Météo : pluie de bombes morales israéliennes à proximité de la France

Une pluie de missiles et de bombes israéliennes est prévue en Sardaigne au cours de l’automne prochain.

F-16-642x454

Les localités de Quirra et Perdasdefogu seront sacrifiées par l’armée italienne pour des tests et des entraînements marins et terrestres, tout comme les localités de Teulada, Capo Frasca et Macomer. Des zones et installations militaires où sont prévues le 21 septembre, premier jour des essais prévus en accord avec la région, des entraînements et des tests du matin au soir, mettant ainsi un terme à l’interruption estivale.

Les activités sont déjà planifiées et rapportées dans le « programme du second semestre 2014″ rédigé par le ministère de la Défense.

Voici donc ce qui sera tiré durant ces exercices coordonnés avec des États alliés ainsi que durant des exercices menés uniquement sous la bannière italienne :

QUIRRA

Entre Sarrabus et Ogliastra auront lieu des tirs de missiles Aster 30 sol-air, ainsi que des missiles Stinger, le tout sous la supervision du système Skyguard. Les militaires décrivent comme « hot », chaude, cette activité, qui en octobre sera agrémentée de lancers de missiles Aspide.

Toute la technologie de pointe en armement sera présente à Capo San Lorenzo, mais il y aura également des manœuvres de bombardement « ordinaire » depuis les hélicoptères. Le document présente des nouveautés comparé à l’an dernier, quand tous les exercices allaient semble-t-il être annulés. Sous les noms Boeing 767, Waltar et l’allemande Ewitr, des guerres électroniques ont été simulées.TEULADA

Pour comprendre ce qui se passera dans le polygone de Sulcis, il suffit de lire le sommaire, sans entrer dans le calendrier. Sont prévus : des bombardements aériens, des tirs sur la côte (depuis les bâtiments marins vers le sol), une école de tir de missiles Tow, Panzerfaust et Milan (ce qui a suscité des polémiques, notamment car ces derniers sont armés de têtes au Thorium), mais également des exercices impliquant des véhicules blindés et des mitirailleurs. Et pour avoir une idée de ce qu’implique ce programme, il suffit de jeter un œil sur le matériel utilisé l’an dernier dans le compte-rendu publié cette année. Une longue liste qui comprend notamment, entre autres munitions, des missiles Minolux, Medusa et Faar, des projectiles de tous les calibres, des grenades et, pour l’effet scénique, des « fumigènes artificiels ».

CAPO FRASCA

Sur la côte occidentale, des avions de l’IAF (l’armée de l’air israélienne) effectueront des vols. Mais alors que, malheureusement, à Gaza ils tirent pour de vrai, en Sardaigne ils ne feront que s’entraîner. Ils feront partie d’une escadrille d’avions et d’autres engins volants qui lâcheront des « artifices » (c’est ainsi qu’ils les appellent) pesant de 6 kg à plusieurs tonnes. Des Tornado, des Amx, des Mirages et des F-16, ainsi que d’autres avions provenant d’autres pays alliés de l’Italie, voleront également dans l’espace aérien sarde. Tous utiliseront des munitions « inertes », assure l’Aéronautique italienne, mais les exercices impliquant des missiles de 2 pouces et des tirs de « mitrailleuse embarquée » seront effectués fréquemment.

MACOMER

Ce qui aura lieu à S’Ena Ruggia  a été défini comme un « polygone occasionnel » et, en lisant le programme, et en le comparant à ce qui se passera simultanément ailleurs, on peut être tranquille : la Brigade de Sassari n’utilisera que des armes personnelles et des grenades. Et ce « seulement » douze jours par mois.

Traduit d’après l’article de l’Unione Sarda par Fabio Coelho pour Croah.fr

 

8 commentaires