était de 8 500 milliards $ et elle s’élève aujourd’hui de 26 500 milliards $. En 14 ans, la dette a plus que triplé. En 2006, le PIB était de 14 000 milliards $ et il est aujourd’hui de 21 500 milliards $. Le ratio dette/PIB est donc passé de 60% à 123%.

C’est ce que l’on appelle « tourner à vide ». La création de dette aux États-Unis n’a rien à voir avec l’investissement dans des actifs productifs. Avec un ratio dette/PIB qui a doublé en 14 ans, il est évident que tout l’argent imprimé ne va pas dans l’économie réelle mais soutient un système financier en faillite qui a gardé l’argent pour soutenir ses propres bilans insolvables et pour rémunérer les hauts dirigeants avec de l’argent fictif.

DE L’IMPRESSION MONÉTAIRE POUR ENGRAISSER LES DIRIGEANTS

La monnaie imprimée a également servi à des méga-sociétés improductives qui se sont lourdement endettés, le total des emprunts étant passé de 3 000 milliards $ en 2006 à 7 000 milliards $ aujourd’hui. Au cours de la même période, les entreprises américaines ont dépensé plus de 6 000 milliards $ en rachats d’actions. Ainsi, au lieu d’investir pour se développer, les sociétés ont emprunté de l’argent pour racheter leurs propres actions dans le but de gonfler le prix du titre et ainsi la rémunération des dirigeants sous forme d’options et d’actions.

Cette arrogance des entreprises restera-t-elle impunie ? Les dirigeants auront du mal à faire rouler un gros rocher au sommet d’une colline, mais lorsque l’économie américaine et mondiale s’effondrera et que l’agitation sociale se propagera, les pauvres ne traiteront pas les nantis avec gentillesse.

UN CHÂTEAU DE SABLE MONDIAL CONSTRUIT SUR LA MMT

Comme je l’ai dit à maintes reprises, il est certain que le château de sable mondial reposant sur une dette sans valeur, s’effondrera. Le timing est difficile à prévoir et les banques centrales font de la magie depuis 2006.

En faisant passer la dette mondiale de 125 000 milliards $ en 2006 à 270 000 milliards $ aujourd’hui, ils ont noyé le monde dans une somme incroyable d’argent sans valeur. Peu de gens comprennent que c’est uniquement de la fausse monnaie et de la fausse richesse qui a été crée. Pas même les prix Nobel qui croient que la théorie monétaire moderne (MMT) est la solution à tout. Comment peut-on croire que fabriquer de l’argent à partir de rien puisse créer de la richesse ? Puisque tant de gens en bénéficient, pourquoi s’en inquiéter ? L’élite est devenue méga riche (mesurée en fausse monnaie) et les masses pensent que leur niveau de vie s’est amélioré avec des gadgets comme les voitures ou les iPhones. Mais peu de gens réalisent que tout cela vient de la dette. Soit une augmentation de la dette personnelle, soit une augmentation des emprunts publics.

LA PLUS GRANDE ESCROQUERIE DE L’HISTOIRE

Le monde réalisera un jour que tout cela est le fruit la plus grande escroquerie de l’histoire. Les arnaques de Charles Ponzi ou Bernard Madoff étaient ridicules à coté de celle-ci.

Il faudra bientôt assumer les conséquences des actes commis par le passé. Tel que l’a décrit Alasdair Macleod dans de nombreux et excellents articles sur KWN, il est toujours difficile d’anticiper le timing, mais tout peut arriver très vite. Alasdair, un ami Anglais conservateur, qui a une connaissance approfondie des questions monétaires et économiques prévoit un effondrement des banques et de la monnaie avant la fin 2020. Ce qu’il comprend avant tout, c’est l’histoire. La majorité des économistes et des banquiers pensent que c’est différent aujourd’hui. Mais ils risquent une nouvelle fois de se tromper.

L’EFFONDREMENT FINAL DE LA MONNAIE EST IMMINENT

Que nous remontions à l’Empire romain au IIIe siècle ou au système de Law vers 1720, nous constatons que l’histoire se répète sans cesse. Pratiquement tous les effondrements économiques impliquent une dévaluation totale de la monnaie. Nous sommes maintenant dans les dernières étapes d’un effondrement mondial de la monnaie. Toutes les grandes monnaies ont vu leur pouvoir d’achat réel (mesuré en or) baisser de 97% à 99% depuis 1971. Le 15 août 1971 (fin de la convertibilité du dollar en or) a été une date importante pour le système monétaire. C’est le jour où Nixon a condamné le dollar, ainsi que toutes les monnaies liées au billet vert.

Le système monétaire n’étant plus adossé à l’or et les gouvernements irresponsables pouvant émettre des dettes illimitées, ce fut le début de la fin du système monétaire actuel. La deuxième étape de la course vers le bas a commencé au début des années 2000 et depuis, toutes les monnaies ont chuté d’environ 80 à 85 %.

