MH370: avions et navires mobilisés pour vérifier le signal détecté

Restons ici dans « l’officiel » car les infos et actus se multiplient autour du sujet, permettant de lire au passage nombre de théories parfois douteuses, et sans preuve indiscutable, nous ne pouvons que nous baser sur les faits relayés par les médias classiques, peut-être le seul moyen de ne pas tomber dans le piège de l’intox au sujet de l’avion…

Trois signaux séparés provenant du fond de l’océan Indien ont redonné espoir, dimanche, aux équipes de recherche qui tentent de retrouver le vol MH370 de Malaysia Airlines, alors que les autorités essayaient de déterminer s’il s’agissait de sons émis par les boîtes noires de l’avion disparu.

Le responsable de l’opération internationale qui se déroule au large de la côte ouest de l’Australie a confirmé qu’un navire chinois avait capté des signaux électroniques vendredi et samedi dans un secteur précis de l’immense zone de recherche. Dimanche, un bateau australien transportant de l’équipement sophistiqué a détecté un troisième signal dans une partie différente.

En conférence de presse à Perth, l’ancien maréchal en chef des forces aériennes de l’Australie, Angus Houston, a déclaré que cette nouvelle piste était encourageante, mais a exhorté les médias à faire preuve de prudence dans leur traitement de ce renseignement puisque le lien entre ces signaux et le Boeing 777 n’a pas encore été établi.

Des experts ont également exprimé des doutes quant à la capacité des appareils utilisés par les Chinois de capter les sons émis par les boîtes noires du vol MH370, qui s’est volatilisé le 8 mars avec 239 passagers à son bord après avoir quitté Kuala Lumpur en direction de Pékin.

M. Houston a expliqué que, pour le moment, ces trois signaux ne permettaient pas de prouver ou de démentir la présence de l’avion au fond de l’océan. Il a ajouté que les équipes de recherche devaient composer avec des eaux très profondes, un environnement marin rempli de sons qui pouvaient parfois donner de fausses indications et le fait que les ondes émises par les équipements acoustiques pouvaient rebondir.

Samedi, Chine nouvelle, l’agence de presse officielle de la Chine, avait rapporté que le vaisseau Haixun 01 avait capté, vendredi, dans le sud de l’océan Indien un «signal à impulsions» de 37,5 kilohertz, soit la même fréquence que le signal des enregistreurs de vol de l’appareil disparu.

Source et article complet: Lapresse.ca

9 commentaires