L’OR NE REGARDERA PAS EN ARRIÈRE

L’or a atteint un pic temporaire en 2011 et a repris sa tendance à la hausse en 2016. La quantité massive d’argent imprimée depuis 2006 ne se reflète pas encore correctement dans le prix de l’or. Mais cela va arriver.

Les perspectives d’un effondrement monétaire en Occident n’ont jamais été aussi grandes. Cela signifie donc que les perspectives pour l’or sont exceptionnelles.

IL N’Y A PAS D’OR PHYSIQUE ADOSSÉ À L’OR PAPIER

D’autres facteurs influent sur le prix de l’or. Il y a une pénurie massive d’or physique sur les marchés à terme et dans le système LBMA. Lorsque l’or montera et que les détenteurs d’or demanderont la livraison physique, il n’y aura plus d’or disponible pour régler les créances papier. Il n’y a que deux issues possibles. Une défaillance du système LBMA, ce qui signifierait également un effondrement total des banques. Les banques tenteront de régler les créances en papier-monnaie, mais cela entraînera également des faillites.

Il est possible que les banques centrales impriment des milliers de milliards de dollars pour sauver les banques afin qu’elles puissent acheter de l’or. Le problème est qu’il n’y aura pas d’or disponible aux prix actuels, mais seulement à des multiples du prix actuel. Plus les banques centrales impriment de monnaie, moins elle a de valeur et plus l’or coûte cher. C’est donc une véritable tâche sisyphéenne qui est vouée à l’échec.

ACHATS INSTITUTIONNELS D’OR

Un autre facteur important : l’or physique représente seulement 0,5% des actifs financiers mondiaux. Quand l’inflation augmente et que les actifs de la bulle comme les actions, les obligations et les biens immobiliers s’effondrent, les investisseurs privés et institutionnels veulent tous détenir de l’or. Les institutions auront besoin d’or pour se protéger contre l’inflation et le risque. Supposons qu’une institution souhaite se procurer environ 120 millions $ d’or et que cela soit multiplié par cent pour répondre à toute la demande institutionnelle. Au lieu d’acheter 2 tonnes à 1 900 $ l’once, elle aura 200 kilos à 19 000 $ l’once. Ils obtiendront leurs 100 milliards $ d’or, mais à un prix 10 fois plus élevé. Comme la production ne peut pas être augmentée, une hausse de la demande ne peut être satisfaite que par un prix plus élevé.

Le stock mondial d’or est de 170 000 tonnes d’or, dont 50% en bijouterie et 35 000 tonnes stockées dans les banques centrales. Seul un minuscule pourcentage de cet or sera disponible aux prix actuels. De plus grandes quantités coûteront des multiples du prix actuel. La production annuelle d’or et de débris d’or est entièrement absorbée chaque année et nous avons atteint le pic de production de l’or.

Actuellement, les affineurs suisses constatent une faible demande, mais ce n’est qu’une accalmie après une période très mouvementée et avant la prochaine chute des actions et la montée des métaux précieux.

QUATRE FACTEURS QUI DÉTERMINENT LE PRIX DE L’OR

Pour résumer, le prix de l’or sera soutenu par quatre facteurs incroyablement forts :

  • La forte dépréciation des monnaies due à l’impression monétaire
  • Les importantes pénuries d’or sur les marchés LBMA et marchés à terme
  • L’entrée sur le marché de nouveaux gros investisseurs privés et institutionnels
  • Seules de petites quantités d’or sont disponibles aux prix actuels

L’argent est susceptible d’augmenter 3 fois plus vite que l’or, mais rappelez-vous qu’il est très volatile et que les corrections seront violentes. Pour être serein, détenez de l’or. Même avec un ratio or/argent historiquement élevé à 93, nous conseillons actuellement une allocation de 75% en or physique et 25% en argent.

Les grandes quantités de métaux précieux doivent de préférence être stockées en dehors de votre pays de résidence et en dehors du système bancaire. Il est risqué de stocker des actifs de préservation du patrimoine dans un système bancaire en faillite.

L’or et l’argent sont en phase d’accélération. La tendance est fortement à la hausse, mais les corrections seront normales. La période durant laquelle vous pouvez acheter de l’or en dessous de 2 000 $ et de l’argent en dessous de 25 $ sera très courte.

Source originale: Matterhorn – GoldSwitzerland

Source Or.fr (Url : https://or.fr/actualites/systeme-financier-escroquerie-hubristique-1906 )

La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu’elle est accompagnée d’un lien vers la source originale.

Vu sur BusinessBourse

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

26 commentaires

  • rouletabille rouletabille

    Pourquoi couper des forets pour faire du papier fric?
    Ils suffit d’un PC pour faire des chiffres autant qu’on veut…
    Entre copains autorisés bien entendus.

  • kalon kalon

    Il est, manifestement, plus simple, pour des politiciens fuyant leurs responsabilités, de prendre des mesures coercitives que de les lever ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
    Somme toute, vive le complotisme…
    https://www.dedefensa.org/article/somme-toute-vive-le-complotisme

  • Deux, trois précisions au sujet de l’origine de notre système financier.
    Après 1789, la France est passée d’une monarchie qui avait pour contre-pouvoirs tous les corps intermédiaires, à une oligarchie financière dénuée de tout contre-pouvoirs, le tout sous le vocable trompeur de démocratie.
    La démocratie est le vêtement dont se pare le pouvoir sous le prétexte qu’existe une représentation populaire (pouvoir législatif). Mais cette représentation est, dans les faits, c’est-à-dire concrètement, catégorielle et non pas populaire parce que contrôlée par des partis politiques sous influence des puissances d’argent.
    Le véritable pouvoir aujourd’hui n’est pas à rechercher dans l’apparence des arcanes politiques, il se cache derrière l’anonymat des capitaux et dans les paradis fiscaux.
    Le véritable pouvoir auxquelles sont soumises les populations, maintenues dans la naïveté et l’inconscience, est économique : il appartient aux principaux détenteurs de capitaux de la planète ; lesquels ont tant et si bien œuvré depuis des centaines d’années qu’ils sont devenus propriétaires directs et/ou indirects de la majeure partie des actifs tangibles de ce monde.
    Tant que le destin des monnaies restera l’apanage des banquiers mondialisés, et continuera en conséquence à échapper aux peuples qu’elles contraignent, nous assisterons à la continuation de la mise sous tutelle financière, économique, juridique et politique de ces derniers (et à terme à l’esclavagisme).
    Pour ceux qui l’auraient oublié, cette vérité a été directement précisée par l’un des fondateurs de l’oligarchie financière : « Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation et je n’aurai pas à m’occuper de ceux qui font les lois ».
    Si l’on retourne aux fondamentaux, il apparaît en effet que la monnaie, et son pendant qu’est la dette, conjuguée au principe de l’entreprise anonyme qu’elle a juridiquement autorisé à se mettre en place, sont les armes du servage d’aujourd’hui au même titre que l’épée et la lance étaient celles du servage d’hier.
    Aussi, la France, comme les USA et ses alliés ne sont plus depuis le début du XXème siècle (au bas mot) gouvernés par ce qu’on appelle un phénomène politique, qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City of London.
    En réalité, les Etats occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique (traités de Maastricht et Lisbonne) de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.
    Dans l’objectif de hâter sa prochaine disparition volontaire, les autorités politiques en charge de la France relaient avec zèle, voire même anticipent, l’agenda mondialiste consistant à appauvrir matériellement, physiquement et moralement la plus grande masse des gens peuplant la planète au profit de quelques usurpateurs, véritables escrocs économiques qui ont, aujourd’hui, pris l’ascendant sur les pouvoirs politiques des États.
    Aussi, la France qui n’a aucune politique, et encore moins de politique socialiste, dans le sens « social » du terme, est en revanche l’un des principaux fers de lance de l’agenda globaliste, lequel prospère sur le développement de la misère humaine.
    Les cartes sont actuellement dans les mains des populations civiles : ces dernières ont enfin, phénomène unique dans l’histoire, la possibilité de reprendre leur destin en main ; ce qui signifie, très précisément, qu’elles ont la possibilité de réinstaurer des gouvernements politiques en lieu et place des ersatz actuels entièrement aux mains des puissances financières.
    Les peuples auront ce qu’ils méritent : ils recevront, s’ils acceptent de se prendre en charge (en contrepartie d’un peu de courage) des fruits extrêmement bénéfiques… mais l’accepteront-ils ?
    Là est la question…
    Profitons de ce texte pour rendre hommage au travail de structuration politique fait, en France, par les Gilets Jaunes constituants, qui ont pleinement compris et anticipé cette problématique de fond.
    Rappelons, pour finir, que l’antiquité a donné un grand rôle au serpent.
    Le serpent, animal rampant (ancien emblème de l’homme pervers), symbolise ce qui est bas, lâche, vil.
    « Kâna el-insânu hayyatan fil-qidam. » (« L’homme fut serpent autrefois. »), nous rappelle également une expression arabe.
    Certains, encore aujourd’hui, parlent de « reptiliens », dirigeant la terre en gardant les humains dans l’ignorance. Un terme, évidemment, à prendre au sens figuré et non au sens propre.
    Enfin, il y a peu, certaines expressions étaient également explicites quant à leur aspect néfaste, tel « le serpent monétaire », dispositif économique qui permettra d’aboutir à l’abomination de la désolation, économique, sociale, religieuse et morale, actuelle.
    Blog : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/introduction.html
    NB : La mascarade actuelle est venu totalement éteindre l’incendie « Gilets Jaunes » et L’affaire « Jeffrey Epstein ». C’est surement l’effet du hasard.

  • Passetec Passetec

    démocratie ——-> démoncratie

  • Avatar predateur

    m en fous …du moment que l on me vire mes allocs tous les mois sur mon compte pour que je puisse faire rougir de plaisir ma carte bancaire ……à se demander qui escroque qui dans ce systhème https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

Laisser un commentaire